AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364370450
Éditeur : Diane de Selliers (16/10/2014)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 12 notes)
Résumé :
[BEAU LIVRE]

Composés à la fin du XIIe siècle, Yvain et Lancelot sont les deux oeuvres emblématiques de Chrétien de Troyes. Au fil d'aventures inspirées de la légende arthurienne, les héros de la Table Ronde doivent maintenir le délicat équilibre entre amour courtois et prouesses chevaleresques. Les peintres préraphaélites, notamment Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones ou William Morris, réalisent à la fin du XIXe siècle des oeuvres dont l'inte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
juliette2a
  18 mai 2018
Quel honneur de recevoir ce magnifique livre dans le cadre de l'opération Masse Critique ! Je remercie ainsi chaleureusement Babelio ainsi que les éditions Diane de Selliers pour l'envoi de cet ouvrage inestimable, d'autant plus que j'ai la chance de posséder un exemplaire numéroté, tiré d'une série limitée.
Je suis ravie de découvrir ces deux oeuvres de Chrétien de Troyes, monument de la littérature française, Maître des romans de chevalerie que j'ai toujours voulu découvrir, ne serait-ce que pour plonger dans le monde des légendes arthuriennes ! Yvain (ou le Chevalier du Lion) et Lancelot (ou le Chevalier de la Charrette) sont des « héros » à proprement parler, c'est-à-dire qui se distinguent par leurs exploits ou un courage extraordinaire. A cela s'ajoute leur grande générosité, qui provoque l'admiration de tous et que l'on ne peut ignorer en tant que lecteurs… Néanmoins, au-delà des multiples qualités que ces deux personnages (entre autres) présentent tout au long du récit, c'est leur parcours initiatique qui m'a beaucoup plu. Dans les deux cas, l'Amour est prédominant et conduit les deux chevaliers à des actes de bravoure, d'héroïsme, voire même d'humiliation pour reconquérir –ou sauver- la Dame de leurs pensées… Les différents protagonistes que l'on rencontre –châtelains, géants, lion, demoiselles, nains – viennent enrichir le récit et participent à l'évolution d'Yvain et de Lancelot. J'ai beaucoup aimé la plume de Chrétien de Troyes, tout comme ses descriptions des paysages, scènes de combat, banquets et autres évènements.
Par ailleurs, j'ai été totalement enchantée par le choix des peintres préraphaélites (Waterhouse, Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones en passant par John Everett Millais ou Frank Cadogan Cowper…dont on peut découvrir les biographies à la fin du livre) pour illustrer cet ouvrage, d'une part car bon nombre d'entre eux se sont intéressés aux légendes médiévales et d'autre part, parce que j'ai toujours été attirée par ce mouvement artistique ; j'ai ainsi eu l'occasion de découvrir d'autres oeuvres de ces peintres fascinants !
Ainsi, je recommande vivement ce merveilleux ouvrage, pour ses récits passionnants des légendes arthuriennes, ainsi que pour les magnifiques illustrations qui rythment le récit.
A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Dossier-de-l-Art
  18 janvier 2016
Cet ouvrage des éditions Diane de Selliers nous plonge aux côtés des chevaliers mythiques de Chrétien de Troyes, Yvain et Lancelot. Chefs-d'oeuvre fondateurs de la littérature française, ces récits, sans doute composés simultanément, relatent les aventures d'Yvain, modèle de perfection qui accède à l'amour et à la souveraineté, et de Lancelot, au désir indompté en quête d'un amour impossible. Dans ce beau livre, les péripéties chevaleresques sont illustrées par des oeuvres d'artistes préraphaélites qui se passionnèrent pour le mythe arthurien dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Rejetant le modèle académique, leur art s'inspire de l'imaginaire médiéval et se nourrit des textes d'auteurs du Moyen Âge, De La Renaissance et de contemporains tels Walter Scott, John Keats ou Alfred Tennyson. Ce livre passe outre la distance temporelle et contextuelle qui sépare les écrits de Chrétien de Troyes des oeuvres des préraphaélites, afin d'établir une correspondance féconde
entre ces deux univers en quête de beauté. Ces récits sont précédés d'une préface de Philippe Walter, spécialiste des mythologies chrétiennes et de l'imaginaire médiéval, et d'une introduction de Laurence des Cars, directrice du musée de l'Orangerie qui explique l'influence de la légende arthurienne sur les peintres préraphaélites. La mise en page inédite des textes de Chrétien de Troyes sous forme de courts paragraphes contribue véritablement au plaisir du lecteur, de même que les très nombreuses illustrations chevaleresques – tableaux d'Edward Burne-Jones, Dante Gabriel Rossetti, William Holman Hunt, John Everett Millais et bien d'autres – sont un régal pour les sens. Une correspondance réussie entre littérature médiévale et esthétique préraphaélite !
Par Marie Yvonneau-Fournier, critique parue dans L'Objet d'Art 507, décembre 2014
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aethel_Lataniereauxlivres
  25 mai 2018
Lors de l'avant-dernière Masse Critique de Babelio je regardais la liste des titres proposés d'un oeil un peu morne, manquant de temps et vu ma pile à lire gigantesque je ne me voyais pas demander un nouveau partenariat, jusqu'à ce que j'arrive à la fin de la liste et que je vois Yvain et Lancelot illustrés par la peinture préraphaélite, j'aime la légende Arthurienne, j'aime la peinture, et puis de toute façon ma pile à lire n'est pas si grande que ça, 600 livres ? Pff j'suis large !
Yvain ou le chevalier au lion et Lancelot ou le chevalier à la charrette sont deux textes fondateurs de la légende Arthurienne, le premier perd l'amour d'une femme suite à un serment rompu et part à l'aventure accompagné d'un lion à qui il a sauvé la vie.
Lancelot quant à lui semble débarquer de nulle part et affronte beaucoup d'embuches par amour…
Je l'avoue d'emblée; je n'avais encore jamais lu Chrétien de Troyes malgré la présence de plusieurs de ses textes dans ma bibliothèque et malgré le fait que ce soit quand même la base de la légende et il était temps que je répare cela, malheureusement je n'ai pas été aussi emballée que je ne l'espérais.
Je n'avais pas encore eu l'occasion de rencontrer Yvain dans mes précédentes découvertes Arthurienne (sauf dans Kaamelott, paye ton image glorieuse du personnage !) du coup tout me restait à découvrir le concernant et j'ai été plutôt déçue, son histoire n'est pas mauvaise en soi mais je n'ai pas accroché au début (que j'ai trouvé franchement simpliste voire tiré par les cheveux quand on voit qu'Yvain n'est pas foutu de tenir une promesse toute bête envers la femme de sa vie, tu parles d'un gros blaireau !) et je me suis vite ennuyée ensuite, j'étais contente de découvrir enfin pourquoi Yvain se promenait avec un lion parce que cela m'intriguait un peu mais en dehors de cela j'ai trouvé le tout assez répétitif et cela manquait de souffle épique, Yvain enchaine les aventures assez banales finalement, c'est potable sur le moment puis c'est vite oublié, son histoire manque trop de saveur pour me marquer et je ne suis pas spécialement pressée de recroiser Yvain parce que le personnage en lui-même ne m'a pas fait grande impression…
En ce qui concerne « Lancelot ou le chevalier à la charrette » mon ressenti est un peu meilleur, même si cela réservait moins de surprises vu que le parcours de Lancelot est quand même plus connu que celui d'Yvain, surtout que l'intrigue concerne l'enlèvement de Guenièvre par Méléagant, j'ai finalement préféré ce récit, probablement parce que j'ai une affection particulière pour l'histoire d'amour entre la reine et son chevalier mais aussi parce que j'ai trouvé l'aventure de Lancelot un peu plus variée que celle d'Yvain, moins rébarbative et donc un peu plus intéressante.
Ce qui est finalement frustrant c'est que là aussi les personnages ne sont pas franchement développés, on se concentre sur un épisode des péripéties du chevalier mais, comme Yvain, le personnage de Lancelot reste assez superficiel, défini par quelques traits évidents pour un chevalier (loyauté, courage et tout le tralala) mais rien de plus de vraiment notable et c'est dommage que les personnages de deux récits ne soient pas plus travaillés.
Là où je suis complètement séduite c'est sur le visuel du livre qui est magnifique, il faut aimer un minimum le préraphaélisme évidemment mais si c'est le cas il y a vraiment beaucoup de toiles à y (re)découvrir et même si à l'origine la plupart de ces peintures n'ont pas pour sujet la Légende Arthurienne, elles s'adaptent très bien aux deux textes et personnellement je suis contente que ce soit ce mouvement qui ait été choisi pour que je puisse en voir plus (vu qu'en dehors de John William Waterhouse mes connaissances sur les artistes préraphaélites étaient quand même bien limitées !).
Bref, mon avis est un peu tiède sur les deux histoires mais si j'y trouve des défauts je n'ai pas précisé que j'avais également la tête ailleurs pendant ma lecture et je n'exclue pas de donner une seconde chance un jour, malgré tout je suis contente d'avoir pu découvrir des écrits de Chrétien de Troyes et surtout j'en ai tout de même pris plein les yeux avec toutes ces peintures.
Pour finir je remercie Babelio et les éditions Diane de Selliers pour ce bel envoi.
Lien : https://lataniereauxlivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nominoe
  24 mai 2018
Déjà grand admirateur des textes de Chrétien de Troyes, c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai pu relire deux de ses textes les plus connus “Yvain ou le Chevalier au Lion” et "Lancelot ou le Chevalier de la Charrette” dans une édition exceptionnelle. En effet, les éditions Diane de Selliers ont eu l'excellente idée d'illustrer les textes de Chrétien par la peinture préraphaélite, un courant artistique qui a beaucoup puisé son inspiration dans la matière de Bretagne.
Les différentes peintures accompagnent à merveille les aventures de nos preux chevaliers et subliment des textes déjà admirables en tout point.
Un véritable bonheur de pouvoir lire deux textes majeurs de la légende arthurienne dans une si belle édition.
Commenter  J’apprécie          30
ChryseiaVonSourde
  19 mai 2015
C'est une tradition saisonnière. Un mal qui frappe les bibliophiles l'automne venu. Comme une démangeaison intellectuelle, une impatience : que sera le nouveau Diane de Selliers ? On l'attend, on l'espère, et l'on n'est jamais déçu. Là est le miracle.
Cette année ne fera pas exception. le cru 2014 est d'une beauté renversante. Après le remarquable Éloge de la Folie d'Érasme illustré par la peinture de la Renaissance du Nord paru en 2013, érudit et peut-être intimidant pour certains, le nouveau venu semble rassurant, accessible à tous. Ce qui n'enlève rien à sa valeur. C'est simplement que le sujet choisi et son illustration ont un aspect populaire, cet adjectif étant pris sans aucune connotation péjorative. Les chevaliers de la Table ronde et la peinture de la fin du XIXe siècle n'effraient pas, ils font rêver. À juste titre. Et dans cette édition, l'harmonie générée par le rapprochement des romans de Chrétien de Troyes et la peinture préraphaélite est envoûtante.
La suite de la critique sur mon blog !
Lien : https://litteraemeae.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   02 février 2016
Puis que ma dame de Chanpaigne
Vialt que romans a feire anpraigne,
Je l’anprendrai mout volentiers,
Come cil qui est suens antiers
De quanqu’il puet el monde feire,
Sanz rien de losange avant treire.
Mes tex s’an poïst antremetre
Qui i volsist losenge metre,
Si deïst, et jel tesmoignasse,
Que ce est la dame qui passe
Totes celes qui sont vivanz,
Tant con les funs passe li vanz
Qui vante en mai ou en avril.
Par foi, je ne sui mie cil
Qui vuelle losangier sa dame ;
Dirai je : "Tant com une jame
Vaut de pelles et de sardines,
Vaut la Contesse de reïnes" ?
Naie, je n’en dirai ja rien,
S’est il voirs maleoit gré mien ;
Mes tant dirai je que mialz oevre
Ses comandemanz an cest oevre
Que sans ne painne que g’i mete.
Del chevalier de la charrete
Comance Crestïens son livre ;
Matiere et san li done et livre
La Contesse, et il s’antremet
De panser, si que rien n’i met
Fors sa painne et s’antancion.
Et dit qu’à une Acenssion
Li rois Artus et tenu ot
Riebe et belle tant com lui pot,
Si riche com au jor estut.
Aprés mangier ne se remut
Li rois d’antre ses conpaignons ;
Moult ot en la sale barons,
Et s’i fu la reïne ensanble ;
Si ot avoec li, ce me sanble, Mainte bele dame cortoise,
Bien parlant an lengue françoise ;
Et Kex qui ot servi as tables
Manjoit avoec les conestables.
La ou Kex seoit au mangier,
A tant ez vos un chevalier
Qui vint a cort molt acesmez,
De totes ses armes armez.
Li chevaliers a tel conroi
S’an vint jusque devant le roi
La ou antre ses barons sist,
Nel salua pas, einz li dist :
"Rois Artus, j’ai en ma prison
De ta terre et de ta maison
Chevaliers, dames et puceles,
Mes ne t’an di pas les noveles
Por ce que jes te vuelle randre ;
Ençois te voel dire et aprandre
Que tu n’as force ne avoir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Chrétien de Troyes (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Chrétien de Troyes
"Chrétien de Troyes", une émission de radio diffusée sur France Culture, en 1998, dans la série "Une vie, une œuvre", avec la participation de Philippe Walter, Roger Dragonetti, Charles Méla, Michel Zink, Mireille Demaule.
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox