AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072923920
Gallimard (08/04/2021)
3.96/5   315 notes
Résumé :
Dans la chaleur exaltante de l’été 1977, la jeune Calista quitte sa Grèce natale pour découvrir le monde. Sac au dos, elle traverse les États-Unis et se retrouve à Los Angeles, où elle fait une rencontre qui bouleversera sa vie : par le plus grand des hasards, la voici à la table du célèbre cinéaste hollywoodien Billy Wilder, dont elle ne connaît absolument rien.
Quelques mois plus tard, sur une île grecque transformée en plateau de cinéma, elle retrouve le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (77) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 315 notes

ODP31
  25 avril 2021
Micheline, tu peux rajouter un cinq étoiles dans ton guide !
Je ne sais pas si c'est le manque de restaurants, mais j'étoile plus qu'un astronome insomniaque en ce moment, prêt à éclipser Hubert Reeves.
Je n'ai pas eu besoin de sept ans de réflexions pour me lancer dans la lecture du dernier roman de Jonathan Coe dès sa sortie du four. Certains l'aiment chaud.
Après avoir comparé le Brexit à un gouffre aux chimères dans « le Coeur de L'Angleterre », l'auteur a retiré sa veste de témoin à charge pour nous offrir une merveille de faux biopic pas très bio du réalisateur mythique Billy Wilder.
En avanti pour un voyage nostalgique ! En 2013, Calista, une quinqua d'origine grecque qui voit ses deux enfants quitter le nid et le succès de ses musiques de films emprunter le boulevard du crépuscule, se remémore sa rencontre fortuite avec l'immense réalisateur aux Etats Unis dans les années 70. Sa candeur séduit le maître qui l'embauche comme assistante sur le tournage de son dernier grand film, « Fedora », qu'il tourne en Europe et dans une île grecque.
Ce roman est un chef d'oeuvre d'humour et d'élégance. Jonathan Coe s'est rabiboché avec la comédie et il ne cache pas son immense admiration pour ce réalisateur. L'histoire met en lumière également Diamond, scénariste légendaire et taciturne de Billy Wilder. Les dialogues sont dignes de ses films.
Deux scènes qui se déroulent dans des restaurants (et oui, mon incipit n'était pas totalement innocent) à Los Angeles et à Munich servent de pivots à l'histoire et constituent pour moi deux grands moments de littérature. le premier repas aux States offre des joutes raffinées irrésistibles sur la fin de l'âge d'or Hollywoodien et sur ces nouveaux réalisateurs barbus des années 70 dont les requins aux dents longues dévorent le cinéma de papa. En Allemagne, échaudé par un jeune homme doutant de l'ampleur de l'Holocauste, Billy Wilder se met à table et raconte ses heures à visionnées en Angleterre toutes les images insoutenables des camps de concentration à la fin de la guerre à la recherche de sa mère, disparue et déportée. Pas d'assurance sur la mort. Racontée sous la forme d'un scénario, la description de cet épisode est prodigieuse. Un grand moment de lecture.
Ce livre très documenté est aussi l'occasion de décrire des anecdotes savoureuses de tournages, l'échec de certains de ses films comme la vie privée de Sherlock Holmes, l'exigence tatillonne du réalisateur, ses amours passés et sa lucidité sur le point de bascule entre célébrité et postérité.
Le personnage de Calista peut paraître un peu fade au fil du récit. Douce comme Irma et souvent un trop naïve, pas du genre à dire au garçon qui lui plait : Embrasse-moi idiot ! Ce n'est pas la Scandaleuse de Berlin et sa robe de cocktail ne se soulèvera pas au-dessus d'une bouche bée d'aération du métro mais je pense que ce rôle un peu effacé est une volonté de l'auteur. Dans ce récit, la narratrice a comme le lecteur un rôle de spectatrice.
Ce roman est une garçonnière pleine d'esprit, de répliques cultes, délices pour mes papilles acidulées. Ni un, ni deux, ni trois, je relirai ce roman un paquet de fois. C'est Coe mique.
Il ne me reste plus qu'à revoir ou découvrir Fédora, Sabrina et la dizaine de films de Billy Wilder dont j'ai glissé les titres dans ce petit billet.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13217
fertiti65
  20 juin 2021
Après avoir savourer ce livre, je ne sais quoi dire de plus que vos critiques toutes plus talentueuses les unes des autres. Pour ma part, c'est mon coup de coeur 2021 du moins le coup de coeur de ce premier semestre. Si j'avais pu mettre six étoiles, je l'aurai fait.
Voilà pour ma réaction à chaud.
C'est le premier livre de cet auteur, Jonathan Coe, mais sans doute pas le dernier. Je connais son talent d'écriture et cela faisait longtemps que je voulais en lire un, aujourd'hui c'est chose faite.
Par contre, Billy Wilder, j'ai vu nombre de ses films, pas tous malheureusement (mais je n'ai pas dit mon dernier mot), c'est un réalisateur que j'aime beaucoup. C'est la motivation que j'ai eu l'envie de lire ce livre et je n'ai pas été déçue.
Calista, notre héroïne, grecque de naissance vit à Londres avec son mari Geoffrey et ses jumelles de filles. L'une va partir en Australie continuer ses études et l'autre, étudiante également, vit encore à la maison, est enceinte et veut se faire avorter.
Calista nous raconte ses souvenirs de jeunesse en Grèce et notamment ceux d'un été en 1977, elle a à peine 20 ans et décide de partir aux États-Unis en sac à dos. Lors d'un périple, elle rencontre, Gill, une jeune anglaise de son âge et traverse d'est en ouest, le pays de l'oncle Sam. Après bien des aventures, elles arrivent en Californie. Gill est invitée à un dîner par un ami de son père, le réalisateur Billy Wilder. Mais les deux jeunes filles ne connaissent pas ce grand Monsieur de cinéma. Grâce à ce dîner, Calista, va faire un bout de chemin dans le monde du cinéma. Elle va assister au tournage d'un film "Fedora" qui fera polémique.
Je ne vous en dirais pas plus sur l'histoire mais sachez que vous n'allez pas vous y ennuyer.
Ce qui m'a plu : tout. Je m'explique : l'écriture est superbe tout en étant accessible. Il peut être lu à différents niveaux de connaissances cinématographiques. Billy Wilder est un de mes réalisateur préféré. le film dont on parle beaucoup dans ce livre "Fedora" je l'ai vu, il y a quelques années mais ça donne envie de le revoir. le début et la fin du livre ont un ton léger, nous sommes dans la vision de la jeune Calista, de sa découverte du cinéma hollywoodien. Et la partie centrale du livre est la vision de Billy Wilder, septuagénaire, allemand de naissance, natif de Berlin et parlant de sa jeunesse pendant la seconde guerre mondiale.
C'est un livre, léger et percutant à la fois, drôle et dramatique. Un livre touchant, un véritable coup de coeur.
J'ai bien aimé également l'hommage au brie de Meaux et de Melun, vu que j'habite en Seine-et-Marne.
Si vous aimez l'auteur et le cinéma, je vous le conseille bien volontiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          658
iris29
  16 octobre 2021
On est en 1977 et une jeune fille, Calista , quitte la Grèce pour un voyage aux USA, elle y rencontrera tout à fait par hasard le metteur en scène Billy Wilder , (et son scénariste ) qui s'apprêtent à tourner Fedora, son avant dernier film, et qui auront besoin pour les scènes tournées sur l'île, d'une interprète. Elle passera quelques jours en compagnie de l'équipe, quelques jours qui marqueront son destin..
On est en Angleterre, Calista a désormais 57 ans, et se souvient de ces années -là. Elle est devenue créatrice de musiques de films, métier qu'elle doit aux personnes qu'elle a rencontré sur Fedora.
Ses deux filles s'apprêtent à quitter le nid, elle a du mal à y faire face. L'une d'elle est enceinte et envisage l'avortement afin de ne pas renoncer à l'université.
Roman d'apprentissage, roman sur le temps qui passe, sur la vieillesse qui arrive, sur ce qu'elle enlève aux gens.
Parallèle entre Billy Wilder et Calista qui ne se voient plus offrir de belles opportunités professionnelles.
Billy Wilder n'est plus "bankable" auprès des studios hollywoodiens ; Fedora est son chant du cygne. Il est devenu ringard, la nouvelle génération de metteurs en scène ( Sorsese, Spielberg...) arrivent , et le poussent gentiment vers la sortie. Fedora aura un accueil mitigé, certains spectateurs riront pendant certaines scènes, ce qui n'était pas prévu..;
Calista, qui voit partir ses filles ,lesquelles vont " vivre leur vie" , la maman a fini son "boulot" de maman... Qui va t'elle aimer aussi fort ? Que va-t'elle pouvoir faire d'aussi fort que d'élever des enfants, les chérir et les préparer au monde ?
Roman qui interroge sur ce qu'on laisse . Quelle trace ?
Une oeuvre artistique, des enfants, quelque chose pour être immortels , au moins dans le souvenir ...
Et enfin, "Billy Wilder et moi " c'est aussi le roman d'un cinéphile pour des cinéphiles... Parce qu'il faut avoir vu Fedora pour comprendre, aimer, et ne pas s'ennuyer à la lecture de ce roman (à mon avis !).
Le film Fedora, c'est l'histoire (au début parce qu'après ça se "corse" !), d'une actrice vieillissante qui a pris congé du monde, qui vit recluse dans sa propriété sur une île grecque. Plus personne ne peut la voir, aucun journaliste. La star vieillit et n'a plus envie d'être vue, scrutée, soupesée, évaluée, jugée. Est-elle bien "conservée" ? Est-elle encore belle ? N' est-elle plus que l'ombre d'elle même ? Nul ne le sait ...
Film sur la vieillesse, livre sur la vieillesse.
Jonathan Coe (l'écrivain reconnu) fait dire à Billy Wilder ( Légende du cinéma ) : " Dès qu'une femme perd sa beauté , c'est fini. Elle est invisible." et une page avant : " Mais c'est différent pour les hommes et pour les femmes. Pour moi, vieillir est un désagrément. Pour les femmes, c'est une tragédie. Et je l'ai constaté par moi-même. Je l'ai vu de mes propres yeux."
Fedora raconte une tragédie : une star, une femme magnifique qui vieillit et tout ce qui sera mis en place pour éviter cela... Une tragédie : pas d'autre mot !
Un film sublime malgré ses imperfections, un des films qui m'a le plus marquée, peut-être parce que je l'ai vu jeune, à l'heure où l'on se forme...
Mais certainement , un film qui m'a percutée parce que je l'ai vu à une époque où j'étais cinéphile, où je lisais tout ce que je pouvais sur le vieil Hollywood, comment il était né, comment il était passé du noir et blanc à la couleur, du muet au parlant.
Et forcément quand on est cinéphile, Fedora c'est Greta Garbo qui l'a inspiré. Cette star qui a refusé de vieillir devant les caméras, et qui a pris sa "retraite" au sommet de sa gloire et de sa beauté , comme Fedora.
Il y a beaucoup de choses dans ce roman, beaucoup de "boites " à ouvrir, de tiroirs qui se répondent, de poupées russes... Roman d'apprentissage, éloge de la lenteur au cinéma, roman de cinéphile etc...
Mais ce qu'il ressort quand claque le mot " FIN", c'est une furieuse envie de revoir Fedora, et une pressante envie de découvrir (ou revoir ) tous les films de Mr Wilder.
Et aussi ceux de Mr Lubitsch , puisqu'il est question de The shop around the corner , un magnifique film.. (remake : @Vous avez un message).
Et quand un roman vous donne envie de découvrir les créations d'autres créateurs, quand un écrivain vous fait partager ses coups de coeurs, ses influences, ça s'appelle un hommage, un grand cri d'amour au cinéma .
Billy Wilder et moi, Et vous, et Jonathan Coe, et Lubitch , et Al Pacino, et Spielberg etc... etc... Et Marthe Keller ; bien sûr...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
bidule62
  03 janvier 2022
Ah ! Jonathan Coe !.... Sans doute l'auteur qui ne m'a jamais déçue !
Là je l'avoue j'avais une petite crainte : on quittait l'Angleterre, le titre fleurait bon la biographie limite l'hagiographie (et pourtant j'aime les films de Wilder !).... Pourquoi ai-je eu cette crainte ? Ce livre est aussi bien que les autres romans de Coe même si l'Angleterre est loin. En revanche on est en plein dans le temps qui passe, le talent qui s'amenuise, les doutes qui s'accrochent de plus en plus....
Ce livre tourne autour du film Fedora, avant-dernier du merveilleux cinéaste. Je l'avoue je ne connais pas ce film. Mais je ne pense pas que ça gêne la lecture du livre. J'imagine que celles et ceux qui ont le film en tête ont dû lire le livre différemment de moi. Mais "différemment" ne veut pas dire mieux ou moins bien.
.
Je me suis régalée du début à la fin. J'ai terminé le livre en ayant envie de voir toute la filmographie de Billy Wilder. Toute ? En fait je ne sais pas si j'ai envie de voir Fedora désormais, j'ai peur d'avoir trop le livre en tête pour savourer pleinement le film.... Associer un suicide avec du Brie, dur non ? Pour connaître le fin mot de ma remarque précédente je ne peux que vous inviter à lire ce livre parfois drôle, parfois douloureux, toujours humain.
Encore une réussite de J Coe !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5211
fbalestas
  07 juin 2021
Qui n'a jamais rêvé de quitter son train-train habituel, sa petite vie étriquée, pour côtoyer subitement des vedettes de cinéma et un grand réalisateur ? Voilà un autre grand coup de coeur de l'année pour moi, avec une nouvelle fois un auteur britannique – Jonathan Coe – au sommet de son art littéraire.

C'est ce qui va arriver à la petite Calista, originaire d'Athènes, mais en voyage aux Etats-Unis, qui, par le plus grand des hasards, parce qu'elle a rencontré une fille sympa qui voyage elle aussi, et que celle-ci est invitée chez un ami de ses parents, va se retrouver subitement propulsée à Los Angeles à la table d'un très grand metteur en scène hollywoodien dont elle a à peine entendu parler, et, après un repas pantagruélique se retrouvait à dormir chez lui ayant un peu trop abusé de l'alcool qu'elle maîtrise mal du fait de sa jeunesse.
L'histoire aurait pu s'arrêter là et Jonathan Coe n'aurait pas fait un grand livre. Mais il se trouve que le grand metteur en scène – Billy Wilder, vous vous en doutiez – doit tourner en Grèce et qu'il se souvient de la petite Calista qu'il fait venir pour assurer la traduction (il faut dire qu'elle est bilingue anglais – par sa mère – et grecque – par son père). En fait il va surtout devenir la confidente et l'assistante du scénariste, Mr Iz Diamond, qui est le double de Billy Wilder dans tous ses films. Celui-ci veille comme sur la prunelle de ses yeux à ce que les acteurs respectent le texte qui a été écrit à la virgule près – une autre époque, comme on le comprend très vite.
Et quand encore Mr Diamond invite Calista à la suivre à Munich pour la suite du tournage, la jeune Calista est au firmament – ou presque. Il faut avouer que le grand cinéaste a quelques problèmes avec les producteurs hollywoodiens, et que seuls les Allemands ont accepté de financer son projet.
Jonathan Coe alterne habilement le récit de cette époque merveilleuse pour la jeune Grecque avec celle de Calista devenue adulte, dotée d'un mari et de deux filles, vivant en Angleterre, et entre temps étant devenue compositrice de musiques de films.
Nous sommes en 1978. Billy Wilder, qui a connu le succès avec son coscénariste, adapte à ce moment une nouvelle dont il garde le titre, Fedora », l'histoire d'une star déchue du cinéma, retirée dans une île grecque. Mais pour le grand réalisateur, c'est le « champ du cygne » : de jeunes réalisateurs ont conquis Hollywood, caméra à l'épaule ou dialogues sur le vif adaptés par les acteurs, des « barbus » comme il les nomme – il y est question du jeune Spielberg qui a fait un film sur un requin ( !), de Scorsese ou de Coppola - qui vont bientôt faire de lui un réalisateur dépassé, ou pire un « has-been ».
Au coeur du roman, Jonathan Coe se risque à glisser l'écriture d'un scénario. Et c'est très réussi. Preuve que le grand auteur britannique est à l'aise dans tous les genres. Très bel hommage à Billy Wilder, qu'on redécouvre aujourd'hui, et à l'univers du cinéma en général, que l'auteur a su si bien capter (L'auteur indique dans la dernière partie les emprunts à de vraies citations dont il parsème son récit).
Jonathan Coe renoue ici avec une tradition littéraire qui a déjà fait son succès ; on retrouve des accents de « La pluie, avant qu'elle tombe », avec ses allers et retours dans le passé plein de nostalgie et de tendresse pour ses personnages.
Calista est un personnage vraiment attachant, ce genre de jeune femme qu'on aurait aimé connaître, et on comprend que le scénariste attitré, beaucoup plus âgé qu'elle, se prenne d'affection pour une toute jeune femme qui ne connaît rien au cinéma.
Mais la scène la plus succulente, si je peux me permettre, est une scène (tirée d'un souvenir bien réel lors d'un tournage en France) où Billy Wilder, contre toute attente, et alors qu'il est attendu sur le tournage, prend le temps de faire un détour sur les chemins de Normandie pour déguster un véritable morceau de brie à la ferme. L'auteur signe là quelques pages d'anthologie que je vous recommande.
Du grand Jonathan Coe, donc, qui nous donne immédiatement l'envie de se précipiter revoir ce « Fedora » ou toute autre séance … pourvu qu'elle soit derrière un grand écran.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4410


critiques presse (12)
LePoint   07 mai 2021
L’auteur de « Bienvenue au club » fait revivre le réalisateur de « Certains l’aiment chaud » et attise nos envies de cinéma. Pétillant et doux-amer.
Lire la critique sur le site : LePoint
FocusLeVif   30 avril 2021
Jonathan Coe part à la rencontre de Billy Wilder à la suite d'une jeune femme lui servant d'interprète sur le tournage de Fedora. Virtuose et mélancolique.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
Bibliobs   20 avril 2021
Le romancier britannique raconte la fin de carrière du réalisateur de « Certains l’aiment chaud ». Un pur hommage au cinéma hollywoodien
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeMonde   15 avril 2021
Dans le nouveau roman de l’auteur britannique, une jeune Grecque a la chance de côtoyer le réalisateur lors du tournage de « Fedora », en 1977. Et l’écrivain de dire son admiration.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde   15 avril 2021
Le réalisateur américain exerce depuis l’enfance une influence déterminante sur l’écrivain britannique. Le nouveau roman de ce dernier, « Billy Wilder et moi », paie cette dette.
Lire la critique sur le site : LeMonde
SudOuestPresse   13 avril 2021
Amoureux de l’âge d’or du cinéma hollywoodien, l’écrivain britannique fait revivre le réalisateur Billy Wilder sur le tournage de « Fedora » dans une fiction mélancolique
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
Lexpress   12 avril 2021
Billy Wilder et moi, portrait, entre réalité et fiction, d'un réalisateur mythique
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeSoir   09 avril 2021
Jonathan Coe célèbre dans un roman initiatique la mémoire du réalisateur Billy Wilder qu’il met en scène au moment de la réalisation chaotique de « Fedora ».
Lire la critique sur le site : LeSoir
Telerama   09 avril 2021
Avec son dernier roman, “Billy Wilder et moi”, l’écrivain britannique brosse un étonnant portrait du maître de la comédie et du film noir, en monstre sacré de Hollywood sur le déclin.
Lire la critique sur le site : Telerama
Telerama   09 avril 2021
Un doux mariage d’euphorie et de nostalgie.
Lire la critique sur le site : Telerama
LeFigaro   08 avril 2021
Jonathan Coe raconte avec élégance et mélancolie les dernières années de carrière de Billy Wilder.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LesInrocks   07 avril 2021
L’Américain s’attaque à plus fort que lui en tentant d’écrire sur Billy Wilder et son film “Fedora”. Résultat : un roman raté, aux antipodes de l’intelligence et de l’inventivité du maître.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
fbalestasfbalestas   08 juin 2021
Ah, ce fromage. Ce fromage – et je n’exagère rien – était tout simplement la chose la plus délicieuse que j’aie jamais goûtée de toute ma vie. Les arômes vous parvenaient, l’un après l’autre, chacun plus complexe et plus subtil que le précédent. Je fermai les yeux de façon à les savourer plus intensément.
« C’est bon, hein ? dit Billy, après un petit moment passé à manger tous les deux en silence ?
- Oh oui.
- J’ai un petit goût de noisette, un petit goût de champignons. C’est presque comme si, tu vois … comme si on pouvait sentir le goût de la terre, pareil qu’un bon scotch. »
J’acquiesçai, mais contrairement à Billy j’étais incapable d’exprimer ce que je ressentais avec des mots. Tout ce que je sais, c’est que je vivais à cet instant une sorte d’’épiphanie.
Tout convergea d’un coup – la bouffée d’espoir suscitée en moi par ce qu’il avait dit au sujet de Matthew, le plaisir, le plaisir encore ahuri que m’inspirait sa compagnie, le goût somptueux du fromage, la chaleur du vin, le charme intense de la nature autour de nous, alors que nous étions attablés dans cette cour avec le soleil couchant sur nos visages, le ciel sans nuages au-dessus de nos têtes, bleu, rose et jaune, la beauté mélancolique de cette soirée de la fin août -, tout cela convergeait, à tel point qu’encore aujourd’hui, quand on me demande à quoi le bonheur ressemble pour moi, c’est le moment que j’évoque toujours, auquel je reviens toujours.
Ce moment ! Ce souvenir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          175
fertiti65fertiti65   20 juin 2021
A Hollywood, la guerre avait paru si loin. Bien sûr, j'avais suivi l'actualité, et je savais ce qui c'était passé. Suffisamment pour comprendre que j'avais pris la bonne décision en quittant l'Europe au moment où je l'avais fait. Certains me traitaient de pessimiste à l'époque. Eh bien, comme je le leur dirais plus tard, ce sont les pessimistes qui ont atterri à Berverly Hills avec une piscine dans leur jardin, et ce sont les optimistes qui ont fini en camp de concentration. Alors oui, j'avais sauvé ma peau. Mais qu'en était-il du reste de ma famille ? C'était ça qui m'empêchait de dormir depuis quelques années - ou me donnait des cauchemars, quand je parvenais à dormir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
dannsodannso   08 novembre 2021
Le silence dans la salle est assez indescriptible. Il est brutal et insondable. Il dure peut-être huit ou neuf secondes - jusqu'à ce que deux ou trois journalistes se mettent à rire nerveusement - mais parait beaucoup, beaucoup plus long. Il possède une résonance, une harmonie, une texture plus riches et plus complexes que toutes les musiques que j'ai jamais entendues.
Je voudrais pouvoir enregistrer ce silence, d'une manière ou d'une autre. Il rendrait obsolète toute la musique du monde : la mienne tout particulièrement;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
fertiti65fertiti65   18 juin 2021
J'étais déchirée entre deux émotions contradictoires : la joie de me dire que j'avais partagé cette incroyable expérience, et une immense tristesse à l'idée que c'était presque fini. Ces émotions étaient en train de se bagarrer pour savoir laquelle prendrait le dessus précisément au moment où monsieur Diamond vint me parler.
- Je voudrais juste vous dire merci, dit-il, élevant la voix pour dominer le bruit de la musique. C'était formidable de vous voir. Une petite oasis de bon sens au milieu de toute cette folie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
mfrancemfrance   22 août 2021
« Le type qui jouait le docteur Watson dans notre film sur Sherlock Holmes – il y avait une scène où il fallait qu'il danse . Il était dans cette grande scène de danse avec toute une troupe de danseurs de ballet, et il fallait qu'il suive le rythme, mais en même temps il devait continuer à jouer, vous voyez ? Il se passait quelque chose d'important dans cette scène, une émotion qu'il fallait parvenir à rendre. Alors Billy lui dit : «  Colin, dans cette scène, je veux que tu joues comme Laughton et que tu danses comme Nijinsky. »
On a fait une prise et ensuite Colin a accouru pour lui demander : « C'était comment ? Comment je m'en suis sorti ? » Et Billy a répondu : « Eh bien, tu n'étais pas loin - tu as joué comme Nijinsky et dansé comme Laughton » Et ça a marché, vous voyez, parce qu'il a tourné ça à la plaisanterie, alors Colin l'a bien pris et tout s'est bien passé. »
Page 123
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Jonathan Coe (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jonathan Coe
Jonathan Coe fait dans son nouveau roman le portrait intime de l'une des figures les plus emblématiques du cinéma. Billy Wilder et moi (Gallimard) reconstitue avec justesse l'atmosphère d'une époque.
Site internet du Livre sur la Place : https://lelivresurlaplace.nancy.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/livresurlaplace Twitter : https://twitter.com/livresurlaplace Instagram : https://www.instagram.com/lelivresurlaplace
Site internet de la Ville de Nancy : https://www.nancy.fr/ Facebook de la Ville de Nancy : https://fr-fr.facebook.com/VilledeNancy/ Twitter de la Ville de Nancy : https://twitter.com/VilledeNancy
+ Lire la suite
autres livres classés : billy wilderVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La pluie, avant qu'elle tombe

A quel âge est morte Rosamond?

71
72
73
74

15 questions
60 lecteurs ont répondu
Thème : La pluie, avant qu'elle tombe de Jonathan CoeCréer un quiz sur ce livre

.. ..