AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290252444
384 pages
Éditeur : J'ai Lu (01/09/2021)
3.46/5   70 notes
Résumé :
Vern, autrefois connu sous le nom de Maître des flammes, n'est plus que le dernier dragon sur Terre. Il boit de la vodka à longueur de journée en regardant Netflix, caché dans un bayou. Un jour, le hasard lui propose une alliance inattendue, qui pourrait lui rendre sa gloire d'antan.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 70 notes
5
7 avis
4
11 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis

euphemie
  12 septembre 2020
Agréablement titiller par la proposition de lecture de Babelio, aussitôt acheté, bien qu'il ne soit pas en poche...Et oui entre le prix et la place que prend un grand format, je m'abstiens en général. La longueur a démarrer de l'intrigue m'a un peu refroidi au début de ma lecture, heureusement par la suite les protagonistes étant assez attachant, j'ai terminé le livre. Intriguée aussi par le faite qu'il était chaudement recommandé et dans un genre qui me plait qui se fait rare, j'espérais que l'atmosphère se réchauffe.
Plus la "photographie" d'une mentalité de la nouvelle Orléans et de ses bayous, qu'une histoire de dragon, même si celui ci est bien sympathique.
Commenter  J’apprécie          160
Amnezik666
  08 janvier 2021
Eoin Colfer est surtout connu en tant qu'auteur de littérature jeunesse, notamment avec sa saga Artemis Fowl, mais il est plutôt du genre touche-à-tout. Il a ainsi signé l'ultime volet de la série du Guide du Voyageur Galactique (les cinq précédents volumes ayant été écrits par Douglas Adams), et deux romans policiers publiés dans la collection Série Noire de Gallimard. le Dernier Dragon Sur Terre est sa première incursion en fantasy adulte.
De son propre aveu, l'auteur aime prendre un genre littéraire et le tordre en revisitant ses règles ; et c'est exactement ce qu'il fait avec le présent roman. S'il y a bien un dragon au coeur de l'intrigue, celui-ci ne ressemble en rien à ceux que l'on a l'habitude dans le monde de la fantasy. D'autre part son intrigue se déroule en Louisiane de nos jours.
Ce curieux mélange donne au final en roman qui tire plus vers le thriller que vers la fantasy pure et dure. Un thriller au second degré improbable totalement assumé.
Hormis la présence du dragon et d'une autre créature fantastique, l'intrigue demeure relativement classique. le ton léger et les nombreuses touches d'humour viennent contrebalancer une ambiance qui aurait rapidement pu virer au noir tendance glauque.
Une lecture agréable, mais qui ne restera pas dans les annales du genre (ou plutôt devrai-je dire, des genres). C'est bien écrit, c'est léger, c'est décalé, ça ne manquera pas de vous faire sourire, mais ça reste très superficiel.
L'aspect atypique de Vern nous rend le dragon sympathique même s'il a parfois un foutu caractère et n'est pas un modèle de sociabilité (c'est marrant j'ai l'impression de parler de moi). Dans la même veine, mais pour d'autres raisons, on s'attache facilement au personnage de Squib.
C'est Regence Hooke, représentant de la loi corrompu, pourri jusqu'à la moelle, vicieux et magouilleur qui incarne le méchant de l'histoire. Et méchant il l'est incontestablement, surtout avec ceux qui auraient la mauvaise idée de venir piétiner ses plates-bandes ou contrecarrer ses ambitions. Sauf qu'en l'occurrence le trait est tellement poussé à l'extrême qu'il en deviendrait presque risible.
Étrangement ces bémols ne gâchent pas le plaisir, sans doute parce qu'on sent à la lecture qu'ils sont voulus et assumés par Eoin Colfer.
Une lecture sympathique pour commencer cette nouvelle année avec un peu de légèreté.Eoin Colfer est surtout connu en tant qu'auteur de littérature jeunesse, notamment avec sa saga Artemis Fowl, mais il est plutôt du genre touche-à-tout. Il a ainsi signé l'ultime volet de la série du Guide du Voyageur Galactique (les cinq précédents volumes ayant été écrits par Douglas Adams), et deux romans policiers publiés dans la collection Série Noire de Gallimard. le Dernier Dragon Sur Terre est sa première incursion en fantasy adulte.
De son propre aveu, l'auteur aime prendre un genre littéraire et le tordre en revisitant ses règles ; et c'est exactement ce qu'il fait avec le présent roman. S'il y a bien un dragon au coeur de l'intrigue, celui-ci ne ressemble en rien à ceux que l'on a l'habitude dans le monde de la fantasy. D'autre part son intrigue se déroule en Louisiane de nos jours.
Ce curieux mélange donne au final en roman qui tire plus vers le thriller que vers la fantasy pure et dure. Un thriller au second degré improbable totalement assumé.
Hormis la présence du dragon et d'une autre créature fantastique, l'intrigue demeure relativement classique. le ton léger et les nombreuses touches d'humour viennent contrebalancer une ambiance qui aurait rapidement pu virer au noir tendance glauque.
Une lecture agréable, mais qui ne restera pas dans les annales du genre (ou plutôt devrai-je dire, des genres). C'est bien écrit, c'est léger, c'est décalé, ça ne manquera pas de vous faire sourire, mais ça reste très superficiel.
L'aspect atypique de Vern nous rend le dragon sympathique même s'il a parfois un foutu caractère et n'est pas un modèle de sociabilité (c'est marrant j'ai l'impression de parler de moi). Dans la même veine, mais pour d'autres raisons, on s'attache facilement au personnage de Squib.
C'est Regence Hooke, représentant de la loi corrompu, pourri jusqu'à la moelle, vicieux et magouilleur qui incarne le méchant de l'histoire. Et méchant il l'est incontestablement, surtout avec ceux qui auraient la mauvaise idée de venir piétiner ses plates-bandes ou contrecarrer ses ambitions. Sauf qu'en l'occurrence le trait est tellement poussé à l'extrême qu'il en deviendrait presque risible.
Étrangement ces bémols ne gâchent pas le plaisir, sans doute parce qu'on sent à la lecture qu'ils sont voulus et assumés par Eoin Colfer.
Une lecture sympathique pour commencer cette nouvelle année avec un peu de légèreté.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
despagespoursenvoler_
  25 mars 2020
Le Dernier dragon sur terre est un roman pour le moins atypique ! C'est un livre de fantasy qui se passe au XXIème siècle, dans un bayou en Louisiane et qui met en scène un dragon plutôt atypique ! Je pense qu'il n'y en a pas deux comme Vern… Un dragon qui porte des t-shirts Flashdance et qui regarde Netflix en buvant du whisky ? Vous y croyez-vous ? Un dragon pour le moins surprenant ! Un roman pour le moins novateur qui mélange avec brio la fantasy, le polar et le thriller pour un maximum de sensations !
Le Dernier dragon sur terre est une belle histoire d'amitié entre deux êtres que tout oppose : un jeune humain et un drôle de dragon qui déteste les humains. Or, la relation entre ces deux-là n'a pas été de tout repos au début. Mais après avoir essayé de griller les fesses de Squib, Vern a revu ses positions, écoutant les sages paroles de son camarade Waxman.
J'ai beaucoup apprécié ma lecture de ce roman qui, derrière son humour, cache en réalité de belles réflexions sur la société. Une belle histoire qui fait réfléchir sur différents thèmes très actuels (tels que l'écologie, la disparition des espèces animales, la loi du plus fort qui engendre une hiérarchie dans la société…) et qui brosse également de beaux portraits psychologiques. Il propose une histoire à la fois originale et pleine d'humour, remplie d'action et de sentiments.
On ne s'ennuie jamais avec ce roman qui parvient toujours à nous surprendre ! La plume de l'auteur est addictive et nous fait adhérer à l'histoire du début à la fin. Les personnages sont également très attachants par leur sensibilité et leur personnalité si marquée.
En bref, le Dernier dragon sur terre est un livre à lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
LadyDoubleH
  08 septembre 2020
Quatrième de couverture : "Autrefois, il était connu sous le nom de Wyvern, Seigneur du Haut Feu, et son ombre terrifiait les masses.
Aujourd'hui, il n'est que Vern, vautré dans le bayou où il se cache, matant Netflix non-stop en tee-shirt Flashdance et sifflant de la vodka à longueur de journée. Mais, contrairement aux autres membres de son espèce, il a survécu. Malheureusement, aucune quantité d'alcool ne peut combler son immense solitude.
C'est alors que le hasard lui propose une alliance inattendue… Aboutira-t-elle à l'extinction de sa race ou au retour de ses jours de gloire ?"
Everett Moreau vit avec sa mère Elodie dans une bicoque en plein bayou. Tout le monde appelle l'adolescent Squib – pétard mouillé en anglais -, surnom gagné à son grand dam lors d'une expérience malheureuse de pêche de nuit avec des explosifs ; il y a perdu un doigt. Squib est un adolescent débrouillard, qui jongle avec un tas de petits jobs en plus de l'école, pour ramener quelques dollars à la maison. Sa Momma est infirmière de nuit à l'hôpital. Squib et sa mère sont cajuns (les francophones de Louisiane, descendants des Français bannis du Canada qui vinrent s'installer dans le delta du Mississippi au 18ème siècle).
Squib a un penchant naturel à se mettre dans les ennuis. Mais lorsque Regence Hooke, le constable ripou local qui en pince pour sa mère se met en tête de détrôner le parrain local, l'adolescent va frôler le record olympique. Pour se cacher après avoir été témoin d'une scène à laquelle il n'aurait pas dû assister, il se retrouve nez à nez sur un îlot du bayou avec… un dragon.
Le dernier dragon sur terre est une histoire de gangsters avec des doses de fantastique. de l'humour, des dialogues, de l'action et des rebondissements, un cadre travaillé et des personnages bien campés. C'est un roman sympathique, mais j'avoue avoir été déçue. Un style un peu faible, un roman inégal. Il y a de bons passages, mais au lu de la quatrième de couverture, je m'attendais à mieux. Il y avait du potentiel. le dernier dragon sur terre est néanmoins tout à fait divertissant, j'ai bien ri par moments. Vern est très chouette, Squib aussi.
Lien : https://lettresdirlandeetdai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Lunartic
  05 juin 2021
Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique du titre le dernier dragon sur Terre d'Eoin Colfer que j'ai gracieusement reçu de la part des éditions Pygmalion. Je les remercie infiniment pour l'envoi de ce roman dont la lecture s'est malheureusement révélée pour le moins laborieuse de mon côté...
Non pas que la plume de l'auteur n'ait pas su me happer, bien au contraire. S'il y a bien une qualité que je peux concéder à ce roman, c'est qu'il se lit extrêmement bien, l'écriture étant tout ce qu'il y a de plus fluide et ne manquant certainement pas de verve. L'on reconnaît bien là la patte si caractéristique de cet auteur de fantasy qui était jusque là réputé pour en mettre plein les mirettes à un jeune lectorat sans pour autant y aller par le dos de la cuillère, si vous voyez ce que je veux dire. Que ce soit dans ses récits jeunesse tels que l'illustre Artemis Fowl ou dans son premier roman pour adultes, Eoin Colfer n'a pas l'habitude de prendre ses lecteurs pour des imbéciles et encore moins pour des mauviettes. de ce fait, il n'hésite pas à se montrer direct, parfois même acerbe dans les tournures qu'il emploie et c'est à nous, enfants comme adultes, de trouver la meilleure manière de se prendre l'uppercut en pleine figure sans qu'il n'en résulte trop de dégats. Dans le cas présent, je n'ai pas su comment m'y prendre face à cette déferlante de violence et d'irrévérance et autant vous dire que la soufflante n'en n'a été que plus douloureuse.
Ne vous méprenez pas : en temps normal, j'aime quand les auteurs sortent des sentiers battus, quand ils font montre de culot tant dans leurs idées que dans le langage qu'ils employent et qu'ils mettent dans la bouche de leurs personnages. J'avais par ailleurs immensément apprécié cela dans la saga culte de l'auteur, où tout le bestiaire des créatures fantastiques se retrouve ingénieusement revisité à la sauce vingt-et-unième siècle. Pas de poussière de fée et de paillette qui tiennent : la technologie a pris le pas sur les bonnes moeurs des temps anciens et le flagrant manque de scrupule de la plupart des protagonistes d'Artemis, humains comme surnaturels, était parvenu à clairement me transporter pour le coup.
Ici cependant, la mayonnaise n'a assurément pas pris. Je ne saurais mettre exactement le doigt sur ce qui a flanché. Je dirais que ce qui m'a le plus contrariée, c'est la vulgarité du texte. Trop de trash et de boyaux qui sortent de partout, trop de cruauté, d'immoralité, de noirceur pour que je puisse le supporter. Surtout que je ne voyais absolument pas quelle était le but dans tout ça. J'aime la sanguinolence, la brutalité, le dégoûtant quand cela a un sens bien précis, quand cela fait avancer l'histoire et que cela lui donne un certain cachet comme dans les Tarantino par exemple, mais n'est pas Tarantino qui veut et avec le dernier dragon sur Terre, je suis en l'occurence ressortie de ma lecture résolument perplexe et écoeurée. Certains éclats d'humour m'auront permis au cours de mon avancée dans l'intrigue de relâcher un peu la pression mais cela n'a pas du tout suffi pour sauver ce livre et le faire remonter dans mon estime. Si encore j'avais éprouvé un tant soit peu d'attachement envers les personnages mais là encore, je suis restée de marbre, je ne suis pas parvenue à éprouver la compassion que j'étais censée ressentir à leur égard. Sur la fin, je reconnais que le duo Vern-Squib aura accompli l'exploit de m'attendrir un minumum mais dans l'ensemble, ce roman aura été pour ma part une jolie petite déception. Croyez-bien que je suis la première à le déplorer.
Pour conclure, si vous recherchez un récit bien écrit, qui n'a définitivement pas froid aux yeux et qui vous dépeint les dragons d'une façon telle que votre perception de ces créatures mythologiques s'en retrouvera à tout jamais altérée, alors foncez sans hésiter sur le dernier dragon sur Terre ! Frissons et senteurs marécageuses garentis ! En ce qui me concerne, je crois bien qu'à vouloir jouer avec le feu en sortant coûte que coûte de mes sentiers battus, je m'en suis brûlée les ailes. Autrement dit, je ne souhaite qu'une chose à ce livre, c'est qu'il trouve son public et je ne doute pas qu'il le fera mais personnellement, je préfère retourner me blottir dans les pages moins tourmentées (quoique...) d'Artemis Fowl. C'est mon Vodka-Martini (si vous lisez ce livre, vous comprendrez rapidement de quoi je parle) à moi !
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (3)
LeMonde   25 septembre 2020
L'écrivain irlandais, déjà père du célèbre Artemis Fowl, vient d'enfanter Vern, un dragon du bayou à qui on ne la fait pas. Fumant.


Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde   25 septembre 2020
L'écrivain irlandais, déjà père du célèbre Artemis Fowl, vient d'enfanter Vern, un dragon du bayou à qui on ne la fait pas. Fumant.


Lire la critique sur le site : LeMonde
Elbakin.net   21 septembre 2020
Colfer signe là un roman qui se lit sans souci mais qui, il nous semble, ne cherche jamais à proposer autre chose qu’une distraction innocente et malheureusement vite oubliée. Mais si vous ne nourrissez pas d’attentes particulières à son égard, il saura sans doute vous plaire.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
SioSio   29 juin 2020
Squib plissa les paupières en les fermant presque. Il pensait que le blanc de ses yeux pouvait trahir sa présence. Hooke lui racontait-il des conneries ? Avait-il seulement attaché son bateau ?
Sans doute pas.
Il n'avait pas véritablement prévu la dernière partie de cette mission. Aussi se retrouvait-il bloqué sur cette putain d'île en compagnie des sangliers et des couguars et peut-être même d'une bande de fourmis rouges, alignées dans une file bien ordonnée, qui viendraient lui dévorer la bite. Et s'il essayait de s'enfuir en courant, Hooke lui enverrait une grenade au cul, comme un cornet de glace à réaction.
Quelle nuit délicieuse !
Everett Connard Moreau : organisateur de génie.
Comme ce petit Français qui aimait bien les grandes femmes pour se prouver quelque chose. Napoléon.
Mais pas du tout comme lui, en fait, sauf que tous les deux avaient fini coincés sur une île, s'il se souvenait bien de ses leçons d'histoire. Ou peut-être était-ce Huckleberry Finn qui s'était retrouvé en rade sur son île.
En tout cas, en cette belle soirée, c'était lui, l'imbécile bloqué sur une étendue de terre entourée d'eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pchionpchion   20 juin 2021
Il y avait eu un temps, pas si éloigné, où la première réaction des humains devant la brusque apparition d'un dragon aurait été de détaler en se piétinant les uns les autres. On pouvait généralement s'attendre à ce que deux ou trois jeunes parmi les plus trouillards se vident les entrailles ou tombent évanouis. C'était ce qu'il se passait en ce moment, mais un fort pourcentage de témoins avaient également saisi leurs smartphones. Dans l'Amérique moderne, il fallait à tout prix archiver l'instant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
despagespoursenvoler_despagespoursenvoler_   26 mars 2020
Les mogwai se sentaient parfois si bien sous terre qu'ils lâchaient complètement la barre et se laissaient assimiler aux éléments. Wax lui avait dit un jour, alors qu'il était encore ivre de boue, dans l'état second qui suivait sa sortie de terre: "Putain, Vern, quand on est là-dessous, on arrête de penser. Tout s'en va, tu comprends. Et ce qui reste, c'est la paix. Une éternité de paix si tu le veux. Ça, c'est une proposition séduisante."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
despagespoursenvoler_despagespoursenvoler_   26 mars 2020
Il s'est passé trois mille ans et tu ne peux toujours pas l'oublier, dit Waxman. Mais ce que je veux te faire comprendre, c'est que nous avons tous une âme. Il y a des âmes qui sont bonnes, d'autres mauvaises. Squib, lui, est quelque part entre les deux, mais je pense qu'il penche plutôt du bon côté.
Commenter  J’apprécie          20
despagespoursenvoler_despagespoursenvoler_   26 mars 2020
- Et Charles Jr ? L'homme à la bite ?

- Charles n'a pas vraiment les pieds sur terre. La semaine dernière, il m'a juré qu'il passait ses nuits à la Nouvelle-Orléans pour se vendre comme prostitué mâle. Je ne lui confierai jamais une information sensible.
Commenter  J’apprécie          21

Videos de Eoin Colfer (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eoin Colfer
« Ce polar est un régal d'émotion, dopé à l'humour noir et aux punchlines d'enfer. » Causette
Qui a assassiné Amy Colfer, proxénète notoire ? Telle est la question qui ne cesse de hanter son fils, Cyrus, depuis une quinzaine d'années. Un nouveau meurtre relance le cold-case. le jeune homme décide alors de revenir à San Francisco, dans le milieu interlope qui était le sien. Guidé par une soif de vérité et de vengeance, Cyrus Colfer – mi-truand, mi-indic – mène l'enquête de son côté, avec détermination. À un détail près : il est devenu aveugle.
Pour en savoir plus : www.editionspoints.com/ouvrage/le-gout-du-rouge-a-levres-de-ma-mere-gabrielle-massat/9782757888087
+ Lire la suite
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Artémis Fowl 7

Où Artémis réunit-il les représentants du Peuple des fées??

En Islande
En Angleterre
En Amérique
Sous terre, chez les fées

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Artémis Fowl et le complexe d'Atlantis de Eoin ColferCréer un quiz sur ce livre

.. ..