AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sylvie Dervaux-Bourdon (Éditeur scientifique)Alain Jaubert (Collaborateur)
ISBN : 2070396622
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 56 notes)
Résumé :

Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points : mouvement littéraire (Marivaux face aux Lumières naissantes), genre et registre (Une pièce plurielle), l'écrivain a sa table de travail (L'écriture, une quête incessante), groupement de textes (Figures d'ingénus au théâtre, XVIIe-XVI... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  14 juin 2014
La Dispute est l'une des admirables comédies sociales de Marivaux qui se présentent presque sous forme d'expériences scientifiques à scène ouverte. Il y est ici question de l'origine de l'infidélité conjugale. Est-elle chose mâle ou chose femelle ?
À main gauche, Hermiane, convaincue qu'il s'agit d'une malfaçon viscéralement masculine. À main droite, le Prince, qui, somme toute n'en disconvient pas mais considère que la chose doit être analysée plus finement.
Pour ce faire et puisque la controverse avait déjà éclaté du temps de son père, le Prince propose de mettre à exécution une expérience préparée de longue date par son défunt aïeul, qui lui était convaincue que l'inconstance était de sexe féminin.
Le vieil homme avait soigneusement fait élever trois couples de jeunes enfants, trois garçons et trois filles, tous isolément et n'ayant pour seule fenêtre sur le monde extérieur que deux domestiques noirs qui pourvoyaient à leurs besoins, tels des parents adoptifs.
Le temps est donc venu, dix-huit ans plus tard de libérer ces jeunes jouvenceaux et jouvencelles afin d'étudier leurs réactions vis-à-vis de leurs semblables du sexe opposé et d'allure si différente des domestiques qui les ont élevés jusqu'alors.
Il s'agit donc d'une mise en abîme de théâtre dans le théâtre puisque nous sommes spectateurs de la dispute entre Hermiane et le Prince, eux-mêmes spectateur des moindres faits et gestes d'Églé, Azor, Adine, Mesrin, Dina et Meslis.
Je vous laisse le loisir de découvrir les résultats de l'expérience, pas exactement à la hauteur d'aucuns des spectateurs et commanditaires. Toutefois, c'est encore l'occasion pour Pierre de Marivaux d'étriller un peu plus les a priori d'où qu'ils sortent et de nous faire réfléchir sur la condition de l'humain, avec ses qualités et ses travers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
michfred
  28 avril 2015
Qui est le premier, de la poule ou de l'oeuf? Qui a, de l'homme ou de la femme, le premier trompé l'autre? Vaste sujet, âpre Dispute!
Une Dispute réveillée en 1973 par le regretté Patrice Chéreau d'abord au Festival d'Automne, puis reprise aux Amandiers - elle était un peu oubliée parmi les pièces à thèse de Marivaux , elles aussi redécouvertes depuis et rejouées, abondamment...La roue tourne, même pour le répertoire d'un auteur classique..Et la jeunesse de Marivaux n'a pas fini de nous charmer: il suffit de voir tous les metteurs en scène qui le portent sur les planches!
Mais revenons à notre Dispute..
Elle agite un couple de riches oisifs, un prince et une princesse, comme dans les contes de fée...Mais nos royaux "debaters" auraient plutôt tendance à jouer les Jean Rostand que les Princes Charmants: ils décident pour trancher leur différend d'avoir recours à la science...Ils ont mis sous cloche,les isolant dans des tours coupées de tout et sous l'unique surveillance d'un vieux couple de domestiques , quatre jeunes gens, deux garçons, et deux filles qui ne se sont jamais vus...Quatre enfants sauvages, innocents et bruts de décoffrage!
On les lâche donc dans le vaste monde, les deux garçons d'abord, puis les deux filles, puis en couple, et on les observe, comme des souris de laboratoire!
Le résultat est assez effrayant pour jeter un grand doute sur la nature humaine, celle de la femme comme celle de l'homme, pleine de coquetterie, de duplicité, de jalousie, de narcissisme et de violence...Pas un ou une pour rattraper l'autre..Horrifiés, les princes décident de mettre un terme à l'expérience ...
Pièce intéressante, surprenante, et qui donne à penser....
S'ajoute comme toujours le jeu de scène qui peut faire signifier au texte tout le contraire de ce qu'il semble dire: ainsi dans la mise en scène de Chéreau, les deux garçons se perdent en protestation d'amitié,mais en même temps ils se battent avec la plus extrême violence à coup d'épées. Inversement, les deux filles qui comparent jalousement leurs attraits respectifs.... se font mille tendres caresses... Va comprendre, Charles!
Chéreau, avait mis en place une scénographie magnifique: en particulier un grand arbre sous lequel la vieille gardienne des enfants sauvages, une imposante " Big Mamma" noire, chantait avec la voix profonde d'une Mahalia Jackson un negro-spirituals qui rendait cette fable encore plus intemporelle et magique...
Une pièce intéressante pour les metteurs en scène aussi, car elle se prête à toutes les interprétations. Un exercice de style scénographique et philosophique!..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
PiertyM
  05 octobre 2013
Un théâtre expérimental dans un théâtre. La dispute est celle qui éclate entre le prince et Hermiane sur l'origine de l'infidélité. Aussi s'engage dans expérimentation très oser et très controversée. Quatre enfants dont deux garçons et deux filles sont placés chacun, dès leur naissance, dans un endroit isolé où le monde extérieur leur est totalement inaccessible. Il connaissent que leur coin et une seule personne mise à leur disposition. Quand ils ont atteint 18 ans 4 enfants sont mis lancés dans le monde exterieur. Cette mise en scène est réalisé par le prince lui-même où les jeunes gens sont placés dans une architecture conçue et délimitée à cet effet. le prince et Hermiane assistent alors à la découverte du monde et même des choses en soi de ces jeunes gens....
Dans cette expérience, la problématique va au delà de l'infidélité et même sur la question qui de l'homme ou de la femme a été le premier a faire ceci ou ça. Mais là on découvre une cruauté humaine qui s'étend sur tous aspect. Que cela m'a ramené aux enfants sauvages de Lucien Malson. On se pose des questions sur la nature et la culture.
Car cette expérience au lieu de donner des réponses, elle a par contre suscitée des questions qui restent ouvertes.
mais est-il que ce que l'on découvre est tout sentiment ressenti par les jeunes gens se manifeste dans leur phase primaire.
On assiste à la cruauté qde tout acte qu'il soit dit attribué au bien ou au mal, à la morale ou l'immoralité.... si bien que sans avoir le coeur d'en supporter un peu plus, Hermiane arrête net ce spectacle expérimental.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
anais17
  01 juillet 2013
La Dispute est une pièce de théâtre philosophique écrit pendant le siècle des Lumières. Elle pose une question sur la nature originelle de l'homme. Cette question a été beaucoup reprise par de nombreux traités philosophiques durant ce siècle. Et plus précisément dans cette pièce Marivaux met en place une expérimentation pour répondre à la question suivante : " Qui entre l'homme et la femme fût le premier inconstant ?".
Le spectateur assiste tout au long de la pièce à cette expérimentation en même temps que les personnages Hermiane et le Prince qui a mis en place cette expérience.
Cette pièce m'a beaucoup plu car elle est très bien construite, elle permet au lecteur de se questionner et de faire mûrir sa réflexion.
Elle permet de se faire sa propre opinion sur la réponse à la question puisque le dénouement est ouvert. Il ne répond pas à la question.
En plus même si cette pièce a une fonction instructive, elle est aussi très divertissante puisqu'elle tourne au ridicule les personnages qui sont soumis à l'expérimentation. Ce qui permet de faire ressortir leurs vices et leurs défauts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Invidia
  12 mars 2015
La dispute est une pièce de théâtre du 18e siècle dans laquelle un prince et une femme se questionnent à propos de l'origine de l'infidélité. Vient-elle d'abord de la femme ou de l'homme ?
Ils décident donc faire un expérience afin d'y répondre. Quatre bébé, deux hommes et deux femmes sont alors élevés à part par un couple dans un endroit coupé du monde et de la société. Ils ne se sont jamais vu et ne connaissent rien du monde qui les entourent jusqu'au jour où ils sortent.
J'ai bien aimé l'intrigue. J'ai trouvé la question très intéressante. J'ai beaucoup apprécié les personnages notamment Eglée qui est l'incarnation même du narcissisme. L'histoire est très simple, et très comique, bien que prévisible. Elle e lit très facilement puisque elle est très courte ( 40 pages) et est bien divertissante.J'ai bien aimé cette pièce sans plus. La fin m'a un peu dérangé parce qu'elle est un peu étrange mais ça une bonne lecture.
Lien : http://lireetsourire.blogspo..
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   13 juin 2014
ÉGLÉ : Je ne suis donc pas ma maîtresse, il ne se fie pas à moi, il a donc peur qu’on ne m’aime ?
CARISE : Non, mais il craint que son camarade ne vous plût.
ÉGLÉ : Eh bien, il n’a qu’à me plaire d’avantage, car à l’égard d’être aimée, je suis bien aise de l’être, je le déclare, et au lieu d’un camarade, en eût-il cent, je voudrais qu’ils m’aimassent tous, c’est mon plaisir ; il veut que ma beauté soit pour lui tout seul, et moi je prétends qu’elle soit pour tout le monde.

Scène XV.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
michfredmichfred   28 avril 2015
Mesrin

Oh ! Je le crois, camarade, car vous n’êtes rien du tout, ni moi non plus, auprès d’une mine que je connais, que nous mettrons avec nous, qui me transporte, et qui a des mains si douces, si blanches, qu’elle me laisse tant baiser !

Azor

Des mains, camarade ? Est-ce que ma blanche n’en a pas aussi qui sont célestes, et que je caresse tant qu’il me plaît ? Je les attends.

Mesrin

Tant mieux, je viens de quitter les miennes, et il faut que je vous quitte aussi pour une petite affaire ; restez ici jusqu’à ce que je revienne avec mon Adine, et sautons encore pour nous réjouir de l’heureuse rencontre. (Il sautent tous les deux en riant.) Ah ! Ah ! Ah !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nastasia-BNastasia-B   21 avril 2014
ÉGLÉ : Je ne me considère jamais que je ne sois enchantée, moi qui vous parle.
ADINE : Enchantée ? Il est vrai que vous êtes passable, et même assez gentille, je vous rends justice, je ne suis pas comme vous.
ÉGLÉ : Je la battrais de bon cœur avec sa justice.
ADINE : Mais de croire que vous pouvez entrer en dispute avec moi, c'est se moquer, il n'y a qu'à voir.

Scène IX.
Commenter  J’apprécie          130
Nastasia-BNastasia-B   24 mai 2014
ÉGLÉ : Mais que vois-je ? encore une autre personne ! [...]
ADINE : Je ne sais que penser de cette figure-là, je ne sais ce qui lui manque, elle a quelque chose d'insipide.
ÉGLÉ : Elle est d'une espèce qui ne me revient point.
ADINE : A-t-elle un langage ?... Voyons... Êtes-vous une personne ?
ÉGLÉ : Oui assurément, et très personne.

Scène IX.
Commenter  J’apprécie          100
InvidiaInvidia   12 mars 2015
EGLÉ, regardant : Ah ! Carise, approchez, venez voir, il y a quelque chose qui habite dans le ruisseau qui est fait comme une personne, et elle paraît aussi étonnée de moi que je le suis d'elle.

CARISE, riant : Eh ! Non, c'est vous que vous y voyez tous les ruisseaux font cet effet-là.

EGLÉ : Quoi ! C'est là moi, c'est mon visage ?

CARISE : Sans doute.

EGLÉ : Mais savez-vous bien que cela est très beau, que cela fait un objet charmant ? Quel dommage de ne l'avoir pas su plus tôt !

CARISE : Il est vrai que vous êtes belle.

EGLÉ : Comment, belle, admirable ! Cette découverte-là m'enchante.Elle se regarde encore.
Le ruisseau fait toutes mes mines, et toutes me plaisent. Vous devez avoir eu bien du plaisir à me regarder, Mesrou et vous. Je passerais ma vie à me contempler ; que je vais m'aimer à présent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Marivaux (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Marivaux
Pierre de Marivaux - La vie de Marianne, Livre 1 (FR)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L’île des esclaves

Où se situe l'île ?

dans la Méditéranée
dans l'Atlantique
on ne le sait pas

5 questions
77 lecteurs ont répondu
Thème : L'Île des esclaves de MarivauxCréer un quiz sur ce livre