AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Henri Thomas (Préfacier, etc.)Jean-Louis Lalanne (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070318311
Éditeur : Gallimard (25/05/1973)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 124 notes)
Résumé :
Date de publication du livre: 1873

Unique recueil de poèmes de Tristan Corbière, publié à compte d'auteur et qui passa inaperçu. Corbière, qui ne connut aucun succès de son vivant, sera révélé de manière posthume par Verlaine, qui lui consacre un chapitre de son essai Les Poètes maudits (1883).

Les Amours jaunes évoquent la grande ville moderne et la campagne bretonne, la fébrilité — ou la légèreté — amoureuse du poète et la vie virile... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  04 août 2015
C'est un vieux breton du Finistère qui m'a fait aimer Corbière, breton éternellement jeune, mort à 30 ans, inconnu, méconnu, dans sa misère noire et ses amours jaunes..
Poésie virile et gouailleuse, désespérée et cynique, faite de bribes de paroles,échangées par-dessus bord, faite de mots jetés comme des ponts fragiles par-dessus les silences qui s'entendent toujours quand on parle sans se rencontrer.
Poésie d'ellipses pudiques et d'images au vitriol. Poésie de pipes mal embouchées et de coques mal calfatées. Poésie de désirs éconduits et de fringales inassouvies.
Relire Corbière c'est se retourner vite pour tenter d'entrevoir le coin d'un pardessus troué qui disparaît derrière le phare, la fumée d'une pipe qui se dissipe dans un bouge du port, ...et sentir son coeur se serrer..
Commenter  J’apprécie          652
Bobby_The_Rasta_Lama
  17 avril 2019
"...Ou reste, et bois ton fond de vie,
Sur une nappe desservie..."
Comment résister, quand quelqu'un vous balance dans le giron un livre de poésie, avec les mots : "Lis ça, c'est Corbière ! C'était un fou, ça va te plaire !"
Etrange façon de recommander un poète, ou peut-être la meilleure...
Quoi qu'il en soit, je peux me vanter par la même occasion d'avoir tranché l'intégrale de ce poète maudit, car dans sa courte vie (même pas trente ans !) il n'a sorti que ce seul et unique recueil : "Les Amours jaunes".
Déjà, le titre... Pourquoi les amours "jaunes" ? Le jaune joyeux des pissenlits qui poussent au printemps, ou jaune comme les roses de l'infidélité et de la jalousie, que s'offraient jadis les amants déçus ? Jaune comme la couleur de la trahison et le signe de prostituées ? L'aurore couleur citron au-dessus de la Bretagne, ou le pâle jaunâtre sur le visage cireux d'un malade ? Il est difficile de comprendre Corbière. Il avait peut-être du mal à se comprendre lui-même.
L'un des grands amours de Corbière est la mer. La grosse masse d'eau salée qui bouillonne et frappe les côtes de la Bretagne, en apportant en même temps la destruction et de quoi subsister. Une belle partie des poèmes est dédiée à la mer. Mais Corbière n'était pas marin, ivrogne et joueur de cartes avec une femme dans chaque port, comme il veut parfois nous laisser croire. Le jeune homme maigre et déséquilibré n'a aimé qu'une seule femme - une actrice italienne entretenue par un homme influent. Un "amour jaune", et un grand malheur pour celui qui se trouvait lui-même répugnant. Puis, la tuberculose...
"Rose, rose-d'amour vannée,
Jamais fanée,
le rouge-fin est ta couleur,
Ô fausse fleur !"
Je ne suis encore jamais tombée sur quelque chose qui ressemble au langage des "Amours jaunes". Les vers trébuchent, ne trouvent pas les mots justes, se répètent, oublient des parties de la phrase. Ils crient par les points d'exclamation, et deviennent silencieux avec les points de suspension. Les phrases nues comme les branches des arbres en novembre alternent avec les longues envolées poétiques. Sans aucun sens et aucune logique. L'attente de la Mort, mélangée avec les motifs érotiques et la beauté de la Bretagne.
Peut-être que Corbière s'en fichait. Il inventait les dates et les endroits de la rédaction de ses poèmes pour confondre le lecteur. Il disait qu'il ne connaissait pas l'art, et l'art ne le connaissait pas. Il renonce au romantisme et à l'harmonie, il provoque, il parodie. Il cuisine avec amertume, pathos et passion.
"Dans mon chapeau, la lune
Brille à travers les trous,
Bête et vierge comme une
Pièce de cent sous !"
Corbière a vécu dans un déguisement d'aventurier qui n'était pas adapté à son corps fragile. Ses "Amours jaunes" étaient un flop absolu lors de leur sortie. On n'a pu le redécouvrir que grâce à Paul Verlaine, qui l'a rajouté dans les rangs des Poètes maudits. Heureusement. Sinon, nous serions privés de ce solitaire unique.
"Dans ton boîtier, Ô Fenêtre !
Calme et pure, gît peut-être...
.................
Un vieux monsieur sourd !"
C'est ça, Corbière était fou ! Et j'ai beaucoup aimé. Quatre étoiles jaunes fichées directement dans le coeur, et une demi, qui s'est brisée sur mon esprit parfois borné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4724
Ys
  09 mai 2012
Le plus grand coup de foudre de mes années de fac, dans lequel je replonge avec un plaisir jamais abîmé. Et pourtant la poésie ne me touche que rarement. Mais ce verbe heurté, cette ironie mordante, ce cynisme sans espoir, ce mélange de rire et de hantises, de beauté et d'insolence, cette manière de déconstruire la langue et à peu près tout le reste, en tissant au passage des vers si percutants... J'adore.
Commenter  J’apprécie          170
vincentf
  01 juillet 2010
Poésie hachée, drolatique, jeux de mots et chansons marines, qu'est-ce donc que tout cela ? Corbière se situe à ce moment critique où l'on tue une poésie de l'intérieur pour mieux la métamorphoser. Parfois ça marche, parfois ça ne marche pas. Il y a du Baudelaire dans Corbière, mais du Baudelaire saucissonné par une ponctuation envahissante, qui l'empêche de déployer son lyrisme pour lui préférer la saccade, la brisure, les aboiements des chiens aimés et les planches craquantes des vieux bateaux.
La rupture avec le souffle romantique est faite. le télégramme devient poème, "télégramme sacré" dans lequel de nombreuses voix prennent la parole, histoire de briser un peu plus encore la monodie du poète lyrique solitaire, dont le discours devient multiple parce que regardé de l'intérieur avec ironie ou cynisme, comme si le fait même d'être poète était une malédiction qui tombait sur quelques loupés, qui rêvent d'être "chien de fille publique" ou "fou, mais pas à moitié" mais qui ne restent que poètes, gens de lettres qui forment bien leurs lettres mais pour rien. Corbière vide la poésie pour l'enrichir. Parfois ça marche, parfois ça ne marche pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Sharon
  21 mars 2012
Les amours jaunes est un recueil méconnu, qui avait pourtant toute l'admiration de Paul Verlaine. Tristan Corbière joue avec les mots, joue avec son propre destin (il se sait condamner), nous montre la vie des marins, celle qu'il aurait voulu vivre et dont la maladie l'a privée. Corbière avait toujours le petit mort pour rire, et savait que les poètes ne pesaient pas lourds.
Un recueil à redécouvrir.
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (71) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   19 octobre 2019
C'est à toi que je fis mes adieux à la vie,
A toi qui me pleuras, jusqu'à me faire envie
De rester me pleurer avec toi. Maintenant
C'est joué, je ne suis qu'un gâteux revenant,
En os et… (j'allais dire en chair). -- La chose est sûre
C'est bien moi, je suis là -- mais comme une rature.

(Le poète contumace)
Commenter  J’apprécie          140
TREMAOUEZANTREMAOUEZAN   07 février 2017
PARIA

Qu'ils se payent des républiques,
Hommes libres ! --carcan au cou --
Qu'ils peuplent leurs nids domestiques !...
-- Moi je suis le maigre coucou.

-- Moi, -- cœur eunuque, dératé
De ce qui mouille et ce qui vibre...
Que me chante leur Liberté,
À moi ? toujours seul. Toujours libre.

-- Ma Patrie... elle est par le monde ;
Et, puisque la planète est ronde,
Je ne crains pas d'en voir le bout...
Ma patrie est où je la plante :
Terre ou mer, elle est sous la plante
De mes pieds -- quand je suis debout.

-- Quand je suis couché : ma patrie
C'est la couche seule et meurtrie
Où je vais forcer dans mes bras
Ma moitié, comme moi sans âme ;
Et ma moitié : c'est une femme...
Une femme que je n'ai pas.

-- L'idéal à moi : c'est un songe
Creux ; mon horizon -- l'imprévu --
Et le mal du pays me ronge...
Du pays que je n'ai pas vu.

Que les moutons suivent leur route,
De Carcassonne à Tombouctou...
-- Moi, ma route me suit. Sans doute
Elle me suivra n'importe où.

Mon pavillon sur moi frissonne,
Il a le ciel pour couronne :
C'est la brise dans mes cheveux...
Et, dans n'importe quelle langue ;
Je puis subir une harangue ;
Je puis me taire si je veux.

Ma pensée est un souffle aride :
C'est l'air. L'air est à moi partout.
Et ma parole est l'écho vide
Qui ne dit rien -- et c'est tout.

Mon passé : c'est ce que j'oublie.
La seule chose qui me lie
C'est ma main dans mon autre main.
Mon souvenir -- Rien -- C'est ma trace.
Mon présent, c'est tout ce qui passe
Mon avenir -- Demain... demain

Je ne connais pas mon semblable ;
Moi, je suis ce que je me fais.
-- "Le Moi humain est haïssable..."
-- Je ne m'aime ni ne me hais.

-- Allons ! la vie est une fille
Qui m'a pris à son bon plaisir...
Le miens, c'est : la mettre en guenille,
La prostituer sans désir.

-- Des dieux ?... -- Par hasard j'ai pu naître ;
Peut-être en est-il -- par hasard...
Ceux-là, s'ils veulent me connaître,
Me trouveront bien quelque part.

-- Où que je meure : ma patrie
S'ouvrira bien, sans qu'on l'en prie,
Assez grande pour mon linceul...
Un linceul encor : pour que faire ?...
Puisque ma patrie est en terre
Mon os ira bien là tout seul...

(pages 127-129)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          106
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   29 mars 2019
Pièce à carreaux

Ah ! si Vous avez à Tolède,
Un vitrier
Qui vous forge un vitrail plus raide
Qu’un bouclier !…

À Tolède j’irai ma flamme
Souffler, ce soir ;
À Tolède tremper la lame
De mon rasoir !

Si cela ne vous amadoue :
Vais aiguiser,
Contre tous les cuirs de Cordoue,
Mon dur baiser :

— Donc — À qui rompra : votre oreille,
Ou bien mes vers !
Ma corde-à-boyaux sans pareille,
Ou bien vos nerfs ?

— À qui fendra : ma castagnette,
Ou bien vos dents…
L’Idole en grès, ou le Squelette
Aux yeux dardants !

— À qui fondra : vous ou mes cierges,
Ô plombs croisés !…
En serez-vous beaucoup plus vierges,
Carreaux cassés ?

Et Vous qui faites la cornue,
Ange là-bas !…
En serez-vous un peu moins nue,
Les habits bas ?

— Ouvre ! fenêtre à guillotine :
C’est le bourreau !
— Ouvre donc porte de cuisine !
C’est Figaro.

… Je soupire, en vache espagnole,
Ton numéro
Qui n’est, en français, Vierge molle !
Qu’un grand ZÉRO.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2314
coco4649coco4649   19 juin 2015
SOUS UN PORTRAIT DE CORBIERE
EN COULEURS FAIT PAR LUI ET DATÉ DE 1868


Jeune philosophe en dérive
Revenu sans avoir été,
Cœur de poète mal planté :
Pourquoi voulez-vous que je vive ?

L’amour !... je l’ai rêvé, mon cœur au grand ouvert
Bat comme un volet en pantenne
Habité par la froide haleine
Des plus bizarres courants d’air ;
Qui voudrait s’y jeter ?... pas moi si j’étais Elle !...
Va te coucher, mon cœur, et ne bats plus de l’aile.

J’aurais voulu souffrir et mourir d’une femme,
M’ouvrir du haut en bas et lui donner en flamme,
Comme un punch, ce cœur-là, chaud sous le chaud soleil...
Alors je chanterais (faux, comme de coutume)
Et j’irais me coucher seul dans la trouble brume
Éternité, néant, mort, sommeil, ou réveil.

Ah si j’étais un peu compris ! Si par pitié
Une femme pouvait me sourire à moitié,
Je lui dirais : oh viens, ange qui me consoles !...
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
... Et je la conduirais à l’hospice des folles.

On m’a manqué ma vie !... une vie à peu près ;
Savez-vous ce que c’est : regardez cette tête.
Dépareillé partout, très bon, plus mauvais, très
Fou, ne me souffrant... Encor si j’étais bête !

La mort... ah oui, je sais : cette femme est bien froide,
Coquette dans la vie ; après, sans passion.
Pour coucher avec elle il faut être trop roide...
Et puis, la mort n’est pas, c’est la négation.

Je voudrais être un point épousseté des masses,
Un point mort balayé dans la nuit des espaces,
...Et je ne le suis point !

Je voudrais être alors chien de femme publique,
Lécher un peu d’amour qui ne soit pas payé ;
Ou déesse à tous crins sur la côte d’Afrique,
Ou fou, mais réussi ; fou, mais pas à moitié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   15 avril 2019
APRÈS LA PLUIE

J’aime la petite pluie
Qui s’essuie
D’un torchon de bleu troué !
J’aime l’amour et la brise,
Quand ça frise…
Et pas quand c’est secoué.

— Comme un parapluie en flèches,
Tu te sèches,
Ô grand soleil ! grand ouvert…
A bientôt l’ombrelle verte
Grand’ouverte !
Du printemps — été d’hiver. —

La passion c’est l’averse
Qui traverse !
Mais la femme n’est qu’un grain :
Grain de beauté, de folie
Ou de pluie…
Grain d’orage — ou de serein. —

Dans un clair rayon de boue,
Fait la roue,
La roue à grand appareil,
— Plume à queue — une Cocotte
Qui barbote ;
Vrai déjeuner de soleil !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
Videos de Tristan Corbière (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tristan Corbière
Émission "Une Vie, une Œuvre", par Anne-Lise David, diffusée sur France Culture, le 18 mai 2003. Invités : Anne-Denes Martin, Evelyne Wilhelm, Michel Décaudin, Patrick Besnier, Jean-Louis Debauve, Jean Roudaut, Jean Berthou et Michel Dansel.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Tristan Corbière (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre