AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Henri Thomas (Préfacier, etc.)Jean-Louis Lalanne (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070318315
311 pages
Gallimard (25/05/1973)
3.94/5   151 notes
Résumé :
Unique recueil de poèmes de Tristan Corbière, publié à compte d'auteur et qui passa inaperçu. Corbière, qui ne connut aucun succès de son vivant, sera révélé de manière posthume par Verlaine, qui lui consacre un chapitre de son essai Les Poètes maudits (1883).
Les Amours jaunes évoquent la grande ville moderne et la campagne bretonne, la fébrilité — ou la légèreté — amoureuse du poète et la vie virile des matelots, les légendes anciennes et les événements his... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 151 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

michfred
  04 août 2015
C'est un vieux breton du Finistère qui m'a fait aimer Corbière, breton éternellement jeune, mort à 30 ans, inconnu, méconnu, dans sa misère noire et ses amours jaunes..
Poésie virile et gouailleuse, désespérée et cynique, faite de bribes de paroles,échangées par-dessus bord, faite de mots jetés comme des ponts fragiles par-dessus les silences qui s'entendent toujours quand on parle sans se rencontrer.
Poésie d'ellipses pudiques et d'images au vitriol. Poésie de pipes mal embouchées et de coques mal calfatées. Poésie de désirs éconduits et de fringales inassouvies.
Relire Corbière c'est se retourner vite pour tenter d'entrevoir le coin d'un pardessus troué qui disparaît derrière le phare, la fumée d'une pipe qui se dissipe dans un bouge du port, ...et sentir son coeur se serrer..
Commenter  J’apprécie          722
Bobby_The_Rasta_Lama
  17 avril 2019
"...Ou reste, et bois ton fond de vie,
Sur une nappe desservie..."
Comment résister, quand quelqu'un vous balance dans le giron un livre de poésie, avec les mots : "Lis ça, c'est Corbière ! C'était un fou, ça va te plaire !"
Etrange façon de recommander un poète, ou peut-être la meilleure...
Quoi qu'il en soit, je peux me vanter par la même occasion d'avoir tranché l'intégrale de ce poète maudit, car dans sa courte vie (même pas trente ans !) il n'a sorti que ce seul et unique recueil : "Les Amours jaunes".
Déjà, le titre... Pourquoi les amours "jaunes" ? Le jaune joyeux des pissenlits qui poussent au printemps, ou jaune comme les roses de l'infidélité et de la jalousie, que s'offraient jadis les amants déçus ? Jaune comme la couleur de la trahison et le signe de prostituées ? L'aurore couleur citron au-dessus de la Bretagne, ou le pâle jaunâtre sur le visage cireux d'un malade ? Il est difficile de comprendre Corbière. Il avait peut-être du mal à se comprendre lui-même.
L'un des grands amours de Corbière est la mer. La grosse masse d'eau salée qui bouillonne et frappe les côtes de la Bretagne, en apportant en même temps la destruction et de quoi subsister. Une belle partie des poèmes est dédiée à la mer. Mais Corbière n'était pas marin, ivrogne et joueur de cartes avec une femme dans chaque port, comme il veut parfois nous laisser croire. Le jeune homme maigre et déséquilibré n'a aimé qu'une seule femme - une actrice italienne entretenue par un homme influent. Un "amour jaune", et un grand malheur pour celui qui se trouvait lui-même répugnant. Puis, la tuberculose...
"Rose, rose-d'amour vannée,
Jamais fanée,
le rouge-fin est ta couleur,
Ô fausse fleur !"
Je ne suis encore jamais tombée sur quelque chose qui ressemble au langage des "Amours jaunes". Les vers trébuchent, ne trouvent pas les mots justes, se répètent, oublient des parties de la phrase. Ils crient par les points d'exclamation, et deviennent silencieux avec les points de suspension. Les phrases nues comme les branches des arbres en novembre alternent avec les longues envolées poétiques. Sans aucun sens et aucune logique. L'attente de la Mort, mélangée avec les motifs érotiques et la beauté de la Bretagne.
Peut-être que Corbière s'en fichait. Il inventait les dates et les endroits de la rédaction de ses poèmes pour confondre le lecteur. Il disait qu'il ne connaissait pas l'art, et l'art ne le connaissait pas. Il renonce au romantisme et à l'harmonie, il provoque, il parodie. Il cuisine avec amertume, pathos et passion.
"Dans mon chapeau, la lune
Brille à travers les trous,
Bête et vierge comme une
Pièce de cent sous !"
Corbière a vécu dans un déguisement d'aventurier qui n'était pas adapté à son corps fragile. Ses "Amours jaunes" étaient un flop absolu lors de leur sortie. On n'a pu le redécouvrir que grâce à Paul Verlaine, qui l'a rajouté dans les rangs des Poètes maudits. Heureusement. Sinon, nous serions privés de ce solitaire unique.
"Dans ton boîtier, Ô Fenêtre !
Calme et pure, gît peut-être...
.................
Un vieux monsieur sourd !"
C'est ça, Corbière était fou ! Et j'ai beaucoup aimé. Quatre étoiles jaunes fichées directement dans le coeur, et une demi, qui s'est brisée sur mon esprit parfois borné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5124
Herve-Lionel
  17 avril 2020
Les amours jaunes - Tristan Corbière.
Dans trois éditions, entre 1884 puis en 1888, Verlaine (1844-1896) publie un ouvrage « Les poètes maudits » dans lequel il rend hommage au Parnasse et à quelques autres poètes dont lui-même, caché sous un pseudonyme de Pauvre Lelian, et à Rimbaud notamment. L'expression remonte au romantisme et désigne des poètes incompris de leur vivant à cause de leurs textes difficiles et qui, rejetés par la société, se comportent d'une manière scandaleuse, dangereuse voire autodestructrice. On pense évidemment à Rimbaud. Dans cette liste il révèle le nom de Tristan Corbière, en réalité Edouard-Joachim dit Tristant (1845-1875), poète breton, épris d'aventures maritimes, complètement inconnu de son vivant, proche des symbolistes et auteur d'un seul recueil de poèmes « Les amours jaunes » publié à compte d'auteur en 1873 mais réédité en 1891. Mort à vingt neuf ans, il eut une enfance bourgeoise (il est le fils d'Édouard-Antoine Corbière, romancier et marin), voyageuse mais difficile, marquée par la maladie qui l'obligea à arrêter ses études, mena une vie parisienne marginale, solitaire, mélancolique et misérable. Il rencontra une petite actrice parisienne, Armida Josefina Cuchiani qui devint sa muse et qu'il nomme bizarrement « Marcelle », cigale italienne qui était la maîtresse du comte Rodolphe de Battine, et à qui il dédit deux poèmes éponymes qui encadrent le recueil et s'inspirent de la fable De La Fontaine. Il semblerait qu'elle ait été une femme volage qui maintint Corbière en dehors de sa vie et se refusa à lui, ne lui laissant que les pensionnaires du bordel qu'il nomme « cocotes ». Sous sa plume, la femme sera toujours associée à la nuit, cachée derrière le masque de l'hypocrisie, une sorte d'être un peu mystérieux, accessible mais lointain et vénal.
Ce titre est énigmatique, évoque peut-être la couleur de la trahison ou peut-être l'envie de rire(jaune) de lui-même qui est un être incompris et de ses échecs amoureux dus à sa laideur (« Le crapaud »), les villageois le surnommant «l' Akou » , la mort. L'ouvrage se présente d'une manière un peu hétéroclite en 7 parties, « Ça », « Les amours jaunes », « Sérénades des sérénades », « Raccrocs », « Armor », « Gens de mer », « Rondels pour après » en tout une centaine de poèmes. Corbière s'inspire de la ville, des rues, de la Bretagne et de ses légendes, de la mer, des marins. Sur le plan de la forme, la ponctuation est hachée, faite de tirets, de points d'exclamation et de suspension ce qui lui confère un rythme irrégulier, il use d'onomatopées, de l'argot mais aussi de mots latins, anglais, espagnols ou italiens, déstructure le sonnet (« Le crapaud »), pratique la rime, parfois un peu facile, adopte l'alexandrin mais en malmène la césure, fait des répétitions. On a l'impression d'une écriture quasi automatique (c'est sans doute pour cela que les surréalistes aimèrent Corbière), heurtée, brute, de laquelle il ressort un aspect tragique, une sorte de mal-être exprimé ainsi par un homme qui se sent exclu du monde, qui combat et exorcise ainsi cette solitude. Il y a, dans son écriture, une dimension spontanée et cathartique exceptionnelle.
L'art est pour l'homme une façon de témoigner de l'idée qu'il se fait de sa vie, de la partager avec le reste du monde et cela lui attire soit la notoriété, la critique ou pire l'indifférence de ses contemporains. Il le fait dans l'imitation des ses maîtres ou dans la volonté de faire évoluer les choses, de renverser la table, de marquer son passage sur terre, de s'inscrire en faux face aux courants littéraires de son époque. Corbière, qui n'a sûrement pas aimé sa vie et qui ne s'est sans doute pas aimé lui-même, a exprimé à sa manière toute la révolte et la violence qu'il portait en lui et, à titre personnel, je respecte cette voix d'autant qu'elle n'a vraiment résonné qu'après sa mort. Son cri est celui de la désespérance.
En ce qui me concerne, je demande à l'art en général et à la poésie en particulier, de me procurer ce petit supplément d'âme et d'émotion intime qui fait que je m'attache à un artiste à raison de ce qu'il nous a laissé en héritage. Corbière a pratiqué la sincérité et même l'impulsivité sans souci des règles de la prosodie et je retiens cela, mais je ne rencontre pas dans ses poèmes la couleur et la musique qui d'ordinaire me parlent et m'émeuvent.
©Hervé Gautier http:// hervegautier.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Laureneb
  12 novembre 2021
Je ne connaissais pas même le nom de l'auteur, Tristan Corbière, avant d'ouvrir les Amours jaunes. Et j'ai eu du mal à avancer ma lecture. D'abord, parce que 380 pages, c'est long pour un recueil de poésies. Cependant, ceci est le seul ouvrage publié par l'auteur, il rassemble donc toute son oeuvre, et finalement, chaque section est presque comme un recueil indépendant.
Ensuite, je me posais beaucoup de questions sur le titre : les Amours, c'est un titre classique pour de la poésie placée sous le patronage d'une femme qui est une Muse, Marcelle ici, mais l'adjectif "jaune" apporte une connotation particulière : jaune, c'est la couleur de la jalousie, du malaise. Pas de jalousie ici, ou peu, mais bien un certain malaise oui. L'adjectif est associé dans le texte au "foie", au "pélican","aux rayons du soleil qui font des trous", au "camélia jaune tout mâché"... Ce n'est donc pas un adjectif mélioratif. J'ai aussi pensé au jaune des pièces de monnaie, ce qui renverrait à l'amour tarifé, et donc aux prostituées. La Muse du poète elle-même est comparée souvent à une prostituée arpentant le trottoir, se donnant à tous.
L'argent a une place centrale dans le recueil, du moins dans la première section, car il manque. le poète décrit donc une vie de bohême. Et c'est aussi cela qui m'a ralenti dans ma lecture, car je préférais bien plus sur cette thématique Jean Richepin avec sa Chanson des gueux que j'ai également découvert cette année.
Ayant lu en parallèle les Poètes Maudits de Verlaine, j'ai découvert toute l'admiration que lui portait le "Prince des poètes", alors que l'oeuvre de Corbière était alors quasiment inconnue en France. C'est là que j'ai appris certains détails biographiques, et que j'ai avancé plus rapidement ma lecture.
Plus que ces poèmes sur le Poète à l'écart du monde, incompris, seul dans sa mansarde, vivant une vie pauvre mais riche de la beauté de ses vers, ce sont ceux sur la mer et sur la Bretagne, les dernières sections donc, que j'ai préférés, car plus originales et personnelles Corbière parle du coeur, met de sa vie et de ses sentiments ici, avec des thèmes moins célébrés en poésie. Il répond malicieusement, presque trivialement, au lyrisme de Hugo dans "Océano Nox" : les marins qu'il représente ne sont pas un idéal héroïque et tragique, mais ils sont bossus, sales, ils chiquent, vont voir les prostituées, sont tous un peu pirates ou contrebandiers. Il évoque aussi sa Bretagne, sans misérabilisme ni idéalisme, au plus près d'une vérité : le granit, les cormorans, les pardons religieux, le pain noir
Je me suis donc un peu perdue, entre poèmes présentant le "poète maudit" et sa vie de bohême, ceux à tonalité plus épique et romantique dans une Espagne fantasmée, ceux ayant pour cadre la Bretagne ou la mer... Peut-être faudrait-il lire les différentes sections à des moments différents pour éviter l'effet de trop plein.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Ys
  09 mai 2012
Le plus grand coup de foudre de mes années de fac, dans lequel je replonge avec un plaisir jamais abîmé. Et pourtant la poésie ne me touche que rarement. Mais ce verbe heurté, cette ironie mordante, ce cynisme sans espoir, ce mélange de rire et de hantises, de beauté et d'insolence, cette manière de déconstruire la langue et à peu près tout le reste, en tissant au passage des vers si percutants... J'adore.
Commenter  J’apprécie          201

Citations et extraits (94) Voir plus Ajouter une citation
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   29 mars 2019
Pièce à carreaux

Ah ! si Vous avez à Tolède,
Un vitrier
Qui vous forge un vitrail plus raide
Qu’un bouclier !…

À Tolède j’irai ma flamme
Souffler, ce soir ;
À Tolède tremper la lame
De mon rasoir !

Si cela ne vous amadoue :
Vais aiguiser,
Contre tous les cuirs de Cordoue,
Mon dur baiser :

— Donc — À qui rompra : votre oreille,
Ou bien mes vers !
Ma corde-à-boyaux sans pareille,
Ou bien vos nerfs ?

— À qui fendra : ma castagnette,
Ou bien vos dents…
L’Idole en grès, ou le Squelette
Aux yeux dardants !

— À qui fondra : vous ou mes cierges,
Ô plombs croisés !…
En serez-vous beaucoup plus vierges,
Carreaux cassés ?

Et Vous qui faites la cornue,
Ange là-bas !…
En serez-vous un peu moins nue,
Les habits bas ?

— Ouvre ! fenêtre à guillotine :
C’est le bourreau !
— Ouvre donc porte de cuisine !
C’est Figaro.

… Je soupire, en vache espagnole,
Ton numéro
Qui n’est, en français, Vierge molle !
Qu’un grand ZÉRO.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2314
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   15 avril 2019
APRÈS LA PLUIE

J’aime la petite pluie
Qui s’essuie
D’un torchon de bleu troué !
J’aime l’amour et la brise,
Quand ça frise…
Et pas quand c’est secoué.

— Comme un parapluie en flèches,
Tu te sèches,
Ô grand soleil ! grand ouvert…
A bientôt l’ombrelle verte
Grand’ouverte !
Du printemps — été d’hiver. —

La passion c’est l’averse
Qui traverse !
Mais la femme n’est qu’un grain :
Grain de beauté, de folie
Ou de pluie…
Grain d’orage — ou de serein. —

Dans un clair rayon de boue,
Fait la roue,
La roue à grand appareil,
— Plume à queue — une Cocotte
Qui barbote ;
Vrai déjeuner de soleil !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
coco4649coco4649   19 juin 2015
SOUS UN PORTRAIT DE CORBIERE
EN COULEURS FAIT PAR LUI ET DATÉ DE 1868


Jeune philosophe en dérive
Revenu sans avoir été,
Cœur de poète mal planté :
Pourquoi voulez-vous que je vive ?

L’amour !... je l’ai rêvé, mon cœur au grand ouvert
Bat comme un volet en pantenne
Habité par la froide haleine
Des plus bizarres courants d’air ;
Qui voudrait s’y jeter ?... pas moi si j’étais Elle !...
Va te coucher, mon cœur, et ne bats plus de l’aile.

J’aurais voulu souffrir et mourir d’une femme,
M’ouvrir du haut en bas et lui donner en flamme,
Comme un punch, ce cœur-là, chaud sous le chaud soleil...
Alors je chanterais (faux, comme de coutume)
Et j’irais me coucher seul dans la trouble brume
Éternité, néant, mort, sommeil, ou réveil.

Ah si j’étais un peu compris ! Si par pitié
Une femme pouvait me sourire à moitié,
Je lui dirais : oh viens, ange qui me consoles !...
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
... Et je la conduirais à l’hospice des folles.

On m’a manqué ma vie !... une vie à peu près ;
Savez-vous ce que c’est : regardez cette tête.
Dépareillé partout, très bon, plus mauvais, très
Fou, ne me souffrant... Encor si j’étais bête !

La mort... ah oui, je sais : cette femme est bien froide,
Coquette dans la vie ; après, sans passion.
Pour coucher avec elle il faut être trop roide...
Et puis, la mort n’est pas, c’est la négation.

Je voudrais être un point épousseté des masses,
Un point mort balayé dans la nuit des espaces,
...Et je ne le suis point !

Je voudrais être alors chien de femme publique,
Lécher un peu d’amour qui ne soit pas payé ;
Ou déesse à tous crins sur la côte d’Afrique,
Ou fou, mais réussi ; fou, mais pas à moitié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
hesperiehesperie   16 août 2011
Tristan Corbière – Ça ?


What ?...

Shakespeare

Des essais ? — Allons donc, je n’ai pas essayé !
Étude ? — Fainéant je n’ai jamais pillé.
Volume ? — Trop broché pour être relié...
De la copie ? — Hélas non, ce n’est pas payé !

Un poëme ? — Merci, mais j’ai lavé ma lyre.
Un livre ? — ... Un livre, encor, est une chose à lire !...
Des papiers ? — Non, non, Dieu merci, c’est cousu !
Album ? — Ce n’est pas blanc, et c’est trop décousu.

Bouts-rimés ? — Par quel bout ?... Et ce n’est pas joli !
Un ouvrage ? — Ce n’est poli ni repoli.
Chansons ? — Je voudrais bien, ô ma petite Muse !...
Passe-temps ? — Vous croyez, alors, que ça m’amuse ?

— Vers ?... vous avez flué des vers... — Non, c’est heurté.
— Ah, vous avez couru l’Originalité ?...
— Non... c’est une drôlesse assez drôle, — de rue —
Qui court encor, sitôt qu’elle se sent courue.

— Du chic pur ? — Eh qui me donnera des ficelles !
— Du haut vol ? Du haut mal ? — Pas de râle, ni d’ailes !
— Chose à mettre à la porte ? — ... Ou dans une maison
De tolérance. — Ou bien de correction ? — Mais non !

— Bon, ce n’est pas classique ? — À peine est-ce français !
— Amateur ? — Ai-je l’air d’un monsieur à succès ?
Est-ce vieux ? — Ça n’a pas quarante ans de service...
Est-ce jeune ? — Avec l’âge, on guérit de ce vice.

... ÇA c’est naïvement une impudente pose ;
C’est, ou ce n’est pas ça : rien ou quelque chose...
— Un chef-d’œuvre ? — Il se peut : je n’en ai jamais fait.
— Mais, est-ce du huron, du Gagne, ou du Musset ?

— C’est du... mais j’ai mis là mon humble nom d’auteur,
Et mon enfant n’a pas même un titre menteur.
C’est un coup de raccroc, juste ou faux, par hasard...
L’Art ne me connaît pas. Je ne connais pas l’Art.

Préfecture de police, 20 mai 1873.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ArctosArctos   25 octobre 2012
Cris d'aveugle

L'oeil tué n'est pas mort
Un coin le fend encor
Encloué je suis sans cercueil
On m'a planté le clou dans l'oeil
L'oeil cloué n'est pas mort
Et le coin entre encor

Deus misericors
Deus misericors
Le marteau bat ma tête en bois
Le marteau qui ferra la croix
Deus misericors
Deus misericors

Les oiseaux croque-morts
Ont donc peur à mon corps
Mon Golgotha n'est pas fini
Lamma lamna sabacthani
Colombes de la Mort
Soiffez après mon corps

Rouge comme un sabord
La plaie est sur le bord
Comme la gencive bavant
D'une vieille qui rit sans dent
La plaie est sur le bord
Rouge comme un sabord

Je vois des cercles d'or
Le soleil blanc me mord
J'ai deux trous percés par un fer
Rougi dans la forge d'enfer
Je vois un cercle d'or
Le feu d'en haut me mord

Dans la moelle se tord
Une larme qui sort
Je vois dedans le paradis
Miserere, De profundis
Dans mon crâne se tord
Du soufre en pleur qui sort

Bienheureux le bon mort
Le mort sauvé qui dort
Heureux les martyrs, les élus
Avec la Vierge et son Jésus
O bienheureux le mort
Le mort jugé qui dort

Un Chevalier dehors
Repose sans remords
Dans le cimetière bénit
Dans sa sieste de granit
L'homme en pierre dehors
A deux yeux sans remords

Ho je vous sens encor
Landes jaunes d'Armor
Je sens mon rosaire à mes doigts
Et le Christ en os sur le bois
A toi je baye encor
O ciel défunt d'Armor

Pardon de prier fort
Seigneur si c'est le sort
Mes yeux, deux bénitiers ardents
Le diable a mis ses doigts dedans
Pardon de crier fort
Seigneur contre le sort

J'entends le vent du nord
Qui bugle comme un cor
C'est l'hallali des trépassés
J'aboie après mon tour assez
J'entends le vent du nord
J'entends le glas du cor
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Tristan Corbière (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tristan Corbière
Gente Dame
autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Tristan Corbière (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1025 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre