AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782265088092
288 pages
Fleuve Editions (29/01/2009)
3.54/5   24 notes
Résumé :
On navet jamais-vu ça.
Ben maint'nant on l'a.
Et croye-moi, on a eu chaud aux plumes.
L'péril jaune, merci bien : j'sais à présent d'quoi t'il 'retourne !
Quant aux p'tites gonzesses de Bangkroche, tu r'passeras! Pas une seule qui fusse t'à ma pointure !
C't'un monde ! Comme j'dis : « Quand on veut faire pute professionnelle, faut s'assurer au prélavable qu't'es capab' d'héberger l'clillent ; même quand y l'est monté comm' un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Cormorobin
  12 avril 2018
Et voilà notre commissaire préféré qui part passer des pseudos vacances en Thaïlande, à la recherche d'un chef d'entreprise qui s'est volatilisé à la sortie de l'aéroport de Bangkok. Accompagné de l'ineffable Alexandre-Benoit, voici la fine équipe qui va friser le pire avant de réussir à se sauver, ce qui n'est pas vraiment une surprise.
La langue de Frédéric Dard n'appartient qu'à lui. Elle est riche, imagée, illustrée et évolue au fil du temps. Dans ce livre, écrit en 1980, l'argot des années 60 a quasi disparu, et parfois, c'est presque du français moderne.
Quelques scènes béruréennes d'anthologie, irracontables bien entendu, mais qui témoignent d'une richesse d'imagination sans limite.
Côté intrigue, c'est pas mal, et ça vaut bien des policiers modernes.
Ne pas se priver de se faire un petit San Antonio de temps en temps, surtout en période de déprime ou par temps maussade.
Commenter  J’apprécie          110
domisylzen
  13 novembre 2015
Voilà ... San-Antonio vient de gagner un voyage à Bangkok. Tous frais payés. Payés d'ailleurs aux frais de la princesse, offert gracieusement par l'état français, via le Vioque. Que du bonheur ! En échange ? Oh deux, trois bricoles. Entre autre, retrouvé Victor Héatravaire, PDG des établissements Laguêpe, spécialiste de dessous féminins, gaines et soutiens-gorges. Quelques conditions, tout de même : emmené Béru, voyagé en première, un super hôtel et un bon paquet de fric pour les faux frais.
Un San-Antonio correct, on y trouve tous les ingrédients qui font le succès de ce policier : humour, dérision, suspense et jolie filles sexy.
Commenter  J’apprécie          70
Wyoming
  19 janvier 2019
Arrivent les années 80 avec ce 102ème San-Antonio paru cette année-là. Un voyage en Thaïlande, destination qui venait à la mode à cette époque, et une recherche d'un chef d'entreprise disparu. de belles envolées de Bérurier dans une histoire pleine de jolies filles sexy, à prendre ou à...
Commenter  J’apprécie          30
Beathi
  15 janvier 2017
102ème roman de San-Antonio publié le 20/01/1980.
L'histoire se déroule en Thaïlande en mai 1979.
Histoire : le Vieux demande un service personnel à San-Antonio : rechercher un de ses amis disparu à l'aéroport de Bangkok. Et c'est avec Bérurier qu'il tente de retrouver Victor Héatravaire. Mais arrivé à l'hôtel Oriental, un individu se jette d'un étage et manque d'écraser San-Antonio ...
Un bon San-Antonio avec la particularité que la mission est complètement éclipsée par le suicide. de l'action avec de nombreux rebondissements.
A noter l'absence de Pinaud dans ce roman.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
CormorobinCormorobin   07 avril 2018
Ce qui s'impose à toi, avant toute chose, à Bangkok (de bruyère) c'est le bruit. La circulation est inouïe, et je pèse mes mots pour ne pas dépasser la dose prescrite ! Ce vacarme, mes frères ! C'est dense, ardent, pétaradant, grouillesque. Ça tonitrue, vocifère, mugit pis que ces féroces soldats qui viennent jusque chez Gainsbourg égorger nos femmes et nos tympans ! es moteurs à deux temps et trois mouvements s'en donnent à pleins avertisseurs. Tu respires un air surchauffé, saturé de vapeurs d'essence, que merde, vivement qu'ils aient asséché leurs saloperies de puits avec leurs frais derricks d'art, qu'on retrouve enfin les chars à bœufs feignants.

[à déguster, à la fois les calembours et l'aspect réchauffement climatique, San A visionnaire ! En le lisant, le coup des derricks, j'avais pas vu, c'est en tapant que j'ai compris :) ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
CormorobinCormorobin   09 avril 2018
La Chinoise continue de sourire :
- Ce serait volontiers,dit-elle, mais je dois vous avertir que je ne suis pas une spécialiste du plaisir et que je ne couche pas.
Galant, je sais dissimuler mon désappointement (c'est le mot). Je me dépointe donc et récrie bien haut.
Que va-t-elle penser là ! Mes intentions sont pures ! Ai-je donc la tête d'un suborneur ? Répondez franchement ? Ainsi, je viendrais à Bangkok-soir chercher de la fesse alors qu'il y en a plein la ville et qu'il faut parfois faire une grande enjambée pour ne pas marcher dessus ?
Allons, allons, voyons !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
domisylzendomisylzen   07 novembre 2015
Depuis quelques années, les dessous féminins sont en voie de disparition. Les gaines, n'en parlons plus ; excepté quelques charcutières de province, qui donc en met ? Pour les soutiens gorges, c'est pareil, ces dames se baladent avec les loloches en chute libre sous leurs ticheurtes, et même, si je vous disais, elles renoncent aux slips, se contentant d'un kleenex à l'entrejambe du jean.
Commenter  J’apprécie          60
CormorobinCormorobin   08 avril 2018
Franchement, Bangkok est une ville immense ; et vraiment, c'était pas la peine.
Pourquoi construire des villes de cette ampleur puisqu'elles sont dénuées d'intérêt, comme dirait Sa Majesté ? Quand c'est pour faire Paris, Londres, Rome ou Rio, bon, je conçois et opine. Mais des bleds casse-couilles qui te font tressauter la cervelle et te donnent envie de gerber, hein ?
Commenter  J’apprécie          60
domisylzendomisylzen   13 novembre 2015
J'ai eu une soirée tardive et chargée en compagnie d'une aimable donzelle qui a tendance à prendre la nuit pour le jour et le whisky sec pour de l'eau pure …
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Frédéric Dard (74) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Dard
« Cette compilation qui se voudrait anthologie complète […] a pour but de proposer aux lecteurs de revisiter l'oeuvre de l'auteur par la lorgnette des aphorismes, des fragments, des éblouissantes et percutantes réflexions qui ont traversé son esprit entre 1943 et 1987 […]. » (Préalable & remerciements)
« […] La meilleure histoire belge, je vais te la dire, c'est la plus terrifiante de toutes : « Il est une fois Scutenaire et les Belges n'en savent rien ». Et les Français non plus. (...) Il dit tout, mais par brèves giclées, Scut. Il sait la vie, la mort, l'avant, l'après (...), l'amère patrie, le surréalisme, les frites, les cons, les moeurs, les larmes et la façon dont, chez lui, il doit éteindre au rez-de-chaussée avant d'éclairer au premier pour ne pas faire sauter le compteur électrique. » (Frédéric Dard)
« Le texte lapidaire est une spécialité belge. […] […] cet orpailleur de l'apophtegme reste merveilleusement méconnu […]. « J'écris, dit Scutenaire, pour des raisons qui poussent les autres à dévaliser un bureau de poste, abattre un gendarme ou son maître, détruire un ordre social. Parce que me gêne quelque chose : un dégoût ou un désir. » […] Scut le météorite a tout lu, tout vu, tout englouti et tout restitué dans un habit neuf. « J'ai quelque chose à dire et c'est très court. » Maximes en percussions et sentences en saccades sont étrillées, débarbouillés au gant de crin. Sa façon de dire merde alentour est à nulle autre pareille. […] […] Réfractaire, récalcitrant, insoumis sous toutes les latitudes, Scutenaire n'est point de ceux qu'on puisse congédier en ambassade. Dans les poussées d'angoisse, il usait, comme d'un remède à toute épreuve, des aspirines de l'humour. Elles ne le guérissaient pas mais l'apaisaient. […] » (Patrice Delbourg, les désemparés, Éditions le Castor Astral, 1996)
« Mes inscriptions sont une rivière de Californie, il faut tamiser des tonnes de sable et de gravier pour trouver quelques pépites, voire des paillettes. Remarquez, sable et gravier ne sont pas matières inutiles. » (Louis Scutenaire)
0:00 - 1ère inscription 0:13 - 2e inscription 0:25 - 3e inscription 0:39 - 4e inscription 0:52 - 5e inscription 1:06 -6e inscription 1:20 -7e inscription 1:32 - 8e inscription 1:48 - 9e inscription 1:55 - 10e inscription 2:09 - 11e inscription 2:18 - 12e inscription 2:28 - 13e inscription 2:37 - 14e inscription 2:47 - 15e inscription 2:58 - 16e inscription 3:07 - 17e inscription 3:26 -18e inscription 3:38 - 19e inscription 3:54 - 20e inscription 4:06 - Générique
Référence bibliographique : Louis Scutenaire, J'ai quelque chose à dire. Et c'est très court., Collection d'Inscriptions, évocations et autres textes rassemblés par Jean-Philippe Querton, Cactus Inébranlable éditions, 2021
https://cactusinebranlableeditions.com/produit/jai-quelque-chose-a-dire-et-cest-tres-court/
Image d'illustration : https://www.kobo.com/us/en/ebook/louis-scutenaire-1
Bande sonore originale : Crowander - Don't You Leave Don't You Leave by Crowander is licensed under an Attribution-NonCommercial 4.0 International License.
Site : https://freemusicarchive.org/music/crowander/from-the-piano-solo-piano/dont-you-leave
#LouisScutenaire #JAiQuelqueChoseÀDireEtCEstTrèsCourt #LittératureBelge
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Frédéric Dard

Où Frédéric Dard est-il né?

Vire (Calvados)
Moulins (Allier)
Jallieu (Isère)
Beauvais (Oise)

10 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : Frédéric DardCréer un quiz sur ce livre