AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757874098
Éditeur : Points (04/10/2018)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 62 notes)
Résumé :
Ouvrir grand les frontières, une semaine de travail de quinze heures, le revenu de base universel... Des idées naïves et dépassées ou bien la force de l'utopie renouvelée ? Résolument anti-décliniste, Utopies réalistes tombe à pic et nous explique comment construire un monde idéal aujourd'hui et ne pas désespérer ! D'une ville canadienne qui a totalement éradiqué la pauvreté à l'histoire d'un revenu de base pour des millions d'Américains sous Richard Nixon, Rutger B... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Fabinou7
  05 août 2019
Je m'excuse d'avance pour l'une sinon la plus longue critique que j'ai postée ici, mon but n'est pas tant de donner mon avis que de résumer pour vous cet ouvrage (un peu comme je l'ai fait avec Bernard Manin et « Les principes du gouvernement représentatif » ouvrage indispensable à qui voit le jour sous nos institutions actuelles).
Lors d'un diner, d'une pause-café ou autour d'un verre lorsque nous émettons des inquiétudes sur l'avenir des acquis sociaux ou sociétaux, durement arrachés, au prix de la vie d'une poignée de « radicalisés » à l'époque, et qui profitent désormais à tous y compris aux mêmes qui les condamnaient, nous avons tous déjà entendu cette phrase « de quoi tu te plains, ça pourrait être pire, dans d'autres pays… »
Le constat de départ est simple : la mort des utopies. L'utopie est morte de s'être réalisée, l'auteur reprend en pagaille, à grand renfort de chiffres, les innombrables enjambées des 200 dernières années (sécurité, nutrition, santé, éducation, économie…) et y voit une généalogie avec les utopies du Moyen-âge.
Les utopies en disent davantage sur les époques qui les rendent possibles que sur l'évolution des communautés humaines. L'auteur s'interroge sur l'état d'esprit général (invoquant Oscar Wilde et sa recherche permanente de la progression) qui - au lieu de s'appuyer sur ses acquis et continuer rigoureusement l'oeuvre initiée en vue d'une vie toujours meilleure – estime que ses enfants vivront moins bien et ne juge pas nécessaire de continuer à oeuvrer pour une amélioration de la vie.
Le jeune historien néerlandais problématise son ouvrage dans ces termes (en substance) : pourquoi alors que nous avons tant acquis, nous ne désirons plus acquérir davantage.
Pour Bregman, la politique est en panne.
En effet, les différences entre la droite et la gauche sont réduites à quelques points d'imposition, les politiciens sont relégués à de simples conseillers en gestion et les publicités influencent nos modes de vies davantage que les religions.
L'industrie publicitaire passe son temps à créer de nouveaux besoins artificiels dont les politiques ne font qu'atténuer les symptômes sans oser toucher aux causes : publicité pour manger toujours plus gras, plus sucré, et politiques publiques de distribution de médicaments de l'industrie pharmaceutique pour ne prendre qu'un exemple.
Les nouvelles générations naissent dans ce monde apolitique et n'ont plus d'horizon, ainsi la baisse des inégalités et de la misère n'est pas une priorité. Bregman encourage l'émergence non pas d'une mais de plusieurs utopies qui pourront grâce à leurs collisions remettre la politique en mouvement.
Sur la forme, Rugter Bregman fait preuve d'une grande rigueur, à grand renfort de sources et d'études dans tous les domaines abordés. C'est une exigence salutaire car nombreux seront tentés de saper ces propositions dérangeantes. Certaines affirmations, malgré tout l'optimisme de leur auteur, restent néanmoins en manque d'argumentation. L'ouvrage est écrit sur le ton journalistique et si la langue n'est pas littéraire, le style reste divertissant, drôle, truffé d'anecdotes historiques et accessibles.
Rutger Bregman dit d'ailleurs que si on ne sait pas faire comprendre ses idées, sans infatuation, sans faribole, à un enfant de 12 ans d'intelligence commune ce n'est pas forcément qu'il est stupide, c'est peut-être qu'on ne sait pas s'exprimer…
****
Parmi les propositions de l'auteur :
Donner de l'argent aux gens : Bregman s'appuie sur des études menées à Londres auprès des sans-abris, des mesures de dons d'argent sans contreparties qui se sont avérées salutaires pour les sans-abris mais plus étonnamment pour le contribuable également. Tordant le cou aux idées reçues sur les pauvres qui ne savent pas gérer leur argent. D'ailleurs, en Ouganda également, des études montrent que le niveau de vie et la croissance s'améliorent par ces initiatives. L'auteur retrace ensuite la longue bataille pour l'instauration d'un revenu universel aux Etats Unis, précédée par plusieurs essais pilotes dont il ne reste qu'un vestige, l'état d'Alaska où le revenu universel - qui ne soit pas corrélé à la situation financière des bénéficiaires et sans contrepartie - existe. Contre ceux qui jugent vaine cette mesure il rétorque que les utopies, comme la démocratie, sont toujours jugées irréalistes avant qu'elles arrivent et qu'elles soient immédiatement considérées comme des lieux communs.
« Partout où l'on trouve des indigents, on trouve aussi des gens aisés pour échafauder des théories sur leur infériorité et leurs dysfonctionnements »
La fin de la pauvreté : les pauvres font les mauvais choix, fument davantage, raisonnent à court terme, ne se cultivent pas…tout est question de contexte, en associant les théories économiques et psychologiques de la rareté des études montrent qu'une personne dans la pauvreté ou dans la richesse raisonne différemment, anticipe différemment, les personnes en situation de précarité ont 13 à 14 points de Q.I en moins que le reste de la population, mais tout cela est réversible lorsqu'elles atteignent un certain confort financier. Les économies pour les Etats sont de grande échelle, notamment les dépenses de santé. Nous raisonnons à l'envers, nous voulons d'abord éduquer or il est prouvé que cela n'a pas ou peu d'impact sur la pauvreté, il faut d'abord sortir les gens de la pauvreté pour qu'ils puissent ensuite prendre ce temps de l'éducation. Les personnes en situation de pauvreté passent tout leur temps à trouver des solutions à court terme pour survivre ce qui absorbe toute leur « bande mentale », il n'y a jamais de pause avec la pauvreté. A l'aide d'expériences menées dans l'Angleterre du XIXe siècle, dans l'Utah conservateur, dans les casinos cherokees, d'ouvriers en Inde ou de sans-abris, l'auteur nous montre que le problème de la pauvreté c'est le manque d'argent, de même que celui du sdf est l'absence de logement, alors allons droit au but. L'Etat surveillance et les calculs du PIB ne font qu'encourager la situation délétère.
La semaine de travail à 15 heures : là encore, Bregman nous dit « si vous n'avez pas de coeur vous avez au moins un porte-monnaie ! » Et la diminution du temps de travail a longtemps été l'horizon politique et économique. de Keynes à Marx, de Nixon à Franklin, en passant par Henri Ford, tous s'accordaient sur la nécessité de diminuer le temps de travail, face à la robotisation galopante, l'accroissement des richesses, l'augmentation de la productivité et de la consommation en dépendait également, sans parler de l'investissement dans la vie citoyenne. Déjà au Moyen Âge le temps de travail était moindre et le nombre de jours fériés cumulaient à presque six mois dans des pays comme la France ou l'Espagne. Jusque dans les années 80 le temps de travail diminuait partout en Occident, c'était la promesse phare et les sociologues prédisaient une semaine de 10 à 15 heures en 2030. Que s'est-il passé depuis ?
« Nous jetons de plus en plus nos ressources, y compris la crème de notre jeunesse, dans des activités financières éloignées de la production de biens et de services, des activités qui génèrent des bénéfices individuels disproportionnés par rapport à leur productivité sociale » James Tobin
Les banquiers qui s'enrichissent au détriment des fonds de pensions, les avocats (17 fois plus d'avocats par habitant aux USA qu'au Japon, sont-ils mieux protégés ?) qui rachètent des brevets qu'ils ne développeront jamais juste pour entamer des actions en contrefaçons et consultants en tout genre sont désormais les métiers les mieux rémunérés, or, une grève de consultants en webmarketing aura-t-elle le même impact qu'une grève d'éboueurs comme New York en a connu au début des années 70 ? Ces métiers ne créent pas toujours de la richesse et parfois en détruisent, mais c'est la règle de l'offre et de la demande de notre économie de marché. L'offre de nourriture, du fait de la productivité record, est tellement importante que les agriculteurs sont les moins bien rémunérés. Ces paradoxes aberrants remontent déjà à l'époque du Moyen Âge où il était indécent de travailler pour les nobles qui vivaient du labeur des ouvriers, comme aujourd'hui on spécule sur les matières premières et parfois ces nobles détruisaient carrément les richesses durement produites dans des guerres.
« Le travail acharné est le refuge des gens qui n'ont rien d'autre à faire dans la vie » Oscar Wilde. Les richesses concentrées par les secteurs les moins utiles, notamment le secteur bancaire et financier, où se concentrent les gens les plus intelligents, maitrisant toute une novlangue, se persuadent parfois qu'ils créées eux-mêmes la valeur mais il s'agit en réalité d'une nouvelle forme de taxation des richesses produites par les autres. Les seigneurs féodaux, assis sur les richesses produites par leurs paysans, n'allaient pas jusqu'à se persuader qu'ils avaient créés ces richesses. de même que la consommation de masse est rendue possible par les robots et les esclaves du tiers monde.
La grève des banquiers qui dura 6 mois en Irlande dans les années 70 ne laissa pas de traces négatives pour l'économie du pays, contrairement à celle des éboueurs de New York. Les gens qui dans nos sociétés gagnent le plus d'argent sont ceux qui produisent le moins de choses ayant une valeur tangible pour la société. Plus nous sommes diplômés, référencés plus on peut se passer de nous. Les citoyens eux-mêmes sont conscients de ce paradoxe et un tiers des actifs en Grande Bretagne, mais dans bien d'autres pays occidentaux, déclarent occuper un « bullshit job » ou « métiers de merde ». C'est-à-dire qu'ils sont conscients que leur travail n'apporte à peu près rien à la société, mais les écarts de salaires avec les métiers utiles (agriculteur, enseignant, policier, infirmière) sont tels qu'ils ne peuvent se résoudre à changer d'emploi. Cela revient à dire à ces métiers utiles « vous avez la chance d'occuper un vrai emploi, alors ne réclamez pas en sus un bon salaire, une couverture maladie complémentaire et une retraite décente ! ».
Alors que le XXe siècle nous a apporté la pilule, les réfrigérateurs et le lave-vaisselle, nous avons désormais Twitter. Si les génies de Harvard sont plus nombreux à aller dans la finance que dans la recherche c'est parce que ne pas innover amène désormais plus de profit, alors même que des études montrent que les richesses accumulées par les banquiers se traduisent par des destructions de richesses dans le monde, ce sont des externalités négatives. Pensez à ces téléphones portables qui changent tous les deux ans et qui en réalité n'ont qu'une petite application supplémentaire. A l'époque, Engels relevait que les ouvriers ne se rebellaient pas car leur vision était tronquée par la religion et le nationalisme. Désormais, Bregman s'interroge sur la vision tronquée de nos élites, tronquées par tous les zéros à la fin de leurs salaires, par les plans de retraite dorés etc.
Quitte à réorienter les richesses déportées vers ces secteurs, l'auteur plaide pour la taxation des transactions financières. A l'heure où les paradis fiscaux se multiplient et que pour gagner quelques millièmes de secondes dans la transmission des informations de bourse entre Londres et New York, des centaines de millions d'euros sont investis.
Parlant d'orientation de l'économie, l'école peut être un levier, les objectifs en termes de compétence, de savoir-faire ne font qu'accompagner une économie plus égoïste. L'école devraient redonner de la perspective car en définitive ce n'est ni le marché, ni la technologie mais la société qui oriente et qui créé un modèle socio-économique, autrement dit des valeurs, et en termes de création de valeurs pour la société nouvelle il ne serait plus forcément payant d'être banquier.
La course contre les machines : jusqu'à très récemment les parts de richesses allouées au travail et au capital étaient constantes. Deux tiers pour le travail et un pour le capital. Mais désormais ce n'est plus le cas, la part des richesses qui va au travail diminue. En cause, bien sur la mondialisation et ses délocalisations, la faible taxation des hauts revenus etc mais surtout le progrès technologique. Pour chaque route construite, chaque moyen de transport, de logistique destiné à rapprocher les hommes c'est davantage d'oligopole, de concentration des richesses. Il y a de moins en moins de gens qui « tirent leur épingle du jeu » c'est un phénomène appelé « le gagnant rafle la mise » pour un géant comme Amazon, ce sont des millions d'emplois dans la distribution et les petits commerces de détails qui disparaissent. Ce qui est inquiétant c'est que ce phénomène de remplacement par les machines ne touche pas seulement nos bras, mais aussi nos cerveaux, si un « computeur » était autrefois un métier, désormais c'est un ordinateur capable d'intelligence et de calcul supérieur à l'homme. Seuls les emplois très qualifiés de la Sillicon Valley et les emplois peu qualifiés dans les fastfoods et les maisons de retraites semblent assurés pour l'heure. Cela est la conséquence d'un délitement lent mais continu du socle des démocraties modernes : les classes moyennes.
Les politiques de développement sont parfois inadaptées et il faut mettre en place des solutions de contrôle. Pour l'auteur, études à l'appui, les frontières sont un frein au développement économique des pays riches et pauvres.
L'auteur aborde la question de la dissonance cognitive pour esquisser une explication au fait que les idées ont du mal, même prouvées, à faire changer les mentalités. L'auteur lui-même n'échappe pas à une introspection. Comment réagit-on face à des preuves contraires à nos croyances ? Suffisent-elles à les faire vaciller ? Pas toujours. Rappelons-nous que traiter son adversaire d'utopiste, le ridiculiser et le réduire au silence et un moyen de préserver le statu quo. Les libéraux étaient traités d'utopistes il y a un demi-siècle et aujourd'hui ils dominent « scientifiquement » la scène politique.
Un flash « communication politique » se glisse dans l'épilogue : en effet l'auteur reprend l'explication de la fenêtre d'Overton : il existe une fenêtre au sein de laquelle sont les décisions et propositions politiques et plus on s'éloigne du centre de la fenêtre plus les idées sont jugées « radicales », « déraisonnables » voire « irréalistes » notamment par les médias, craintifs gardiens de la fenêtre. Est-ce à dire que nous sommes condamnés à entendre les mêmes gens raconter les mêmes choses ? Non ! comme on le voit avec Donald Trump, Boris Johnson ou Marine le Pen, un politique peut faire une proposition tellement radicale qu'il ne sera pas pris au sérieux par le système médiatique et par conséquent par l'opinion publique, mais ces saillies répétées vont tirer progressivement la fenêtre vers lui c'est exactement le processus qui est à l'oeuvre en ce moment avec la « droitisation » de la vie politique en Europe et aux Etats Unis. La faute également à une gauche perdante, drapée dans sa bonne conscience et sa novlangue pseudo intellectuelle, dans son « je vous avais prévenu » et économiquement convertie aux idées libérales et capitalistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4210
Dixie39
  25 novembre 2018
- Tu y crois à ça ?
- A quoi ?
- Bah, à ton bouquin-là ! Tu crois que c'est possible : le revenu universel, l'indice de bien être économique durable, le partage du travail... ?
- C'est réalisable et cela a été réalisé dans certains pays à titre d'expérimentation ou de façon durable. Les résultats sont sans appel : non seulement la situation personnelle des gens s'en est trouvée grandement améliorée mais cela a été créateur de richesses pour la société entière. Et pour un coût moindre que toutes les politiques sociales existantes.
- J'ai pas tout lu, mais j'ai parcouru, ça a l'air de se tenir. Mais il reste un problème essentiel dans cette idée humaniste : Si on donne aux pauvres le moyen de subvenir à leurs besoins élémentaires, qui ira faire les boulots pourris auxquels la précarité les contraint ? Tu crois qu'ils iront tous demain ramasser nos poubelles et nos merdes ? Tu crois qu'ils iront pointés à l'usine pour souder, découper, assembler toujours les mêmes choses dans le bruit et des cadences infernales ? Et je ne te parle même pas de ce qui se passe ailleurs, tous ces pays qui fabriquent nos fringues, nos iPhones et tous ces gadgets qu'on nous vend un fric dingue alors qu'on paye des ouvriers-esclaves une misère pour les réaliser dans des conditions sanitaires exécrables.
- Bien sûr que non ! C'est évident ! Toi comme moi savons bien qu'on échangerait jamais nos jobs pour un de ceux-là. Mais, posons le problème autrement : Demain, personne n'est plus contraint par la nécessité à exercer une activité qu'il n'a pas choisie, un boulot de merde pour parler clairement. Et entre nous, il y a aussi beaucoup de boulots à la con en haut de la pyramide et avec des salaires confortables à la clef. Combien d'ingénieurs ou de cadres sup', qui exploitent ou empoisonnent le monde, partent avec leur pécule pour cultiver du bio en Ardèche et regarder pousser leurs mômes ? Enfin, c'est encore un autre problème... Je reprends là où j'en étais : Demain, on ne trouve plus personne pour faire ces boulots. Que se passera-t-il ?
1) On fera le tri rapidement entre les activités réellement nécessaires et utiles à notre société et celles qui ne le sont pas.
2) On sera dans l'obligation de rendre attractives les activités nécessaires à nos besoins fondamentaux. Peut-être tout simplement en faisant enfin coïncider le montant des salaires avec les véritables valeurs ? Nettoyer les rues, ramasser les poubelles, nourrir le monde sainement, éduquer la jeunesse, soigner et assurer la protection et la garantie des libertés de chacun (et non plus seulement des biens), ... la liste est longue. Tous ces métiers devront être rétribués à la hauteur du service rendu à la collectivité. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Si demain, il est plus rémunérateur de recycler les déchets, d'enseigner ou de soigner que de courir après un ballon ou de fermer une entreprise pour augmenter le profit de ses actionnaires, les volontaires se bousculeront au portillon. Et non pas seulement pour le salaire, mais aussi parce que tous ces métiers dépréciés et méprisés aujourd'hui seront porteurs de valeurs et de reconnaissance...
- ça y est, Liza, tu recommences avec les Bisounours. Tu crois réellement que nos politiques, culs et chemises avec les sbires de la finance, véritables dirigeants et décideurs de ce monde, laisseront faire cela ?
- Bien sûr que non, ils ne nous laisseront pas faire ! Cela fait des années que nos politiques ont enterré le Bien Commun sans fleur ni couronne et qu'ils nous engluent petit à petit dans un système qui nous contraint à l'acceptation, tu sais le TINA de Thatcher ! There is no alternative ! Ce bouquin, comme tu dis, il nous en donne des alternatives et des pistes pour y arriver. Rutger Bregman nous prouve qu'une autre réalité peut être possible. Il suffit peut-être seulement de la vouloir et de s'organiser pour la faire advenir ?
"Si nous voulons changer le monde, il nous faut être irréalistes, déraisonnables et impossibles. Rappeler-vous : ceux qui appelaient à l'abolition de l'esclavage, au droit de vote des femmes et au mariage pour tous, eux aussi étaient traités de fous. Jusqu'à ce que l'histoire leur donne raison."
- A qui l'histoire donnera-t-elle raison, Liza ?
- Commence par lire ce livre et on en reparle juste après...
Lien : https://page39web.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3611
Junie
  05 novembre 2017
Françaises, Français!
Européens, Européennes!
Citoyens du monde!
Le temps est venu de faire la peau aux néo-libéraux.
Aux fanatiques de l'économie de marché, plus dogmatiques et sectaires que des intégristes raëliens.
Depuis l'effondrement idéologique et politique des pays d'obédience communiste, le Capitalisme triomphe partout.
Il n'a jamais été aussi arrogant, écrasant, dominant. Il délocalise, il précarise, il paupérise, il tire les ficelles de l'économie mondiale pour le plus grand profit de quelques richissimes multinationales qui additionnent les milliards pendant que d'autres survivent avec trois cacahuètes.
Le Capitalisme se nourrit de la misère. Il s'est nourri du sang des esclaves dans les colonies, de la chair des enfants dans les mines et les usines, de la sueur des travailleurs à la chaine, de la faim des paysans exploités, de la peur des pauvres, de la honte des chômeurs, du désespoir des sans logis.
Les profits ne sont jamais redistribués. Ils échappent à l'impôt, se cachent dans les "niches fiscales"; se faufilent dans les "paradis fiscaux"; se dissimulent dans des sociétés offshore, disparaissent comme par enchantement au fond des coffres de banques bien discrètes. Rien de plus facile si on est un poil astucieux, et surtout absolument pas scrupuleux.
Pendant ce temps, des économistes bardés de diplômes nous persuadent "qu'il n'y a pas d'alternative". Ils sont les augures qui président à notre destinée. Ils se prosternent devant le Veau d'Or, et propagent le mythe du PIB, instrument de l'infaillibilité de leurs prophéties.
Pendant ce temps, les quelques socialistes encore animés d'un souffle de vie essaient vainement de grappiller quelques miettes de subventions, d'empêcher des fermetures d'usine, et font des discours pour défendre les exclus et les déshérités.
Pendant ce temps, on voit affluer les migrants, on ouvre des gymnases pour héberger des SDF, on distribue des repas, on collecte des dons, on verse des allocations misérables et on attend la prochaine crise mondiale.
Qu'est-ce qu'on attend pour prendre l'argent là où il est? Pour taxer les transactions des spéculateurs? Pour récupérer les milliards de l'évasion fiscale? Pour faire des lois qui réglementent le Marché, plutôt que de laisser le Marché faire la loi?
Avant 1789, la République était une Utopie.
Avant 1848, l'abolition de l'esclavage était une Utopie.
Avant 1881, l'école gratuite pour tous était une Utopie.
Avant 1958, le suffrage (vraiment) universel était une Utopie.
Aujourd'hui le Revenu Universel et la libre circulation des personnes sont des Utopies.
Les Utopies sont d'abord des idées neuves. Elles ne font que préparer le Monde de demain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          326
Kirsikka
  09 décembre 2018
Cet essai est le complément idéal de Bullshit jobs de David Greaber. Les thèmes sont à peu près les mêmes, les conclusions semblables, et parfois les références sont communes, bien que Rutger Bregman élargisse le propos à la lutte contre la pauvreté, à l'ouverture des frontières et à la nécessité de redéfinir les chiffres indicateurs de la bonne santé de nos sociétés.
Clair, bien documenté, les différents chapitres sont convaincants, pour peu qu'on échappe à cette volonté d'identité qui conduit à ne pas voir ce qui est sous nos yeux, à préférer les "intuitions" ou l'idéologie aux faits, ou encore à ce travers de s'accrocher à l'échec pour prouver qu'on a raison (et une petite pique pour les "socialistes perdants", "ennuyeux comme des boutons de porte").
L'épilogue est dynamisant, jubilatoire et donne envie de se retrousser les manches. Il y a de quoi faire en ces temps troublés, incertains, où les aveuglements divers nous conduisent à douter de nous-mêmes et de nos idéaux, à remettre en cause les utopies qui sont pourtant à la source de bien des progrès du siècle dernier. Ceux-là même qu'on dénie au nom des chiffres, des logiques comptables et des calculs égoïstes, parce qu'il n'y aurait pas d'autre alternative, ou pas assez pour tout le monde. Ce qui est tout simplement faux et relève de la pure idéologie.
Rutger Bregman démontre que l'ouverture apporterait plus de richesse à tout le monde, à condition de redistribuer bien plus largement que nous ne le faisons ; quand la fermeture nous conduit à vivre dans des "prisons à ciel ouvert" et à nous appauvrir, par manque d'imagination, manque d'utopie, manque de simple joie de vivre pour ce qui est important.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
PlumeVive
  21 novembre 2017
J'ai été prise d'une inspiration soudaine et totalement impromptue pour ce roman, que rien ne me destinait à prendre. Je n'avais jamais encore lu de roman/ documentation sur ce genre de thème : l'économie, la sociologie et la politique . Mais il faut un début à tout !
Et à vrai dire, j'en suis ressortie ravie ! Cette lecture, est à la fois suffisamment accessible à lire ( de la vulgarisation) sans pour autant tomber dans des remarques beaucoup trop simplistes ! Que l'on soit d'accord avec l'avis de l'écrivain ou non, ce n'est pas tellement l'intérêt. le but étant avant tout de s'ouvrir l'esprit, de sortir des chemins battus ! Non pas d'être convaincu par ses paroles ( comme il le dit lui même il faut toujours douter et donc se renseigner ) mais bien de fragiliser voir de détruire des idées reçues ! ET c'est là, que pour moi, en tout cas, l'auteur a réussi son oeuvre !
J'en ressort de là, la tête pleine de nouvelles idées plus ou moins intéressantes plus ou moins convaincantes mais des idées parfois tellement farfelue, tellement incroyable et inattendue qu'elle ouvre le champ des possibles et de nouvelles portes sur les sociétés, le monde, les utopies, l'avenir, le revenu universel, l'immigration !!!
Un excellent roman pour créer de nouveaux débats !  En conclusion, ce roman m'a donné envie de retenter ce style d'expériences et de m'ouvrir sur d'autres types de lectures !
Lien : http://carnet-de-bord-litter..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (1)
LaPresse   16 octobre 2017
Un monde sans pauvreté, c'est ce que propose l'historien et journaliste Rutger Bregman. Avant de le traiter de pelleteur de nuages, lisez son livre. Vous aurez furieusement envie de le mettre entre les mains de nos dirigeants.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
JunieJunie   15 septembre 2017
Pas encore un seule critique sur ce livre qui serait, parait-il, un best seller mondial. C'est Ali Badou qui le dit sur France Inter ce matin.
Un livre qui donne de l'espoir, ça peut pas faire de mal, j'en prendrai bien une louche. Parce que dans cette rentrée 2017, entre les cyclones furieux, les missiles de la Corée du Nord et la hausse de la CSG, les menaces d'attentat et les réfugiés d'Asie, d'Afrique et de Syrie qui fuient les massacres, on se demande si ça va pas aller de pire en pire...
Alors une seule issue: soyons réalistes, demandons l'impossible!
Alors une seule issue: soyons réalistes, demandons l'impossible!
Alors une seule issue: soyons réalistes, demandons l'impossible!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          228
Dixie39Dixie39   30 octobre 2018
L'industrie alimentaire nous fournit à bon marché de la malbouffe surchargée en sel, en sucre et en graisses, qui nous conduit vite à consulter médecin et diététicien. Les technologies avancées rendent obsolètes de plus en plus d'emplois et nous forcent à la reconversion. Et l'industrie publicitaire nous incite à dépenser de l'argent que nous n'avons pas en objets dont nous n'avons que faire pour impressionner des gens que nous ne supportons pas. Puis nous irons pleurer sur l'épaule de notre thérapeute.
Telle est la dystopie dans laquelle nous vivons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          199
KirsikkaKirsikka   09 décembre 2018
Il est temps de redéfinir notre conception du "travail". Quand j'appelle à une réduction du temps de travail, ce n'est pas en faveur de longs week-ends léthargiques. Je nous invite à passer plus de temps à ce qui nous importe vraiment. Il y a quelques années, l'auteure australienne Bronnie Ware a publié un livre intitulé The top five regrets of the dying (Les cinq principaux regrets des mourants), sur les anciens patients qu'elle a soignés tout au long de sa carrière d'infirmière. Et devinez quoi ? Pas une de ces personnes ne disait regretter de n'avoir pas prêté suffisamment d'attention aux présentations en Power Point de ses collègues, ni qu'elle aurait préféré réfléchir davantage à la cocréation disruptive dans la société en réseau. Le regret le plus souvent exprimé était "J'aurais voulu avoir le courage de vivre ma vie en étant fidèle à moi-même, pas la vie que les autres attendaient de moi." Juste après venait : "J'aurais voulu ne pas travailler si dur."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fredhofredho   27 septembre 2017
La seule chose qui reste à faire, pour le gouvernement, consiste à rapiécer la vie au jour le jour. Si vous ne suivez pas le trajet imposé d'un citoyen docile et satisfait, les pouvoirs du moment vous remettront à votre place, à coups de bâton s'il le faut. Leurs instruments de prédilection? Le contrôle, la surveillance, la répression.
Commenter  J’apprécie          150
myre77120myre77120   30 octobre 2017
Et à dire vrai, les états-unis sont probablement le pays sur terre où le rêve américain a le moins de chances de se réaliser. Quelqu'un qui souhaiterait gravir les échelons conduisant de la misère à la prospérité ferait mieux de tenter sa chance en Suède, où quelqu'un qui est né dans la pauvreté peut toujours espérer un avenir plus brillant.
Ironiquement, les habitants des pays a fort degré d'égalité, comme l'Allemagne et la Norvège, sont moins enclins à s'attribuer le mérite de leur réussite. Aux Etats-Unis, au contraire, les gens ont moins souvent tendance à considérer leur réussite comme le produit de la chance ou des circonstances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Rutger Bregman (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rutger Bregman
La semaine de 15h, une "utopie réaliste" ?
autres livres classés : revenu universelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
414 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre
.. ..