AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782367270722
300 pages
Éditeur : DeCrescenzo (05/07/2019)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Génération B raconte l’histoire d’un groupe de jeunes étudiants âgés d’une vingtaine d’années qui, considérant qu’ils n’ont pas leur place dans la société, élaborent le suicide parfait, mûrement réfléchi. Pour que la chute soit dure, ils agissent dans le temps, s’appliquent à franchir les étapes selon le seul modèle de réussite en Corée : intégrer l’une des meilleures universités puis un grand groupe comme Samsung. C’est lorsque le succès leur tend enfin les bras qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
AugustineBarthelemy
  04 août 2019
Dès l'ouverture du roman, c'est par la mort que l'on commence. Celle de Park Sunwoo, fils d'un président d'une grosse entreprise, promis à un brillant avenir puisque successeur désigné de son père. Meurtre ou suicide ? Voilà l'interrogation de la presse, même si l'on ne voit pas pourquoi un jeune homme à la réussite aussi éclatante aurait mis fin à ses jours.
La réussite sociale, voilà bien le noeud du problème de la vie de notre narrateur, surnommé Antéchrist par ses amis. Fils d'un obscur fonctionnaire, petit-fils d'un « héros » de la Guerre de Corée, on attend de lui de s'élever socialement. Et c'est dès le plus jeune âge que la sélection s'opère : les bancs de l'école sont la première étape d'un long parcours du combattant. Bien travailler à l'école, une injonction que nous avons tous eu de la part de nos parents désireux de notre réussite. Mais rien de comparable avec le système scolaire ultra-élitiste de Corée : car c'est dès le lycée que votre avenir est tracé, seuls les meilleurs pourront prétendre aux universités les plus cotées du pays, dont la prestigieuse université de Séoul est le Saint Graal. S'y inscrire, c'est se promettre un avenir professionnel plein de succès.
Cependant, Antéchrist est un rebelle, du moins dans ses jeunes années : sciemment, il s'est sabordé dès le lycée, peu désireux d'intégrer un système aussi anxiogène mais acceptant tout de même les critères de réussite posés par la société : un diplôme universitaire, un travail bien payé et pourquoi pas intégrer la grande entreprise du pays : Samsung. Heureusement pour lui, il bénéficie d'un avantage : celui d'être le descendant d'un soldat de la Guerre de Corée. Il atterrira dans une université de seconde zone, malgré des notes médiocres où il rencontrera Hwiyeong, Byeonggwon et la belle et intrigante Seyeon.
Seyeon, figure de proue de ce roman, que le narrateur se propose de refaire vivre à travers sa longue confession. Seyeon, qui s'est un beau jour suicidée dans l'étang nauséabond du campus, sans aucune explication, elle qui était pourtant promis à un avenir brillant. Détentrice d'une bourse, elle avait apparemment droit à un traitement de faveur dû à ses résultats exceptionnels. Elle venait même d'être recrutée chez Samsung par recommandation avant même l'obtention de son diplôme. Pour elle, la réussite lui ouvrait les bras, elle n'aurait pas à connaître les harassantes préparations aux concours de fonctionnaire dans des écoles privées hors de prix, ni les entretiens d'embauche en groupe ou individuel, redoutables pour la confiance en soi.
Mais Seyeon était une beauté empoisonnée : sa réussite était la source même de son malheur. Car elle est frappée, tout comme notre narrateur, par l'inanité des critères matérialistes de la réussite, par l'ineptie de la pression sociale qui pèse sur les épaules de la jeunesse coréenne. Car que doivent-ils espérer d'une telle société et des valeurs qu'elle prône ? Quel sens donner à sa vie quand on la consacre uniquement à sa réussite professionnelle qui se mesure essentiellement à son salaire ? Surtout quand les générations passées ont pu s'exalter sur de vrais combats : la fin de la colonisation japonaise et l'indépendance de la Corée du Sud, la transition démocratique dans les années 80. Quels rêves restent-ils pour une nouvelle génération qui se retrouve démunie du moindre combat idéologique ou politique ? Une génération qui plus est décrite par ses aînés par des concepts creux, un peu méprisants, des mots-valises vide de sens, qui ne parviennent pas à saisir la réalité de ce qu'elle est, de ses attentes, de ses espoirs et de ses rêves.
Alors Seyeon distille autour d'elle une idée, en guise de testament : pour exprimer le refus d'intégrer une société conformiste et de se plier à ses attentes, pour la torpiller de l'intérieur et faire s'effondrer le système par lui-même, chacun devra se suicider au moment même où il réussira à atteindre l'objectif qu'il s'était fixé. Et pour crier au monde leur rejet de la société, chacun pourra publier son testament sur un site Internet, whydoyoulive, et gagner de nouveaux adeptes par la mise en scène de leur geste radical. Autour du narrateur, les suicides de ses anciens camarades se multiplient. Lui, dont la jeunesse cynique l'avait poussé à rejeter toute idée de réussite, refusant sciemment de gravir l'échelle sociale en choisissant de passer le concours pour être fonctionnaire de septième classe (dans l'idée que finir à 17h lui permettra de se consacrer à la musique), s'élève contre l'idée de Seyeon. Et pourtant, la réalité qui a fini par le rattraper n'est pas tendre avec lui : deux années à trimer comme une bête du matin jusqu'au soir pour réussir un concours qu'il échoue à deux reprises, la résignation à rentrer chez ses parents après l'échec, la honte de n'être pas diplômé, un travail ingrat, mal considéré, qui ne lui laisse le temps de rien, et mal payé.
Génération B offre une vision réaliste de la société coréenne, et plus spécialement de sa jeunesse, soumise à une pression sociale jusqu'à l'inepte, avec l'obligation d'une réussite funeste qui se joue dès l'enfance. Pas de mythe du self-made-man en Corée, la réussite passe par les résultats scolaires, et ce, dès la primaire, qui détermineront le droit d'accès aux universités et par la suite au marché du travail. Les cours du soir, les écoles de préparation aux concours, les mini-chambres étudiantes, tout est étudié pour forcer l'individu à la réussite en le coupant de l'extérieur. Une vie en vase clos où si rien n'est expressément interdit, tout reste déconseillé : les sorties, les amours, les petits boulots, comme une injonction terrible à placer une parenthèse sur les plaisirs de la jeunesse pour se consacrer qu'à une seule et unique tâche : être utile demain à la société. Et gare à celui qui échoue, condamné par la société, par le regard qu'elle porte sur l'échec, et par la culpabilité qu'elle induit chez celui qui échoue. Mais obtenir un emploi n'est pas la fin de la pression sociale : dans une société où la collectivité prime sur l'individualité, l'individu est nié, parfois broyé, condamné à bien faire pour ne pas être un poids pour la société.
Génération B est un roman social brutal, parfois psychologiquement violent, qui décrit une jeunesse en perte de repères, qui recherche un sens à donner à sa vie en dehors du cadre conformiste de la société et des valeurs qu'elle impose. Une recherche d'évasion difficile quand ses valeurs sont une chape de plomb qui pèse lourd sur les épaules.
Lien : https://enquetelitteraire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
2saori
  18 mars 2020
Un groupe de jeunes étudiants coréens s'apprêtent à accéder au modèle de réussite coréen. Mais cette génération subit un monde dans lequel les grands rêves d'autrefois n'ont pas d'équivalent aujourd'hui.
A mi chemin entre le polar et le livre de société (ce n'est pas moi qui le dit mais la quatrième de couverture), c'est une mise en abîme à laquelle se livre Chang Kang-Myoung.
Je découvre l'un des systèmes scolaires les plus compétitifs au monde, une jeunesse en état de stress permanent.
La Corée du Sud a connu un développement économique extrêmement rapide, basé sur une société entièrement tournée vers ce but. Cette réussite est le fruit des générations précédentes. Aujourd'hui, rien ne justifie plus une telle abnégation. La jeunesse s'interroge sur le sens de leur vie et de leur avenir.
A la fac les étudiants commencent à se rebeller contre le système. Parmi eux, Seyon, une jeune fille très belle et très intelligente, qui a le monde à ses pieds. Elle veut faire bouger les choses, accomplir des actes extrêmes pour que le plus grand nombre prenne conscience de la fatuité de la vie de sa génération.
Parce que Seyon est intelligente, parce qu'elle est séduisante, elle parvient à convaincre d'autres étudiants d'entrer dans sa révolte. Pour que la société ouvre les yeux, elle prétend que seule une vague de suicides peut éveiller les consciences. Mais à des moments précis, lorsque le futur suicidé sera entré dans la vie active. Elle même se suicide lorsqu'elle reçoit son offre d'embauche chez Samsung.
Quelques mois après sa mort, apparaît le site internet whydoyoulive.com, où les candidats au suicide postent leur déclaration avant de passer à l'acte.
Le site prend une envergure insoupçonné, en Corée, mais aussi au delà des frontières.
La construction du roman est géniale. On alterne entre les errements du narrateur et des textes grisés qui s'avèrent être le journal de Seyon. En dehors de toute chronologie, on assiste à la mise en place du projet whydoyoulive.com, les rouages utilisés par Seyon pour convaincre ses "disciples". On lit ses angoisses, ses convictions, jusqu'à sa mort.
Et puis le thème, la façon dont il est traité, m'a profondément touché. On aborde quelque chose de fondamental dans nos sociétés: que peut-on faire de plus? Si les générations précédentes se sont construites sur un idéal à atteindre, les générations actuelles n'ont plus d'objectif de grande envergure. Nos aïeuls ont connus la guerre, leurs enfants ont dû reconstruire, mais les quarantenaires d'aujourd'hui, que doivent-ils faire? Qu'est-ce qui les rendra fiers?
En fait la génération B telle que la nomme l'auteur, ma génération, devra faire preuve d'encore plus d'initiative que les précédentes pour trouver un but à leur vie. Ce qui était dicté par des besoins économiques, politiques, ne l'est plus aujourd'hui. Nous sommes la première génération de l'histoire à n'avoir pas eu à se battre pour notre société. Trouver un sens à sa vie ne passera pas par un grand dessein mais par l'accomplissement personnel, à travers le quotidien.
Avec ce roman, je découvre la littérature coréenne et c'est un grand coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Gwenaweb
  14 février 2020
J'ai gagné Génération B grace à Masse critique, accompagné d'un charmant petit mot de la maison d'édition.
Je n'avais jamais lu de livres coréens, et comme je m'y attendais, c'est aussi compliqué niveau prénoms/noms que les livres japonais et autre langue dont les prénoms nous sont peu connus. C'était très difficile d'identifier les personnages, surtout que le début du récit est entrecoupé de pages grises, semblant raconter une autre histoire. On se rend vite compte que les personnages dans les pages grises sont les personnages du roman, désignés autrement. Donc déjà que je me perdais dans les noms coréens, voilà qu'on me rajoute leurs alter egos en prénoms plus abordables. Ce n'est que vers la moitié du livre que j'ai commencé à me sentir plus ou moins à l'aise avec ça.
Nous est racontée ici une partie de la vie en Corée, basée sur l'éducation des jeunes. Comme tous jeunes, et donc par définition un peu rebelles, ils sont mal dans leur peau. Alors qu'ils ont tout pour eux à priori, une graine va germer dans leur tête et les amener à une décision destinée à choquer leur société. Ceci dans l'espoir qu'elle bougera… mais comme presqu'à chaque fois, je ne suis pas convaincue qu'une quelconque de ces actions fassent bouger quoi que ce soit.
C'était à la fois bizarre, mais plaisant. J'ai appris des choses sur la Corée que je ne savais pas, et rien que pour ça, je suis contente de l'avoir lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
odin062
  18 février 2020
Ce fut laborieux mais il est enfin refermé! "Génération B" est un roman d'un auteur coréen récompensé et offert par les éditeurs Decrescenzo lors d'une édition de Masse Critique. Je les remercie pour cet envoi.
Nous voici donc plongé dans l'enfer étudiant de Corée du Sud. Nous suivons un groupe d'étudiant dont les noms sont difficiles à ressortir. Il faut dire que nous ne sommes pas habitués à ce genre de prénom! Cela n'empêche en rien d'apprécié la lecture cependant. Les personnages sont toutefois assez plats car, tout tourne autour du suicide est d'une plateforme en ligne de déclaration de suicide, sans forcément plonger dans la personnalité des personnages. On survole le tout, si ce n'est le narrateur, ce qui rend la lecture sans véritable attache.
Le roman est divisé en deux parties mélangées, la partie plateforme et publication grisée et la partie roman classique. Mais il s'avère que les personnages sont les même et on le découvre bien assez tôt.
En général, je dois bien dire que l'histoire ne m'a pas follement intéressé, même si j'espérais en apprendre plus sur le système coréen. le tout se basant sur une psychologie des personnages totalement survolée, on se retrouve à se demander pourquoi on lit et la lecture se terminera sur le même ton. Pas de surprises, pas de grand moment d'émotions... Allez, je concède que la scène du pont est un choc mais au delà, un roman qui devrait nous apporter des émotions demeure finalement plat.
Une déception donc que cette lecture. J'ai eu envie de lacher, j'ai tenu, mais je n'aurais peut être pas dû.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bbtiz
  30 juillet 2019
Une critique sans fard et passionnante d'un versant de la société coréenne: l'éducation des plus jeunes.
On nous y présente la course à la réussite, le rêve social à la clef d'une jeunesse sacrifiée sur les bancs de l'école et des cours du soir à préparer des concours dès le plus jeune âge.
Le tout enrobé d'une histoire bien construite et permettant de s'éloigner du livre documentaire. Parfois dur, parfois violent psychologiquement, il dégage malgré tout une force de vie importante!
La trame narrative est bonne et originale, tendant parfois à la limite du polar: une jeune étudiante, belle et intelligente, à l'avenir prometteur se suicide en laissant derrière elle un drôle de site internet. S'ensuit une cascade de suicides... Une histoire immersive et rythmée, qui tient en haleine jusqu'au dernier chapitre!
Pour tous les fans de littérature coréenne, ou asiatique: foncez! Pour les novices: c'est un roman parfait pour essayer, car il est typique du genre et que l'histoire reste extrapolable à la France.
Je ne connaissais pas cet auteur, mais je note et je guetterai ses futures publications!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
GwenawebGwenaweb   13 février 2020
C’était un ultime piège, encore plus subtil : après sa propre mort, une promesse pouvait être rompue, mais pour le faire, il faudrait d’abord s’expliquer : « pourquoi ai-je décidé de vivre dans ce monde-là ? »
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : littérature coréenneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Un film, une héroïne, son prénom

1937.Greta Garbo est " M.... Gauttier "dans ce film de George Cukor adapté du roman de Dumas fils, " La dame aux camélias ".

Mélanie
Mélodie
Marguerite
Marjorie

10 questions
78 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre