AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782715217218
256 pages
Éditeur : Le Mercure de France (29/08/1991)
3.68/5   14 notes
Résumé :
Un siècle se termine. Un homme meurt. Tandis que l'opium soulage les douleurs du malade, les gestes quotidiens, semblables à l'odeur de la drogue. masquent l'angoisse de cette double fin.
Dans cette demeure du Midi où trois générations d'une même famille se retrouvent autour du lit de Laurent Kreutzer, autrefois célèbre pianiste, des énergies contraires s'affrontent.
Comme les mouvements d'une musique lointaine, une dangereuse spirale s'enroule autour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
lecassin
  28 décembre 2011
En ce trente t un décembre, un homme se meurt – Laurent Kreutzer – entouré de trois générations de « proches », dans une propriété du Midi. C'est le fin de l'année, celle du siècle, mais aussi celle du grand pianiste pour qui la prise régulière d'opium soulage les douleurs du corps, à défaut de soulager celles de l'âme. Un huis clos poignant alimenté par d'inévitables querelles familiales…
Un ouvrage sans concession, nostalgique et grave, ou la prose aérienne de Nicolas Bréhal fait merveille. Pour ma part, un de ses meilleurs romans avec « La parleur et le sang ».
Commenter  J’apprécie          100
lebelier
  18 août 2021
Laurent Kreutzer, au nom prédestiné, est en train de mourir en cette fin de XIXe siècle et, tous, lui compris, aimeraient qu'il tienne jusqu'au siècle nouveau.
Tandis qu'il brûle ses derniers feux dans les vapeurs d'opium de sa maison au bord du lac, toute la famille se débat avec la vie, la vie, l'amour, le passé hanté par le fils de Laurent retrouvé mort dans les eaux du lac et dans des circonstances floues : meurtre ? suicide ?, reposant sous une pyramide, mausolée à proximité du lieu où il mourut.
Restent ses deux filles : Sarah qui voit son mari s'éloigner et cherche à le reconquérir ; Camille, sévère et collet-monté, seule dans la maison avec son fils Geoffroy qui lui, se promène souvent en discutant avec sa cousine Nina, fille de Sarah. Hortense, la mère tutélaire, mémoire de tous, se souvient des moments glorieux près de Laurent, pianiste célèbre.
Si la conclusion de toutes ces tensions est attendue, on gardera en mémoire le style légèrement désuet de l'auteur, adapté à la période décrite avec cette belle capacité de rendre les sentiments de chacun par des monologues intérieurs, rappelant parfois le meilleur de François Mauriac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zabeth55
  20 juin 2012

Décembre 1899. Dans une belle maison, Noël se prépare.
La famille est là : le père, célèbre pianiste est mourant et espère tenir jusqu'au nouveau siècle.
La mère les deux filles, un des gendres, les deux petits enfants.
Chacun est emmuré dans sa solitude, un secret de famille plane.
C'est bien écrit. Un beau portrait de famille en demi-teintes.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
zabeth55zabeth55   20 juin 2012
« Je suis égoïste et frivole. Heureusement. Que serais-je devenue ? Folle, c’est cela, folle à lier. A lier et relier inlassablement les images entre elles, les pensées obsessionnelles aux douleurs, et les douleurs à ma chair. »
Commenter  J’apprécie          120
lecassinlecassin   15 février 2017
Je suis égoïste et frivole. Heureusement. Que serais-je devenue ? Folle, c'est cela, folle à lier. A lier et relier inlassablement les images entre elles, les pensées obsessionnelles aux douleurs, et les douleurs à ma chair.
Commenter  J’apprécie          110
lecassinlecassin   28 décembre 2011
Chaque matin, à l'heure habituelle, sa toute première pensée, après le tumulte de rêves agités, ravivait aussitôt ses craintes les plus intimes. Dès qu'il ouvrait les yeux, il se demandait s'il parviendrait à finir le siècle et, par conséquent, à inaugurer le suivant.
Commenter  J’apprécie          20
lebelierlebelier   17 août 2021
Ce n'est pas vrai, Camille, je n'ai jamais été plus jolie que toi. Je suis ingrate, je suis vilaine. Seulement j'aime l'amour. Et ma laideur resplendit.
Commenter  J’apprécie          10
lecassinlecassin   28 décembre 2011
On peut être partagé entre la foi et le doute.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Nicolas Bréhal (1) Voir plusAjouter une vidéo

Duplex Goncourt annonce
Annonce du prix Goncourt et du Prix Renaudot en direct du célèbre restaurant chez Drouant. le prix Goncourt vient d'être attribué au second tour avec 6 voix à Amin MAALOUF pour son roman "Le Rocher De Tanios" édité aux éditions Grasset, et le prix Renaudot, revient au premier tour avec 5 voix à Nicolas BREHAL pour son livre "Les corps célestes" chez Gallimard. - Annonce du résultat...
autres livres classés : scènes de vieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2687 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre