AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782221250242
Robert Laffont (07/10/2021)
4.05/5   112 notes
Résumé :
La maison où vit Piranèse n'est pas un bâtiment ordinaire : ses pièces sont infinies, ses couloirs interminables et ses salles ornées de milliers de statues. Au coeur de cette architecture monumentale est emprisonné un océan, mais Piranèse n'a pas peur, il vit pour explorer ce labyrinthe. Dans son journal, il dresse de rigoureux rapports de ses errances.
L'Autre vit aussi dans cette cité enfouie. Piranèse lui rend visite deux fois par semaine et l'aide dans s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
4,05

sur 112 notes
5
14 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
3 avis
1
0 avis

Latulu
  25 juin 2022
Imaginez déambuler dans un palais où les salles se succèdent, où le silence rencontre l'oeil impassible des statues et où les marées affluent avant de se retirer, discrètement, en vous laissant de quoi vous sustenter. Personne d'autre que vous et un mystérieux Autre que vous ne rencontrez que deux fois par semaine à heure fixe, pendant une heure, pour lui faire votre rapport sur la cartographie des lieux, la carte du ciel et les marées.
Jusqu'au jour où l'ombre d'une troisième personne se dessine dans votre environnement. L'Autre dit qu'il s'agit d'une menace. le croiriez-vous sur simple parole ?
Un texte magnifique porté par une plume exquise.
J'ai adoré suivre Pyranèse dans ses déambulations à travers le palais, seul, face à ses doutes, à ses peurs et à sa mémoire défaillante. Je l'ai trouvé désarmant de naïveté. J'ai eu plus d'une fois le sentiment d'avoir à faire à un enfant plus qu'à un adulte. Sans doute parce que rien ne vient jamais troubler la sérénité des lieux et de son état d'esprit, à l'exception d'une marée plus violente que les autres.
Pas facile de fasciner son auditoire avec pour unique comptine, les pensées d'un jeune homme égaré. C'est là un beau tour de force de l'auteur. J'ai aimé suivre Pyranèse dans ses longs monologues intérieurs, dans son constant étonnement face à cet endroit qu'il sait qu'il ne connaîtra jamais entièrement. le dédale des salles l'intéresse, l'immensité du lieu l'impressionne, la présence soudaine d'un albatros le ravit et le pousse à l'exaltation.
Son unique confident est un cahier dans lequel il note tout ce qui lui semble utile : de la disposition des salles au cycle des marées en passant par les statues qu'il estime complices de sa présence.
Aucun souvenir de sa vie d'avant ne vient jamais le perturber même si peu à peu, il découvre d'étranges notes dans ce cahier qui l'amènent à penser qu'il pourrait ne pas être si seul que cela dans cet univers hors du temps.
Le récit offre diverses interprétations.

C'est un texte qui ne conviendra pas à tout le monde tant l'onirisme et l'introspection occupent la première place. Il n'y a pas d'action (pas avant la toute fin en tous les cas) et le huit-clos peut lasser les lecteurs qui préfèrent des péripéties plus aventureuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Elforest
  14 janvier 2022
Un monde de marbre et d'eau, une Maison pleine de statues et sujette aux Marées, un labyrinthe aux couloirs infinis et aux salles innombrables... C'est dans ce lieu énigmatique que vit Piranesi, personnage naïf pour ne pas dire enfantin auquel je me suis attachée assez vite. Mais voilà : malaise il y a.
Les quatre-vingt premières pages environ comptent parmi les plus intrigantes que j'ai pu lire. J'ai tout de suite été happée par l'atmosphère onirique et contemplative des lieux. J'ai tant aimé le début qu'une petite pointe d'inquiétude venait parfois me titiller "Et si ensuite c'est moins bien ?". Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué comme dit l'adage. Finalement, mon appréhension s'est révélée infondée. Les évènements évoluent naturellement, tout est pensé, jusqu'à la personnalité du personnage qui n'est pas anodine. La narration a un aspect antienne, légèrement hypnotique. La fin est bien amenée, toute en nuance et j'ai adoré. Apaisante ou oppressante, je pense que le ressenti du lecteur vis-à-vis de la Maison sera aussi fonction de sa personnalité. Parce que oui, la Maison est aussi un des personnages principaux.
Je suis ressortie envoûtée par ma lecture. Un envoûtement qui s'est fait au fil des pages. Une très belle découverte pour moi.
“The Beauty of the House is immeasurable ; its Kindness infinite”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          164
gatsbi
  27 décembre 2021
« Envoûtant, Piranèse nous plonge dans un monde parallèle onirique, à la beauté irréelle, rempli d'images surprenantes, tourmenté par les flots et les nuages. »
Ainsi se conclut le quatrième de couverture de ce livre.
Et je valide cette conclusion – ainsi que ce qui précède – à l'exception du premier mot : l'« envoutement » n'a pas fonctionné chez moi…
Pour tout dire, j'ai préféré arrêter les frais après les deux premiers chapitres (soit plus d'un tiers du livre), ce qui ne m'était pas arrivé depuis très longtemps.
Comment expliquer un tel fiasco ? Dans mon cas je pense qu'il y a eu erreur de casting. Certes, j'ai généralement du mal avec les mondes oniriques. Pour ce livre, j'ai voulu essayer malgré tout, séduit par l'idée originale, un univers riche en possibilités, des critiques plutôt enthousiastes, une publicité officielle apparemment élogieuse.

Les aspects positifs tout d'abord :
L'écriture, simple et sans prétention, est fluide. Très fluide. Sans elle je ne serais probablement pas allé au-delà du premier chapitre.
L'univers est original, beau, poétique, bien décrit. Il m'a plu.

Ce qui m'a déplu :
L'univers (appellé « le Monde » ou « le Palais ») est présenté comme pratiquement infini. le personnage principal – Piranèse – consacre d'ailleurs la plupart de son temps à l'explorer. Mais, paradoxalement, on reste dans un huis clos, car on comprend assez vite que l'intrigue se résume à la confrontation entre Piranèse et « l'Autre » (les deux seuls personnages de ces deux premiers chapitres). La valorisation de l'univers, en particulier son exploration, paraît donc artificielle. En tout cas je n'ai pas vu en quoi elle servait l'intrigue. L'univers, avec toutes ses qualités, reste ici un simple background qui malheureusement remplit les trois-quarts de ce que j'ai pu lire. À force, on finit par lire en diagonale ces interminables et innombrables descriptions de l'univers, tant elles se ressemblent et se distinguent à la fois, et tant on peine à percevoir lesquelles pourraient s'avérer importantes pour l'intrigue (manifestement, pratiquement aucune).
Je n'ai vraiment pas accroché avec les deux personnages de ce premier tiers de l'histoire.
Deux idiots, m'a-t-il semblé.
Piranèse : l'idiot naïf. Un Candide revisité ? Non. Une idée de la naïveté poussée à l'extrême, pour les besoins de la démonstration de l'autrice ? Probablement.
L'autre : l'idiot non naïf. S'il paraît au départ incarner l'intelligence, on comprend vite qu'il n'en est rien, comme à voir la façon dont il se retrouve si facilement démuni lorsque Piranèse le met malgré lui face à ses contradictions.
Mais voilà : au royaume des aveugles, les borgnes sont rois, et un idiot non naïf peut facilement passer pour brillant devant un idiot naïf.
L'intrigue m'a encore moins convaincu. le thème de la domination mentale semble la résumer entièrement. Mais quoi de plus surprenant qu'un idiot non naïf puisse dominer un idiot naïf ? Malheureusement, il n'est question que de cela tout au long de ces 100 premières pages.
Quelques paradoxes :
- Nos deux idiots sont présentés comme des esprits « particulièrement brillants » (du moins est-ce la vision de Piranèse, et sans doute l'Autre se trouve-t-il personnellement brillant).
- Tous deux sont présentés comme des scientifiques. La technique de narration par le journal de Piranèse renforce cette idée. Pourtant, le cheminement de la pensée de Piranèse, très bien décrit, n'a rien de scientifique, bien au contraire. Quant à l'Autre, c'est encore plus criant.

Au final, le trouble le plus gênant que j'ai éprouvé, c'est que je ne suis toujours pas certain de savoir s'il faut lire ce roman au premier ou au second degré. Dans les deux cas je ne trouve pas la réalisation crédible. le second degré, par exemple, serait envisageable si l'humour (ou l'ironie) était utilisé, comme dans les comédies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sabcazas
  30 avril 2021
Susanna Clarke est de ces autrices qui écrivent peu, mais superbement bien. On lui doit le pavé qu'est Jonathan Strange & Mr Norell (que je n'ai pas encore lu) et le recueil Les Dames de Grâce Adieu que j'ai adoré. Même si Piranesi n'est pas encore disponible en français, ça ne saurait tardé. Les droits de traduction ayant été pris par Robert Laffont.
Elle nous propose ici une histoire très étrange et atmosphérique comme je les adore. L'histoire est racontée du point de vue de Piranesi qui vit tout seul dans la Maison. Cette dernière est un lieu emprunt de silence et d'éternité où le ciel et la mer se rencontrent à travers des salles qui se succèdent à l'infini, hautes, majestueuses et peuplées de statues de marbre. Piranesi vit en harmonie avec la Maison qui veille sur lui et le nourrit. Son quotidien est simple et rythmé par son exploration du lieu dont il fait un compte rendu détaillé dans ses carnets. Il n'a d'interaction qu'avec l'Autre, un homme étrange à la recherche de quelque chose que seul Piranesi semble pouvoir trouver.
Cependant, la petite vie bien huilée de notre ami va très vite être bouleversée par l'arrivée d'une troisième personne. Cette rencontre le pousse à remettre en question ce qu'il croit savoir sur la Maison, sa présence dans ce lieu et sur les motivations de l'Autre. Y aurait-il un autre monde, là, dehors ?
Ce roman bénéficie de trois grandes forces. Tout d'abord, la plume de Susanna Clarke est magnifique, sans en faire trop. le rythme est bon et l'autrice a su quand s'arrêter. Je ne compte plus le nombre de bouquins avec une centaines de pages en trop (si ce n'est plus). Là, on a juste ce qu'il faut et ce n'est que du bonheur.
Ensuite, il y a la Maison. Vu à travers les yeux de Piranesi, elle est majestueuse, bienfaitrice et non dénuée de dangers. L'atmosphère très particulière de ce lieu est ce qui donne tout son intérêt au livre. Sa patte et sa couleur.
Et enfin, la plus importante, Piranesi. C'est un personnage extrêmement touchant auquel on s'attache très vite. Il est évident qu'il y a quelque chose qui cloche dans sa présence dans ce lieu, mais il ne semble pas le réaliser. C'est un enfant de la Maison au même titre que les statues de marbre et les oiseaux. Un Vendredi en quelque sorte. Sa vision du monde simple et bienveillante, son osmose avec ce qui l'entoure ainsi que sa candeur m'ont tout de suite conquise.
Vous l'aurez compris, cette lecture est un véritable coup de coeur. J'ai adoré Piranesi, son amour de la Maison et son optimisme à toute épreuve. Et puis, ce n'est pas souvent que j'ai l'occasion de lire un tirage de Petit Lenormand effectué par des oiseaux ! 😂
Au final, je recommanderai cette lecture à tous les contemplatifs, amoureux du temps suspendu, des questionnements philosophiques et, surtout, des grands silences. 😊
Lien : https://fourbistetologie.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Ingannmic
  15 juin 2022
Amateur d'expériences étranges, qui aimez être déstabilisés, emportés dans d'indéfinissables ailleurs, plongez dans "Piranèse"…
Vous y serez immergés dans un palais constitué d'une multitude de salles immenses, de vestibules, de corridors et d'escaliers, dont les murs sont recouverts de centaines de statues de marbre. Un monde de pierres et d'eau, soumis aux allers-retours des marées, à la "Beauté incommensurable et à la Bonté infinie", du moins selon Piranèse. Ce dernier, personnage central du roman, aussi étrange que ce contexte dans lequel il évolue, vénère et connaît cet univers par coeur. Il a nommé chacun de ses recoins, chacune de ses statues, établissant un catalogue dans lequel il a noté leurs emplacements, leurs tailles et leurs sujets. Une tâche immense qui parfois lui donne le vertige mais il juge de son devoir, en sa "qualité de scientifique et d'explorateur", de témoigner des splendeurs de ce monde en dehors duquel n'existent que le soleil, la lune et les étoiles, et depuis le commencement duquel, seules quinze personnes dont l'existence est véritable ont existé.
Il n'en reste que lui, et l'Autre, scientifique aussi, qu'il assiste, lors de rendez-vous hebdomadaires, dans sa quête d'un pouvoir secret que l'humanité aurait sottement perdue, l'abandonnant au profit du soi-disant progrès, et qui lui permettait de réaliser des miracles, comme voler, lire dans les pensées ou atteindre l'immortalité.
Ne cherchez pas à comprendre. Laissez-vous porter par la touchante naïveté de Piranèse, son incapacité à concevoir le Mal, sa capacité à l'émerveillement, son amour attentif et sa curiosité pour tout ce qui l'entoure, vivant ou minéral ; la superbe enfin, dont il se pare à nos yeux, en dépit de ses habits déchirés, passés, rongés par l'eau de mer.
La lecture du carnet où il consigne le détail, jour après jour, rend compte d'un quotidien ponctué par la fabrication d'objets avec les vestiges que la marée laisse dans les salles -algues de mer, cailloux, étoiles de mer ou coquillages-, ses conversations avec les oiseaux nichant dans le palais, son observation des physionomies des statues dans lesquelles il décrypte des douleurs, des intentions, des combats. Ses écrits révèlent à la fois une simplicité quasi enfantine et un sens que notre ignorance quant à la nature de ce lieu et à la manière dont Piranèse y a échoué rend obscur.
Et puis un jour, arrive dans le palais un autre qui n'est pas l'Autre…
J'ai été conquise par ce roman original, mystérieux, qui nous sort de nos repères, et par son propos désenchanté, celui de la nostalgie d'une magie dont aurait disposé l'homme, une capacité quasi surnaturelle à l'osmose avec son environnement, à une écoute et une communication permanente avec le monde avec les hommes.

Lien : https://bookin-ingannmic.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
Elbakin.net   07 octobre 2021
Susanna Clarke n’a en tout cas rien perdu de son talent pour convier ses lecteurs dans un monde à la fois inquiétant et enchanteur, à l’atmosphère envoutante.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Elbakin.net   29 septembre 2020
Susanna Clarke n’a [...] rien perdu de son talent pour convier ses lecteurs dans un monde à la fois inquiétant et enchanteur, à l’atmosphère envoutante.

Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Lady_StardustLady_Stardust   14 mars 2022
Soudain, je vis devant moi la Statue du Faune, la Statue que j’aime par-dessus toutes les autres. Son visage serein, légèrement souriant. Son index doucement pressé sur ses lèvres. Dans le passé, j’ai toujours pensé qu’il voulait me mettre en garde par son geste : Fais attention ! Mais aujourd’hui celui-ci semblait avoir une signification entièrement différente. Chut ! Console-toi ! Je grimpai sur son Socle et me jetai dans ses Bras, enroulant le mien autour de son Cou, entrelaçant mes doigts dans les siens. En sécurité dans son étreinte, je pleurais ma Santé mentale. De grands sanglots s’élevaient, presque douloureusement, de ma poitrine.
— Chut ! me disait-il. Console-toi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LatuluLatulu   26 juin 2022
Est-ce manquer de respect au Palais que d'aimer certaines statues plus que d'autres ? Je Me pose parfois la question. C'est ma conviction que le Palais s'aime lui-même et bénit également tout ce qu'il a créé. Devrais-je essayer de l'imiter ? Pourtant en même temps, je vois bien que c'est dans la nature des hommes de préférer une chose à une autre, trouver une chose plus significative qu'une autre.
Commenter  J’apprécie          10
PigranellePigranelle   22 juin 2022
Description du Monde.
ENTRÉE POUR LE SEPTIÈME JOUR DU CINQUIÈME MOIS DE L'AN OU L'ALBATROS EST ARRIVÉ DANS LES SALLES DU SUD-OUEST
Autant que possible, je suis résolu à explorer le Monde de mon vivant. A cette fin, j'ai cheminé jusqu'à la Neuf Cent Soixantième Salle vers l'Ouest, la Huit Cent Quatre-Vingt-Dixième Salle vers le Nord et la Sept Cent Soixante-Huitième Salle vers le Sud. Je suis monté dans les Salles Supérieures où les Nuées défilent en lente procession et où les Statues surgissent brusquement des Brumes. J'ai exploré les Salles Englouties où les Flots sombres sont tapissés de nénuphars blancs. J'ai visité les Salles de l'Est en ruine où les Plafonds, les Sols - parfois même les Murs! - se sont effondrés et où la pénombre est zébrée de rais de Lumière grise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RyzLitRyzLit   07 avril 2022
Ma première grande intuition date du moment où jai compris tout ce que I'humanité avait perdu. Jadis, les hommes et les femmes étaient capables de se transformer en aigles et de voler sur d'immenses distances. Ils communiaient avec les fleuves et les montagnes et y gagnaient en sagesse. lls sentaient les révolutions des astres a l'intérieur de leur esprit. Mes contemporains ne comprenaient pas cela. Ils étaient tous entichés de l'idée de progrès et croyaient que tout ce qui était nouveau devait être supérieur à ce qui était ancien. Comme si le mérite était fonction de la chronologie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PigranellePigranelle   22 juin 2022
Liste de toutes les personnes qui ont jamais vécu et ce que l'on sait d'elles
ENTRÉE POUR LE DIXIÈME JOUR DU CINQUIÈME MOIS DE L'AN OU L'ALBATROS EST ARRIVÉ DANS LES SALLES DU SUD-OUEST
Depuis le commencement du Monde, il est certain qu'il a existé quinze personnes. Elles ont été peut-être plus nombreuses, mais je suis un scientifique et je dois m'appuyer sur des preuves. Sur les quinze personnes dont l'existence est vérifiable, seuls l'Autre et moi vivons aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Susanna Clarke (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Susanna Clarke
Piranèse
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2058 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre