AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Françoise Bouillot (Traducteur)
EAN : 9782253076612
411 pages
Le Livre de Poche (01/02/1996)
3.54/5   87 notes
Résumé :
La vie vaut parfois moins cher que la prunelle de vos yeux...
Overdose de cocaïne. La cinquième en quelques jours. Etrange série noire. Pourtant Laurie Montgomery, médecin légiste à l'Institut médicolégal de New York, ne croit pas au hasard. Il doit y avoir un lien entre ces morts accidentelles qui n'ont apparemment rien en commun. Rien, si ce n'est que les victimes n'avaient jamais touché à la drogue avant de mourir d'une injection massive de poudre blanche,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,54

sur 87 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
0 avis

Aline1102
  28 février 2014
Robin Cook est l'un des auteurs préférés de ma soeur. Normal, puisqu'elle travaille dans le milieu médical. Elle n'est donc jamais effrayée par les horribles maladies et les symptômes effrayants décrits par Robin Cook, puisqu'elle a étudié la plupart de celles-ci en cours (quelle horreur !)
En ce qui me concerne, je me méfie assez de M. Cook depuis que la soeur dont je vous parlais m'a prêté "Virus", un polar traitant de l'ebola et de sa transmission. Après cette lecture, je suis carrément devenue hypocondriaque et le moindre saignement de nez me donnait des sueurs froides...
Alors, quand ma soeur m'a proposé de me prêter "Vengeance aveugle", j'ai hésité. Elle m'a néanmoins bien expliqué que cet opus de Robin Cook n'avait rien à voir avec "Virus" : pas d'horribles maladies dans ce cas, seulement du trafic d'organes et des overdoses.
Et, tout compte fait, j'ai bien fait de me lancer, car "Vengeance aveugle" m'a presque réconciliée avec Robin Cook. Je dis "presque", car le roman comportait quand même quelques défauts. Commençons par ce qui m'a plu.
Le premier point positif de ce polar, c'est son ambiance. Mélange de médecine légale et de mafia, puisqu'on y assiste aux autopsies du Dr Montgomery et aux exécutions des hommes de Cerino (un caïd du Milieu) comme si on y était (eh oui, il y a quelques détails sanglants). Robin Cook est un ancien médecin (ophtalmo, si je me souviens bien) et cela se sent tout de suite lorsqu'il décrit les procédures médicales, même lorsque ces dernières concernent des procédures d'autopsie. Non seulement le vocabulaire technique est là, mais en plus, Cook explique pas à pas et de façon extrêmement précise chaque acte posé par ses héros médecins.
L'intervention de la mafia dans l'histoire est également à ranger parmi les bons points du récit. Elle permet à Robin Cook de donner une dimension particulière au sujet qui constitue la base de son roman : le trafic de cornée (glauque, non ?)
Par contre, le gros défaut de ce polar, c'est sans conteste son héroïne. le Dr Laurie Montgomery est certes brillante dans une morgue mais, en ce qui concerne ses relations avec son patron, c'est une véritable catastrophe, au point que l'on se demande plusieurs fois comment on peut être aussi intelligente pour la médecine et aussi cruche en "société". Ainsi, alors que le Dr Bingham (le big boss de l'Institut médico-légal) lui demande de ne plus s'adresser à la presse pour critiquer la manière de travailler de l'Institut, Laurie passe son temps à le supplier de contacter lui-même la presse pour prévenir les consommateurs de cocaïne des circonstances des récentes overdoses. Bingham refuse, bien entendu. Que fait alors Laurie Montgomery ? Elle contacte un ami journaliste pour tout lui balancer, pardi !
De même, lorsque Bingham interdit à Montgomery de se rendre au domicile des victimes, que fait-elle ? Elle fouille tous les dossiers d'overdose de l'Institut (même ceux dont elle n'est pas chargée) et note les adresses des victimes avant de faire le tour de leurs domiciles.
Bref, cette femme s'amuse à faire systématiquement ce qu'on lui interdit, passe son temps à ignorer les conseils les plus avisés et défend des positions morales pour le moins discutables en ce qui concerne la consommation de cocaïne : pour elle, c'est normal de chercher un réconfort dans la drogue.
Les autres personnages, y compris les mafieux, se sont heureusement révélés plus sympathiques que notre légiste. Certains chapitres étaient mêmes plutôt marrans grâce à l'intervention des hommes de main de Cerino.
Tout compte fait, je suis prête à découvrir quelques autres romans de RObin Cook.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          139
Siabelle
  20 novembre 2014
J'avais enlevé ma critique car je ne sais pas elle ne me plaisait pas. Et ensuite, mon amie Mélanie l'a lu et elle m'a dit qu'elle aime bien. Je vais la remettre car j'aime trop ce livre et Robin Cook, cet auteur, mérite tout le respect que je lui dois. le livre ‘'Vengeance Aveugle'' est mon deuxième livres que je lis. Il ne faut pas se fier à l'ordre, car je les choisis par hasard.
Après cette lecture, ses mots envahissent mes pensées : Surprise, excitée, exaspérée et enivrée. Je suis encore dépassée, sous le choc de ce grand thriller. Je me suis sentie vulnérable au coeur de l'action où mes sens sont assoiffés.
L'histoire est tellement bien décrite que je connais les lieux par coeur comme chez elle et son environnement de travail. Je peux même percevoir l'odeur et l'empreinte macabre que l'auteur dépeint si bien dans son intrigue. Dans ce roman, il y a de tout. Je crois que c'est la force de cet auteur. Je suis passée du calme jusqu'à l'action pour ensuite avoir peur et rire jusqu'aux lames. On ressent aussi dans les personnages secondaires une fraternité, une complicité entre eux. Je me suis même très attachée pour les 2 voyous ‘'Tony'' et ‘'Angelo'', car à leurs façons ils sont drôles, un peu cons et parfois intelligents....
Pour écrire ce livre, je sais que l'auteur a fait une recherche en ophtalmologie et en chirurgie. Il est allé passer une semaine dans un Institut. Au fil de ma lecture, l'auteur y aborde les thèmes de la drogue. Il veut nous sensibiliser sur ce problème de la société. de plus, il y parle de la mafia et de la politique. Il y amène aussi d'autres sujets sensibles où le lecteur s'y sent concerné. Même si c'est de la fiction, je sais que ça l'existe.
Il y met sa petite touche finale quand il dit lors d'une citation : ‘' Les gens normaux ont du mal à envisager de telles combines''.
Pour terminer, je suis vraiment étonnée que Robin Cook fasse partie de mes auteurs favoris. C'est un livre à acheter, à ne pas jeter. C'est un livre à lire, à connaître. J'en tremble encore juste à penser à la fin. C'est un livre qui m'a transportée de bonheur par ses personnages colorés, son récit si bien affiné et ses actions qui te captivent. C'est un livre qui a l'air ordinaire à la première vue mais comme on dit : '' il ne faut pas toujours se fier à la première impression ''…
le livre ‘'vengeance aveugle'' s'est fait une place dans mon coeur pour ne jamais en ressortir et voilà pourquoi je remets ma critique, je veux lui faire honneur.
Isa
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1211
BernieCalling
  03 décembre 2016
Je ne connaissais pas du tout cet auteur avant de lire Chromosome 6 et j'ai adoré, en postant ma critique, j'ai découvert que c'était le volume d'une série du coup j'ai cherché le premier.
Encore une très belle rencontre, on apprend beaucoup de choses, le suspense est intense, tout ce qu'il faut pour faire un bon roman, un peu de romance, un peu d'humour et surtout une très bonne enquête qui tient en haleine et surtout dont malgré le quatrième de couverture qui en dit un peu trop, on se demande comment ils vont réussir à démêler ce sac de noeuds.
Un auteur qui est en passe de devenir mon auteur préféré en littérature policière
Commenter  J’apprécie          40
garanemsa
  13 janvier 2021
VENGEANCE AVEUGLE
Robin Cook
Des morts par overdose de cocaïne à l'institut médico-légal de New York, ce n'est pas anormal, mais cette fois pour plusieurs d'entre eux, quelque chose ne colle pas et la jeune anatomo-pathologiste le Dr Montgomery, s'en inquiète.
Ces victimes sont jeunes, de bonnes situations et apparemment n'ayant jamais touché la drogue.
Elle est séduite par ailleurs par l'ophtalmologue le Dr Sheffield, spécialiste des greffes de cornées oculaire, mais dont le cabinet est fréquenté par des membres de la mafia.
Il n'en faut pas plus pour Robin Cook pour en faire un thriller, policier.
Comme d'habitude, vous devez le lire d'une traite.
Commenter  J’apprécie          30
Chiwi
  07 mars 2012
A New York une série de morts par overdose attire l'attention du médecin légiste Laurie Montgomery.
Je suis resté dans le flou une partie du roman, ce n'est que vers la fin que le lecteur a des éléments pour deviner le mobile. Mais s'il a l'habitude des romans et séries policières, il aura déjà eu sa petite idée bien avant.
Les personnages du médecin légiste et du flic sont assez clichés. Par moment j'ai eu l'impression de me retrouver dans du Mary Higgins Clark : il y a un jolie fille qui a du mal à s'imposer dans un monde très masculin, un ophtalmo beau gosse mais qui se révèle être un salaud et un flic un peu rustre mais sur qui on peut compter.
Le caractère répétitif des meurtres commis par les hommes de main du mafioso n'apporte pas grand chose à l'histoire sinon l'ennui.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   08 novembre 2014
- Oui, mais quelle différence ça fait quoi si c'est toi ou moi qui la descendons ?
- Au bout du compte, aucune. Mais c'est moi qui suis chargé du boulot, et c'est moi qui descends la femme. Je veux être certain qu'elle soit morte. C'est moi qui doit en répondre devant Cerino.
- Alors tu penses que tu peux descendre quelqu'un mieux que moi ? dit Tony d'un air offensé.
- Oh ! bon sang ! Tony ! Tu pourrais t'occuper du suivant, si tu veux. Si on faisait ça chacun notre tour.
- D'accord, c'est juste. Fifty, Fifty.
- Content que ça te plaise, grogna Angelo en levant les yeux au ciel. Ma parole, on se croirait au jardin d'enfants ! Allez, on y va.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
SiabelleSiabelle   31 octobre 2014
- Vous avez la table numéro six, dit l'un des employés, occupé à nettoyer un morceau d'intestin dans un vaste évier.
Laurie jeta un regard à Lou, qui s'était arrêté sur le seuil. Elle le vit avaler sa salive. Bien qu'il ait affirmé avoir déjà assister à des autopsies, elle se doutait que ces ''manipulations'' n'avaient rien d'agréable pour lui. Avec le bout d'intestin qu'on nettoyait, l'odeur n'était guère plaisante non plus.
- Vous pouvez sortir quand vous voulez, précisa-t-elle.
Lou leva la main.
- Ça va bien. Si vous pouvez supporter ça, je dois pouvoir le supporter aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SiabelleSiabelle   06 novembre 2014
- En tout cas, que diriez-vous de dîner ensemble ?
- Je crains d'être déjà prise ce soir.
- Oh ! Très bien. Vous me soumettez à un interrogatoire poussé pour connaître ma situation familiale, et puis vous m'envoyer balader. Je suppose que vous avez rendez-vous avec le docteur aux roses et à la limousine. Je crains de ne pas faire partie de votre monde. (il se leva d'un mouvement brusque.) Je ferais mieux d'y aller.
- Je vous trouve hypersensible et idiot dit Laurie. J'ai simplement dit que j'étais prise ce soir.
- Ah oui ! Je m'en souviendrai. Ca été encore une fois une matinée très instructive. Merci beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SiabelleSiabelle   13 novembre 2014
- C'était quoi ce chien ? demanda Tony tandis qu'ils remontaient la Sixième Avenue.
- Je crois que c'était un Doberman, répondit Angelo. Il m'a fichu une de ces trouilles !!!
- Et à moi donc, renchérit Tony. Et tu as vu ce fusil ? On l'a échappé belle.
- C'était même limite. On aurait dû s'en tenir au premier contrat. (Angelo secoua la tête d'un air dégoûté.) je me demande si je ne me fais pas trop vieux pour ce genre de boulot.
- Allons donc ! fit Tony. T'es le meilleur.
- Je le pensais avant, répondit Angelo.
Il baissa les yeux tristement sur sa veste de chez Brioni. Elle était en lambeaux. Puis par habitude, il jeta un coup d'oeil dans le rétroviseur, mais ce qu'il vit, ne l'alarma pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SiabelleSiabelle   27 octobre 2014
Laurie n'était pas matinale. C'était un oiseau de nuit invétéré et elle lisait souvent jusqu'à une heure très avancée. Elle adorait la lecture, qu'il agisse d'un texte de médecine légale ou d'un best-seller. En matière de fiction, ses goûts étaient ECLECTIQUES. Ses étagères croulaient sous toutes sortes de livres, des policiers aux grandes sagas romantiques, en passant par l'histoire, les sciences et même la psychologie. La veille, elle avait pris un roman policier et n'avait pas réussi à s'en arracher avant la dernière ligne. Au moment d'éteindre, elle n'avait pas osé regarder l'heure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72

Videos de Robin Cook (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Cook
Interview de Robin Cook sur CNN à propos de son roman Intervention
autres livres classés : thriller médicalVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Robin Cook

Le titre français de "Godplayer" sorti en 1983 est....

L'apprenti de Dieu
L'envoyé de Dieu
Vertiges
Syncopes

5 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Robin CookCréer un quiz sur ce livre