AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782378910617
216 pages
Editions Nil (02/01/2020)
3.92/5   460 notes
Résumé :
Kim Jiyoung est une femme ordinaire, affublée d'un prénom commun - le plus donné en Corée du Sud en 1982, l'année de sa naissance. Elle vit à Séoul avec son mari, de trois ans son aîné, et leur petite fille. Elle a un travail qu'elle aime mais qu'il lui faut quitter pour élever son enfant. Et puis, un jour, elle commence à parler avec la voix d'autres femmes. Que peut-il bien lui être arrivé ?

En six parties, qui correspondent à autant de périodes de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (160) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 460 notes
5
43 avis
4
81 avis
3
25 avis
2
1 avis
1
0 avis

Cannetille
  07 avril 2020
Kim Jiyoung est une jeune femme coréenne d'aujourd'hui. Contrairement à sa mère et à ses tantes qui durent quitter tôt l'école et accepter des emplois subalternes pour financer les études de leurs frères, rien ne l'a empêchée d'obtenir le diplôme de son choix et de décider de son orientation professionnelle. Mais, après une brève expérience dans une agence évènementielle, la naissance de sa petite fille peu après son mariage la contraint, bien malgré elle, à abandonner toute ambition personnelle pour endosser le rôle de mère au foyer.

Partant de l'expérience vécue par les femmes de la génération précédente, évoquant les coutumes familiales mais aussi la manière dont l'école et l'éducation enracinent la notion de supériorité masculine dès le plus jeune âge, puis développant le vécu de Kim Jiyoung lors de ses études, de son début de vie professionnelle, et enfin, lors de son mariage et de sa grossesse, l'auteur nous livre un spectaculaire instantané sur la situation des femmes en Corée du Sud : même si des lois en faveur de l'égalité hommes-femmes ont été promulguées ces dernières décennies, même si des progrès se remarquent ne serait-ce qu'en ce qui concerne l'accès des filles à l'enseignement supérieur, la société en général y reste marquée par les traditions patriarcales qui ont durablement façonné les mentalités. Dans les faits, les Coréennes rencontrent de nombreux obstacles lorsqu'elles envisagent de faire carrière : tandis qu'il reste impossible de concilier maternité et vie professionnelle, les discriminations quotidiennes à leur encontre, mais aussi leurs propres comportements, depuis si longtemps conditionnés, les coincent sous un épais plafond de verre.

Le style est efficace et lapidaire, le ton toujours factuel et les arguments confondants dans ce constat accablant et sans appel qui, on l'espère au vu du succès fracassant de ce livre en Corée, pourra peut-être contribuer à la cause des femmes dans ce pays, mais aussi ailleurs, les questionnements posés étant loin d'avoir trouvé toutes leurs réponses dans nos sociétés.

Plongée passionnante au coeur de la société coréenne, réflexion claire et cinglante sur la condition féminine et les inégalités hommes-femmes, ce livre par ailleurs très agréable à lire est à mettre entre toutes les mains.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          829
kateginger63
  20 février 2020
Nous sommes Kim
*
Considéré comme un phénomène littéraire dans son pays d'origine, la Corée du sud, ce roman propose de nous éclairer sur la condition féminine.
Effectivement, l'auteure nous dresse un portrait peu reluisant de ses compatriotes masculins. Et dévoile - enfin - ce que la femme coréenne subit tout au long de sa vie.
Construit en 6 chapitres (périodes-clés) d'une épouse , qui, arrivée à la trentaine , se met à se prendre pour d'autres femmes, d'autres voix. Schizophrénie? Ras le bol? Dépression? Volontaire pour choquer son entourage? Voilà ce que nous propose l'auteure.
Retracer son parcours de sa naissance jusqu'à la parentalité.
*
De manière simple, directe, sans fioritures, mais très limpide, le message est de dénoncer toutes les inégalités qui concernent les femmes. Avec des chiffres à l'appui, ce roman devient manifeste sur le sujet de la prédominance masculine (le travail, les études, l'accueil à sa naissance....). On tombe des nues quand on voit ce pays si moderne par ailleurs (dans la technologie par exemple) , rester dans des blocages inégalitaires.
*
La parole est aussi donnée à la mère de la narratrice. Une rareté, une pionnière dans le mouvement féministe. Une voix qui s'impose tout en discrétion mais qui permet de faire émerger une réflexion. Petits pas....
Cette voix, c'est l'auteure, qui ose dénoncer, qui parle au nom de toutes les coréennes, qui souhaite changer les choses.
Malgré cette différence culturelle, certaines situations sexistes sont également transposables ici en France malheureusement. Ce livre a une portée universelle. Et je conseille cette lecture à tous les adolescents (tes) du monde entier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          631
sandrine57
  18 mai 2021
Kim Jiyoung vit à Séoul. Elle a un mari, une petite fille et un trouble de la personnalité. En effet, depuis quelques temps, la jeune mère au foyer parle avec la voix d'autres femmes. Pourtant, elle ne boit pas en cachette, elle ne se drogue pas et jusqu'à présent son comportement a toujours été exemplaire. Elle n'a pas non plus subi un choc récemment. Non. Pour en arriver là, Kim Jiyoung a simplement suivi le chemin banal d'une femme coréenne banale dans une société où être une femme est une tare incompatible avec les rêves, les ambitions, une carrière ou même un minimum de considération.
En six grands chapitres, Nal-joo Cho nous raconte les étapes-clés de la vie d'une femme comme les autres en Corée du sud.
Kim Jiyoung a grandi dans une famille de trois enfants, deux filles et enfin ! un garçon. le petit roi qui n'accomplit aucune tâche domestique, est toujours servi en premier à table, mange les meilleurs morceaux. Inutile de protester devant de telles injustices, la grand-mère remet fermement les filles à leur place.
En grandissant, Kim Jiyoung se rend compte que le traitement de faveur réservé à son jeune frère n'est pas une exception, plutôt une norme, une règle tacite qu'elle retrouve à l'école, au collège et au lycée. Grâce à sa mère, Kim Jiyoung peut choisir son cursus universitaire. Mais là encore, les étudiants ont des prérogatives dont ne bénéficient pas les filles.
Vient ensuite l'entrée dans le monde du travail. Malgré son diplôme, Kim Jiyoung, comme ses amies, obtient difficilement un entretien. Les entreprises privilégient les hommes et ne s'en cachent pas.
Quand enfin, elle est embauchée dans une société d'évènementiels, la jeune femme travaille d'arrache-pied, gère les dossiers les plus difficiles mais ne bénéficie d'aucune promotion. En haut lieu, on sait bien que dès qu'elle sera enceinte, elle démissionnera, comme la majorité des femmes coréennes.
Et la voilà mère au foyer. Oisive ? Non ! Entre l'entretien de l'appartement, les biberons, les repas, le linge, les couches, Kim Jiyoung est bien occupée. Ce qui n'empêche pas les actifs de traiter les femmes comme elle, d'''épouses parasites'', occupées seulement à dépenser l'argent que gagne durement leurs maris.
Kim Jiyoung, née en 1982 est donc l'histoire banale d'une femme banale qui encaisse, encaisse et encaisse encore, qui observe en silence la façon dont on bafoue les femmes le plus naturellement du monde, leur imposant des choix de vie qui ne sont pas les leurs, des salaires plus bas, des sacrifices, des humiliations quotidiennes.
Un livre coup de poing qui dénonce froidement, sans fioritures, sans effets de style. Juste des faits, étayés par des statistiques et le constat honteux d'un patriarcat assumé, inculqué dès le plus jeune âge avec une valorisation excessive des hommes et des femmes traitées en sujets secondaires. Tout cela dans une société évoluée, moderne et au XXIè siècle. Déprimant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
Eve-Yeshe
  07 mars 2020
Kim Jiyoung vit à Séoul, avec son époux et leur petite fille, elle avait un travail qu'elle a dû abandonner pour s'occuper de « sa famille », alors que son mari rentre de plus en plus tard le soir, à cause du travail. Un jour, tout dérape : elle se met à parler avec la voix et les expressions d'autres personnes. Au début, son mari pense qu'elle est peut-être sous l'effet de l'alcool, mais non, le lendemain cela recommence. Que se passe-t-il ? Est-ce un mode d'entrée dans la schizophrénie, un burn-out ou autre chose ?
A partir de là, flash-back et on revient sur le passé de Kim Jiyoung, son enfance, dans les années 1982-1994, dans une famille traditionnelle : dans la maison seul le père travaille, la mère a dû abandonner son désir de devenir enseignante. La mère de son père vit avec eux, et ne donne jamais un coup de main.
Elle a eu deux filles et lorsque la troisième grossesse se profile, elle est « sommée » d'avoir recours à un avortement thérapeutique car c'est encore une fille !!!! et elle doit se débrouiller seule :
Sa mère est allée toute seule à la clinique et a fait « effacer » la petite soeur de Kim Jiyoung. Ce n'était pas son choix, mais c'était sa responsabilité.
Quelques années plus tard, ils ont enfin un garçon, qui est le roi du monde, rien n'est assez bien pour lui, il y a une hiérarchie bien établie qui fait frémir :
Quand on servait un bol de riz bien chaud, tout juste cuit, l'ordre normal de distribution était d'abord le père, puis le petit frère et la grand-mère. Il était normal que le petit frère mangeât des morceaux de tofu frit, des raviolis et des galettes de viande, tandis que Kim Jiyoung et sa soeur se contenteraient des morceaux effrités ou de miettes.
Les filles travaillent bien à l'école mais donnent un coup de main à leur mère, les hommes de la maison et la grand-mère se tournant les pouces, (rendons justice à cette dernière : elle est très douée pour une chose, critiquer sa belle-fille !)
Cho Nam-Joo nous dresse un portrait de la société coréenne qui fait frémir, tant dans la famille, que plus tard au collège, au lycée, on voit Kim Jiyoung et sa soeur lutter sans cesse pour réussir, faire des études supérieures. La fille aînée finit par écouter sa mère et devient enseignante pour la sécurité de l'emploi, mais Jiyoung veut faire autre chose, des études de communication, car les médias l'intéressent…
L'auteure a très bien construit son roman, elle nous propose quatre périodes dans la vie de son héroïne et met en parallèle la société coréenne et son « évolution » : 1982-1994, puis 1995-2000 avec les études, le harcèlement des hommes dans les moyens de transport entre autres, mais aussi de la part des enseignants, les discriminations parce que ce sont des filles.
Les années 2001-2011 avec les études supérieures et l'entrée dans le monde du travail, et la manière immonde dont les femmes sont traitées, et les années 2011-2015 où Kim Jiyoung doit choisir.
A chaque période, le gouvernement vote des lois pour modifier les choses, mais elles restent toutes dans le placard : la loi interdisant la discrimination homme femme a été promulguée en 1999 mais c'est resté une loi !!!! on a même créé un ministère de l'égalité des sexes !!!
Une phrase en particulier :
D'ailleurs s'il avait confié à Kang Hyesu et à Kim Jiyoung des clients difficiles, ce n'était pas parce qu'il leur faisait confiance, mais parce qu'il ne fallait pas user les employés hommes, réputés pérennes, avec des tâches épuisantes.
Le régime patriarcal a soi-disant été aboli en Corée mais le statut de la femme est loin d'avoir évolué.
J'ai beaucoup apprécié ce livre, la manière dont Cho Nam-Joo l'a construit et son étude de la société coréenne est très bien faite, statistiques à l'appui. Il est dur et fait réfléchir sur les droits de la femme dans les autres sociétés où le patriarcat est bien établi…
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Robert Laffont qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteure.
#KimJiyoungnéeen1982 #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
Annette55
  05 décembre 2020
Ce livre coup de poing montre avec brio une photographie de la femme coréenne complètement piégée par une société patriarcale de laquelle elle a vraiment du mal à s'extirper.
C'est l'histoire de Kim Jiyoung , une jeune femme ordinaire , trente - cinq ans mariée , une fille, à l'automne 2015....
Elle a travaillé dans une société de communication jusqu'à la naissance de son enfant .
Sous forme de retours en arrière le lecteur découvre les années de jeunesse de la mère de Kim Jiyoung : elle était restée à la maison pour aider aux tâches domestiques et aux champs jusqu'à ses quinze ans , ensuite à Séoul elle travailla en usine , dans ce temps - là tout le monde pensait que seuls les fils feraient la réussite et le bonheur de la famille , les filles se chargeaient du soin de leurs frères.
En fait , les filles se sacrifiaient et trimaient pour leurs frères .
En six parties :nous découvrons le déroulement de la vie de Kim Jiyoung ,
1982 à 1994 , son enfance et adolescence,
1995 à 2000, ses études,
2001 à 2011 , ses études supérieures et le monde du travail...
D'un style froid, cinglant , clinique, acéré , sans fioritures , ni concessions, la narration est surprenante : l'auteure montre , sur le ton de la discussion les travers de la société coréenne, la disparité dans les études entre les garçons et les filles, la place importante , vitale , du garçon, la suprématie de L'Homme , les traditions pesantes, la discrimination dont les femmes coréennes sont victimes depuis l'enfance jusqu'à l'âge adulte, les petites humiliations quotidiennes , les violences morales , les remarques non appropriées , le manque de femmes aux postes de responsabilité , les candidatures non retenues——-jusqu'à la caricature ——-les missions non intéressantes , les salaires non réévalués , le harcèlement sexuel au travail l'indifférence voire le mépris du père, le silence de la mère, éloquent , malgré ses colères flamboyantes, de temps en temps .... vu les propos rétrogrades, archaïques , de son père ...
Kim Jiyoung est le miroir de la condition féminine en Corée «  Les garçons disaient des filles qu'elles étaient «  des fleurs ou des petites lumières rares , comme s'ils les chérissaient , en même temps, entre eux , ils se félicitaient d'être de bons garçons , généreux , forts , facile à vivre , de vrais piliers pour le club, ils décidaient de tout....... ».
Kim Jiyoung n'accède pas à ses rêves , elle élève son enfant en renonçant à sa vie, à son travail, à ses rêves , à tout ce qu'elle était :
«  Et je suis devenue quoi, une mère - parasite ?
Qu'est ce que je dois faire maintenant ?
Un livre brut qui bouscule, révolte , émeut, touche , fait réfléchir ...
Un livre à lire absolument ....
«  Sur les poussières sentimentales accumulées, une étincelle était tombée ,et la plus belle époque de sa vie brûla vainement pour ne laisser qu'un tas de cendres » ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          479

Citations et extraits (94) Voir plus Ajouter une citation
Eve-YesheEve-Yeshe   07 mars 2020
C’était l’époque où le gouvernement mettait en œuvre toute une série de mesures pour contrôler les naissances, au nom du planning familial. Dix ans plus tôt, l’IVG pour raison médicale avait été rendue légale. Comme si avoir une fille constituait une raison médicale, l’avortement des fœtus filles était pratiqué de façon massive. Cette tendance allait persister durant toutes les années quatre-vingt, jusqu’au début des années quatre-vingt-dix où la population atteignit le point culminant du déséquilibre des naissances garçon/filles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24fanfanouche24   29 mars 2020
La somme ridicule qu'elles gagnaient en s'épuisant nuit et jour, le visage jauni par le sommeil qu'elles combattaient à coups de pilules, allait pour l'essentiel servir à payer les études du grand ou du petit frère. Dans ce temps-là, tout le monde pensait que le fils ferait la réussite et le bonheur de la famille, qu'il allait l'élever dans l'échelle sociale. Ainsi les filles se chargeaient-elles volontiers du soin de leurs frères. (p. 39)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
MimekoMimeko   25 juillet 2022
Des jeunes de l’âge de Kim Jiyong tenaient avec le plus grand naturel des propos comme ”Ayant une fille en premier, j’étais angoissée avant de savoir que mon deuxième était un garçon ”; ou ”Depuis que je sais que je porte un garçon, je suis fière devant mes beaux-parents” ; ou ”Quand j’ai appris que c’était un garçon, je me suis mise à manger tout ce dont j’avais envie !” Kim Jiyong aurait aimé leur dire qu’elle aussi était fière, qu’elle mangeait ce qu’elle voulait, que ce genre de choses n’avaient rien avoir à faire avec le sexe du bébé. Finalement elle s’est tue, de crainte que ses propos ne passent pour un complexe d’infériorité mal assumé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Eve-YesheEve-Yeshe   11 mars 2020
Sa mère regrettait sa vie manquée et regrettait d’être devenue la maman de Kim Jiyoung – une pierre, ferme et lourde, quoique petite, qui pèse contre un pan de sa longue jupe. Kim Jiyoung avait d’un coup l’impression d’être cette pierre et ça la rendait triste. La mère, percevant sa peine, de ses doigts, tendrement, a remis de l’ordre dans les cheveux de sa fille.
Commenter  J’apprécie          160
LivreCirculationLivreCirculation   20 février 2020
- Encore une chose. À partir de demain, vous ne me préparerez plus mon café. Vous ne mettrez pas non plus mes couverts le midi, vous ne débarrasserez pas non plus mes assiettes après le repas.
- Je suis désolée si cela vous a incommodée.
- Cela ne m'a pas incommodée, mais ce n'est pas votre travail. J'ai remarqué ça il y a longtemps déjà, chaque fois que nous avons de nouveaux employés, les filles les plus jeunes prennent en charge toutes les tâches ingrates sans même qu'il soit besoin de les solliciter. Les garçons ne font pas cela. Un garçon, même s'il est le benjamin de notre société, même s'il est le dernier à avoir intégré l'équipe, il ne lui viendra pas à l'esprit de prendre en main spontanément ces choses. Comment les filles sont-elles devenues ainsi, cette part de l'humanité qui se charge de tous ces trucs sans qu'on ait besoin de leur expliquer quoi que ce soit ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Nam-joo Cho (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nam-joo Cho
Cette semaine, la sélection de la librairie Point Virgule tourne autour du rêve avec trois romans parus en poche récemment.
- Borgo Vecchio, Giosuè Calaciura, Folio, 6,90 € - Kim Jiyoung, née en 1982, Cho Nam-Joo, 10/18, 6,60 € - Une bête au Paradis, Cécile Coulon, Le Livre de Poche, 7,70 €
Musique du générique d'intro par Anna Sentina.
autres livres classés : corée du sudVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
429 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre