AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364744644
Éditeur : Thierry Magnier (21/05/2014)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Surtout ne pas se faire remarquer, être transparent au collège, pour les profs, pour les autres élèves, ça il savait bien le faire Jean-Sébastien Leforestier. Maintenant qu'il habite une petite ville c'est fini, ici tout le monde se connaît, son secret est dévoilé. Pianiste classique, il ne vit que pour sa passion. Contrairement à ce qu'il pensait (ah les préjugés !), non seulement personne ne se moque de lui, mais le voilà recruté dans un improbable groupe de rock ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
murielan
25 juillet 2014
Durant toute sa scolarité à Paris, Jean-Sébastien a réussi à passer inaperçu. Mais lorsque ses parents déménagent en Creuse, difficile de rester anonyme en étant le seul nouveau du collège, celui qui, en plus, est un virtuose du piano. D'autant plus que le voilà entrainé, un peu contraint et forcé, dans un groupe de rock alors qu'il n'y connait rien...
Un roman ados vraiment très sympa où la musique joue un rôle central.
Jean-Sébastien est un solitaire qui ne jure que par le classique mais sa rencontre avec le rock, expérience difficile au début, va lui permettre de s'ouvrir aux autres.
J'ai apprécié l'humour qui se dégage de ce texte : le choc entre la vie parisienne et celle en Creuse, la musique classique et le rock and roll, les peurs irrationnelles de Jean-Sébastien...
Un récit court mais réussi !
Commenter  J’apprécie          270
sylvicha
15 juillet 2014
Jean-Sébastien Leforestier était le roi pour devenir invisible. Il prenait grand soin d'être le plus transparent possible pour cacher sa différence : il est un très bon pianiste et adore la musique classique... Mais là, la tuile : ses parents déménage et le voilà dans une petite ville où il est impossible de passer inaperçu. Il se fait même débaucher par des camarades pour intégrer un groupe de rock !!! Un sacré challenge qui va peut-être ne pas lui déplaire...
Un roman très drôle sur les préjugés et l'ouverture aux autres. Un roman court mais plein de vie qui m'a emballée !!!
Vive le rock !!!
Commenter  J’apprécie          220
MllePeregrine
18 novembre 2015
Un petit livre (83 pages!) sympathique à lire, qui fait partie de la sélection 6ème / 5ème du prix des Incorruptibles 2015.
Aucune prétention dans l'histoire: Jean-Sébastien est un ado très effacé qui ne vit que pour la musique classique. Pianiste virtuose, il fait tout pour se faire oublier de ses camarades de classe, jusqu'au jour où les "caïds" de son collège viennent le voir pour lui demander de faire partie de leur groupe de rock.
Des (més)aventures plutôt rigolotes qui rendent ce livre plaisant.
Commenter  J’apprécie          170
orbe
11 mars 2015
Un jeune virtuose, pianiste classique déménage et intègre par hasard un petit groupe de rock de son nouveau collège de province.
Un court roman très plaisant à lire avec beaucoup d'humour en raison du décalage des situations et une dénonciation des préjugés. La tolérance et l'amitié seront la clé du livre. A conseiller !
Commenter  J’apprécie          140
CelineCDI
07 janvier 2015
Jean-Sébastien ne vit que pour le piano et la musique classique, qui occupe chaque portion de sa vie en dehors du collège. Pour garder son jardin secret, il est devenu adepte de la technique de l'"homme invisible" mais lorsque ses parents quittent Paris et son anonymat relatif pour s'installer dans une petite ville de province, il va rapidement être démasqué. Curieusement, au lieu de lui attirer des ennuis, sa passion pour la musique va l'entraîner à découvrir un genre totalement inconnu pour lui : le rock...
J'ai bien aimé ce petit roman, bien écrit et à l'humour fin. Jean-Sébastien va passer d'une vie urbaine solitaire à une vie provinciale pleine de surprises (pas toujours bonnes, d'ailleurs) et cette découverte ne manque pas de le déconcerter. Il analyse toutes ses découvertes avec beaucoup d'humour, c'est très bien fait et assez réaliste, je pense. Court, efficace, amusant, léger, bien écrit, c'est tout ce qu'on demandait à ce roman, non ?! ;-)
Commenter  J’apprécie          90

Les critiques presse (1)
Ricochet22 août 2014
L'idée est jolie, le rire subtil sans effet outré, le résultat excellent. 80 pages délicieuses qui vont de l'oreille cassée à l'harmonie triomphante !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
sylvichasylvicha15 juillet 2014
Alors j'ai proposé :
- Les Fearless Chicken ?
C'était une plaisanterie, mais Adrien et Esteban l'ont prise très au sérieux.
- Trop bon ! ça sonne super bien !
- Vous êtes sûrs ? Mais, euh... vous savez ce que ça veut dire ?
- C'estpasgravecequeçaveutdire. fearless-Chicken, j'aimebien.
J'ai eu beau leur traduire le nom en français, ils n'ont pas changé d'avis. C'est ainsi que nous sommes officiellement devenus les "Poulets Intrépides" ( ce qui selon mon père signifie également les "Lâches intrépides").
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
ebardinebardin27 septembre 2015
« J'ai cru que le déménagement dans une petite ville de province me permettrait de devenir plus anonyme encore. Si j'avais su à quel point je me trompais… Espiroux, département de la Creuse. Population : quatre mille huit cents habitants. Un collège. Huit classes. Deux cent trente élèves… Et moi dans le rôle du petit-nouveau-de-quatrième-qui-vient-de-Paris. » (p. 14)
« J'ai passé les examens du conservatoire et pas mal de concours. Dans ces moments-là, je ne suis pas l'Homme invisible. Je perds toute timidité. Je n'ai pas à me cacher. Pour quoi faire ? La musique est là. C'est elle qui est importante, pas moi. Chaque fois que je me mets à jouer, elle m'emporte. » (p. 17)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SZRAMOWOSZRAMOWO19 février 2016
Mon jeu préféré a pour nom l'Homme invisible. Je suis sans doute le meilleur joueur au monde. Il faut dire que c'est moi qui en ai inventé les règles. Et que pour ce que j'en sais, je suis le seul à y jouer.Jusqu'à l'année dernière, c'était facile. Pas de problème pour jouer. Les conditions s'y prêtaient. J'étais en cinquième à Paris, dans le XIIe arrondissement. Un collège gigantesque, avec six cours de récréation, des kilomètres de couloirs et des centaines d'élèves de tous les âges, de toutes les origines et de tous les niveaux. Résultat : pendant les cours et les interclasses, je disparaissais. Comme ça. Je devenais transparent. Invisible.Oh, ça n'a rien de compliqué. Aucune magie là-dedans. Il suffit d'être plutôt petit, fluet. Pas trop non plus. Juste la moyenne. Le mieux, c'est des cheveux châtains, ni trop longs ni trop courts. Des yeux ni bleus, ni noirs, ni verts. Trop remarquable. Marron, c'est l'idéal. Comme une feuille d'automne. Ou de la terre. Ou un sac en papier. Enfin, quelque chose qui n'attire pas l'attention.Pas d'appareil dentaire - ou alors le plus discret possible. Rien qui vous fasse sortir du lot. Signe distinctif : néant.Au niveau scolaire, quel que soit votre niveau réel, vos capacités et votre intelligence, pas de bonnes notes, pas de mauvaises non plus. Il faut être un élève moyen. Un de ceux dont les profs se demandent toujours, à la fin du trimestre, quelle appréciation ils vont inscrire sur leur bulletin de notes. C'est bien, mais peut faire mieux. Ensemble satisfaisant. Davantage de participation attendue à l'écrit et à l'oral.Ils sont marrants, les profs. C'est plutôt facile d'échapper à leur radar. Il faut dire qu'ils en voient tellement, des élèves…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeslibrovoresLeslibrovores16 novembre 2016
J'ai donc passé la plus grande partie de ma 6ème et 5ème dans une brume confortable où personne ne m'a remarqué Jamais. Et je pensais que ça continuerait. Jusqu'au jour où mes parents m'ont annoncé que nous allions déménager. Quitter Paris pour la campagne.

On a un synthé. Tu peux faire la basse avec. Comme ça, on sera un vrai groupe, tu vois. Tu sais jouer du rock ? Je suis tombé des nues. Ils ne me cherchaient pas pour me racketter ou me cogner dessus, mais parce que j'étais musicien.

Pour la première citation, elle est très intéressante car elle exprime bien le moment où la vie de Jean-Sébastien a basculé , lorsqu'il a déménagé. A Paris, il était l'homme invisible il aimait ça, au collège personne ne le connaissait ni les élèves ni les professeurs. J'ai bien aimé cette citation. Il est musicien, pianiste et il n'aime ne pas se faire remarquer. C'était le cas dans son collège à Paris mais en Creuse dans la campagne ce n'est pas du tout pareil; car un jour, la professeure de musique lui demande de jouer un morceau de piano et c'est là qu'il a commencé à se faire connaitre, (il a peur des poulets j'ai bien aimait c'est drôle). Petit à petit il a commencé à se faire des amis, les filles le regardaient, lui parlaient et il va faire partie d'un groupe de rock.

Pour la deuxième citation, j'ai bien aimé car c'est le moment où Jean-Sébastien va faire partie du groupe de rock, elle est très intéressante car ce concert et un peu le résumé du livre, il est très important à l'histoire. Au début, il ne voulait pas en faire partie mais à la fin il aimait ça et il s'est crée une belle amitié avec Clément. Il faisait partie du groupe de rock avec Clément, Adrien (guitariste) et Esteban (le chanteur mais il était très mauvais). Ils ont fait des répétitions. Et un jour ils ont fait un concert avec un public mais c'était raté! Puis avec la sœur de Clément, Clara et Clément et lui ils ont joué et c'était beau.
Voila ces deux citations mon beaucoup plu dans le livre , elles sont très intéressantes j'ai beaucoup apprécié le livre.

Viremmely
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sylvichasylvicha15 juillet 2014
Mon père appelle ça la loi de Murphy : Anything that can possibly go wrong will go wrong. En français : tout ce qui peut aller mal ira mal.
Par exemple, faire appel à mes parents pour me sortir de ce guêpier de groupe de rock. Au départ, cela semblait une idée brillante. eh bien pas du tout. Ma mère a bondi de joie à la seconde où j'ai eu fini de parler. Quant à mon père, il s'est rué dans le salon de musique - pour me sortir des disques vyniles aux titres étranges. Dark side of the moon, Regatta de Blanc et ainsi de suite.
Des noms de groupe comme AC/DC, deep Purple? Neil young ou Jefferson Airplane.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Video de Manu Causse (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manu Causse
Séverine Vidal et Manu Causse
autres livres classés : musiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le pire concert de l'histoire du rock

Quel est le personnage qui fait un malaise pendant le concert ?

Clément
Adrien
Jean-Sébastien

6 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Le pire concert de l'histoire du rock de Manu CausseCréer un quiz sur ce livre
. .