AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2840983230
Éditeur : Michel Lafon (08/10/1997)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Le deuxième tome de la trilogie "Jules César" s'ouvre sur une transformation radicale. Adieu le libertin, place à l'homme d'action. César, enfin consul, promulgue ses lois agraires, casse le pouvoir du Sénat et consolide son autorité. Au terme de son mandat, il se retrouve gouverneur de la Gaule cisalpine et de la Narbonnaise. Il doit les protéger du reste du monde celte. Un monde à conquérir ? Fantastique épopée de l'Helvétie à la Belgique, de la Bourgogne à l'Armo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   18 juin 2017
On ne renverse pas l’ordre établi d’une simple pichenette, même sanglante. De deux choses l’une : ou bien cet ordre établi est bien vécu au sein du groupe dans lequel il règne, à quelques sursauts près, et rien ne peut le défaire véritablement, ou bien ses contradictions internes y engendrent des inégalités graves, voire de la misère, et cela signifie que cet ordre est pourri.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2017
Tous ces peuples ont assimilé notre culture, notre langue, nos habitudes religieuses, notre manière de vivre ; ce sont des Italiques et nous-mêmes, Romains, sommes des Italiques. Les Corses ne font pas partie de cet ensemble. Leur langue n’a rien de commun avec la nôtre, elle s’apparente davantage à celle des Cantabres d’Espagne ; ils n’ont aucun sens de la propriété, ni de la hiérarchie : chez eux les terres appartiennent à tout le monde, il n’y a pas de riches et de pauvres, pas de villes, pas de dieux. Ils ne révèrent que leurs ancêtres, et ne croient ni aux augures, ni aux présages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2017
Il y a beau temps que notre République est devenue une fille publique, Crassus, dont la plupart des aristocrates et des chevaliers sont les proxénètes. Moi, je crois en l’État. Un État où le citoyen est soumis aux magistrats, les magistrats au peuple et le peuple à la justice, où l’action politique est la source de la richesse publique et non de l’opulence d’un prévaricateur.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2017
Il n’y a pas de société politique sans solidarité. Dans tous les cas, les nantis – donc les sénateurs, qui sont leur fer de lance – n’auront rien à répliquer : on ne leur prend rien, on ne leur impose aucune taxe nouvelle. Je ne vois pas ce qu’ils pourraient invoquer contre mon projet de loi.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juin 2017
Les riches sénateurs et les chevaliers sont tellement vaniteux, qu’ils seront ravis d’étaler leurs richesses… et le peuple pourra constater ce que deviennent les deniers publics.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Roger Caratini (2) Voir plusAjouter une vidéo

L'assiette anglaise : émission du 17 octobre 1987
Depuis le Saint James Club de Paris, Bernard RAPP porte un regard différent sur l'actualité en compagnie des chroniqueurs habituels. Les invités sont : Philippe COLL, Rédacteur en chef de "Création" qui a conçu le candidat idéal à l'élection présidentielle en images de synthèse, Roger CARATINI, encyclopédiste-philosophe et René REMOND, politologue.Au sommaire de cette émission :- Le...
autres livres classés : jules césarVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1571 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre