AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B0065JMWQA
Éditeur : Youscribe Publica (10/11/2011)
  Existe en édition audio
4.11/5   85 notes
Résumé :
Scandale à Baker Street ! Arthur Conan Doyle a décidé de mettre fin aux jours du détective dont les enquêtes passionnaient des millions de lecteurs...
C'est chose faite en 1893, dans l'aventure intitulée Le Problème final : poussé dans le vide par le maléfique professeur Moriarty, l'homme à la pipe de bruyère est victime d'un assassinat littéraire prémédité...
C'est mal connaître Sherlock Holmes, qui n'entend pas disparaître de cette manière !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,11

sur 85 notes
5
6 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

candlemas
  03 février 2018
Suite du jeu de piste (1) lancé en commentaire des "Aventures de Sherlock" :

C'est au-delà de la mémoire et des mémoires chères à Sherlock que l'on peut poursuivre l'analytique freudienne du personnage de Sherlock et, n'étant pas psy, c'est le drame, cet assassinat moral et oedipien subi par Arthur Conan Doyle qui m'intéresse rétrospectivement. Quel formidable roman noir en effet que l'histoire de la confrontation entre ce père et ce fils. D'un côté le père ophtalmo qui, croyant écrire quelques nouvelles alimentaires, dans l'espoir de se consacrer ensuite à son grand oeuvre de romans historiques et d'obtenir pour eux la consécration, donne naissance un beau jour de janvier 1854 au petit Sherlock, mal-aimé, jalousé, sans tendresse, conservé à distance par la narration indirecte et critique du Dr Watson. le drame à venir se précise déjà dans la dénonciation paternelle des travers du fils, volontiers décrit comme grossier, inculte, dépressif, drogué, et privé de toute présence féminine significative.
De l'autre le fils puisant dans l'amour du lecteur et son intellect supérieur la force de résister au démoniaque Moriarty mis sur sa route par le père pour contrer ses succès grandissants, et allant jusqu'à ressusciter, alors que son père lui a fait subi une chute de plusieurs centaines de mètres dans les chutes du Reichenbach. le père avait d'ailleurs avoué son crime sa mère, lui écrivant « Je réfléchis à tuer Holmes ;… et le liquider corps et âme. Il me détourne l'esprit de meilleures choses. » . Mobile du crime : mettre au monde un second enfant plus conforme à ses voeux d'une noblesse moins populaire.
Suite du jeu de piste (2) en commentaire de "La résurrection de Sherlock"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LeoLabs
  10 décembre 2019
Je termine un autre livre relatant les aventures des célèbres Sherlock Holmes et Docteur Watson. Quelques histoires un peu faibles, et d'autres passionnantes, surtout avec la présence de Mycroft qui aurait dû être plus exploité par l'auteur et du mémorable duel entre le fameux détective et Moriarty.
Point négatif: Watson, que j'apprécie beaucoup, est trop souvent réduit à une sorte de laquais.
Commenter  J’apprécie          150
Syl
  22 mars 2018
Le tordu :
Été 1888,
John Watson, marié depuis quelques mois, reçoit dans sa demeure la visite tardive de son ami Sherlock Holmes qui souhaite avoir son soutien dans le dénouement d'une affaire à Aldershot, dans le comté du Hampshire. Et la réponse ne tarde pas… Si Watson aime sa nouvelle vie, plus régulière et apaisée qu'avant, il est toujours empreint de ce désir d'aventure que lui procuraient les enquêtes de Holmes.
L'histoire est toute récente et n'a pas encore fait la une des journaux. L'honorable colonel Barclay a été retrouvé mort dans son salon, fermé à clef de l'intérieur, avec sa femme à ses côtés simplement évanouie. le major Murphy en charge du dossier souhaite clore l'enquête rapidement avec le moins de remous possible, et innocenter l'épouse, Nancy Barclay, qui est la première suspecte.
En regroupant tous les témoignages, ceux des domestiques, des voisins et des amis, il apparaît que ce couple marié depuis trente ans était uni et heureux. Ils s'étaient rencontrés en Inde, dans la garnison de Bhurtee, et s'étaient mariés après la révolte des Cipayes. le colonel avait eu une carrière militaire exemplaire et son épouse n'était pas seulement une très belle femme, elle était aussi une personne digne, valeureuse et généreuse qui oeuvrait dans le cercle de Saint-George en s'occupant des pauvres du quartier. Mais deux dépositions remettent en question l'harmonie du couple. Une soubrette les avait entendus se disputer violemment juste avant la mort du colonel, et Mlle Morrisson, une amie de Nancy Barclay, rapporte un fait marquant qui s'était également passé dans la même soirée. En revenant de leur cercle de bienfaisances, un homme difforme, affublé de guenilles, avait apostrophé Nancy et s'était entretenu avec elle quelques minutes, à l'écart de toute indiscrétion.
Henry… Qui est cet homme qui avait ému Nancy au point de la métamorphoser en furie ?
A partir de cette information et avant même de rencontrer le vieux vagabond, Holmes dit à Watson : « Pour moi, comme vous le devinez, ce fut la lumière dans la nuit. Tout ce qui était auparavant sans lien commença à s'insérer dans un ordre normal… ».

La nouvelle est une belle histoire, même si le destin s'est montré horriblement cruel pour deux des protagonistes. Une histoire d'amour, avant d'être une intrigue policière, la genèse criminelle prend ses racines en Inde et s'étend sur une trentaine d'années. Quant à l'arme du crime, elle est avant tout un sentiment amer, douloureux et fielleux : la jalousie.
Tirée des mémoires de Sherlock Holmes, et éditée en 1893 dans le mensuel, le Strand Magazine, cette chronique que l'on titre aussi « L'homme estropié » reste l'une de mes préférées et certainement l'une des plus poignantes.
A recommander !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pegase-shiatsu
  03 juin 2021
C'est le deuxième recueil de Sherlcok Holmes... Avant de le lire, si vous voulez suivre un ordre logique, il vous faudra d'abord lire deux romans, d'abord une Etude en Rouge, le roman préféré des criminologues où sa méthode est expliqué, et o! il rencontre son inséparable ami, ensuite le Signe des Quatre, parce que c'est l'histoire qui va bouleverser la vie de Watson, et ensuite les aventures de SHerlock Holmes.. Seulement après vous pourrer ire les mémoires de Sherlcok Holmes, qui sera ensuire suivi du recueil de Sherlock Holmes... Les enquêtes sont très variés, émaillé de détails personnels de la vie du grand détective ainsi que de détail sur sa personnalité... Et l'on peux retrouvé ses aventures dans deux séries, Les aventures de Sherlcok Holmes (dont une partie des épisodes traitent de deux recueils supplémentaires, et du Roman le Chien des Baskerville), et, où il manque un peu de détail personnels sur Holmes mais qui est très fidèle à l'époque et aux histoire), ainsi que la série Sherlock, refaisant les histoires dans une époque moderne, mais vous donnant une vision si juste du personnage, en entrant dans sa tête par la magie d'un effet de cinéma, mais plus fourmillant de clin d'oeil aux histoires de Conan Doyle... Il y a de nombreux film, aussi je ne vous en citerais d'un pour mémoire : le Chien des Baskerville avec Christopher Lee dans le rôle de l'héritier des Baskerville...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LudovicDesvaux
  13 septembre 2021
Même les meilleures choses ont une fin
Dans les Mémoires de Sherlock Holmes, ce n'est pas une mais plusieurs affaires parmi les plus complexes qu'il nous est permis de suivre. le Docteur Watson, qui n'est autre que le narrateur, a rassemblé les meilleurs moments de la vie de son collègue, son maître à penser, allez, lâchons le mot, son idole. Et c'est vrai qu'il est perspicace, ce détective hors pair ! On peut toujours enfiler une cape, se laisser pousser une moustache, se placer une loupe sous l'oeil et une pipe dans la bouche, pas sûr que l'on parvienne à résoudre les investigations sans un coup de pouce ; sauf qu'ici, personne ne nous en donne...
C'est toujours un plaisir de prendre part aux aventures de ce héros de la littérature policière classique, dans laquelle on décèlerait une pointe de modernité si Arthur Conan Doyle ne nous faisait pas remonter le temps en nous emmenant avec lui dans les brouillards de Londres ou dans l'arrière-pays, vert et pluvieux, où les voitures étaient alors conduites par des chevaux et où les pardessus et autres jaquettes assuraient une élégance sans commune mesure avec notre époque.
Mais dans cet ouvrage, le clou du spectacle, c'est sans doute la fin, la chute, pourrait-on dire, littéralement. Qu'on le veuille ou non, il n'y aura pas de "happy end" possible face au redoutable Moriarty, que Sherlock a d'ailleurs très peu croisé, contrairement à ce que veut la légende.
La version anglaise est accessible mais pour un non-bilingue, il faut prendre le temps de rentrer dans le style d'une écriture ancienne, au vocabulaire et aux tournures parfois inhabituels. Alors élémentaire, élémentaire... plus facile à dire qu'à lire !
Une dernière anecdote avant de mettre un terme au jeu de piste ? Et bien justement, cette expression, "élémentaire, mon cher Watson", n'a été prononcée qu'une seule fois dans toute la bibliographie de l'enquêteur. Etrange, n'est-ce pas ? Et pourtant, n'importe qui aurait pu parvenir à ce dénouement, en collectant les indices méthodiquement...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   09 avril 2016
« Un soir, peu de temps après mon arrivée, nous dégustions après le dîner un verre de Porto. Le jeune Trevor se mit à parler de mes manies d’observation et de déduction, manies qui déjà à cette époque étaient profondément ancrées en moi, bien que je ne me fusse pas encore rendu compte du rôle que ces tendances devaient jouer dans ma vie. Le vieillard pensa évidemment que son fils, en citant mes prouesses, exagérait beaucoup.
« — Eh bien ! monsieur Holmes, me dit-il sur un ton de bonhommie, je serais curieux de vous voir lire dans ma vie.
« — Sans me sentir parfaitement sûr de moi-même, je me hasardai pourtant à vous dire que, depuis une année, vous redoutez une agression.
« Il prit soudain un air très grave, et me regarda avec la plus grande stupéfaction.
« — C’est, ma foi, parfaitement vrai ! Vous vous rappelez, Victor, dit-il, en s’adressant à son fils, ces braconniers que nous avons arrêtés ? Ils ont juré de nous assassiner, et sir Edouard Hoby a été en effet attaqué. Depuis lors, je me suis toujours tenu sur mes gardes. Mais comment diable, monsieur Holmes, avez-vous pu le découvrir ?
« — Vous possédez, répondis-je, une fort belle canne. La marque qu’elle porte m’indique qu’elle n’est pas à vous depuis plus d’un an ; de plus, vous avez voulu en faire une arme sérieuse en coulant dans le pommeau du plomb fondu ; j’en ai donc conclu que vous redoutiez une attaque.
« — Quoi encore ? demanda-t-il en souriant.
« — Vous avez beaucoup boxé dans votre jeunesse.
« — C’est exact. Mais comment diable le savez-vous ? Ai-je eu le nez cassé ou écrasé ?
« — Non, je constate seulement que vos oreilles ont cet aplatissement et cet épaississement qui caractérisent le boxeur.
« — Que remarquez-vous encore ?
« — D’après les callosités de vos mains, il est clair que vous avez beaucoup manié la pelle et la pioche.
« — J’ai fait toute ma fortune dans les mines d’or.
« — Vous avez été en Nouvelle-Zélande.
« — Vrai encore.
« — Vous avez visité le Japon.
« — Parfaitement exact.
« — Et vous avez intimement connu quelqu’un dont les initiales étaient J. A., et que vous avez ensuite cherché à oublier le plus possible.
« M. Trevor se leva lentement, fixa ses grands yeux bleus sur moi avec un regard étrange, effaré, puis tomba sans connaissance sur les coquilles de noix qui jonchaient la nappe.
(Le Gloria Scott)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nono19Nono19   29 mai 2016
A quelle fin tend ce cercle de misère, de violence et de peur? Il doit bien tendre à une certaine fin, sinon notre univers serait gouverné par le hasard, ce qui est impensable. Mais quelle fin? Voilà le grand problème qui est posé depuis le commencement des temps et la raison humaine est toujours aussi éloignée d'y répondre.
Commenter  J’apprécie          20
Nono19Nono19   29 mai 2016
Si mal qu'il l'ait traitée, un homme a toujours beaucoup de peine à se rendre compte qu'il a pu perdre définitivement l'amour d'une femme.
Commenter  J’apprécie          60
sevm57sevm57   04 avril 2018
-J'ai l'impression que je me déprécie quand j'explique, dit-il. Des résultats sans cause sont beaucoup plus impressionnants.
Commenter  J’apprécie          60
Nono19Nono19   29 mai 2016
... ne vous rongez pas le coeur avant de savoir que réellement vous avez une bonne raison pour cela...
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Sir Arthur Conan Doyle (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sir Arthur Conan Doyle
Les auteurs Cyril Lieron et Benoît Dahan ont imaginé le scénario original d'une enquête du plus célèbre détective privé d'Angleterre, Sherlock Holmes de sire Arthur Conan Doyle, en emmenant les lecteurs se balader dans les méandres de ses réflexions. Ainsi, après un premier tome à succès, le second et dernier tome emmène Sherlock et Watson sur les traces d'un mystérieux mage chinois. Lors de leur venue au festival de la bande dessinée de Quai des Bulles, nous les avons rencontré pour une courte mais intense interview dans laquelle ils nous parlent de leur succès avec Sherlock Holmes, de la suite à venir de la série et de leurs futurs projets en dehors de la série.
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Le chien des Baskerville

Au cours de quel siècle ce roman a-t-il été publié ?

17ème
19ème
20ème

10 questions
521 lecteurs ont répondu
Thème : Le Chien des Baskerville de Sir Arthur Conan DoyleCréer un quiz sur ce livre

.. ..