AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253069310
Éditeur : Le Livre de Poche (10/01/2018)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 597 notes)
Résumé :
Il se plante devant la porte ouverte, jambes écartées, poings sur les hanches. Il hume l'air. La nuit s'annonce douce et tranquille. Mais d'un coup, ses sourcils se froncent, une ombre passe, et sans se retourner...
- Passe-moi le fusil, j'vais allumer le chat ! Il n'a pas bu pourtant, juste quelques verres de rouge au dîner, autant dire rien.
- Et pourquoi tu veux l'allumer, dis ?
- Quand il me regarde, j'ai l'impression qu'il se fout de ma ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (118) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  13 février 2014
Bastos, le chat de Raymond et Mine, a une nouvelle fois échappé de peu à la colère de son maître qui voulait encore l'allumer. Il n'y a pourtant pas de quoi... fouetter un chat ! Mais, Raymond a juste l'impression que son animal se fout de sa gueule... Sa femme réussit à l'amadouer. C'est là qu'elle profite de ce moment pour lui annoncer que son petit-fils Rémi aurait besoin de ses dons de guérisseur. Le petiot a plein d'eczéma sur le visage et ses copains commencent à se moquer de lui. Bon, coeur tendre, mais pas trop, Raymond accepte de le voir. Il faut dire qu'il ne s'entend plus avec sa fille, Josette. Ça fait déjà 7 ans qu'ils ne se sont pas parlé... Pour des broutilles, sans doute...
Il faut dire que Josette n'a pas une vie facile, non plus. Elle a perdu sa petite fille et elle a eu beaucoup de peine. Et, son mari, Martial, hé ben, il a pas inventé l'eau chaude ! Même ses parents se seraient chamaillé pour le tuer en premier ! Amant attitré d'Edith, il ne trouve rien d'autre que de s'encastrer dans un cerf avec sa voiture. On avait l'impression qu'ils faisaient l'amour, aux dires de Pierrot, l'embaumeur des pompes funèbres qui a trouvé Martial tellement drôle et ridicule qu'il en a fait des photos à la morgue... Et si ce bon vieux Pierrot avait un don pour faire de jolies photos de cadavres ? Une bonne idée de livres, ça, non ?
Pendant ce temps, Geneviève continue d'écrire à Farid qui se trouve en prison mais qui ne devrait pas tarder à sortir; Jacques, 10 ans, écluse toujours autant les bouteilles de son père avec ses deux grands frères; Momo s'est épris de la grosse Marie-Rose qui n'a pas son pareil pour préparer le pâté de rats et Bastos tombe amoureux de Riton (qui se trouve être une femelle, mais, apparemment, Raymond n'est pas très doué en anatomie !)... Et le chien Youka meurt dans le carré de radis. Paix à son âme...
Allumer le chat... Ça me rappelle vaguement quelque chose...Une biographie de Johnny par Geluck ? Ça promet!
Avec un titre aussi farfelu et énigmatique, Barbara Constantine nous offre une panoplie de personnages tous aussi loufoques et déjantés les uns que les autres mais terriblement touchants. Passant de l'un à l'autre dans de très courts chapitres, l'on s'attache à leurs histoires ou leurs aventures, rocambolesques, drôles ou émouvantes. Ce petit roman est une fresque complètement décalée, jouissive, absurde mais profondément humaine. Avec ce découpage et ce style si accrocheur, l'auteur nous offre de jolies et savoureuses tranches de vie pleines de bonne humeur.
Allumer le chat... en joue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
jeunejane
  11 février 2018
Barbara Constantine nous emmène dans un village en compagnie d'une fameuse collection d'habitants hauts en couleurs.
Le titre "Allumer le chat" ne représente que le départ du livre où Raymond un des personnages principaux, veut abattre Bastos le chat car il semble le défier.
Minne , sa femme l'en dissuade.
Le chapitre où le chat prend la parole est adorable.
A partir de ce moment, tous les évènements s'imbriquent les uns dans les autres comme dans la vie avec une multitude de personnages comme
- Rémi, le petit-fils que Raymond, par un soi-disant pouvoir doit guérir de son eczéma.
- Josette, la fille de Raymond et Minne qui recommence à parler à son père après 7 ans.
- Pierrot des pompes funèbres, chargé d'arranger les morts pour les présenter à leurs familles qui photographie les macchabées et espère bien en sortir un livre qui sera édité.
J'arrête ma galerie de portraits car je pourrais aller loin et l'auteure s'arrange pour former un puzzle où tous les personnages sont imbriqués et se connaissent.
Les chapitres sont un peu courts, ce qui nous oblige à sauter d'une vie à l'autre.
Le langage est souvent très cru mais en même temps, nous sommes dans un village, les gens y parlent un langage populaire. N'oublions quand même pas que l'instruction est obligatoire depuis un bon bout de temps en France, je ne sais pas si on parle encore d'une telle façon : peut-être...En même temps ce n'est pas incompréhensible et cela donne un effet humoristique car le bouquin compte quand même trois cadavres si je n'en ai pas oublié un en chemin.
Mon livre préféré de Barbara Constantine reste " Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom" pour lequel j'avais littéralement craqué voici quelques années déjà.
Challenge plumes féminines
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
rabanne
  11 février 2018
Le titre et la 4ème de couv' m'avaient attirés. Une collègue du lycée avait l'air super enthousiaste. Puis, on va rencontrer l'auteure dans moins d'un mois, donc je voulais découvrir le premier roman de Barbara Constantine.
Après "Tom, petit Tom (...)" et son dernier ouvrage, que j'avais bien aimés, me voilà quelque peu refroidie. Et je crois que je vais m'arrêter-là pour l'exploration, même si je suis ravie de cette future rencontre.
Pas très emballée par cette galerie de portraits, dignes des Deschiens, Groseilles, Tuches, Vamps ou autres Bodin's : une suite de très courts chapitres, de la misère affective (en veux-tu en voilà), du grotesque (un peu gros), de l'humour noir (au ph un peu neutre), quelques éclairs de tendresse (un peu prévisibles)... Bref, trop caricatural pour moi (ex : les morts accidentelles, les réconciliations, etc), "too much", car on a vite fait de cerner les personnages, on entend très bien leur accent, donc inutile d'en rajouter des couches. Le langage cru devient même cliché, en en faisant des tonnes, c'est dommage.
Je n'ai hélas pas ressenti d'émotion particulière, à peine esquissé un sourire. Or, ce n'est pas du tout mal écrit et le rythme est enlevé (d'où ce 2,5/5). Mais bon, j'ai dû rater quelque chose (?). Pas touchée, voilà quoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          467
Kittiwake
  21 avril 2012
Avec Et puis Paulette, il était difficile de résister à l'envie de découvrir les autres productions de Barbara Constantine. C'est donc Allumer le Chat qui ouvre le bal (les autres sont en rang d'oignon dans ma liseuse). Et c'est à nouveau c'est un tourbillon de personnages pas trop dans les normes,pas comme il faut, surtout si l'on se glisse dans le secret des alcôves (trahison, vols, crimes déguisés, mensonges, sont les apanages de couples mal assortis, d'enfants non désirés, de femmes trompées, d'hommes aussi, de photographes pervers, ou de cuisinières «sauvages»). Chacun prend la parole pour donner sa version,  les enfants , les parents, les amants, les beaufs, les croque-morts, et même le chat, celui qui manque de se faire allumer à chaque fois que Raymond traite son intoxication à la nicotine par de l'herbe (et ça marche, dit-il)
Le langage est haut en couleur, plus ou moins châtié en fonction du narrateur, toujours très explicite : il n'y a pas que le chat qui soit appelé par son nom. Terrible le matou, entre nous soit dit, il cherche les histoires : «le petit salopard avait trouvé ses cigarettes dans sa poche et les avait toutes dépiautées pour se rouler dedans» de quoi se faire allumer!
Icic les décès sont plutôt bien vécus : ils soulagent d'un bourreau, donnent l'occasion de se faire la belle, font naître des passions artistiques, créent de nouveaux couples, et pas forcément classiques, permettent de déterrer (!) des secrets de famille. La mort fait partie et de la vie et se fait complice des destinées et redresseuse de torts.
On est pas loin de Clochermerle, revu à la mode du XXIè siècle. 
Lu sur Sony reader PRS T1
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
milado
  20 septembre 2012
Toutes les familles ont leurs petits secrets...les villages aussi. Je ne vous fait pas de résumé... ça part dans tous les sens ! Ne rigolez pas, par moment j'ai pensé à un "livre sans nom" (version franchouillarde bien sûr), il y a tellement de morts que j'ai même pensé un moment que le chat serait le seul survivant à la fin du livre !
Une lecture agréable, les chapitres s'enchainent à une cadence infernale...70 en 250 pages ! Malgré tout, je ressors un peu déçu de cette lecture, je m'attendais à un petit bijou, un festival d'humour noir, Barbara Constantine m'a tout juste arraché quelques sourires...pour tout vous dire, je l'ai même préférée dans les moments tendres et les scènes d'amour. Rien de rédhibitoire bien sûr, je retenterai volontiers l'expérience Barbara Constantine...c'est juste qu'avec un titre pareil, je m'attendais à mieux.
Commenter  J’apprécie          310
Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   12 mai 2014
Il a démarré en faisant crisser les pneus. Ça défoule, il parait.
Ça l'a peut-être pas assez défoulé, parce qu'il a pris la petite route du bois à cent dix.
A cet endroit, le panneau affiche cinquante.
La nuit, en plus...
Alors, à cent dix, quand le cerf a déboulé, il a même pas eu le temps de penser à freiner.
La voiture a roulé encore un peu, et a fini par s'écraser contre un arbre. Le cerf avait traversé le pare-brise et atterri sur les genoux de Martial.

Deux cents kilos lancés à cent dix à l'heure, ça fait forcément des dégâts.
A priori, ni le cerf ni Martial n'ont eu le temps de souffrir... enfin... pour ce qu'on en sait.
Quand on les a retrouvés le lendemain matin, les deux corps enchevêtrés avaient raidi et il a fallu tronçonner le cerf en plusieurs morceaux, pour sortir celui de Martial.
Une vraie boucherie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
jeunejanejeunejane   11 février 2018
Elle se dit qu'elle aurait été douée pour l'amour. La vie en a décidé autrement.
Alors, elle écrit des lettres d'amour à des hommes qu'elle ne rencontrera jamais. Pas de photos. Pas d'adresse. Tout passe par l'association. Farid Saïdi par exemple. Elle aurait vraiment aimé le rencontrer. Ses lettres sont très belles, très délicates.
Commenter  J’apprécie          272
AproposdelivresAproposdelivres   09 octobre 2014
Depuis ce jour-là, elle aussi le soupçonne de se foutre de leur gueule… Mais ça, elle le garde pour elle, parce que quand même, un chat, c’est pas autre chose qu’une bête, hein… alors, se foutre…
Et maintenant, elle aimerait essayer de détourner Raymond de son idée. Elle se dit que c’est vraiment le moment de lui parler de…
- Tu sais qui j’ai croisé au marché ce matin ? Et qui est même venu me saluer et me demander comment tu allais, par la même occasion ?
- Tu veux me détourner de mon idée, ou quoi ?
- Non, juste gagner du temps, c’est tout…
- Ah ! ben, dit comme ça, d’accord. Alors, c’est qui que t’as vu ce matin, ma petite Mine ?
- Josette…
Il s’emporte immédiatement. Elle s’y attendait. Elle le connaît par cœur, son bonhomme. Il rougit d’un coup et les veines de tempes enflent légèrement.
- Elle est venue te voir ? Elle t’a parlé… et toi, tu lui as répondu ?
- Eh ! C’est que je ne pouvais pas faire autrement !
- Ah oui, bien sûr ! Tu ne pouvais pas ! Et qu’est-ce qu’elle voulait ?
- Elle a besoin de toi. Son petit Rémi est couvert d’eczéma et le docteur Lubin ne sait pas bien quoi faire pour le soigner. C’est même lui qui lui qui a conseillé de te…
- Lubin ? Il est juste bon qu’à soigner sa tenue, celui-là ! De l’eczéma, tu dis ? Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? Et puis, son môme à Josette, c’est sûrement qu’un petit merdeux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KittiwakeKittiwake   21 avril 2012
Le petit salopard avait trouvé ses cigarettes dans la poche de sa veste et les avait toutes dépiautées pour se rouler dedans! l'odeur des brunes le rendait fou! Pas moyen de le détourner de son vice! En tout cas, c'est comme ça que pendant des années, Raymond s'était fait faire les poches par son chat...
Commenter  J’apprécie          250
miladomilado   19 septembre 2012
Ils étaient les rois du pétrole, avec toutes leurs ordonnances pour somnifères et antidépresseurs variés ! Y'avait tellement de mecs accros à ces trucs-là, là-bas ! Dealers de médocs. Un gros commerce.
Merci, docteurs. Grâce à vous, on trafique des substances légales. C'est vachement mieux. Si on se fait pincer, on risque pas grand chose. Un vrai progrès.
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Barbara Constantine (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Barbara Constantine
Aujourd'hui, je vous parle de 4 romans lus en juillet.
Retrouvez toutes mes vidéos ici : http://goo.gl/hCnYmr . Déroulez pour plus d'infos :)
Vidéo précédente : Bilan FRRAT : https://www.youtube.com/watch?v=_4QQRdXy85Y
? Livres cités Et puis Paulette, de Barbara Constantine (contemporain) Charley Davidson 6 de Darynda Jones (urban fantasy) Saisir, de KA Tucker (romance new adult) Coup d'état, de Valérie Simon (fantasy)
? Me contacter contact@leblogdeptitelfe.fr Blog : www.leblogdeptitelfe.fr Facebook :http://goo.gl/huya0v Twitter : @ptitelfe1982 Instagram : @ptitelfe1982
Merci à tous d'avoir regardé cette vidéo ! Aimez, partagez, ou abonnez vous ;) ca fait toujours plaisir !
+ Lire la suite
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Et puis, Paulette...

En quelle circonstances Ferdinand est-il amené à aller chez sa voisine ?

Il est tombé en panne ?
Il a écrasé son chat ?
Il a trouvé son chien ?
Il a un pneu crevé ?

10 questions
285 lecteurs ont répondu
Thème : Et puis, Paulette... de Barbara ConstantineCréer un quiz sur ce livre
.. ..