AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207305740
Éditeur : Denoël (12/04/1995)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Sur la planète Santäl souffle un ouragan permanent qui arrache les cheveux des hommes et aspire les cercueils hors du sol. Là, une secte de musiciens, retranchée dans un opéra bâti comme une forteresse, essaie d'apaiser les éléments en furie en exécutant d'étranges symphonies, mais la pluie qui coule dans leurs instruments, toxique, les condamne à la mort lente. Comme à son habitude, c'est à une plongée dans un monde halluciné que Serge Brussolo nous convie.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Millencolin
  20 août 2018
Serge Brussolo est toujours aussi incroyable d'imagination. C'est certes assez sinistre et morbide, mais cela force l'admiration.
A travers ce second opus de la trilogie de la Planète des Ouragans, l'auteur nous dresse encore un portrait des dérives de l'humanité haut en couleurs. Ici, rien n'est fait dans la demi-mesure, il exagère beaucoup de points à l'extrême du loufoque et du grotesque pour bien présenter à quel point l'être humain peut être absurde et ridicule.
L'histoire est bien trouvée. Ici nous nous intéressons uniquement à la vie dans une ville de la fameuse planète. Brussolo nous décrit comment elle est gérée, et comment cohabitent les quelques classes sociales composant la population, et à quel point la vie humaine tient à peu de choses et peut être bradée sur base de fausses croyances et de propagandes bien senties.
Par contre j'ai été quelque peu déçu car rien ne nous prépare finalement à ne plus du tout suivre le destin des personnages principaux du premier tome. Seule la fillette et son chien poursuivent ici l'aventure. Nous n'apprenons absolument plus rien quant à la quête développé auparavant. de même, que le présent tome ne s'intéresse plus vraiment à la raison de la colère du volcan à l'origine des fameuses tempêtes et autres ouragans.
Donc il s'agit d'un très bon roman, pour qui aime la plume de l'écrivain, mais il est plutôt à prendre séparément de ladite trilogie. Car il est un peu cruel et violent de nous faire nous attacher à des personnages, nous développer une vraie ouverture en fin de récit, pour nous zapper tout ça complètement sans crier gare.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
cicou45
  30 avril 2013
La petite ville d'Almoha qui se trouve sur la planète Santäl est affreusement menacée. Elle risque de s'effondrer à tout moment, tout comme la planète elle-même. L'écorce terrestre (enfin santëlestre, si vous préférez) est devenue extrêmement fine, à tel point que les plus originaux ont décidé de ne plus jamais mettre pied à terre et se déplacent donc en ballon. Tout le surplus de vêtement et de meubles est régulièrement brûlé et, lorsque des tempêtes se déclarent (ce qui est très fréquent), l'orchestre guérisseur offre un concert gratuit en plein air, concert qui n'est en réalité qu'un leurre puisque tous les infirmes et malades s'y retrouvent dans l'espoir d'apaiser leur maux et se font indéniablement emporter par la tempête, ce qui est censé alléger le poids que supporte la planète !
Nathalie et son fidèle doberman Cédric, eux, ne sont pas dupes st savent très bien tout ce que l'Opéra essaie de faire et que le gouvernement au pouvoir, ceux que l'on nomme les prêtres, dissimulent en réalité leurs crimes derrière de sot-disant bonnes intentions. Ne trouvant de cachette nulle part, elle va finalement trouver refuge dans le vieux parc zoologique qui est truffé de mines explosive mais elle, réussira à y rentrer grâce à son fidèle compagnon. S'y trouve aussi le vieux conservateur fou Werner qui leur sera, en temps voulu, d'une aide précieuse. Au cours de son long séjours dans ce musée, elle fera la connaissance d'Isi, une jeune et belle musicienne, envoyée en mission pour s'emparer des fameux os des dinosaures conservés ici, seuls capables de fournir la matière première à la construction de flûtes, seuls et uniques instruments dont se servent l'orchestre. Cette dernière parviendra-t-elle à sa mission et la jeune femme et la fillette deviendront-elles amies ? La planète survivra-t-elle ? Quels sont les secrets que celle-ci recèle ?
Ayant acheté cet ouvrage dans mes années "Science-fiction", je ne l'avais jamais ouvert jusqu'à présent (ce qui est maintenant chose faite) et j'avoue ne pas vraiment avoir été emballée par l'histoire en elle-même (ou peut-être est-ce moi qui suis attends dorénavant quelque chose d'autre dans mes lectures), même si l'ouvrage n'est pas sans charme puisque très bien écrit et rempli de suspense. Sachez en tout cas que si vous vous aventurez dans cette lecture que cet ouvrage fait en réalité parti d'un cycle (Le cycle des naufrageurs) dont les deux autres ouvrages s'intitulent "Rempart des naufrageurs" et "Naufrage sur une chaise électrique".
A lire, pour les amateurs et fans de SF §
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
jamiK
  27 août 2018
Serge Brussolo reprend le monde créé dans Rempart des naufrageurs et deux personnages secondaires du premier roman deviennent les personnages principaux de celui-ci, Nathalie et son chien Cedric. L'univers présenté ici quitte un peu le domaine de la science fiction pour s'orienter vers un monde plus fantastique, plus magique, voire fantasy. Il y a sans doute moins d'inventions foisonnantes que dans le premier, encore que l'imagination de Brussolo soit toujours totalement débridée. Et ce que je découvre avec un grand plaisir chez cet auteur, c'est ces envolées dans des monologues intérieurs sur des idées vraiment déjantées, créant des idéologies, des pensées totalement folles, liés à cet univers qu'il a créé, c'est parsemé de réflexions sur des sujets les plus scabreux, comme ce petit passage sur les pets qui m'a fait bien rire. de plus, les décors, les personnages sont présenté avec un réalisme baroque, et pour ne rien gâcher, l'écriture est assez élégante, le rythme efficace. Alors, même s'il ne va pas aussi loin que dans le premier tome de la trilogie, concentrant toute l'action autour de la cité, cette lecture a été un moment vraiment réjouissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
jmb33320
  27 mai 2018
J'avais lu il y a quelques mois (années ?) le premier volet de cette "Plantète des Ouragans", qui ne m'avait pas vraiment convaincu : trop échevelé, "malade". Beaucoup de trouvailles franchement névrotiques. J'ai "laissé reposer" avant de reprendre avec ce roman... En vain. J'ai les mêmes réticences. Ceci-dit des images de cette lutte pour la survie de Nathalie et de son chien Cédric dans la ville d'Almoha me resteront sûrement longtemps en tête... Je reconnais que Brussolo a bien du talent, simplement ce n'est pas pour moi...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
jamiKjamiK   27 août 2018
Nathalie attendait avec impatience qu’un décret officiel vienne aussi réglementer l’usage du pet. À son avis, il était en effet impossible de feindre d’ignorer l’importance d’une telle turbulence naturelle, d’une telle perturbation, que le langage policé désignait d’ailleurs sous l’euphémisme de « vents ». Cette coïncidence dans les appellations était comme un signe occulte, un signal d’alarme. Fallait-il voir dans le pet une contrefaçon, une parodie diabolique du souffle ? On dit « rendre son dernier soupir », « exhaler un dernier souffle », « rendre l’âme ». Si le souffle devait être rattaché à la notion d’âme, qu’en était-il du pet ?
Devait-on assimiler les fermentations intestinales aux noires pestilences du péché ?
Nathalie estimait qu’on avait grand tort de prendre ce point théologique à la légère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
cicou45cicou45   28 avril 2013
"Là où les drogues les plus puissantes restaient sans effet, la musique médicale triomphait, alliant le plaisir esthétique au soulagement physique."
Commenter  J’apprécie          310
cicou45cicou45   28 avril 2013
"Rien de tel que l'inquiétude collective devant l'inconnu pour consolider les tyrannies."
Commenter  J’apprécie          330
cicou45cicou45   29 avril 2013
"De la prolifération naissait l'uniformité, et de l'uniformité l'abolition de tout repère."
Commenter  J’apprécie          290
MillencolinMillencolin   17 août 2018
Rien de tel que l'inquiétude collective devant l'inconnu pour consolider les tyrannies.
Commenter  J’apprécie          210
Videos de Serge Brussolo (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Brussolo
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin).
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Peggy Sue et les fantômes

Quel est le nom de famille de Peggy Sue ?

Fairway
Trueway
Fairpath
Farewell

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Peggy Sue et les Fantômes, tome 1 : Le Jour du chien bleu de Serge BrussoloCréer un quiz sur ce livre