AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757851632
Éditeur : Points (12/03/2015)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Qui sont les druides ? Depuis l'Antiquité, ils suscitent un étrange intérêt et demeurent énigmatiques. S'ils ont eux-mêmes cultivé le mystère, mythes et idéologie ont, durant les deux mille ans qui ont suivi leur disparition, contribué à brouiller encore davantage leur image.

Prêtres, magiciens, devins, maîtres à penser ésotériques : les fonctions qui leur ont été attribuées sont aussi diverses que contradictoires.

La rech... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
finitysend
  24 août 2016
Un ouvrage médiocre et hormonal .
Le commentaire des textes par l'auteur est du niveau d'une partie de bille en maternelle , et je vous conseille de ne pas le lire avant de connaitre assez bien le sujet et encore juste pour rigoler un bon coup ou bien pour soigner une grave dépression chronique .
L'auteur se drape dans sa dignité quand il faut démonter les hypothèses des collègues , comme celle des anciens , personnellement j'aurais préféré des arguments , plutôt que sa feuille de vigne lapidaire .
L'auteur passe son temps à définir ce que ne sont pas les druides ( Selon lui ) et il cherche finalement à poser sa Doxa : Les druides sont des philosophes pas très loin des grecs et à l'ombre des oliviers en fleurs .
C'est pathétique de voir ce sujet abordé de cette façon médiocre alors que c'est un sujet à la richesse infinie , si on mobilise des champs variés : les lettres celtiques , les témoignages des anciens , l'archéologie , les études indo-européennes et indo-iraniennes , les religions antiques et protohistoriques européennes … Enfin on gagne aussi à réfléchir sur le pourquoi du comment Rome s'est acharnée à détruire le druidisme , alors que l'empire inclinait par principe et presque systématiquement , à respecter la quasi-totalité des cultes préexistants aux conquêtes romaines , même si c'était de préférence en dehors de l'Urbs , souvent et ce jusqu'à une époque tardive .
Franchement ce n'est pas dans ce bouquin que la lumière sera , autour de ces problématiques et même si peu de pistes et pas de trouvailles . L'auteur reste près de pas mal de textes , mais il n'autorise pas le lecteur à se les approprier , par contre il débite sa Doxa , à tour de pages .
Le corpus des sources antiques autour des druides est complexe et contradictoire , mais occasionnellement contradictoire et non pas systématiquement . Ce n'est pas cet auteur qui donnera du sens à ce corpus de texte pourtant éloquent en lui-même et si on l'insère dans une approche pluridisciplinaire . Mais principalement l'auteur fait des assemblages douteux et il développe des énoncés d'une pauvreté sidérante pour décrédibiliser certains de ces textes et pour secourir son édifice théorique médiocre .
En 58 , lors de la conquête romaine l'auteur énonce que les druides sont en passe de disparition . Il faut le faire …. Heureusement que le ridicule ne tue pas .
Il est « vrai » (comprenez que c'est faux ) que concernant les druides , César cite des textes « anciens « et respectables pour crédibiliser sont récit , notamment Posidonies d'Apamée , 135- 51 BC . Les infos de César le précéderaient donc d'un gouffre historique abyssal , d'une durée abyssale de : 40 ans ( hum ! ) . Quarante ans , autrement dit une seconde pour l'histoire des religions , je passe …
L'auteur éructe également , une image des druides philosophes . Oui , si on veut mais des philosophes d'un type particulier ( probablement mystico-rationnels ) et pas très « pythagoriques « , comme l'auteur nous le pose en apéro , même s'il y a des accointances spectaculaires mais très circonstanciées .
Si J'osais , je suppurerais que l'auteur étant archéologue , il aurait oublié de faire des études d'histoire antique , ce qui expliquerait que pas mal de choses lui passe au-dessus de la tête .
C'est triste car un spécialiste des lettres celtiques ou des études indoeuropéennes lui aurait changé la vie … Sans arguments étayés ( des incantations donc ) l'auteur s'appuie sur saint Hyppolite , qui place les druides à l'école de Pythagore ( on ne rigole pas , svp , merci ) .
Si vous voulez connaitre un peu ce sujet , au-delà des confessions précieuses d'Obélix , malheureusement il vous faudra suer , et acquérir une solide connaissance historique répartie sur géographie très vaste , dans de nombreux ouvrages , en allant bien plus loin que dans la Celtie . Pour connaitre les druides , il n'y a Toujours pas de Potion Magique…
Si vous vous penchez sur les religions antiques d'origines indo-européennes en Europe vous découvrirez que sont vraiment accessibles , celle des grecs et celle des romains . Des religions très particulières et atypiques du point de vue évolutif en contexte indo-européen.
Ces religions sont cantonnées largement aux sanctuaires , les mythes sont devenus de la poésie principalement , assez déconnectée du culte ( bien que encore dotées d'un potentiel spirituel important ) et le culte lui , qui est largement devenu une affaire civique . Il y a cependant au moins deux exceptions notables à cette tendance poliade de la religiosité : les cultes à mystères et les Dyonisies . Cette évolution est une mue considérable et un bouleversement presque aussi important que l'avènement du christianisme plus tard . C'est un séisme en fait car cette dynamique réorganise intégralement le fonctionnement du numineux dans ces religions , du tout au tout . Même si ceci ne se produit pas sur un mode exclusif et si c'est au fil de cinq siècles d'évolution .
Il est donc assez naturel que l'auteur ne pense pas spontanément a resituer la religion druidique dans un cadre indoeuropéen plus vaste . le lien avec Pythagore est loin d'être idiot car en effet les pythagoriciens sont au coeur d'une pensée indoeuropéenne de par au minimum , des influences orientales ( indo-iraniennes ) . Mais il s'agit d'un héritage partiellement commun entre les deux aires culturelles . Pour se faire une idée vivante de cet univers celtique religieux , foisonnant et omniprésent , ce n'est pas en arpentant lande bretonne que vous y réussirez , c'est plutôt avec une ballade dans l'Himalaya hindou ( Himachal Pradesh et Uttar Pradesh ) que vous y réussirez . Avec ces rivières remplies de blocs de roches géants et parsemées de chapelles votives à demie immergées où les dieux sont représentés sous la forme de pierres colorées sommairement peintes , ou bien ceux au fond des forêts de pins , avec du bois peint ou encore avec des pierres colorées . Ces images portant aussi la trace des couleurs laissées par les offrandes votives sang ( très rarement ) , fleurs , nourritures . En effet les populations du nord-ouest de l'Inde ( et au-delàs celles de culture dardique ) sont relativement proches de l'univers religieux des scythes , qui eux-mêmes étaient très proches des celtes . Les plus proches des indo-européens parmi les indo-iraniens .
Pour découvrir l'univers indo-européen un nom et un seul : Bernard Sergent .
L'image la plus véridique que vous pouvez vous faire du druidisme d'un point de vue dynamique , serait de visualiser le monde indien , celui des pandits et des ascètes . Les celtes possédaient une religiosité assez éclatée avec des niveaux par paliers de sacré . Des cultes locaux autours de la fertilité , autour des grandes figures d'un panthéon vivace et nombreux , vivant car insérée dans des processus magiques et spirituel personnalisés . Les épopées étaient un véritable espace sacré vivifiant qui irriguait différents plans de religiosité et vraisemblablement des courants poétiques aussi .
Les druides étaient un véritable clergé qui ne se cantonnait pas aux sanctuaires , à l'enseignement et aux aspects civiques de la religion . Ils étaient à la confluence de l'histoire , de la magie , des sciences , des mythes et de dogmes , de la morale et de croyances comme la métempsychose , et le monde était vraisemblablement le résultat d'une véritable histoire sainte d'ampleur cosmogonique , avec des univers qui se superposaient et entre lesquels des transgressions étaient possibles , souhaitables ou inévitables et redoutées . Les rituels étaient probablement connotés d'une efficacité magique . Ces puissants personnages était au coeurs de la politique souvent .
La religion druidique n'excluait pas le sang dans les rituels ( celui des hommes aussi , très probablement , n'était pas exclu par principe ) . L'archéologie est éloquente à ce sujet , au moins en tout cas , elle témoigne sur le peu de respect que l'on avait potentiellement pour le corps humain , qui pouvait servir sans problème de trophées votifs dans cet univers celtique . Pensez à ces bois sacrés inquiétants remplis d'ossements qui n'ont rien de romantiques , ou bien à ces trophées macabres composés de corps humains mutilés . Des rituels complexes de sacrifices humains en rapport avec des cultes chtoniens , sont attestés au moins jusque le deuxième siècle avant l'ère commune .
Le corpus philosophico-religieux de ce clergé était oral par volonté rituelle ( magico-rituelle probablement ) . Ce n'est pas par ignorance de l'écriture qui est connue des celtes ( alphabet grec et alphabet latin plus récemment ) mais de par la volonté de conserver l'oralité au centre de la vie religieuse , en vertu d'une croyance en la puissance du verbe prononcé et de l'oral vivant et non figé .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
boudicca
  10 août 2012
Depuis toujours, la civilisation celtique, et les druides en particulier, ont suscité une certaine fascination au sein de nos sociétés. Certaines images nous viennent ainsi de façon spontanée lorsque l'on aborde la question : le célèbre Panoramix préparant sa potion magique, des hommes plutôt âgés et à la longue barbe blanche recherchant au milieu de forêts obscures des plantes sacrées ou bien s'apprêtant à pratiquer un sacrifice ou de mystérieux rituels autours de quelques pierres levées... La superposition de toutes ces images, ajoutée au caractère contradictoire des sources et des informations que l'on peut trouver un peu partout, aboutissent à faire du druide un objet que l'on peine à identifier et à définir.
C'est dans le but de lever le voile sur cet épineux problème que J-L. Brunaux, éminent antiquiste, s'est penché sur la question dans cet ouvrage très novateur et extrêmement complet. L'auteur y recense pour nous toutes les connaissances dont nous disposons actuellement sur les druides afin d'aboutir à une définition plus nette, lavée de tous les clichés que l'on trouve d'habitude à leur sujet, de ce qu'ils furent exactement, de leur rôle au sein de la société celtique avant et après la conquête des Romains... le sujet est extrêmement complexe mais le tout est présenté avec beaucoup de clarté et de précision. Nous avons ainsi à faire à un ouvrage très bien structuré et ponctué d'assez de petites anecdotes ou faits peu connus pour que la lecture se fasse agréablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Coral
  12 avril 2012
Lorsque l'on évoque les Druides nous avons tous, du moins une grande majorité, l'image de Panoramix qui s'impose à nous. Un vieux personnage somme toute sympathique, ayant pour principale activité la cueillette du Gui et la préparation de potion. Protagoniste bienveillant qui, tel un grand-frère, surveille des villageois aussi indiscipliné que bagarreurs.
Cette "vérité" immuable, présente même dans nos manuels d'histoire n'est-elle que pure spéculation ou repose-t-elle sur des événements Historiques véritable et authentifié.
L'auteur nous propose d'essayer d'y répondre.
Cette introspection minutieuse décortique avec une grande finesse le peu de texte parlant des Druides qui sont parvenus jusqu'à nous. L'enquête Historique rends ainsi les mérites à Poseidonios d'Apamée, auteur injustement oubliés, qui se révèle être la source quasi unique des auteurs comme César, Lucain, Strabon...
Cet ouvrage riche en source et offrant une chronologie aussi clair que possible sur cette mystérieuse caste s'adresse avant tout aux passionnés de cette période de l'histoire. Un lecteur sans grande motivation pour ce sujet trouvera là un ouvrage rébarbatif, voir ennuyeux, de part son analyse poussée à l'extrême.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cannibalector
  18 mai 2011

saviez vous qu'il y a 2000 ans d'écart entre les mégalithes(dolmens, menhirs..)
et jules césar?juste un exemple des vérités rétablies par ce livre d'histoire sur les druides et plus généralement la civilisation celte et gauloise

Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   23 août 2012
Depuis la Renaissance, moment où la dette des civilisations occidentales à l’égard du monde classique est devenue une évidence, des historiens, mais aussi des hommes politiques ont tourné leur regard vers les anciens Barbares, les Francs tout d’abord, puis progressivement les Gaulois qui eux-mêmes ont dû ces dernières décennies laisser la place aux Celtes. Ce qu’ils demandent à ces lointains ancêtres est un autre modèle de culture qui ne devrait rien au monde gréco-romain. Ils rêvent d’une civilisation qui serait née et se serait développée sur place, qui ne serait pas ou peu débitrice de ses voisines et puiserait en elle ses propres valeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
finitysendfinitysend   09 octobre 2012
Maintenant que nous connaissons la principale caractéristique des plus anciens druides connus ,celle d'être des sages assez proches de par leurs préoccupations intellectuelles et scientifiques , des philosophes présocratiques ,...
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Jean-Louis Brunaux (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Louis Brunaux
Les Gaulois | 2000 ans d’histoire | France Inter
autres livres classés : Druides et druidismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1022 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre