AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Malhorne tome 1 sur 5
EAN : 9782253124337
696 pages
Le Livre de Poche (06/03/2008)
4.01/5   229 notes
Résumé :
On trouve des traces de Malhorne à toutes les époques. De Malhorne ou de l'un de ses pairs. Des ossements, une empreinte de pied marquée à tout jamais dans le permafrost sibérien, une peinture rupestre, un symbole gravé sur un mégalithe, une statue figée en Louisiane... Il est là. Depuis toujours. Jamais il n'a manqué un âge. Et pourtant, mis à part les siens, nul n'a jamais su qui il est, ni où il se trouve. Aujourd'hui, la traque a enfin commencé. Des hommes ont t... >Voir plus
Que lire après Malhorne, tome 1 : Le trait d'union des mondesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 229 notes
Passionnant, quoi qu'un brin répétitif dans la construction, mais on pardonne facilement eût égard à l'excellent niveau à la fois d'écriture et de scénario.

Je n'avais jamais lu de J. Camut, mais il est sûr et certain que j'en lirai d'autres.
Voilà un auteur français qui a sans doute longuement travaillé son oeuvre, qui a des choses à dire, un esprit critique et un cynisme qui me parlent. La langue est recherchée, et change selon les moments et les situations (selon qu'on se trouve avec des scientifiques ou avec des soldats du 16ème siècle, par exemple...), les personnages sont attachants, très humains, Malhorne étant le plus charismatique, bien sûr...

S'attaquant à des sujets pas faciles (l'immortalité, la religion, la destruction de la planète et l'écologie), c'est avec brio que l'auteur navigue entre flash-backs et présent. Bien sûr, il faut avoir la base culturelle pour réellement apprécier ce livre, que ce soit historique ou sur les différentes spiritualités et religions humaines.
Mais la réflexion qui s'ouvre dans ce tome 1 est vraiment intéressante !

C'est passionnant, quoi qu'un peu répétitif, comme je disais, mais chaque événement apporte une pierre à l'édifice patiemment élaboré par l'auteur, et quand on finit ce tome 1, on n'a qu'une envie, sauteur sur le tome 2, ce que j'ai fait sans coup férir, en espérant que l'auteur approfondisse son propos ! :)
Commenter  J’apprécie          183
Formidable. C'est le mot le premier mot qui me vient à l'esprit quand je referme ce livre. Alors que je n'étais certainement pas destiné à lire ce livre, il s'avère que c'est un de mes plus beaux voyages littéraires depuis le Fléau et la Tour Sombre de Stephen King, Papillon et Banco d'Henri Charrière, les Thanatonautes de Bernard Werber. Vous pensez que j'exagère ?

Lisez le livre et vous comprendrez !

Pourquoi dire que je n'étais pas destiné à le lire ? Parce que je n'aurai peut être pas eu ce livre entre les mains si je n'avais pas rencontré son auteur. Ma démarche était simple : j'avais adoré le travail de Jérôme Camut sur le thriller qu'il a écrit avec sa compagne Nathalie Hug et j'étais curieux de découvrir son autre facette. Mais j'avais un peu peur de ne pas accrocher à sa quadrilogie, je pensais que c'était de l'Heroic Fantasy, et je ne suis pas super client de ce genre là. Il m'aura fallut atteindre le chapitre 2 pour comprendre que j'allais commencer une aventure palpitante et que je m'étais trompé sur le genre, faut dire que je n'étais pas super aidé parla couverture de l'édition Bragelonne qui orientait cette série dans la mauvaise direction.

Alors maintenant, vous êtes en droit de vous dire que mon sens critique est émoussé par le fait que je connais l'auteur, que je prends plaisir à le rencontrer et à papoter avec lui quand l'occasion m'en est donnée. Je vous rassure, ce n'est pas le cas. Mais je suis forcé de reconnaître que j'aurais été bien emmerdé si j'avais détesté ce livre … Bah oui, comment dire à quelqu'un que l'on apprécies, que l'on n'est pas réceptif à l'énergie qu'il a insufflé à son oeuvre, que l'on s'est ennuyé ferme et que le fait de tourner les pages a été une dure labeur ?

Mais lorsque la lecture s'avère plus que positive et que vous pouvez lui dire l'inverse, c'est magique.

La magie, c'est ce qui ressort de cette histoire. Y a de la magie et surtout de l'amour. C'est un mot malheureusement galvaudé de nos jours mais il y a une telle énergie qui se dégage de cette histoire. Je me rappelle de Nathalie Hug me révélant qu'elle était tombée sous le charme de ce roman, en se disant que l'auteur devait être assez âgé pour avoir un tel regard sur le monde (en tapant ces mots, je me dit que Jérôme est peut être une incarnation de Malhorne !!). Y a certainement une grande maturité qui se dégage de ce premier tome mais aussi une part d'enfance. C'est étrange cette sensation, de lire un livre en ayant l'impression que l'auteur se met à nue en mettant à l'oeuvre son regard d'homme et d'enfant, son amour et son amertume, son optimisme et son pessimisme, ses certitudes et ses rêves.

Cette magie, cette l'amour qui transpire des mots de l'auteur est la même qui émane des livres que j'ai cité plus haut : typiquement le genre de saga qui s'apparente à un train que l'on prend et qui après avoir atteint le dernier quai du dernier chapitre, fait de nous un lecteur qui voyagera longtemps avec les images de cette histoire. le genre de fiction qui parle à notre capacité à croire et à nous laisser embarquer. le genre d'histoire à laquelle vous pensez quand vous êtes dehors, que vous marchez dans la rue, que vous flânez en regardant le ciel, en vous disant que l'amour et la magie ont encore leurs places parmi nous, qu'il faut juste être bien attentif et réceptif et prendre le temps de les remettre à l'ordre du jour dès que le besoin s'en fait sentir.
Commenter  J’apprécie          54
le roman commence par une scène présentant un personnage que l'on ne reverra pas par la suite. Puis nous rencontrons le fameux Malhorne en 1491 et c'est un choc : on découvre un paillard, abusant du sexe et de la boisson. (Où est l'être noble que l'on s'attend à trouver ? N'ayez crainte, il arrive !).
Au chapitre suivant nous sommes transporté en 1999 et nous assistons à une étrange conversation entre un certain Julian Stark et Kimberly.

Nous nous fixons ensuite sur le personnage secondaire le plus présent de tout le livre : Franklin Adamov, un ethnologue qui, parti chercher une peuplade inconnue, découvre une étrange statue qui lui vaudra une certaine renommée.
Après la mise au jour de ses découvertes, Franklin est immédiatement contacté par une mystérieuse Fondation proposant de financer ses prochaines recherches sur le sujet. L'ethnologue, tout d'abord méfiant, fini par accepter lorsque la Fondation Prométhée lui fait parvenir des photos d'une statue identique, retrouvée au Tibet...
Commence alors une quête au trésor intrigante qui les ramènera vers... Julian Stark !

le roman entre alors dans sa phase la plus longue : Malhorne raconte la totalité de ses vie antérieures afin de convaincre la Fondation Prométhée de la véracité de ses dires.
Nous passons alors par tous les âges, toutes les religions et toutes les cultures (dont les plus belles au monde à mes yeux : la culture amérindienne et la culture asiatique). Bien qu'intéressantes, ces histoires ne m'ont pas accrochées du tout, je les ai toutes trouvé très longues et ennuyeuses. Si ce livre n'avait pas été le préféré de mon fiancé, je l'aurais très certainement laissé tomber avant la moitié.
Le récit est parfois entrecoupé de courts chapitres sur les recherches de la Fondation Prométhée sur les traces éventuelles des vies antérieures de Malhorne qui prouverait donc ses dires. On entrevoit également les conversations "privées" entre Malhorne et d'autres membres de la Fondation, ainsi que les expériences de celui-ci qui se révèle toujours étonnantes.

A la fin du roman, un soupçon d'action vient faire palpiter doucement notre coeur endormis, et nous font terminer le roman sur une note un peu plus positive.
Bien que les vies antérieures de Malhorne soient intéressantes, un résumé de chacune m'aurait suffit. Je comprend qu'il faille poser les bases pour une histoire plus vastes mais là c'était vraiment long et j'ai peur que les autres lecteurs n'insistent pas tous autant que moi (en tout cas pour ceux qui aiment qu'il y ait un minimum d'action). À la longue la lecture devient pesant parce que l'on attend toujours que quelque-chose vienne perturber le récit, mais en vain.

Bref, à mon sens Malhorne est un bon roman mais beaucoup trop long. le deuxième tome a l'air plus intéressant mais je ne pense pas m'y repencher de sitôt.
Commenter  J’apprécie          50
J'ai adoré me plonger dans ce livre. L'atmosphère qui y règne et le mystère qui se dévoile au fil des lignes et des pages. Il est clair qu'en finissant le premier tome de "Malhorne" on a qu'une chose en tête,commencer le tome II pour en connaître plus.
Ce livre est d'une lecture facile mais les questions qu'elle peut poser sont des questions majeures. Ici,je n'en parlerai pas pour ne pas dévoiler la trame de l'histoire. Dans tous les cas cela restent des questions actuelles,de notre temps.
Les descriptions sont vraiment bien réelles,on se laisse bercer par la vie ou les vies du héros principal.
Je trouve également que le travail de recherche de Jérôme Camut est bien mené au fil des différentes époques.
Donc à ceux qui se tâtent encore pour le lire,je vous dirais que ce n'est que du bonheur.
Commenter  J’apprécie          130
Premier tome d'une tétralogie de plus de 2500 pages, Malhorne le trait d'union des mondes nous installe calmement et lentement dans un futur proche. le roman ne commence qu'après 200 pages au moins. Certains diront que c'est beaucoup trop long, en ce qui me concerne, je trouve que 10% pour une mise en place ce n'est pas si long que cela. L'introduction permet de se familiariser avec certains personnages (Franklin l'ethnologue, Spencer le body-guard et Craig le boss de la fondation Promethée) et de partir à la recherche des statues de Malhorne. le récit commence surtout après la rencontre avec Malhorne et l'histoire de ses nombreuses vies.
J'ai beaucoup aimé voyager de personnes en personnes à travers le temps (d'un garde armé catholique, il devient plus tard le Rimpotché en passant dans la jungle amazonienne). le recit est lent, posé sans jamais être ennuyeux car agrémenté de quelques scènes d'actions (démonstration de pouvoir de Malhorne). le style littéraire est parfait, cela se lit très bien. le dosage de fantastique est suffisamment subtile pour ne pas tomber dans le n'importe quoi. le seul petit regret concerne le personnage de Franklin qui est l'un des personnages principaux et qui n'est pas très développé (il reste des pages pour le faire).
Cette tétralogie commence donc bien et je ne vais pas manquer de lire la suite !
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Malgré mes multiples expériences de ce moment,la mort réussit encore à me faire peur. Mon coeur battait la chamade et sans doute cela accéléra-t-il le processus. Le soleil disparut dans les brumes qui rasaient l'horizon. Mon cerveau enregistra cette dernière image mais ma vieille poitrine ne se soulevait plus. La vie passe ainsi. Les jours s'écoulent comme des grains de poussière à travers l'entonnoir du sablier.
Au début,ils sont tellement nombreux qu'on s'imagine éternel. Alors,les gaspiller n'est rien. Et puis on prend de la bouteille et il est temps de s'apercevoir que la vie est précieuse,que les jours sont comptés.
Parfois,on se prend à regretter,mais il est déjà trop tard et tout retour devenu impossible. La carcasse s'étiole,comme les vents d'automne emportent les feuilles vers la morsure de l'hiver. On aspire au repos et la braise d'antan devient un piètre feu,qui couve à peine.
Alors il temps de mourir.
Commenter  J’apprécie          100
p.458.
Si vous avez perdu dans votre vie un amour véritable, alors vous savez ce qui m'est arrivé. Vous comprenez que plus rien n'a de saveur... Mais il demeure un détail qui risque de vous échapper. Le manque ne connaîtra pas e fin parce que je n'ai pas d'issue. Pas même la mort !
Je sais bien qu'elle n'a pas totalement disparu. Ce n'est pas le fruit d'une conviction religieuse mais la conclusion évidente de cinq siècles de renaissances. Kim existe toujours, même s'il ne m'est plus possible de la voir.
Commenter  J’apprécie          60
p.73.
Bien que nous n'ayons pas décelé de lésion cérébrale, il présente les symptômes comportementaux d'un blocage psychologique post-traumatique. et d'autre part, je vous rappelle que nous sommes une clinique privée. le conseil d'administration de cet établissement décide chaque année de la reconduction de chaque patient. M. Stark, ou plutôt devrais-je-parler de sa tutelle, est un excellent payeur. Je ne vois pas dans ce cas pourquoi nous ne le garderions pas. Nous nous efforçons ici de ramener vers un équilibre de vie plus ou moins cohérent des personnes philanthropes, si vous voyez ce que je veux dire.
- Parfaitement ! Il n'y a rien d'inacceptable, l'assura Stacey. Docteur Kibrov, si j'ai bien compris votre exposé, Julian Stark possède intactes toutes les fonctions de la parole mais se refuse à les utiliser. C'est bien cela ?
- C'est exactement cela ! Parler d'autisme serait une pure erreur, mais l'image collerait au personnage malgré tout. Il occupe ses journées avec des lectures diverses. Son appartement dans la clinique est tapissé de bibliothèques remplies à craquer. Il s'adonne aussi à la musique. Il compose, voyez-vous. Sur un ordinateur. Si vous avez le temps, je vous emmènerai tout à l'heure y jeter un coup d’œil. Il ne doit pas s'y trouver à présent, c'est l'heure de sa promenade quotidienne.
Commenter  J’apprécie          10
Les sept représentent l’heptagone qui m’apparut en songe, lors d’une si lointaine nuit d’il y a près de cinq siècles....Quatre et trois, le quaternaire associé à la trinité, la matière à l’esprit, les éléments au divin.

Je suis le gardien de cette révélation, dont je ne sais pour ainsi dire rien.

La statue reproduisait un homme presque nu, assis sur la matière dans laquelle il avait été sculpté, vraisemblablement un bois pétrifié. La lame de l’épée plantée entre ses jambes disparaissait à mi-course dans la masse du bloc de pierre.

Pour résumer, la Fondation Prométhée est une institution privée dont la mission est de prospecter, d’enquêter et d’élucider, si possible, tous les mystères existant à ce jour et dont le fondement revêt un caractère exceptionnel pour l’humanité.
La finalité de la fondation c'est d'approcher Dieu
Commenter  J’apprécie          20
p.426.
Je ne dormais pas. Je n'arrivais pas à sombrer dans l'oubli du sommeil, pas plus que la veille ni dans les siècles à venir.
La peur et l'abandon gouvernaient les hommes et les femmes qui m'entouraient ici. Ils avaient perdu tout espoir de rébellion et cheminaient vers la mort, sans que leurs tortionnaires aient réellement besoin de les pousser.
Plus d'espoir ! Pouvez-vous imaginer ce que cela signifie, lorsqu'une machine implacable s'est refermée sur vous et que le moindre de ses caprices peut se traduire par votre anéantissement. Selon un code privée de loi.
En retard à l'appel, la mort.
Avoir caché de la nourriture, la mort.
Réagir avec lenteur à un ordre, parce que vous êtes à bout de forces, la mort.
Prendre une initiative, la mort.
Ne pas baisser la tête devant un officier, la mort.
Avoir baissé la tête, la mort aussi, parfois.
Et si votre instinct vous dicte la bonne conduite à tenir, l'agacement ou le plaisir de l'un de vos gardes peut se déchaîner sur vous, parce que vous êtes là, au moment où il ne fallait pas. La mort !
De toute façon, quelle que soit votre attitude, vous savez qu'être ici, juif ou non, signifiera la mort. il ne subsiste qu'une seule inconnue dans les plans de vos assassins : le délai.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jérôme Camut (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Camut
Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le livre des Je veux ! de Soledad Bravi aux éditions Ecole des Loisirs https://www.lagriffenoire.com/le-livre-des-je-veux.html • le Crime de l'Odéon de Sylvain Larue aux éditions De Borée https://www.lagriffenoire.com/le-crime-de-l-odeon.html • le Carnet des rancunes de Jacques Expert aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/le-carnet-des-rancunes-1.html • La Folie des chats de Claude Beata aux éditions Odile Jacob https://www.lagriffenoire.com/la-folie-des-chats.html • Fauves de Eric Mercier aux éditions HarperCillins Poche https://www.lagriffenoire.com/fauves-1.html • Panique à Drouot de Eric Mercier aux éditions De La Martinière https://www.lagriffenoire.com/panique-a-drouot.html • Regarde le vent de Marie-Virginie Dru aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/regarde-le-vent.html • Scandaleuse Sarah. La folle vie de Sarah Bernhardt de Élizabeth Gouslan aux éditions de l'Archipel https://www.lagriffenoire.com/scandaleuse-sarah-la-folle-vie-de-sarah-bernhardt.html • Rachilde, homme de lettres de Cécile Chabaud aux éditions Ecriture https://www.lagriffenoire.com/rachilde-homme-de-lettres.html • Ma double vie de Sarah Bernhardt aux éditions Libretto https://www.lagriffenoire.com/ma-double-vie.html • Je suis la maman du bourreau de David Lelait-Helo aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/je-suis-la-maman-du-bourreau-1.html • La Chambre des diablesses de Isabelle Duquesnoy aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/la-chambre-des-diablesses.html • La Pâqueline: ou les mémoires d'une mère monstrueuse de Isabelle Duquesnoy aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/la-paqueline.-ou-les-memoires-d-une-mere-monstrueuse-1.html • L'Embaumeur: ou L'odieuse confession de Victor Renard de Isabelle Duquesnoy aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/l-embaumeur-.-ou-l-odieuse-confession-de-victor-renard.html • La princesse insoumise de Jean-Noël Liaut aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/la-princesse-insoumise.html • Nos âmes au diable de Nathalie Hug et Jérôme Camut aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/nos-ames-au-di
+ Lire la suite
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (637) Voir plus



Quiz Voir plus

Malhorne (tome I)

Comment se prénomme le chef de la tribu des Kayapos

Mlotec
Pokétan
Arinaou
Pakéra

14 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Malhorne, tome 1 : Le trait d'union des mondes de Jérôme CamutCréer un quiz sur ce livre

{* *}