AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Finisterrae tome 2 sur 2
EAN : 9782700249347
256 pages
Rageot Editeur (10/06/2015)
3.69/5   45 notes
Résumé :
Depuis le départ de Tristan pour l’Angleterre, Katell, restée en Bretagne, cherche à comprendre les raisons de son silence. L’aurait-il oubliée ? En elle résonnent de plus en plus les esprits druidiques et une étrange vision l’envahit...
Résolue à profiter du séjour linguistique de sa classe Outre-Manche, elle découvre Stonehenge, où ses pouvoirs se manifestent. Tristan resurgit...

Finisterrae, un diptyque fantastique qui revisite avec une auda... >Voir plus
Que lire après Finisterrae, tome 2 : Pour qui bat mon coeur Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 45 notes
5
3 avis
4
2 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
Après s'être bien acclimatés en Bretagne, tout près du Menez Hom qui, comme chacun sait, se trouve dans le Finistère, Katell et ses frères continuent leur initiation au monde des druides et des guerriers protecteurs. Dans ce tome 2, le personnage maléfique est toujours sur les traces des druides, à la recherche de tout objet merveilleux appartenant au monde celtique.
On part pour un grand voyage en Angleterre. Le monde des Celtes s'étend en effet bien loin. Toute une communauté vit dans la légende de Dana, cette déesse de la mythologie irlandaise. On vénère le feu, l'eau, le soleil, la lune, les saisons. Les reliques et les pierres précieuses sont sacrées.

Courses- poursuites pour retrouver la pierre de la Destinée, The Stone of Scone, héritage des rois Écossais, visite aux mégalithes de Stonehenge, rencontre avec un Amérindien ayant des croyances quasi similaires avec les druides. Les évènements savent se mettre à temps sur le chemin de Katell et de son ami Tristan pour les protéger. C'est ça aussi la magie des druides. Un peu trop facile sans doute. Là aussi, l'auteur aurait pu améliorer le personnage de Katell. Une jeune fille qui pourrait être le druide attendu depuis des siècles, pourrait être moins puérile. Il y a un contraste entre sa particularité et son comportement. Tristan semble plus imprégné de son rôle. C'est peut-être aussi parce qu'il vit depuis sa naissance dans la communauté, au milieu des codes runiques, de la prophétie, des cérémonies.

Le danger est imminent, mais les peines de cœur semblent plus importantes. C'est vrai que tout est dans le titre ; Pour qui bat mon cœur. Il ne fallait pas en attendre davantage. S'il y avait une suite, on trouverait une Katell plus mûre, son initiation étant bien entamée, son rôle mieux défini.

Malgré tout, ce roman de Jeanne Bocquet- Carle, qui vit dans les Côtes -d'Armor, est bien documenté et est une première approche pour aller plus loin dans cet univers mythologique fascinant. L'illustratrice Krystel a fait un travail remarquable. Une couverture qui ne manque pas d'attirer l’œil du lecteur.
Commenter  J’apprécie          170
Il n'existe à mes yeux pas grand-chose de plus frustrant que de devoir attendre plusieurs mois (voire parfois plusieurs années) avant de connaitre la suite (voire parfois la fin) d'une histoire, parce que le tome suivant (qui est parfois aussi le dernier tome) n'est pas encore sorti … C'est d'autant plus frustrant que, parfois, lorsque le fameux tome tant attendu débarque enfin en librairie, vos gouts littéraires ont tant et si bien changés que vous n'avez même plus réellement envie de reprendre le fil de l'histoire. A force d'attendre, vous avez fini par passer à autre chose, et oublier presque complétement l'existence même de cette saga … Mais il y a plus frustrant encore : quand l'auteur décide finalement de ne pas terminer la saga, ou quand l'éditeur décide finalement de ne pas traduire la suite. Pendant des années, on fait miroiter aux lecteurs impatients l'arrivée imminente de la suite, on leur promet que ça arrive, qu'il faut juste patienter encore « un petit peu » … et un beau jour, on leur dit « hé ! bonne nouvelle : il n'y aura pas de suite ! ». C'est quelque chose qui a tendance à me mettre en rogne, car c'est un manque profond de respect envers les lecteurs. Et puis, dernière chose assez frustrante : quand l'auteur s'efforce effectivement d'offrir une suite au lecteur … mais que cette dernière s'avère plus décevante encore qu'une absence de suite. Comme si elle était artificielle, forcée, comme si l'auteur, en annonçant que le premier tome était un premier tome, avait oublié de réfléchir à la suite, et se retrouvait fort démuni au moment de l'écrire …

Depuis le départ de Tristan, parti en Angleterre retrouver sa mère (qui était censée être morte et enterrée, mais qui est en réalité bien vivante … et soigneusement internée pour éviter qu'elle ne dévoile les secrets druidiques à n'importe qui), Katell est inconsolable. Chaque jour, elle espère recevoir de ses nouvelles, un petit mail ou un petit SMS, mais chaque jour, ses espoirs sont déçus et elle plonge un peu plus dans l'apathie. C'est certain : il l'a oublié, elle n'a pas compté le moins du monde pour lui. Tout ce qu'il appréciait en elle, c'est le fait qu'elle est supposée être la super druidesse annoncée par la prophétie et attendue depuis des décennies. Mais Katell ne se sent clairement pas l'âme d'une super druidesse, juste celle d'une adolescente en plein chagrin d'amour. A quoi bon chercher à lire dans l'eau ou dans le feu, à quoi bon saluer le soleil et remercier la terre, si elle doit être à tout jamais séparée de Tristan ? Tout ce qu'elle demande, c'est qu'on la laisse pleurer sur son petit coeur brisé en paix ! C'est sans compter sur l'obsession de Sir John à récupérer les artefacts sacrés de son peuple, sans compter sur l'obstination de sa mère qui sait comment la mener par le bout du nez, et sans compter sur l'excitation grandissante de sa meilleure amie au fur et à mesure qu'approche leur voyage scolaire en Angleterre … Voyage qui pourrait bien prendre un tournant parfaitement inattendu, et indiscutablement druidique !

Nous retrouvons Katell là où nous l'avons laissée : en train de se lamenter parce que son petit copain est parti loin d'elle pour retrouver sa mère, qu'il pensait être morte. Non mais quel égoïsme ! Elle devrait plutôt se réjouir pour Tristan, qui n'a jamais surmonté le « décès » de sa mère, plutôt que de chouiner parce qu'il lui manque, comme si elle était la seule et unique personne au monde à être séparée de son petit copain ! Surtout que cela ne fait que deux semaines qu'il est parti, non d'un petit bonhomme en mousse, et non pas deux ans ! Katell avait déjà cette fâcheuse tendance à m'agacer dans le premier tome, mais là, elle explose absolument tous les records : j'avais vraiment envie de la baffer toutes les deux lignes ! Et cela d'autant plus que Katell réussit à combiner les lamentations incessantes sur l'absence de Tristan, son « seul et unique amour », et le désarroi profond parce que « le beau gosse sur lequel je viens de flasher est finalement déjà en couple avec une peste ». Il faut savoir, tu es amoureuse de Tristan ou de Quentin ? A croire que finalement, Katell ne sait faire qu'une seule et unique chose dans la vie : se plaindre. S'apitoyer sur son sort. Gémir, pleurnicher, chialer, sangloter. S'énerver contre ceux qui ne respectent pas son « immense souffrance » et ne la laisse pas pleurer en paix. Se plaindre à nouveau parce que « c'est trop injuste » et bouder comme une gosse de trois ans à qui on a interdit de prendre un troisième cookie avant de passer à table …

En gros, en disant ça, je vous ai résumé … disons les deux-tiers du livre : autant vous dire que ce n'est pas palpitant pour un sou, et que je me suis sérieusement demandée si je n'allais pas purement et simplement abandonner, plutôt que de perdre mon temps à me coltiner la petite crise d'ado frustrée de Katell. Mais comme le livre est très court, j'ai décidé de lui laisser sa chance jusqu'au bout … et je ne suis pas certaine d'avoir fait le bon choix. Car on a vraiment l'impression que l'autrice n'avait absolument aucune idée de ce qu'elle était censée nous raconter. le premier tome avait été présenté comme un premier tome, donc elle était bien obligée de nous sortir une suite, mais elle n'avait visiblement pas réfléchi en amont pour savoir si elle aurait de la matière pour cela. Alors … elle a vaguement improvisé, visiblement. Hop, une histoire de pierre qui disparait, quelques petites visions vaguement mystérieuses pour rappeler que Katell est supposée être une druidesse au pouvoir immense, et un voyage scolaire qui permet à l'héroïne de se retrouver en Angleterre, quelle chance ! S'ensuit alors quelques menues visites londoniennes, puis ils terminent (quelle surprise) par Stonehenge, où l'arrivée de Katell fait réagir les pierres (autant pour la discrétion, mais de toute façon, personne ne s'est posé plus de questions que cela …), et au moment précis où elle s'apprête à prendre le bateau pour le retour, imaginez QUI la contacte ? Je vous le mets dans le mille, le fameux Tristan, quel sens du timing !

Ni une ni deux, un petit tour de passe-passe et les deux adolescentes échappent allégrement à la surveillance de leurs professeurs ET des services de sécurité, prêtes à vagabonder dans l'Angleterre et l'Ecosse sauvages pour aller faire … et bien on ne sait pas trop quoi, en fait. On ne saisit pas bien s'ils fuient ou s'ils cherchent quelque chose. Toujours est-il que le grand méchant ressurgit pile au même moment, kidnappe tout ce petit monde, tout fier d'avoir enfin mis la main sur le dernier artefact … mais comme c'est le grand méchant, et que Katell est la big druidesse, hop, en quelques lignes, le compte du grand méchant est réglé, et tout le monde est content (et se marièrent, et eurent beaucoup d'enfants) ! Et c'est fini ! En gros … tout ça, pour pas grand-chose (et je suis gentille en ne disant pas « pour rien »). C'est très expéditif, comme si l'autrice n'y avait pas mis beaucoup de conviction, comme si elle s'était vraiment forcée pour offrir un simulacre de fin à ses lecteurs, comme pour se débarrasser d'une corvée. Ça peut sembler dur, dit comme ça, mais c'est vraiment le ressenti que j'ai eu du début à la fin … Parce que le premier tome était certes un peu prévisible par moment, mais il y avait quand même une intrigue, il y avait quand même des enjeux, un peu de tension. Là … c'était plat. Une succession de chapitres, de scènes, qui ne suffit pas à former une vraie histoire, parce qu'une histoire, c'est vivant, c'est dynamique ! Et une fin bâclée, qui manque de réalisme ET de magie à la fois. Finalement, la fin ouverte du premier tome était préférable !

En bref, vous l'aurez bien compris, j'ai vraiment été déçue par ce second et dernier tome … On a vraiment le sentiment que l'autrice n'avait absolument aucune idée de ce qu'elle était censée faire, alors elle a fait tout et n'importe quoi. Autant le premier tome avait un fil rouge bien défini, avec une vraie menace, avec une vraie quête, avec de vraies péripéties (même si certaines se résolvaient bien facilement, elles avaient le mérite d'exister), autant là, on a le sentiment que l'autrice elle-même errait sans savoir où elle voulait nous emmener. C'est comme si elle n'avait elle-même aucune idée du fil rouge de l'intrigue, de ses enjeux. Alors elle trimballe ses héros d'un endroit à un autre, comme des petits pantins bien obéissants, leur fait vivre quelques péripéties pour donner l'illusion qu'il se passe plein de trucs, puis se débrouille pour que le grand méchant disparaisse du paysage, pour que tout (sans qu'on sache réellement ce que recouvre ce « tout ») puisse reprendre comme avant. Tout est bien qui finit bien, même si on n'a absolument pas compris ce qui n'allait pas, même si on n'a absolument pas compris comment ça s'est réglé. C'est vraiment dommage, car avec tout ce qui était présenté (les légendes, prophéties, pierres magiques, dons surpuissants), il y aurait clairement eu moyen de faire quelque chose d'un peu plus construit, consistant, cohérent … En clair, si vous aimez la culture celtique et druidique, ce n'est pas cette duologie que je vous conseille, car vous resterez vraiment sur votre faim. Par contre, si vous voulez vivre par procuration un « tragique » chagrin d'amour, c'est plutôt le bon roman !
Lien : http://lesmotsetaientlivres...
Commenter  J’apprécie          30
RISQUE DE SPOILER DU TOME PRECEDENT !

Comme vous le savez, j'avais adoré le premier tome, apprécié l'humour et surtout les stéréotypes de la Bretagne tournés à l'auto-dérision. J'avais trouvé l'intrigue très intéressante et très bien menée. J'étais donc curieuse et pressée de lire la suite et fin. Même si j'ai aussi bien aimé, que ça se lit très vite, j'ai néanmoins un peu moins aimé que le premier tome. Pourquoi ? Peut-être parce que j'ai trouvé que Katell pleurait trop sur son sort le départ précipité de Tristan, dont elle était tombée amoureuse.

Comme je viens de le dire, nous quittions Katell dans le tome 1, complètement effondrée. Tristan l'a abandonnée, elle vit en Bretagne, loin de tout et de ses amis, et se voit contrainte d'apprendre la vie des druides pour se sauver, étant pourchassée par un homme qui leur veut tous du mal. Mais lors d'un voyage d'études en Angleterre, elle voit une lueur qui pourrait lui faire retrouver celui qu'elle aime, tandis qu'elle est assaillie de visions assez horrifiques pour lui faire peur. Sont-elles vraies ? Vont-elles vraiment se produire ? Ou ne sont-elles que des songes qu'elle se fait ?

Si j'ai adoré retrouver ma Bretagne et ces petits coins de paradis un peu inconnus de tous, traités avec justesse et passion de l'auteure, il n'en est pas moins que j'ai été moins prise par l'univers. Ne me demandez pas pourquoi, moi-même je serai incapable de vous l'expliquer. Et pourtant, la plume n'a pas changé, l'intrigue reste la même avec des difficultés en plus qui mettent Katell dans des situations compliquées, mais pourtant... un je-ne-sais-quoi m'a dérangée. Peut-être le fait qu'au lieu de prendre au sérieux sa destinée et de sauver et protéger ceux qu'elle aime, Katell pense avant tout à l'abandon de Tristan, qui est parti sur les traces d'une personne qu'il pensait disparue, en Angleterre ? Oui, je pense que c'est cela.

Parce que contrairement à ce que je pensais, Katell ne s'endurcit pas de cet « abandon », au contraire. Elle se laisse aller à la tristesse, à la peur qu'il l'ait oubliée, au fait qu'il ne donne aucune nouvelle. Elle s'inquiète, ce qui est tout à fait normal, mais elle est devenue une adolescent énamourée, parce que son copain est parti depuis trois semaines, sans lui donner de nouvelles... Certes, elle est encore jeune, c'est une adolescente, mais quand même ! Si cela avait été plusieurs mois, j'aurais compris, mais elle m'a plus agacée que touchée. Et d'ailleurs, j'ai beaucoup aimé sa mère et sa meilleure amie, qui essayent de lui ouvrir les yeux et lui faire comprendre que ce n'est qu'un garçon, un chagrin d'amour dont elle s'en remettra. Mais notre chère Katell est butée et surtout condescendante envers ses proches. Elle ne voit que son nez à elle, et l'avantage qu'elle aurait à retrouver Tristan. Vous l'aurez compris : cela m'a vraiment agacée.

A contrario de cette personnalité qui m'a dérangée, j'ai adoré tout le voyage que fait la classe de Katell en Angleterre. En compagnie de sa meilleure amie, elle va faire des découvertes qui vont les mener tout droit à des choses qu'elle n'imaginait pas forcément (surtout sa meilleure amie). Cette dernière apporte une fraîcheur au récit, parce qu'elle est totalement innocente, ne connaît pas la vraie vie de Katell, et a donc des réactions d'adolescente normale, qui nous font sourire. J'ai vraiment aimé ce voyage, la petite quête qui en découle, et les passages au passé, qui nous permet d'en apprendre plus sur ces reliques que l'on découvre au fur à et mesure. En plus, d'après ce que j'ai compris, ces passages au passé ont réellement existé, et les personnages que l'on découvre aussi, ce qui apporte une nouvelle touche de mystère, moi qui suis fan de toutes ces légendes bretonnes.

En résumé, malgré le caractère de Katell que j'ai vraiment moyennement apprécié, l'intrigue qui tourne autour dès le voyage scolaire m'a vraiment happée et très intéressée, ce qui fait qui j'ai dévoré les dernières parties, voulant toujours en savoir plus et enfin avoir les réponses aux questions que je me posais depuis le départ. En somme, ce second et dernier tome offre tout ce que l'on attend niveau réponse, mais du côté de Katell, il m'a un peu déçue.

Justine P.
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
Commenter  J’apprécie          90
Tristan est parti rendre visite à sa mère qui est à l'hôpital, et depuis, Katell n'a plus de nouvelles de lui. de toute façon, il faut tout de même qu'elle suit son entraînement : lire dans le feu.
Tout le monde doit être très prudent car Sir John n'est pas loin…

Katell part en Angleterre avec sa classe et son amie Nolwenn. C'est alors que Tristan donne RDV à Katell en Angleterre. Et l'aventure va commencer…

Ce tome 2 est super. Je l'ai adoré. Il peut plaire à tout le monde, car il peut plaire aux jeunes filles (notamment avec l'histoire d'amour) mais aussi aux adultes car le reste est tout aussi captivant.
Commenter  J’apprécie          120
J'avais vraiment adoré le tome 1 et j'attendais avec impatience ce tome 2 : le voilà entre mes mains et je le commence en compagnie de Saefiel !

Je dois avouer que dès le départ j'ai vu que ce tome (clôturant ce diptyque) était assez court et j'avais peur que tout cela se fasse dans la précipitation. Crainte qui s'est révélée fondée... En effet, j'ai vraiment aimé retrouver tous les personnages, l'atmosphère celtique, magique, découvrir aussi de nouveaux protagonistes mais l'ensemble est vraiment trop rapide.

J'ai aimé les flashbacks vers les années 50 durant le vol par quatre étudiants de la pierre d'Ecosse car cela mettait en parallèle le récit avec L Histoire. Cependant le personnage de Kay n'était pas assez mis en avant, expliqué, approfondi. Il en va de même avec Will, un amérindien qui débarque dans l'histoire et ne fait l'objet que de quelques scènes intéressantes alors qu'il semblait vraiment passionnant.

De surcroit j'aurais vraiment aimé que cela soit porté sur l'action, les rebondissements, la quête du personnage principal mais ce sont les amourettes qui prennent le dessus avec l'absence de Tristan qui met le coeur de notre héroïne à rude épreuve. Enfin je dirai que les situations se déroulent trop facilement : le dénouement est aisé, les personnages "normaux" acceptent trop facilement la "magie" dans leur vie... J'ai aimé l'intervention finale de l'auteure nous permettant de rester un peu plus longtemps dans l'histoire. En fait je pense que cette aventure aurait due faire l'objet d'une trilogie pour permettre le tout de bien se mettre en place.

En définitive, une bonne histoire qui aurait gagné en qualité avec plus d'approfondissements sur l'intrigue et les personnages.
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Les essuie-glaces balayaient le pare-brise comme un métronome sur un air de gouttes et de moteur, une mélodie de fuite et de pays à traverser.
Commenter  J’apprécie          110
Les saies blanches disparurent une à une, tels des spectres regagnant les forêts et les sous-bois, et le feu ne fut plus qu'un mince filet de fumée montant dans le ciel noir.
Commenter  J’apprécie          30
Je regardai ma housse de couette tourner dans le tambour envahi par la mousse. Bientôt l’odeur de Tristan disparaîtrait totalement.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Jeanne Bocquenet-Carle (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanne Bocquenet-Carle
Avec Samantha Bailly, Jeanne Bocquenet-Carle,Charlotte Bouquet, Olivier Gay et la participation de visiteurs-lecteurs des Imaginales !
Vidéo réalisée par Jade Sequeval (https://500px.com/jadesequeval).
autres livres classés : Druides et druidismeVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (91) Voir plus



Quiz Voir plus

SURVIVRE - Jeanne Bocquenet-Carle.

Où l'histoire commence t-elle ?

En Provence.
En Normandie.
En Alsace.
En Bretagne.

15 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Survivre de Jeanne Bocquenet-CarleCréer un quiz sur ce livre

{* *}