AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290339619
94 pages
Éditeur : J'ai Lu (13/09/2006)
  Existe en édition audio
Résumé :
L'histoire a traversé les siècles.
Orphée a perdu Eurydice, mordue par un serpent. Pour la ramener sur terre, il n'hésite pas à affronter tous les périls de l'enfer. Une seule condition : lors de cette lente remontée vers le monde des vivants, il ne doit pas se retourner, ni regarder la bien-aimée. Hélas ! Cocteau relance le mythe. Parmi ses personnages, quel est le plus envoûtant ? Cet Orphée, amoureux de sa mort qui va et qui vient à travers les miroirs ? L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Fabinou7
  25 septembre 2019
Quelques mots sur Cocteau, ou le miroir aux alouettes.

« Je vous livre le secret des secrets. Les miroirs sont les portes par lesquelles la Mort va et vient. Ne le dites à personne. du reste, regardez-vous toute votre vie dans une glace et vous verrez la Mort travailler comme des abeilles dans une ruche de verre. »

Je vais essayer d'expliquer l'appréhension que j'avais avec Cocteau. Il y a toujours chez cet auteur quelque chose d'agaçant ; comme une insupportable légèreté de l'être et du talent. On a peur d'être pris au piège, que ce ne soit qu'un tour de passe-passe. Aux pièges du sophiste et de l'esthète, du « tout ça pour ça », du mondain, du poète excessif donc insignifiant. Aujourd'hui nous pourrions dire en un sens que Cocteau est, peut-être plus qu'un dandy, la première figure « pop » de l'histoire.

Et pourtant, on sent qu'il y a plus que ça. On sent qu'il y a quelque chose de magistral chez ce « touche à tout ». On est immédiatement dans l'onirisme avec Cocteau. C'est un enchanteur, éternel enfant terrible, qui écrit comme on lance un sortilège.

« La frivolité est dure comme de l'acier » écrivait Montherlant ; Cocteau lui détestait qu'on eût pu le penser frivole, fantasque et superficiel, tout au contraire, la poésie fut pour lui une affaire d'un sérieux abyssal.

Dans cette oeuvre de jeunesse rien n'est laissé au hasard, chaque détail de la scénographie, ambitieuse et technique (une tête qui parle, des personnages traversant un miroir…), est pensé et dicté par le dramaturge.
C'est aussi l'occasion d'une réflexion sur les liens entre l'inspiration créatrice et la difficulté d'être du poète, une fois que la machine infernale du succès est enclenchée, « Que pense le marbre dans lequel un sculpteur taille un chef-d'oeuvre ? Il pense : on me frappe, on m'abîme, on m'insulte, on me brise, je suis perdu. Ce marbre est idiot. La vie me taille, Heurtebise ! Elle fait un chef-d'oeuvre. Il faut que je supporte ses coups sans les comprendre. Il faut que je me raidisse. Il faut que j'accepte, que je me tienne tranquille, que je l'aide, que je collabore, que je lui laisse finir son travail. »

Le mythe antique d'Orphée est revisité dans cette pièce sous l'angle de la modernité. Modernité d'abord dans le couple que forme Orphée et Eurydice. Un couple au bord de la crise de nerf, entre passes d'armes, réconciliations et incompréhension mutuelle.
« Que savons-nous ? Qui parle ? Nous nous cognons dans le noir ; nous sommes dans le surnaturel jusqu'au cou. » Modernité ensuite dans l'abandon d'un certain académisme de forme, on ne s'attend pas à trouver d'éléments comiques a priori dans ce drame antique et pourtant. On devine également, chez le jeune dramaturge, l'influence du dadaïsme et du surréalisme (dont Cocteau fréquenta les chantres, de Man Ray à Tzara, en passant par Mina Loy) et les prémices de l'absurde, déjà présents chez l'ubuesque Alfred Jarry, dans le refus de faire sens, avec le cheval notamment.

« Ma vie commençait à se faisander, à être à point, à puer la réussite et la mort. Je mets le soleil et la lune dans le même sac. Il me reste la nuit. Et pas la nuit des autres ! Ma nuit. » Encore une fois, « qui parle ? ».
D'Orphée ou de Cocteau on ne sait plus très bien. D'ailleurs ce double, cet alter égo créé en 1925, le 24 septembre, à Villefranche-sur-Mer, le poursuivra toute sa vie, le legs de Cocteau c'est le Testament d'Orphée, des paupières peintes sur des yeux clos, à jamais dans sa nuit. « Turn around bright eyes… »

« Qu'il est laid le bonheur qu'on veut. Qu'il est beau le malheur qu'on a. » Impossible de dire ce qu'il y a au tréfonds de son art mais, finalement, comme dirait le Bartleby de Melville « I would prefer not to ».

Cet équilibriste des lettres reste incandescent, en apesanteur. Cette oeuvre épouse sa morphologie : légèreté d'une plume, évanescence d'une fumée d'opium, mais écrite avec le sang du poète.

Qu'en pensez-vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          614
michfred
  01 novembre 2015
"J'ai perdu mon Eurydice, rien n'égale ma douleur..." un des plus poignants airs d'opéra de Glück..
Tout le monde connaît le mythe d'Orphée.
Le poète Orphée ne chante ni n'enchante plus le monde des dieux et des hommes depuis que son épouse , Eurydice, a succombé à la morsure d'un serpent.Plus de musique, partant plus de joie , aurait pu dire La Fontaine. Aussi les dieux autorisent-ils exceptionnellement Orphée à descendre tout vif aux Enfers pour rechercher Madame, mais comme toute permission exceptionnelle, celle-ci est assortie d'une contre-partie: tu ne te retourneras point. Orphée doit donc faire confiance aux Dieux, leur obéir littéralement les yeux fermés..Il est saisi d'une petite crise de foi et jette un coup d'oeil subreptice et rétrospectif derrière son épaule...Las! Eurydice se fige et s'éloigne à reculons, happée par les Ombres qui estompent bientôt son image. Orphée éclate en chants désespérés qui, comme on le sait depuis Lamartine, sont les chants les plus beaux..
Nombreux ont été les écrivains, musiciens, cinéastes qui ont repris, et modernisé ce conte noir pour grands enfants. Cocteau ne fait pas exception à la règle, mais lui, ce qu'il aime, c'est détourner, c'est surprendre, c'est choquer.
Chez lui, si Orphée descend aux Enfers, ce n'est pas pour retrouver Eurydice - elle l'ennuie, il ne l'aime plus- mais pour revoir l'image de sa propre mort à qui il a trouvé joli minois, grand narcissique qu'il est, et qu'il a surprise pendant ses multiples traversées du miroir séparant le monde des vivants de celui des morts..
Jeu dangereux. Heureusement qu'il y a l'ange Heurtebise, vitrier de son état, car on ne joue pas à traverser les miroirs sans faire un peu de casse..Ah, vraiment, les miroirs feraient bien de réfléchir davantage...
Notre Jeannot s'amuse et nous aussi à ce jeu de casse -casse avec miroirs doublement réfléchissants ...
Cocteau le polygraphe, le touche-à-tout, a même fait coup double: une pièce et un film, avec son beau Jean Marais en Orphée triomphant...
Un double plaisir, à lire, à voir, à relire et à revoir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
cicou45
  01 octobre 2013
Je sais que je risque de me répéter dans toutes les pièces de théâtre que je vais critiquer mais je n'y peux rien, c'est un fait. le théâtre est, pour moi, quelque chose qui doit être vu ou, du moins, entendu, et dont je ne pourrais certainement pas vous rendre un parfait résumé ici rien qu'en couchant des mots sur, non pas une page blanche comme je rêverais de le faire ! (Ce que j'entends pas là, c'est écrire bien entendu) mais ici.
Bref, essayons néanmoins. Ici Jean Cocteau réactualise l'un des plus belles légendes de la mythologie grecque : celui d'Orphée. Ici, il n'y a que très peu de personnages principaux : Orphée, son épouse Eurydice et Hertebise qui est vitrier de métier mais qui est aussi un ami du couple. Dans les premières scènes, il est également question d'un cheval blanc pour lequel Orphée s'est pris de sympathie et qu'il a décidé d'installé dans le petit cocon conjugal. Il lui parle tellement que sa femme en devient jalouse et décide de se tourner vers la reine des Bacchantes afin qu'elle l'aide à trouver un poison mortel pour qu'elle puisse se débarrasser de ce cheval qui monopolise toute l'attention d'Orphée.
Cependant, je ne vais pas trop vous en dévoiler puisque je suppose que vous connaissez tous plus ou moins le mythe d'Orphée ou que, si ce n'est pas le cas, vous ne manquerez pas de vous renseigner à ce sujet, les choses vont prendre une toute autre tournure !
Bien que je ne sois pas particulièrement une grande fan de Jean Cocteau, j'avoue que cette pièce est assez originale et très bien écrite. de plus, elle se li en un rien de temps, alors surtout n'hésitez pas à la découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
Myriam3
  19 juillet 2017
Orphée revisité par Cocteau... dans ses didascalies, Cocteau insiste pour que les décors et les costumes soient adaptés à l'époque de la représentation. On peut aisément imaginer -mais je n'ai jamais vu la pièce - une Eurydice en jean moulant ou pourquoi pas en survêt', et un Orphée slammeur, pourquoi pas?
Orphée intemporel? Dans cette pièce, je le trouve bien un peu vain et égoïste, bien que passionné. Cette pièce, telle que je l'ai lue en tout cas, n'est pas une tragédie comme on pourrait le supposer, mais une sorte d'étude de moeurs aux aspects magiques. Et sur ce point-là, il n'y a pas à dire, Cocteau a l'art d'imaginer et créer un univers onirique autour d'une simple réalité. Chacune de ses oeuvres est une nouvelle découverte poétique, un enchantement de créativité.
Bien sûr il me faudrait maintenant voir cette pièce et en écouter la musique, le rythme et le souffle.
Commenter  J’apprécie          281
MllePeregrine
  01 avril 2018
J'admire toujours le talent de Jean Cocteau.
Il propose ici une adaptation du mythe d'Orphée et Eurydice, située dans un monde moderne et onirique. Tout le monde aime Orphée, même La Mort. Et pour le poète, la manière de rester dans les mémoires en devenant immortel est de se lier à elle...
Pièce de théâtre mais en même temps synopsis du film interprété par Jean Marais, Orphée demeure une pièce intemporelle.
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   01 octobre 2013
LE COMMISSAIRE : Puisque vous me dites votre lieu de naissance, vous ne refuserez pas de me dire votre nom. Vous vous appelez...

LA TÊTE D’ORPHÉE : Jean.

LE COMMISSAIRE : Jean comment ?

LA TÊTE D’ORPHÉE : Jean Cocteau. [...]

LE COMMISSAIRE : C'est un nom à coucher dehors.
Commenter  J’apprécie          130
Myriam3Myriam3   19 juillet 2017
Je vous livre le secret des secrets. Les miroirs sont les portes par lesquelles la mort vient et va. Du reste, regardez-vous toute votre vie dans un miroir, et vous verrez la mort travailler, comme des abeilles dans une ruche de verre.
Commenter  J’apprécie          91
Marti94Marti94   22 janvier 2015
Heurtebise - Je vous livre le secret des secrets. Les miroirs sont les portes par lesquelles la mort vient et va. Du reste, regardez-vous toute votre vie dans un miroir, et vous verrez la mort travailler, comme des abeilles dans une ruche de verre.
Orphée - Et comment savez-vous toutes ces choses redoutables ?
Heurtebise - Ne soyez pas naïf ! On n'est pas le chauffeur que je suis, sans apprendre certaines choses redoutables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FraFra   30 juillet 2011
Apprendrez-vous jamais à ne pas regarder en arrière ? A ce petit jeu, il y en a qui se changent en statues de sel.
Commenter  J’apprécie          110
LilionieLilionie   27 juin 2017
Eurydice : Tu vas encore me citer la fameuse phrase.
Orphée, grave : Oui. (Il remonte vers le cheval et récite.) Madame Eurydice reviendra des enfers.
Eurydice : Elle n'a aucun sens, cette phrase.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Jean Cocteau (145) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Cocteau
Lecture musicale et dessinée du journal d'un film de Jean Cocteau (extrait) Voix : Sophie Robin Dessin : Laureline Mattiussi Guitare : Sol Hess Le samedi 3 octobre 2020 au cinéma le Margot à Nérac pour les 13e Rencontres Chamand
>Cinéma, radio, télévision>Cinéma>Scénarios, scripts, critiques (192)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jean Cocteau

Jean Cocteau fut surnommé "touche-à-tout" de génie. Cependant quelle activité ne pratiqua-t-il pas?

poésie
cinéma
composition musicale
dessin

10 questions
78 lecteurs ont répondu
Thème : Jean CocteauCréer un quiz sur ce livre

.. ..