AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782749124315
276 pages
Éditeur : Le Cherche midi (15/03/2012)
3.56/5   36 notes
Résumé :
L’Espoir en contrebande ou comment faire le tour du monde en vingt-six nouvelles, du canal de l’Ourcq à Ostende, d’Aubervilliers à Nouméa, de La Rochelle au Québec, de Bordeaux aux Antilles, de Granville au Mexique, de Nantes au Gabon, du Périgord au Danemark, de Saint-Benoît-du-Sault à Stettin…
Histoires vraies ou histoires inventées ?
En fait, Didier Daeninckx se plaît à jeter « des passerelles de fiction entre deux blocs de réalité ». Pour lui, vie ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
beatriceferon
  09 mars 2015
Deux majorettes ont été balancées du haut des falaises. A l'Hôtel des Thermes d'Ostende, un médecin fait la connaissance d'une énigmatique vieille dame. Un photographe recherche le charbonnier au regard magnétique dont l'image sera le clou de son exposition. Qui est le tueur qui n'opère qu'au cours de la dernière décade d'avril?
Ce recueil de Didier Daeninckx a reçu le Goncourt de la nouvelle. Pourtant, mon avis à moi est mitigé. J'ai eu l'impression que l'auteur avait rassemblé ici des textes publiés précédemment (j'avais déjà lu « la Queen des Kinks » dans Ostende au bout de l'est).
Il me semble que la qualité des textes est très inégale: certaines nouvelles me plaisent car elles racontent une « vraie » histoire. D'autres ne sont que des impressions ou des atmosphères. Daeninckx y reprend les thèmes qui lui sont chers: lutte contre l'extrême droite, dénonciation des injustices, hommage à la littérature. J'ai été un peu perplexe face à des pages qui me semblent codées, mais dont je ne suis pas sûre de posséder toutes les clefs. Un exemple? Cette course à la présidence entre « Nick Zébulon, le fébrile ministre de l'Intérieur », « John Tulipe, du Mouvement pour un Socialisme Modéré » et « Marine Kiravi » vous rappelle-t-elle quelque chose?Pourtant, à d'autres moment, les allusions sont moins claires. Mais peut-être le seront-elles pour un lecteur plus averti de politique que je ne le suis.
J'ai, en revanche, beaucoup aimé les hommages à la lecture:  « les écluses libèrent leurs eaux, comme un livre ouvert offre ses mots », à la photographie, et particulièrement à Willy Ronis que j'admire: c'est une des ses photos qu'on retrouve en couverture et qui est évoquée dans « la péniche aux enfants », ou à la musique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SophieLesBasBleus
  02 décembre 2017
Avec "L'espoir en contrebande", on voyage aux côtés de Didier Daeninckx, observateur acéré des fêlures humaines et sociales. Dans notre musette, on emporte des images en noir et blanc, celles d'Edouard Boubat et de Willy Ronis, des images de banlieues cassées, sur le fil de l'oubli, hormis pour ceux qui y ont vécu, travaillé, aimé. Des histoires courtes, des tranches de vie coupées à vif dans le réel, parfois comiques, parfois dramatiques, des morceaux d'humanité vraie que l'écriture de Daeninckx va débusquer partout où elle continue de vibrer malgré tout. La fiction épouse le témoignage sans que l'on ait envie de les départir. Une galerie de personnages s'imprime dans la mémoire par la grâce de cette écriture qui parvient à refléter toutes les nuances du réel avec une admirable authenticité.
Commenter  J’apprécie          20
Actulitteraire
  26 mai 2012
Les convives de chez Drouant, à l'issue de leur rencontre, ont choisi d'élire L'espoir en contrebande comme Goncourt de la nouvelle. Ce choix - aussi discutable soit-il - est intéressant à analyser, de par sa complexité sémantique et textuelle. En effet, Didier DAENINCKX livre ici un recueil de vingt-six nouvelles, aux traits policiers, parfois difficiles à appréhender, et au style acquis et maîtrisé.

Dans ce florilège de petits textes, le lecteur navigue entre la Nouvelle-Calédonie, la Belgique, la Gironde, etc, et se prend à croiser John Lennon, Mussolini ou encore Gandhi. Les protagonistes cotoient diverses situations, et certains événements historiques sont évoqués. Cet eclectisme, évoqué dans la quatrième de couverture, invoque le changement d'univers au fil des pages. Cependant, il est parfois difficile de définir, d'analyser, voire d'assimiler le contenu des textes présentés ici par l'auteur.

L'écriture est, en effet, l'un des principaux facteurs de la compréhension du récit. Ici, on sent la plume de DAENINCKX sobre mais habile. Dès les premières pages, le lecteur peut perçevoir cette expérience dont l'auteur est doté. Les nouvelles apparaissent ainsi presque comme des textes expérimentatifs. de ce fait, l'ouvrage entier semble quelque peu élitiste pour un lecteur lambda, et se plonger totalement dans chaque récit devient compliqué.

De par une écriture peut-être trop maîtrisée et pas assez populaire (au sens noble du terme), Didier DAENINCKX se perd dans un univers diversifié mais complexe, perdant un peu le lecteur en chemin. Ce style, marqué par la maturité et le travail de la forme, est sans doute ce qui plut aux membres de l'Académie Goncourt.
Lien : http://actulitteraire.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Red06530
  24 mai 2020
Desolé je n'ai jamais accroché á ces nouvelles....
Goncourt de la nouvelle 2012
Fichtre ! Chaque fois qu'un recueil de nouvelles est primé je suis deçu...😕
Bien que j'aime les formats courts pour découvrir de nouveaux auteurs c'est rarement un plaisir de lecture...
Avis aux amateurs éclairés, faites moi changer d'avis sur les nouvelles francophones... merci d'avance 😊
Commenter  J’apprécie          10
coriala
  19 avril 2013
26 nouvelles relatant des frais divers, des énigmes policières, des réflexions personnelles sur la société. de longueurs inégales elles sont toutes très bien écrites et l'on prend plaisir à les lire même si l'on sait qu'on les oubliera très vite.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   13 novembre 2013
On apprécie le plat quand la recette est terminée. Je suis donc une nouvelle fois repassé par la cuisine où j’ai bu une coupe pour m’éclaircir les idées. Mes trois étoiles n’avaient pas encore étrenné une saison qu’on faisait déjà la queue pour vivre à leur clarté ! Quand est venu le moment de présenter la note, j’ai demandé au maître d’hôtel de dire à cette femme dont j’avais perdu le souvenir qu’elle était mon invitée. Quelle ne fut pas ma surprise de la voir arriver et se hisser sur la pointe de ses escarpins pour m’embrasser sur les joues. Je rassemblai tout mon courage pour lui avouer la vérité : « Excusez-moi, mais je ne me rappelle vraiment plus dans quelles circonstances nous nous sommes rencontrés… » Elle a hoché la tête pour signifier qu’elle l’avait compris : « C’était il y a dix-huit ans, en juin 1947, près du pont Eiffel que les Allemands ont fait sauter pendant leur retraite… Je ne me remettais pas de la fin d’une grande histoire d’amour, et j’ai voulu en finir… Le hasard a voulu que vous fassiez de la plongée à quelques mètres de là, et que vous me sauviez la vie. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 novembre 2013
Si l’enfance est le centre de la vie, la jeunesse est la première de ses banlieues. Une manière de s’éloigner tout autant que de contingenter. Et comme dans la géographie urbaine, un simple tour de périphérique suffit pour constater qu’aucune banlieue n’est semblable à une autre. De la Chapelle à Passy, de Montreuil à Saint-Cloud, les portes sont ouvertes en permanence. La ville n’est plus close, en apparence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
martineden74martineden74   13 septembre 2020
Une guerre civile africaine a jeté la famille d'Abdul sur les récifs espagnols et de là sur les contreforts du bassin parisien. Ce qu’il avait vu là-bas avait fait de lui une bête sauvage. A l’école, personne ne pouvait comprendre que les seuls rapports que le monde avait entretenus avec lui étaient d’une violence inouïe, que ses agressions tant verbales que physiques n’étaient que préventives. Si on le regardait encore, c’était pour constater que la vitesse de la chute s‘accélérait. Jusqu’au jour où une main s’est attardée sur son épaule, celle d'un éducateur qui aurait dû le virer du centre, à cause d'une centième connerie et qui, au lieu de lui parler du pays, lui a parlé de “son” pays, de “son” histoire, du continent africain, des griots, des poètes, d'Amadou Hampaté Ba, de Wole Solynka. Abdul a fini par les lire, et s'y retrouver. Aujourd'hui, il écrit de drôles d'histoires, des contes africains de Seine Saint Denis dans lesquels les personnages traditionnels de son enfance, leurs croyances, percutent la vie des quartiers périphériques. Il commencent à les lire dans les écoles. Il récolte en échanges les centaines de sourires innocents qui, à un moment, lui ont fait défaut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 novembre 2013
C’est très simple : j’ai découvert qu’il a participé à un jeu télévisé en même temps que les cinq victimes… Le Maillon faible… Elles ne sont pas parvenues en finale, mais, dès le premier tour, elles l’avaient toutes expulsé en inscrivant son prénom sur leur ardoise, au feutre noir, alors qu’il était le seul à ne pas avoir commis d’erreur. Il n’a pas supporté cette injustice, cette humiliation subie devant des millions de téléspectateurs… Il voulait laver son honneur. C’est devenu une idée fixe. Il a fini par éliminer méthodiquement ses éliminateurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 novembre 2013
J’ai pris l’habitude de l’hostilité ou de l’indifférence ; par contre, je n’ai jamais pu me faire au mépris. Je sais que je n’aurais pas dû, mais j’ai soutenu leur regard. On a toujours un peu peur dans ces cas-là, sauf qu’on ne peut pas s’empêcher d’y mettre une once de défi, on sent que l’œil brille et que l’autre, en face, ne le supporte pas.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Didier Daeninckx (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Daeninckx
À quelques jours des municipales, le réel d'abord : Didier Daeninckx ouvre son tract Gallimard sur son déménagement : il quitte la Seine-Saint-Denis (93) pour s'installer dans le Val de Marne (94). Porteur de la mémoire de ces espaces, il revient sur les nombreux bénéfices dont ont bénéficié les mairies et les associations communistes à Aubervilliers, et plus généralement dans les banlieues rouges. L'écrivain, pour qui l'écriture reste un lieu de résistance, explore le roman fiction dans trois livres, publiés dans la collection Tracts chez Gallimard intitulé "Municipales : Banlieue naufragée" (2020), "Le roman noir de l'Histoire" (Verdier, 2019) et, paru en mars en folio Gallimard, "Artana ! Artana !". Il est l'invité de la Grande table aujourd'hui.
La Grande table Culture d'Olivia Gesbert – émission du 11 mars 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤21De l'¤££¤11Facebook6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La mort n'oublie personne

En quelle année se passe l’histoire ?

1963
1953
1958

9 questions
103 lecteurs ont répondu
Thème : La mort n'oublie personne de Didier DaeninckxCréer un quiz sur ce livre