AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 288250344X
Éditeur : Noir sur blanc (13/03/2014)

Note moyenne : 4.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :
« Toujours est-il que nous sommes immobiles chacun dans son trou. En un million d?années la mouche non plus n?a pas appris à échapper à l?araignée.»Dans Discours à la nation, Ascanio Celestini évoque une nouvelle fois la relation entre la classe dominante et la classe dominée, mais renverse ici son point de vue : cette fois, ce sont les puissants qui parlent. Des discours d?un cynisme suffoquant débarrassés de leur vernis de respectabilité, qui se révèlent d?un grot... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
MarianneL
  05 avril 2014
Discours jubilatoires pour démonter la parole des puissants.
Après ma découverte d’Ascanio Celestini, écrivain, auteur dramatique et acteur italien grâce à « La Brebis galeuse« , la lecture du « Discours à la nation » fut un grand bonheur et un énorme choc.
Ascanio Celestini, figure de proue du théâtre de narration en Italie, surtout connu en France par les textes de Dario Fo, a écrit ici une cinquantaine d’histoires courtes pour la scène, brillamment interprétées par l’acteur David Murgia en Belgique et au festival d’Avignon. La plupart de ces textes sont parus en 2011 en Italie, sous le titre « Io cammino in fila indiana« . Quelques textes inédits ont été ajoutés à cette édition française publiée en 2014 dans une magnifique traduction française de Christophe Mileschi pour la collection Notabilia des éditions Noir sur Blanc.
La suite sur mon blog ici :
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MarianneLMarianneL   05 avril 2014
Moi, j’ai une technique.
Quand je participe à une réunion,
je m’assois, je sors le revolver et je le pose sur la table.

C’est juste une technique,
je l’utilise pour vivre en paix avec mes semblables.
Mais je dois me fixer des règles.

La règle numéro un, c’est de «sortir tout de suite le revolver».
Je dois le sortir des que j’arrive.
Il ne faudrait pas que quelqu’un aille penser que si je le sors
c’est à cause de la tournure que prend la conversation.

La règle numéro deux, c’est de «ne jamais regarder le revolver».
C’est une règle fondamentale.
Autrement, quelqu’un pourrait penser
que j’essaie d’appuyer mes propos
par quelque forme d’intimidation,
en lorgnant le revolver du coin de l’œil
comme pour dire « Faites gaffe, je vais tirer dans le tas ! ».
Le revolver ne doit jamais faire l’objet d’une discussion.

D’ailleurs, la règle numéro trois, c’est de
«ne jamais parler du revolver»,
sinon ça pourrait sembler redondant.
Il y en aurait qui penseraient
que si j’ai besoin de rappeler à autrui que j’ai un revolver
c’est parce que sans revolver
ce que je dis ne serait pas aussi convaincant.

Bien entendu, mon silence à propos de ce revolver
ne signifie pas que je ne pense pas a ce revolver,
tant il est vrai que la règle numéro quatre, c’est justement de
«penser constamment au revolver».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MarianneLMarianneL   05 avril 2014
Je suis angoissé.
Pourquoi suis-je angoissé ?
À cause de l’avenir de mon fils ?
À cause du gouvernement et de sa dérive autoritaire ?
À cause des guerres et de la pauvreté et de la pollution ?
Ai-je une alternative ? Un autre monde est-il possible ?
Ai-je mis le doigt sur la coupure de la tronçonneuse existentielle ?
Puis-je enfin aller chez le médecin et lui dire
«Le mal est là. Mettez-moi un pansement, de la gaze, un plâtre» ?

J’envie les camarades.
Les maquisards de l’ancien temps qui pendent Mussolini
par les pieds
sur le Piazzale Loreto,
qui le détestent et continuent à lui tirer des coups de feu
dans la tête quand il est déjà mort.
Qui hurlent «Ordure d’assassin», à lui,
Et «Pétasse», à la Petacci.

J’envie les anticommunistes viscéraux,
Les fascistes décomplexés,
parce qu’ils se consolent en faisant le salut romain.
Ils vont au lit et ils s’endorment en souriant le bras tendu.

Les supporters aux onze héros,
les soldats qui ont un drapeau à honorer
et cent mille autres sur lesquels cracher et tirer.

Mais moi par contre
je suis sans armes.
Je suis sans foi
et sans drapeaux.

Moi, j’ai l’angoisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
autres livres classés : immigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
526 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre