AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757884607
288 pages
Éditeur : Points (03/09/2020)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Août 1943. Hélène Newman, 26 ans, vient d’être parachutée de nuit au-dessus de la France occupée. Sa mission : rejoindre à Marseille le réseau anglais Junkman et ses agents infiltrés pour instruire et armer la résistance locale. Le grand port sous la botte nazie n’a pas de secrets pour elle : cette Anglaise y a passé son enfance ! Hélène est de retour, prête à sacrifier sa vie pour libérer sa ville natale. Face à la Gestapo, alliée à la pègre locale, son rire éclate... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  04 novembre 2019
Ce livre ravira les amateurs de romans historiques de qualité, plus particulièrement ceux férus de récits sur fond de Deuxième Guerre mondiale j'en fais partie ) ou de l'histoire de Marseille. Il s'agit d'un roman, la fiction prend donc une part prépondérante avec de nombreux personnages de pure invention et des péripéties qui conservent leur liberté d'action.
Mais le cadre est bien réel : Marseille sous l'Occupation allemande, de 1943 à 1944. Jean Contrucci s'est parfaitement documenté pour mettre en lumière un aspect méconnu de la résistance en France : le rôle majeur joué par les services secrets anglais du SOE ( Special operations executive / Direction des opérations spéciales ) créé par Churchill : 1800 agents britanniques sont parachutés en France auprès d'une centaine de réseaux de résistance locaux afin de les instruire ( en vue de diverses opérations de sabotage ), de les armer et de les entraîner dans les maquis.
L'auteur s'est inspiré du réseau Monk, situé au n°8 de la rue Mérentié à Marseille : en mars 1944, les trois officiers anglais qui dirigeaient clandestinement ce réseau sont arrêtés par la Gestapo, torturés au 425 rue Paradis puis déportés dans des camps nazis où ils sont exécutés. Leur silence sous la torture a permis de sauver les résistants français sous leurs ordres.
Comme souvent avec ce genre littéraire, l'écriture s'efface derrière le contexte, les personnages, les événements. Elle se veut sobre, classique, simple, discrète sans apprêt, juste au service du récit. Et ça fonctionne très bien, le récit est fluide, efficace et avec le style très inclusif de Jean Contrucci, on entre dans la peau et la psychologie des personnages : les chapitres alternent deux narrations, les souvenirs des résistants Jean et Marguerite.
Ce roman est avant tout un très bel hommage à ces héros de l'ombre. Le plus beau des personnages est celui d'Hélène Newman, jeune franco-anglais ayant grandi à Marseille, qui revient dans sa ville natale pour la libérer du joug nazi. Tellement vivante, assoiffée d'action avec une intrépidité têtue empreinte de légèreté malgré les risques encourus. Impossible de ne pas l'aimer, de ne pas être emportée par son désir de liberté.
Au-delà de ces personnages forts, j'ai particulièrement apprécié la reconstitution de Marseille sous l'Occupation. le roman bruisse de mille anecdotes sur la vie quotidienne : les cartes d'alimentation, les épiceries vides, la faim, le marché noir, les dénonciations, la surveillance de la population, l'omniprésence de la Gestapo allemande et de la Gestapo française pour traquer les résistants. Les descriptions sont précises et permettent aisément au lecteur de se projeter dans la ville.
Un très bon moment de lecture, instructif et touchant lorsqu'on découvre le sort des trois officiers anglais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          924
lolols28
  11 août 2020
Très touchant, inspiré de faits historiques. le format est original, une suite de souvenirs de deux membres du réseau de résistance . L'un a perdu son grand amour, il ne cesse de revivre ces 7 mois de folie et d'inconscience. Une description fidèle du SOE et du Marseille de l'occupation . Un très bon moment écrit avec finesse .
Commenter  J’apprécie          340
delcyfaro
  01 octobre 2019
Je connaissais de nom Jean Contrucci car c'était un auteur qu'affectionnait beaucoup mon beau-père mais je ne l'avais jamais lu moi-même.
Babelio Masse Critique m'a donc offert cette possibilité et je les en remercie, ainsi que les Editions HC.
Nous sommes en 1943, en pleine seconde guerre mondiale et en pleine résistance dans le secteur de Marseille, quand l'agent de liaison envoyé par Londres débarque.
C'est une jeune femme, très belle qui doit donc servir de relais entre le réseau maquisard Junkman et Londres. Hélène Newman est donc cet agent.
Elle a voulu être envoyée sur cette ville car c'est en fait sa ville natale.
Accompagnée des maquisards, elle va tenter de mettre le feu à l'occupation nazie, risquant sa vie avec ses camarades pour libérer la Provence du joug allemand.
Narré sous forme de témoignages de survivants le parcours d'Hélène et des maquisards est évoqué avec force et pudeur.
C'est d'une écriture limpide et calme que l'auteur nous transporte dans ce Marseille occupé et dont certains habitants oeuvrent à sa libération.
C'est un vibrant plaidoyer pour la reconnaissance de ces personnes qui au mépris de leur sécurité et de leur tranquillité se sont jetées dans la fosse aux lions pour ne pas capituler et obéir.
Risquant leurs vies tous les jours, ces hommes et ces femmes sont la personnification du courage, il est interdit de les oublier.
Il faut toujours nous souvenir de leur abnégation, de leur courage et de leur volonté de ne pas baisser les bras.
Ces hommes et ces femmes sont les vrais héros de cette guerre monstrueuse et Jean Contrucci nous raconte avec justesse leurs vies, leurs espoirs et même leurs amours.

Lien : https://delcyfaro.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Aelinel
  17 octobre 2019
En conclusion, ma lecture de N'oublie pas de te souvenir a été des plus agréables en raison d'une plume fluide et d'un contexte historique solidement documenté. Jean Contrucci arrive parfaitement bien à recréer l'ambiance de Marseille sous l'Occupation allemande. Bien qu'il s'agisse d'une fiction, il s'inspire de faits réels notamment pour ses personnages ou pour des évènements. Enfin, il met en valeur la présence de femmes autant présentes au sein du réseau de résistance française Junkman que dans le SOE anglais. Bref, un ouvrage que je recommande!
Pour une chronique plus complète, rendez-vous sur mon blog :
Lien : https://labibliothequedaelin..
Commenter  J’apprécie          140
lunatic57
  03 octobre 2019
1943, au coeur de Marseille, on fait connaissance avec Hélène, agent de liaison pour la résistance. Difficile d'imaginer qu'une femme comme elle est en fait un agent secret. Elle n'a pas choisi Marseille par hasard, c'est sa ville d'enfance. Elle va alors tout faire pour combattre les nazis , aidés des maquisards et résistants marseillais.
Le roman nous présente une narration un peu originale. L'histoire d'Hélène nous est dévoilée en multipliant les témoignages de « proches » des faits. J'avoue que j'ai eu un peu de mal avec cette façon d'écrire. J'ai trouvé que le récit s'en trouve haché, coupé. L'histoire d'Hélène est prenante, les descriptions et faits racontés nous plongent avec beaucoup de réalisme au coeur de Marseille en plein conflit. On ne peut qu'admirer la force et le courage de ces hommes et femmes, prêts à prendre tous les risques pour se lever contre l'ennemi.
La lecture de ce roman ne m'a pas passionné je l'avoue, mais difficile pour autant de ne pas vous le conseiller. Ceux qui aiment les romans sur cette période de l'histoire y trouveront surement leur compte et le liront avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
doublepagedoublepage   25 août 2020
Un minime incident nous mit un peu de baume au cœur. Comme nous arrivions près de l'église des Réformés, à la hauteur d'un Feldgrau qui demandait son chemin à un passant, en lui montrant une adresse inscrite sur un bout de papier, nous entendîmes le timbre ensoleillé d'un brave Marseillais lui répondre :
- Oh ! Mon collègue ! Tu nous as pas demandé notre avis pour t’installer chez nous, qué ? Alors maintenant tu te démerdes !
Le collègue était demeuré bouche bée, planté sur le trottoir, son papier à la main.
- Nous devrions le recruter pour le réseau, dit Henri à Paul, un sourire amusé sur les lèvres minces, en désignant le "résistant" solitaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lolols28lolols28   08 août 2020
Pour un marseillais de 1942, Tourcoing était une bourgade lointaine et pluvieuse, peuplée de gens " pas comme nous ".
Commenter  J’apprécie          190
SbllySblly   27 avril 2020
Ses camarades Français l'appelaient Hélène Palmier : ce nom de guerre figurait sur ses faux papiers d'identité. Pour le SOE elle était Gaby, son nom de code dans les messages à destination de Londres.
C'est pour la France et Marseille, sa ville de naissance et de cœur, qu'elle vient de donner sa vie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean Contrucci (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Contrucci
La Gare de la Blancarde à Marseille. Jean Contrucci.
autres livres classés : marseilleVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Marseille de Jean Contrucci

De quel grand journal Jean Contrucci (né en 1939) fut-il le correspondant à Marseille ?

Le Figaro
Le Monde
L'Aurore

14 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Jean ContrucciCréer un quiz sur ce livre