AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812607173
Éditeur : Editions du Rouergue (01/10/2014)

Note moyenne : 4.37/5 (sur 267 notes)
Résumé :
Depuis que Le Grand Jeu a commencé la guerre que se livrent Les Autodafeurs et La Confrérie ne se joue plus dans l'ombre. Elle a déjà coûté cher à la famille Mars. Après avoir perdu son père, ce sont les grand-parents d'Auguste qui sont morts en affrontant les Autodafeurs et leur mère est toujours dans le coma suite à sa blessure à la tête. Il devient urgent pour eux de rejoindre les autres membres de La Confrérie, de se regrouper pour lutter ensemble.
Mais ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
murielan
  28 octobre 2014
Après l'attaque de la chapelle, Auguste et sa soeur Césarine sont obligés d'aller vivre chez leur tuteur, Marc DeVergy. Mais leur vie est toujours menacée par les Autodafeurs qui ont réussi à mettre au point une nouvelle arme pour détruire les livres et la connaissance. La famille Mars va devoir lutter pour survivre et combattre leurs ennemis de toujours...
Quel plaisir de retrouver ces jeunes héros si attachants dans ce second volet de leurs aventures !
Auguste n'a que 14 ans mais ressort plus mature de la tragédie qui a touché sa famille. Il garde tout de même le côté impulsif de sa jeunesse qui l'entraine parfois dans des situations cocasses ou dangereuses. Heureusement que son fidèle ami Néné est là pour lui remettre les pieds sur terre.
Ma tendresse va vers Césarine : cette jeune autiste porte un regard différent sur les choses et les événements, devenant un véritable stratège dans cette lutte contre les Autodafeurs. Elle gagne cependant en sensibilité dans ce tome, apprenant les sentiments auprès de son amis Sara. J'adore ce personnage.
J'ai vraiment apprécié cet opus, plein de rebondissements et de révélations sur le passé des membres de la Confrérie. Pour moi, cette série est une réussite : à travers ce roman d'actions, Marine Carteron pose de vraies pistes de réflexions sur l'importance des livres mais aussi sur les dangers de la manipulation de la connaissance par des gens mal intentionnés.
J'ai hâte de lire le tome 3 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
4e8_clauzades
  12 février 2018
Fantastique!!! J'ai bien aimé cette suite des "Autodafeurs" qui est absolument magnifique et étonnament émouvante .
Tout d'abord, je tiens à dire que ce livre est plus drôle et plus surprenant que le tome 1("Mon frère est un Gardien"),avec encore une fois l'apparition de Césarine par le biais de son journal et quelquefois par le dialogue ,et encore une fois ,c'est elle qui va faire avancer l'histoire. Mais là elle va faire appel non pas qu'à ses talent d'artiste ,mais aussi grâce à un livre trés particulier , pour devenir " une artiste de guerre ".
Puis il y a notre héros principal de cette aventure Auguste, qui est en dépression à cause du décès de ses grand- parents , de l'état de sa mère et de sa réputation à son collège .
Petit à petit il va avoir affaire à plusieurs problème , plus ou moins importants, comme s'enfuir de ce maudit village avec le trésor que la Confrérie cherche depuis des centaines d'années malgré les criminels à leurs trousse !
Ha ! Et puis il y a les autres membres de cette Confrérie comme le professeur de français ( de Vergy) , le geek ( Néné) et l'espion (Bart) et plein d'autres que je n'ai pas cités, qui ont tous un rôle plus ou moins essentiel dans cet épisode des Autodafeurs.
Et la question que tout le monde se pose ,c'est est-ce que Auguste va sortir à nouveau avec Isabelle.
Donc pour conclure :1) J'ai adoré ce tome 2
2)Le livre est simple court et comique ,car c'est écrit trés simplement, et comique avec Césarine .
3) on comprend trés facilement ce livre grâce à un vocabulaire varié et pas trop difficile .
4) On s'attache au personnages comme si nos vies en dépendaient .
5)Le suspense augmente à chaque page.
6) Auguste retrouvera-t-il son amoureuse ?
7) Je vous le conseille fortement .
8)Et moi ,je retourne lire le dernier de cet trilogie "Les Autodafeurs3" " Nous sommes tous des propagateurs."



Paolo
......................................................................................................................

Dans ce deuxième tome des « Autodafeurs » Marine Carteron apporte des précisions sur la manière dont les autodafeurs vont chercher à détruire « les connaissance » (les livres) et comment les membres de la confrérie vont les contrer. Rappelons-nous que dans le tome précédent les grand-parents et le père sont morts et la mère dans le coma. Après avoir attaqué et volé la voiture de Bernard Guy , Auguste a été jugé et a dû porter un bracelet électronique qui l'oblige à rester dans les alentours du collège. Maintenant que les enfants n'ont plus de parents pour s'occuper d'eux,Mr Devergy (professeur de français) remplit le rôle de tuteur. Mamina va prendre une place très importante mais je vous laisse le découvrir…
Auguste apprend par Bart que Adam Murphy (une personne très riche) est venu s'installer chez lui. Il pense qu'il ferait partie des autodafeurs. Auguste décide donc d'aller faire une petite excursion dans les laboratoires du père de Bart pour voir une machine dont son ami lui a parlé. Au cours du récit les personnages vont mettre en place une stratégie pour s'échapper de cette ville et sauver les livres des mains des autodafeurs.
J'ai adoré ce livre tout comme le 1er tome : il y a toujours autant d'actions et d'intrigue. La description du contexte est superbe. On entre vite dans la peau des personnages. Césarine qui est autiste asperger évolue au cours du livre et arrive enfin a éprouver des sentiments : sourire,pleurer. L'auteure fait vivre Césarine avec un handicap ce qui est ,je pense ,très difficile. de plus elle arrive à détailler de façon très réaliste ses réactions. Il me tarde de lire le prochain tome.
Mehdi

---------------------------------------------------------------------------------------------
Le tome 1 était génial mais le deuxième m'a conquis d'autant plus !
Nos deux jeunes héros, Auguste et Césarine, ont déjà perdu père et leurs grands-parents contre les Autodafeurs mais la bataille est loin d'être terminée. Gardés par leur tuteur Marc Devergy pendant que leur mère est toujours dans le coma, Auguste et Césarine vont devoir affronter moult épreuves et problèmes. Auguste est préoccupé par le bal de son collège et Césarine découvre le émotions et les sentiments. Tout cela se mêle à la guerre menée contre les Autodafeurs. Auguste a de quoi déprimer avec cette vie pleine de rebondissements ! Pourtant ce n'est pas le moment de baisser les bras car la découverte d'une terrible machine prouve que les Autodafeurs sont proches de la victoire.
C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé ces deux héros dans la suite de cette trilogie des Autodafeurs et mon personnage préféré dans ce tome 2 et sans aucun doute Césarine. Avec son air innocent, cette petite fille cache bien son jeu. D'un côté nous avons une petite fille autiste qui s'ouvre aux émotions au fil de l'histoire, et d'un autre, une véritable guerrière et stratège. Elle m'a à la fois ému et impressionné. J'avais l'impression de redecouvrir les émotions en même temps qu'elle et elle me donnait l ‘envie de combattre à ses côtés. Parlons maintenant de son frère,Auguste, que j'apprécie particulièrement même si je ne me retrouve pas du tout à travers ce personnage. Doté d'un fort caractère et très téméraire, j'ai vécu avec lui ses épreuves avec l'envie de le soutenir autant moralement que physiquement durant tout le roman. C'est étrange… Je pense que c'est ce que l'auteur a voulu transmettre en utilisant un vocabulaire assez familier qui correspond aux jeunes de nos jours. J'ai également aimé d'autres personnages comme Néné le geek qui ne sait pas s'y prendre avec les filles ou encore Bart qui trahit sa famille pour aider ses amis, pour une juste cause.
Cette suite des Autodafeurs est un véritable festival d'actions et d'émotions mélées à l'humour. C'est un de mes romans favoris !
J'espère pouvoir en dire autant du tome 3 que je vais m'empresser de dévorer ! Enfin de lire… pardon Césarine.

Armand
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Colibrille
  23 octobre 2014
Le premier tome des Autodafeurs avait été un véritable coup de coeur pour moi. le second l'est tout autant ! Je viens tout juste d'en terminer la lecture et je suis ravie de la manière dont l'auteur a développé son intrigue, ses personnages.
J'y ai retrouvé tout ce qui m'avait fait aimer le premier tome, cette capacité de l'auteur à nous livrer un récit à la fois riche en rebondissements, en humour mais possédant aussi une véritable tension dramatique. Elle parvient à mêler les genres avec une grande dextérité, si bien que l'on lit à la fois un thriller, une comédie, un drame familial et un récit d'aventures. A mes yeux, la série des Autodafeurs n'est pas à mettre qu'entre les mains d'ados férus d'action ou d'espionnage. Les adultes peuvent tout à fait y trouver leur compte car l'intrigue possède une vraie densité et conduit à de nombreuses réflexions sur le livre, le savoir et L Histoire en général.
Certains personnages connaissent une nette évolution dans ce tome. Je pense notamment à Auguste. Il est loin maintenant, l'adolescent qui ne se souciait que de son look et sa popularité. Les récents (et tragiques) évènements qui se sont produits dans la vie du jeune homme l'ont profondément bouleversé. Les attaques des Autodafeurs ont laissé des marques, tant dans son corps que son esprit. L'auteur nous le montre d'ailleurs avec beaucoup de finesse.
En ce qui concerne Césarine, elle est égale à elle-même... sans l'être tout à fait. Elle continue de trouver son frère idiot (ce qu'il est, un peu, il faut bien le reconnaître!), de compter tout ce qui l'entoure, de ne pas aimer le contact physique avec les gens, de faire des cachotteries... Bref, elle est toujours une "artiste" comme le dit si joliment son frère, étonnamment intelligente pour son âge et d'une rationalité déconcertante. Néanmoins, face aux évènements traumatisants qu'elle a traversé, la petite fille change. Je pense notamment à une scène particulière émouvante. Tandis que sa mère est allongée, inconsciente, sur son lit d'hôpital, Césarine pose la main sur son coeur puis prend sa maman dans ses bras, pour la toute première fois...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Saiwhisper
  05 juillet 2016
L'avantage avec les Autodafeurs, c'est que même avec six moins d'intervalle entre le premier et le second tome, le lecteur n'est pas perdu. Tout est réexpliqué en quelques lignes et on retrouve avec plaisir le tandem de narrateurs Césarine et Auguste. Ces deux derniers ont quasiment tout perdu dans le premier volume (d'ailleurs, cela m'avait grandement plus que les Autodafeurs gagnent ! Cela changeait des Happy end habituels en jeunesse/ado !) et sont contraints de vivre avec Marc DeVergy, leur tuteur. Malheureusement, leurs ennemis les surveillent toujours et poursuivent leurs sinistres desseins... Les Mars vont devoir s'armer de patience, faire une introspection, accepter leur défaite et lutter contre les Autodafeurs.
Évoluer psychologiquement. C'est bien de ça qu'il s'agit dans ce second tome. Sans faire l'impasse sur le mystère et le suspense, Marine Carteron s'est surtout penchée sur la psychologie de ses deux héros. On va assister à leurs remises en question et à leur prise de conscience : reprendre une vie normale leur est désormais impossible. Il faut qu'ils apprennent à se battre, qu'ils ne fassent plus (trop) de bêtises en public (comme embrasser Isabelle juste devant BG ou faire le mur au beau milieu de la nuit), etc. Auguste est celui qui aura le plus de mal à accepter son sort. Grâce à ses amis et à ses proches, il va réaliser qu'il n'est pas seul : Néné, Isabelle, Bart et sa famille sont là pour l'épauler... Mais avant cela, il faut qu'il fasse le deuil de ceux qu'il a perdu... Il est très facile de s'identifier à Auguste. C'est un garçon drôle, humain et simple. Il a beau retenir ses larmes ou faire de son mieux, on ne peut que comprendre sa colère grandissante et sa peine... Sa soeur est celle qui grandira le plus. Ah, que je l'adore cette Césarine ! C'est mon personnage favori et de loin ! J'aime énormément sa façon de voir les choses... Dans ce second tome, elle va apprendre ce que sont les sentiments. Elle, qui détestait être en contact avec autrui et qui ne comprenait pas pourquoi on souriait ou on pleurait, va enfin se découvrir ! Les scènes la concernant sont vraiment touchantes, surtout celles à l'hôpital. Par ailleurs, Césarine va prouver qu'elle est vraiment la tête pensante de la famille : c'est elle qui va découvrir divers secrets (par exemple sur DeVergy ou Mamina), qui va lire un ouvrage qui parle d'elle, qui va s'entraîner au combat et qui va agir lorsque sa mère aura besoin d'elle... Nos deux jeunes héros ont énormément grandi et vont montrer un côté sombre de leur personnalité... Les Autodafeurs ne feront plus l'erreur de les sous-estimer... Cela me fait grandement plaisir, car j'aime beaucoup lorsque les protagonistes évoluent. Cela montre que l'auteure creuse vraiment ses personnages et ce, que ce soit la famille Mars ou les personnages secondaires comme Néné.
Si vous aviez peur de vous ennuyer, sachez que ce ne sera pas le cas avec "Ma soeur est une artiste de guerre" ! Malgré un début un peu lent permettant à nos protagonistes de faire face à leurs démons intérieurs, la suite est truffée de rebondissements et de révélations en tout genre ! Quant au final, il est totalement explosif ! On a le droit à une superbe infiltration style James Bond ou Mission Impossible, suivie d'un affrontement très intéressant... Personnellement, je ne me suis pas lassée et suis toujours aussi conquise par cette série ! Je compte lire " Nous sommes tous des propagateurs" dès qu'il ne sera plus en "nouveauté" à la médiathèque. Si vous avez apprécié le premier tome, celui-ci vous plaira également ! ... Et, si vous n'osez pas vous attaquer à cette saga sous prétexte que la couverture "ne vous parle pas", sachez que vous avez tort. C'est vraiment une bonne série pour adolescents qui sort de l'ordinaire. E. C.

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
zazimuth
  03 juin 2015
J'attendais avec impatience de me plonger dans le tome 2 des Autodafeurs et je n'ai pas été déçue. J'ai retrouvé avec plaisir les personnages et surtout Césarine mais aussi Néné qui apportent un petit décalage humoristique sur les situations parfois dramatiques qui se jouent.
Auguste est équipé d'un bracelet électronique depuis qu'il a été accusé de l'incendie de la bibliothèque de son école Ste Catherine, ses mouvements sont donc surveillés et il déborde de haine, de rage et de colère après la mort de ses grands-parents qu'il n'a pas pu empêcher. Césarine accepte la nouvelle situation avec plus de distance évidemment mais elle a décidé de ne plus se laisser mettre à l'écart et de prendre une part active aux événements à venir. D'ailleurs, depuis qu'elle a trouvé dans la bibliothèque de Marc, le prof de Gus mais également leur tuteur légal pendant que leur mère est dans le coma, le livre « L'Art de la guerre » de Sun Tzu, elle est devenue une artiste de guerre...
L'intrigue est plus explicite concernant l'objectif des Autodafeurs et il faut bien avouer que le risque d'un tel projet fait froid dans le dos ! Tout va se jouer le soir de la fête de fin d'année à Ste Catherine et chacun aura son rôle à jouer y compris Mamina que les enfants ont découvert sous une autre facette que celle qu'ils connaissaient.
J'ai bien sûr adoré la façon dont Césarine a géré la situation de son point de vue. Ses interactions que ce soit avec son amie Sara, maître Atikori, son frère ou sa mère dans le coma sont à la fois émouvantes et drôles. Mais un gros coup de coeur aussi pour le plan élaboré par Néné pour révéler aux camarades qui l'ont toujours mis de côté le revers de leur hypocrisie. Il y a aussi Bart qui, au sein de la famille Montagues, va permettre à la Confrérie d'agir.
Il y a en arrière plan le passé de l'histoire familiale des Mars et le lien qui unissait leur mère à Marc de Vergy. Et c'est bien sûr un volume sur l'évolution du caractère de Gus à qui les épreuves vont faire prendre conscience de l'importance de sa mission et du lourd héritage qu'il a du mal à accepter.
C'est vrailment un livre très fort à tous niveaux et j'ai hâte de lire la suite !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          75

critiques presse (1)
Ricochet   06 novembre 2014
Marine Carteron a réussi à affiner, dans ce deuxième tome, le portrait des jeunes protagonistes du roman, tout en maintenant - voire en accélérant - un rythme et une tension narratifs qui se voulaient déjà haletants. Les ressorts du thriller sont pleinement exploités.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe   16 octobre 2014
J'ai demandé ce qu'il y avait derrière cette porte, mais le prof a dit que c'était son "espace personnel" et que je n'étais pas autorisé à y aller. Pendant un moment j'ai eu peur, parce que ça m'a fait penser au conte de Barbe-Bleue. Puis j'ai réfléchi et je me suis dit comme on était pas mariés, je ne risquais rien...mais j'ai tout de même choisi la chambre la plus près de la sortie, au cas où.
Commenter  J’apprécie          283
HimbereisHimbereis   14 mai 2016
Sans déconner, à chaque fois que je lis les commentaires sur les bulletins de notes je suis mort de rire. Quand je pense que ce sont les mêmes profs qui nous rabâchent à longueur d'année qu'il faut être "plus précis" ! Eux, pourtant, ils ne se gênent pas pour les platitudes. En même temps j'imagine qu'ils ne sont pas autorisés à écrire ce qu'ils pensent vraiment, parce qu'autrement ça taillerait grave sur les bulletins. Imaginez la gueule du truc si les profs étaient plus honnêtes et nous balançaient des réflexions du genre :
Médical : "Doit envisager d'urgence la greffe d'un cerveau."
Admiratif : "A élevé la paresse au rang d'art. Bravo."
Curieux : "Avec vous la connerie devient conceptuelle...avez-vous breveté le procédé ?"
Soulagé : "La seule bonne nouvelle de ce trimestre...c'est que c'est le dernier."
Ironique : "A pour seule ambition d'être une vedette de télé-réalité"... Félicitations, côté langue française vous êtes prêt."
Réaliste : "Constant dans le n'importe quoi."
Philosophe : "Donne un sens nouveau à la notion de vacuité."
Méditatif : "Si Pascal vous avait connu, jamais il n'aurait pu envisager une seule seconde l'existence de Dieu comme possible."
Ce serait tout de même plus fun, non ? p.42-43
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
orbeorbe   30 octobre 2014
Pour nous, le peuple incompris des ados, les négociations avec les adultes sont toutes du même type : une lutte pour la liberté.
Quelque part, j'étais quand même assez chanceux, car ma promesse à moi était contresignée par un avocat, ce qui signifiait que, si je respectais ma part du contrat, le juge était obligé de tenir sa promesse...alors qu'avec les parents on n'est jamais vraiment sûr.
Commenter  J’apprécie          260
ColibrilleColibrille   22 octobre 2014
Comme je ne savais pas quoi lui répondre, j'ai décidé de compter les armes exposées sur les murs. Ça ne m'a pas pris très longtemps, car il n'y en avait que vingt deux.
Ça m'a un peu embêtée, parce que je n'aime pas ce chiffre et j'allais devoir quitter le dojo. Alors, pour être sûre, je lui ai demandé s'il n'y en avait pas d'autres. [...]
Et là, il m'a regardée et il m'a dit une chose étrange : " Si, Césarine. Dans cette salle il y a une arme exceptionnelle qui ne demande qu'à être exploitée."
J'ai demandé : "Laquelle ?"
Il a dit : "Toi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ColibrilleColibrille   22 octobre 2014
- Tu crois qu'il avait déjà des tatouages quand il était bébé ? chuchota Néné avec un sourire jusqu'aux oreilles. Ça se trouve il était adepte des décalcos qu'on trouve dans les paquets de petits-suisses.
L'image d'un De Vergy potelé avec des tattoos de Scooby-Doo sur ses petits bras dodus s'imposa à moi et je pense que Néné visualisait le même type d'image que moi parce que nous avons éclaté de rire en même temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Marine Carteron (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marine Carteron
Ils sont dix. Sept adolescents et trois adultes, sélectionnés pour participer à un escape game littéraire et passer à la télévision en prime time. Direction : un manoir sur une île coupée du reste du monde. Un endroit si isolé que personne ne vous entendra crier, gémir ou appeler à l'aide. Et quand la mort décide de frapper les candidats un par un, une seule question : qui est le coupable ? un seul but : survivre ! Après Les autodafeurs (prix Libr'à nous) et Génération K (élu meilleur roman ado par la rédaction de Lire), Marine Carteron adapte librement les "Dix petits nègres" d'Agatha Christie. Sanglant et haletant !
"Dix" de Marine Carteron © Éditions du Rouergue, 2019 Illustration © Germain Barthélémy Musique © Kevin MacLeod
+ Lire la suite
autres livres classés : autismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

les autodafeurs

Comment s'appelle la petite sœur d'Auguste Mars ?

Césarine
Jeanne
Isabelle
Sara

10 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : Les Autodafeurs, tome 2 : Ma soeur est une artiste de guerre de Marine CarteronCréer un quiz sur ce livre