AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226314895
544 pages
Albin Michel (02/09/2015)
3.94/5   34 notes
Résumé :
Après six mois d'échange épistolaire, cette conversation amicale entre deux philosophes aboutit à un livre riche et dense. La forme de l'entretien a permis une grande liberté dans le traitement de questions sérieuses : ne rien sacrifier quant au fond, tout en donnant aux propos le rythme vivant du dialogue.
Depuis presque quarante ans, André Comte-Sponville n'a eu de cesse d approfondir sa pensée, ou plutôt de lui donner forme, comme une germination. Ce qui f... >Voir plus
Que lire après C'est chose tendre que la vie : Entretiens avec François L'YvonnetVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
André Comte-Sponville est l'un des rares philosophes français qui est reconnu par le grand public, notamment parce qu'il passe souvent à la télévision; de plus, il écrit d'une manière accessible sur des sujets qui ne sont pas abscons. Ce succès tient aussi à sa réputation de "philosophe du bonheur" - une désignation qu'il récuse. Mais il est attaqué par certains critiques ou auteurs, qui lui reprochent vertement d'être un vecteur de bons sentiments, trop modéré dans ses prises de position et trop vulgarisateur. En fait, André Comte-Sponville se définit lui-même comme matérialiste, rationaliste et humaniste. Bon connaisseur de tous les philosophes classiques, il ne cherche pas particulièrement à élaborer de nouveaux concepts philosophiques. C'est d'ailleurs ce qui lui est reproché...
Dans le présent livre, il décrit son itinéraire personnel - sans toutefois se livrer à des confidences trop intimes. Bien entendu, il insiste plutôt sur le chemin intellectuel qu'il a suivi; c'est ainsi que j'ai appris (par exemple) qu'il a été militant du PCF pendant dix ans. Sollicité par François L'Yvonnet, il expose successivement ses points de vue sur ses philosophes préférés, le bonheur, la valeur des civilisations, la politique, l'éthique, l'art, etc…
Avec calme et fermeté, il prend clairement position sur tous ces sujets, au risque de faire hurler ses détracteurs idéologiquement plus marqués qui lui et beaucoup plus agressifs dans la critique de notre société. Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié cette (longue) lecture. La plupart des chapitres sont assez facilement lisibles; seules certaines nuances philosophiques et quelques arguties un peu cérébrales m'ont (un peu) gêné.
Commenter  J’apprécie          51
« le fait est que je ne connais aucun cinéaste qui me paraisse l'égal d'un Michel-Ange, d'un Shakespeare ou d'un Beethoven. »
« Cela m'empêche pourtant de voir en von Sternberg l'égal d'un Dürer, d'un Haydn ou d'un Goethe – à quoi je doute d'ailleurs qu'il ait jamais prétendu. Bref, je ne puis me défaire d'un sentiment que le cinéma est paradoxalement un art mineur - du fait même de la multiplicité et de la puissance inégalée des techniques qu'il met en oeuvre en même temps que l'art roi du XXe siècle. »Je suis en train de lire « C'est chose tendre que la vie », livre de 500 pages où il s'épanche sur sa vie, interviewé par François L'Yvonnet. Un magnifique bouquin qui pullule de : « MOI JE MOI JE MOI JE, MOI PHILOSOPHE, je sais réfléchir, pas comme la masse infâme (wink wink). »
Branlosophe à la magnifique coupe grisâtre à faire pâlir de jalousie le compte instagram « Cheveux de riches », on a envie, au bas mot et en restant gentil, de boire trois bouteilles de canard WC par page tellement cela dégouline de pudibonderie et de pédanterie crasse méprisante envers "les autres arts modernes parce que tu comprends, les arts vintage style les bouquins et la peinture c'est tellement mieux. Quel argument est-ce que j'avance? Ba c'est juste mieux parce qu'il y a pas toute cette technicité, fin c'est vintage, fin c'est mieux parce que c'était avant. Maintenant c'est moderne, c'est donc moins bien." AH OUAIS, quel argument en béton armé Monsieur Spongeville !
« Ah vraiment, je suis pas méprisant et vraiment, cela ne reste que mon goût personnel, mais l'artisanat, la chanson française, le cinéma sont des arts mineurs par rapport à la littayratüüüre ou la paintüreeee. »
Si je pouvais inventer un golden Globes des branlosophes les plus agaçants, il y aurait : BHL, Enthoven, mais alors Peigne-zizi Spongeville perce le plafond….
Sur ce, je vais lire Tom tom et Nana (ben ouais, comme c'est un livre, c'est forcément mieux?) et je vais mépriser cette plèbe qui va regarder le nouveau Park Chan Wook (c'est un film, c'est forcément pourri) tout en admirant le magnifique étron d'Urs Fischer.
Commenter  J’apprécie          31
Très belle promenade dans le monde de la philosophie dont je ne suis pas particulièrement familier. Dans ces entretiens avec F.L'Yvonnet, A. Comte-Sponville résume très clairement sa pensée tout en faisant des contre-points très pédagogiques par des ouvertures sur les pensées d'autres philosophes .. et nous donne ainsi envie de les lire.
J'ai beaucoup apprécié cette façon simple de s'exprimer, sans aucune concession ni sur le style, ni sur la rigueur. J'apprécie également beaucoup le fait que A. Comte-Sponville parle à la première personne, mettant régulièrement en avant sa sensibilité et son histoire personnelle, notamment ses relations avec d'autres intellectuels.
Enfin, la vision qu'il exprime est enracinée dans le réel tout en s'attachant à s'appuyer sur des bases conceptuelles.
Commenter  J’apprécie          70
J'ai aimé ce livre de la première à la dernière page. André Comte Spongille n'a pas son pareille pour vulgariser les questions philosophiques les plus ardues, il nous rend intelligent et traduit étonnamment bien nos pensées désordonnées et entremêlées. Je n'enchainerai pas ce type de livre comme les perles d'un collier , l'un à la suite de l'autre, mais cet ouvrage est un voyage éclairant sur les questions que ce pose tout être humain en quête de sens.
Si de temps en temps les pensées bouillonnent en vous, foncez acheter ce livre, que de réponses vous aller y dénicher !
Commenter  J’apprécie          50
excellent même si pas toujours facile d'entrer dans la pensée de cet auteur
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation

Depuis plus de vingt-cinq siècles, la méditation de pleine attention, a sillonné les terres de l’Orient et l’Extrême-Orient, dans un but : « l’épanouissement de l’être humain » qui a sa source dans l’expérience de cette part de lui-même encore trop souvent ignorée, —sa propre essence—, son —être essentiel—. Mais aujourd’hui, sous prétexte d’occidentalisation, de scientifisation, de laïcisation, est proposée une méthode pour laquelle le mot méditation ne me semble ni justifié ni légitime.
Ainsi, lorsque je lis les promesses faites par les promoteurs de « l’étatsunisation de la méditation » je suis inquiet : « La pratique de la méditation garanti un gain d’efficacité et un surcroît de performance … la méditation vous permet de faire face aux exigences imposées dans le milieu du travail, de supporter le stress sans tomber malade … la méditation vous permet de retrouver le sommeil lorsque vous êtes surmené ».

Réduire la « méditation » — exercice fondamental dans la plupart des écoles de sagesse —, à de telles visées pragmatiques est un non-sens ! Vue sous cet angle la « méditation » aurait donc pour but de continuer à vivre d’une manière inepte, sans plus souffrir des symptômes qui révèlent cette manière absurde de vivre ! Attitude inintelligente qui ne sera pas sans dommage pour la santé.

Alors, quelle forme de méditation choisir ? A chacun de décider après s’être posé ces trois questions : ce qui est pratiqué, dans quel but et par qui ?
Commenter  J’apprécie          41
vivre le présent: On y voit une espèce d'injonction, de mot d'ordre, de slogan...A tort. Ce n'est pas qu'il faille vivre au présent. c'est que nul n'a jamais vécu autre chose. Vivre au présent, ce n'est pas un idéal, qu'il faut atteindre. c'est la vérité de vivre.
Commenter  J’apprécie          102
Les Français attendent tout de l’Etat – comme si c’était lui qui allait créer des emplois, de la richesse, du bien-être ! – puis ils lui reprochent de les avoir déçus. Nos hommes politiques font semblant de croire à cette toute-puissance de l’Etat, voire finissent par s’en convaincre, puis ils perdent les élections suivantes, faute d’avoir pu tenir leurs promesses. C’est toujours le cycle de l’espoir et de la déception. (p. 296)
Commenter  J’apprécie          30
Je me bats contre l’égalitarisme niveleur, qui n’est en vérité qu’un nihilisme politiquement correct et prétendument de gauche.(…) De mon point de vue (dont je rappelle qu’il est subjectif), toutes les civilisations ne se valent pas, ni tout dans chacune d’elles. (pp. 261-263)
Commenter  J’apprécie          50
Prenez par exemple trois couples de valeurs habituellement opposées : la justice et l'ordre, la solidarité et la responsabilité, le progrès et la conservation. La gauche privilégie le premier terme de chaque paire ; la droite, traditionnellement, le second. Fort bien. Mais croit-on que la droite préfère l'injustice à la justice, la loi de la jungle à la solidarité, la régression au progrès ? Que la gauche vise le désordre, l'irresponsabilité, la destruction ? Évidemment pas, sauf dans les caricatures que chaque camp fait de l'autre !
Commenter  J’apprécie          20

Videos de André Comte-Sponville (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Comte-Sponville
Lundi 18 décembre a eu lieu la première "Fabrique des idées", la série de masterclass philosophiques que nous avons initiée dans le cadre de la nouvelle formule de Philosophie magazine.
Pour cette première édition, André Comte-Sponville s'est entretenu avec Martin Legros pendant 2 heures au Club de l'Étoile, à Paris, et a également répondu aux questions des participants. L'événement, qui était accessible en présentiel ou par visioconférence, était gratuit pour les abonnés.
Pour voir ou revoir la masterclass d'André Comte-Sponville, cliquez sur ce lien :
https://www.philomag.com/articles/replay-revivez-la-masterclass-dandre-comte-sponville-pour-philosophie-magazine
Bon visionnage !
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (109) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
440 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}