AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782012039261
288 pages
Hachette (08/01/2014)
3.72/5   18 notes
Résumé :
"Trois frères dans la Grande Guerre" c’est une correspondance unique, un récit épistolaire vrai et touchant au cœur de la Première Guerre mondiale. Ils sont trois, trois frères d’une famille paysanne de l’Ariège que la Première Guerre mondiale va séparer de leur famille. Si Joséphin et Zéphirin ne sont pas envoyés au front, Jean-Baptiste, Henri et Justin découvrent les tranchées et les horreurs de la guerre. À travers une centaine de lettres, des illustrations inédi... >Voir plus
Que lire après Trois frères dans la Grande GuerreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Mon fils a emprunté ce livre et a été rebuté par la première lettre, reproduite en fac-similé, la rendant un peu difficile à lire. Curieuse, j'ai tenté et j'ai été complètement habitée par ce livre. Il n'est pas passionnant puisque il est constitué des lettres reçues et conservées.
En Ariége, trois frères (sur 5) sont mobilisés dès août 1914 et vont partir au front. Jean-Baptiste, vit à la ferme de ses parents avec sa femme et son fils de 14 ans. Il a 39 ans quand il est appelé et ça a été ma première surprise. J'ai réalisé que je n'avais que l'image de jeunes soldats pendant cette guerre... Justin a 34, ans, il est marié et père d'une petite fille de 4 ans. Il vit à la ferme de ses beaux-parents. Et enfin, Henri, célibataire de 32 ans, vit également chez ses parents au début de la guerre.
Ce sont essentiellement les lettres de Jean-Baptiste que l'on lit. Il écrit souvent et à plusieurs membres de se famille. Il n'a pas toujours du nouveau à raconter, ça se répète souvent. Mais c'est ce que j'ai trouvé si émouvant. On n'est pas dans un roman, on ne cherche pas à faire du palpitant. Jean-Baptiste a besoin de chaussettes, il en demande... Ce qui m'a beaucoup marqué, c'est le besoin du soldat de savoir ce qui se passe à la ferme, combien se sont vendus les moutons, etc. Il est très réaliste sur le fait que la guerre sera longue, qu'ils sont enfermés dans un fonctionnement qui ne peut avoir d'issue rapide.
ATTENTION JE DIVULGACHE : J'ai été choquée de réaliser que Justin, qui disparaît le 18 février 1915 n'est déclaré mort pour la France le 6 octobre 1920 !!! La famille a d'abord cru qu'il avait été fait prisonnier...
Je regrette également que les lettres s'arrêtent en décembre 1916 sans qu'on ne sache pourquoi puisque Jean-Baptiste restera au front pendant toute la guerre et reviendra...
J'ai été happée par ces lettres et j'ai eu le sentiment d'avoir été emportée dans la vie de cette famille à cette période terrible.
Commenter  J’apprécie          10
Dans cette correspondance familiale, avec des mots simples, des mots de tous les jours où affleurent l'émotion et la conscience du tragique, nous suivons le destin des Blazy Lauzette, des paysans de l'Ariège qui voient trois des leurs partir pour la Grande Guerre.

Disposées selon un ordre chronologique, entrecoupées de brefs commentaires et accompagnées de documents variés, ces lettres -dont quelques-unes sont reproduites en fac-similé- constituent une sorte de "roman" familial, avec ses attentes, ses espoirs et ses drames.

A travers les regards croisés de trois combattants, de leurs parents et amis, ces missives sont aussi un exceptionnel témoignage sur la réalité de la Première Guerre mondiale. Ces parcelles de vécu, venues du front, parlent de tout : de l'enfer des tranchées à l'ennui qui ronge le moral, de la boue omniprésente au vin qui dispense un peu de plaisir ; mais elles témoignent aussi du souci permanent de rester forts et unis quelles que soient les difficultés.

En découvrant cette correspondance, on ne peut être que séduits -et agréablement surpris- par la qualité de style de ces trois plumes : les mots sont choisis, leur expression soignée, l'imparfait du subjonctif manié.

Une lecture poignante. Un très bel hommage, accessible à de jeunes lecteurs.

Lire pour ne pas oublier
Commenter  J’apprécie          30
Échanges un peu passifs.
C'est du vécu, avec plus de clairvoyance quant à l'avenir que dans certains autres écrits de soldats qui sont plus terre-à-terre.
Cependant, le narrateur principal est en arrière du front, et donc peu de renseignements de ce point de vue.
Pas trop d'introspection : son souci principal est non pas lui, mais sa famille.
Pour finir, chaque récit de poilu est un vécu unique qu'il ne faut jamais négliger !
Commenter  J’apprécie          50
Ce livre est vraiment passionnant, il nous permet de vivre un passage de la première guerre mondiale de l'intérieur, on suit ses personnages de façon très régulière (surtout les lettres de Jean-Baptiste) et l'on peut voir l'évolution de la guerre. Ce livre est a conseillé pour les passionnés de l'Histoire et de la guerre. De plus les lettres sont retranscrit dans leur intégralité et l'on ressent vraiment ce que ressentent les soldats, mais aussi l'inquiétude qu'ils manifestent. C'est un excellent ouvrage.
Commenter  J’apprécie          20
Comme le titre l'indique, trois frères sont mobilisés en août 1914 : le livre est le recueil de leurs lettres à leurs proches. Ils y racontent les combats, leur quotidien de poilus, leurs peurs, leurs espoirs, leurs interrogations. La Grande Guerre racontée par ceux qui l'ont vécue. Un témoignage historique fort.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Culturebox
05 mars 2014
C’est la petite histoire dans la grande histoire, mais elle est celle que des centaines de milliers de poilus auront vécue. Leur quotidien dans les tranchées, ils l’ont décrit dans des lettres adressées à leur famille. L’arrière-petite fille de l’un d’eux vient de les retrouver.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
" La destinée de chacun est à peu près tracée, je suis resté pendant quelques temps à travers les balles et les obus, j'en ai vu tomber de mon dépôt, j'en ai vu de morts arrivés après moi.
C'est la guerre ! dans la signification du mot.
Il ne meurt pas celui qui désirerait la mort et ne vit pas celui qui désirerait la mort et ne vit pas celui qui voudrait vivre. "
Jean-Baptiste Blazy à ses parents, 15 août 1915.
[extrait de lettre choisi pour l'ouverture de la note d'intention d'Annie Collognat-Barès]
Commenter  J’apprécie          190
Vous voyez d'après les journaux les opérations militaires, elles sont assez favorables à notre sujet, seulement considérez, comme on dit vulgairement, " le journal est un bon âne ", il porte ce qu'on y met. Et personne comme ceux qui viennent de sur le front ne pourra vous dire la vérité.
[lettre de Jean-Baptiste à ses parents,15 avril 1915]
Commenter  J’apprécie          150
LE TÉMOIGNAGE DES ÉCRIVAINS
Dire l'indicible : souvent les mots manquent à ceux qui ont connu l'expérience de la tranchée pour exprimer ce qu'ils ont vécu. Parmi les combattants, plusieurs écrivains ont fait entendre leur point de vue : si on compare les témoignages, celui des "simples" poilus est peut-être moins "littéraire", mais il demeure tout aussi émouvant.
Commenter  J’apprécie          110
Nos soldats ont pris deux tranchées aux Boches et maintenant il n’y en manquera pas des bombes, des mines, des boulets, mitraille de toute sorte, pour tâcher moyen de reprendre le terrain perdu. Combien de malheureux giseront sur le champ de bataille. Croyez, cher père, que ce n’est plus 1870 avec ces engins destructeurs qu’il y a, ces conduits souterrains qui n’en finissent plus ; et puis la guerre des ténèbres, dans la nuit toujours. Et combien de morts laissés, pour avancer de 40 mètres dans un bois, et puis le reperdre s’il faut.
Commenter  J’apprécie          00
C'est quelque chose de terrible, on cherche les engins les plus terribles pour détruire le monde et après la guerre des tranchées c'est les galeries souterraines où tout est miné pour faire sauter en miettes.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (31) Voir plus



Quiz Voir plus

3 frères dans la Grande Guerre - Correspondance inédite

Dans quel département se situe la ville de Foix ?

Dans le Jura (39)
Dans l'Ariège (09)
En Dordogne (24)
Dans le Finistère (29)

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Trois frères dans la Grande Guerre : Correspondance inédite de Annie Colognat-BarèsCréer un quiz sur ce livre

{* *}