AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Wika tome 1 sur 3
EAN : 9782723498043
72 pages
Glénat (21/05/2014)
4.2/5   123 notes
Résumé :
Une réécriture des contes de fées dans un décor steampunk

Il était une fois un couple de fées, le duc Claymore Grimm et la duchesse Titania, et leur petite fille, Wika. Alors que le prince Obéron, ancien amant de Titania aux pouvoirs redoutables, prend d assaut le château Grimm, la petite Wika est confiée, après avoir eu les ailes sectionnées pour dissimuler sa nature, à un couple de fermiers chez qui elle grandira à l abri de tous... Treize ans plus ... >Voir plus
Que lire après Wika, tome 1 : Wika et la fureur d'ObéronVoir plus
Sha, tome 1 : The Shadow One par Mills

Sha

Pat Mills

3.96★ (215)

3 tomes

Requiem, Chevalier Vampire, tome 1 : Résurrection par Mills

Requiem, Chevalier Vampire

Pat Mills

4.15★ (1782)

11 tomes

Claudia, tome 1 : La Porte des enfers par Mills

Claudia

Pat Mills

2.67★ (79)

5 tomes

Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 123 notes
5
16 avis
4
15 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Livre découvert au moment de sa sortie sur Babelio et acheté en suivant car je voulais le carnet de croquis de la première édition. En réalité, il n'y a que 2 ou 3 pages de concernées... La couverture m'avait subjuguée lors de sa sortie, très colorée et beaucoup de détails.

Dès ouverture, nous avons une double page représentant la carte de ce monde avec quelques noms bien connus (Yggdrasil, Abraxas, …). Je ne m'en suis pas servie durant ma lecture mais j'ai pris plaisir à la détailler avant. Les graphismes sont absolument superbes, même si quelques cases ne sont pas au top comme celles en grand format. le dessinateur a utilisé un style que j'affectionne beaucoup, à savoir des doubles pages d'un unique dessin et quelques cases par-ci par-là. J'aime la complexité dans une BD et non l'alignement « simpliste » des cases (comme « Tintin »). D'une part, parce que c'est beau et plus complexe, et d'autre part car cela donne plus d'intensité à l'ensemble de l'histoire.

Petit plus, celle-ci est de Thomas Day, cela me permet ainsi de découvrir cet auteur si apprécié de Boudicca!!

L'histoire est celle de Wika, jeune bébé fée, sauvée in extrémis de la mort par un ami de ses parents. Ceux-ci ont d'ailleurs été sauvagement tué par un ex à sa mère car elle était mariée au prince et par pure vengeance contre les fées, qu'il tente d'exterminer au fil des ans. On retrouve Wika 13 ans plus tard ne connaissant rien de son passé ni de ses possibles pouvoirs, qui ne tarderont pas à se déclencher. Ce tome est donc celui de l'introduction et de la découverte des personnages principaux dans des décors féeriques. La série doit compter 4 tomes et il me tarde donc que la suite sorte.

Comme vous l'aurez compris, cette BD a été une très bonne découverte pour ma part et je vous conseille donc de découvrir à votre tour cette magnifique BD à l'histoire pas aussi rose qu'elle le semble ni aussi simple. La fin de ce tome nous promet une suite intéressante et haut en couleur où des jours sombres guettent Wika... En tout cas, cette BD me donne envie de découvrir un peu plus profondément le style très imaginatif de Thomas Day.

Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
Commenter  J’apprécie          302
MA-GNI-FI-QUE ! Voilà. Si vous aviez une bande dessinée à prendre, c'est celle-ci. Tout est au top, l'histoire simple pour le moment, sait s'entourer d'un univers féerique, magique et steampunk ; une réinvention du mythe des fées et de la fantasy, avec cette touche de science-fiction (steampunk), des illustrations juste merveilleuses, des personnages passionnants. J'ai passé une heure, voire plus pour lire, regarder et savourer ce petit bijou, cet album vaut clairement le détour.

Je suis plus que ravie d'avoir été bénévole aux Utopiales 2015, j'ai en participant à l'équipe expo, pu approcher de très très près les originaux. Les feuilles sont très grandes, les détails sont d'une minutie incroyable, les couleurs fortes et pourtant harmonieuses — dans le sens où tout participe à la magie de cet univers singulier. Il y a des éléments de collés, comme des frises de dentelles ou des rouages, les entrelacs sont soignés. La couverture est en réalité une toile immense où vous prenez pleinement conscience du travail de malade qu'il existe sur ces dessins. C'est ma découverte de ce festival, mon coup de coeur de cette année en matière de bande dessinée et j'attends fortement la suite qui promet d'être splendide (j'ai également vu des planches du tome 2).

L'histoire nous présente une jolie rouquine à fort caractère, prénommée Wika Grimm. Sa famille fut décimée par Obéron et depuis, elle grandit dans l'ombre. Sa colère s'accroît et sa magie se forge année après année. le résumé nous présente une jeune fée privée de ses ailes, lancée dans le grand monde, froid et dénué de magie, car Obéron la supprime avec farouche. Elle va devoir trouver des alliés et se défaire de ses ennemis. Il y a de la vengeance, de la colère, de l'amertume, de la violence, de la force, c'est en somme une autre vision du monde féerique, tout beau et tout gentil. On parle d'amour, de famille, de magie contre la science, cette modernité exprimée à travers le steampunk et chéri par Obéron. En somme, c'est une histoire peuplée de bons ingrédients, savamment dosés pour présenter l'univers, ses bases et fomenter beaucoup de questions dans mon esprit, afin d'aller me jeter sur la suite.

L'intrigue peut paraître simple, mais au vu de l'univers inventé par le duo, je suis entièrement convaincue qu'elle se complexifiera au fil des tomes. La carte à l'intérieure des couvertures est superbe et nous rend compte du travail réalisé pour donner vie à cet univers. On découvre des fées avec des ailes proches des papillons, on apprend que si une fée voit ses ailes arrachées, elle meure. Seule une encre spéciale peut soigner ces plaies, on voit des faunes comme Haggis, on se voit immergé dans un monde déchiré entre magie et science, entre tradition et modernité, pliant sous la fureur d'Obéron. Tous ces petits éléments présentent un monde fouillé, riche et complet ; nous sommes toujours dans les bases, il reste des points à éclaircir, comme le lien entre Obéron et Titania (la mère de Wika), cependant, chaque chose en son temps. Pour une découverte, un premier tome d'introduction, on a de quoi se régaler ! Action, immersion, découverte, sur chaque planche, le regard est facilement attiré par un détail, par les répliques, il m'a donc été impossible de m'ennuyer.

Le texte est de bonne qualité, violent, soigné et tranché. Tout est à sa place, les mots sont toujours bien employés, l'humour est présent, le cynisme aussi, le côté crû à quelques moments ne m'a pas dérangé outre mesure. D'ordinaire, je râle toujours pour ce que je prends parfois pour de la facilité, cependant ici, le texte participe à l'ambiance, à la fois douce et amère. Les répliques m'ont souvent fait rire ou amuser, elles permettent de cerner un peu les protagonistes de cette histoire. Quant aux illustrations, je pourrais en parler durant des heures, l'architecture est juste une pure merveille, je suis très fan du rendu d'Avalon. Les objets et les décors sont soignés, chaque lieu à son atmosphère, j'apprécie la texture donnée aux ailes des fées, à la baguette de Titania. Les vêtements sont également de toute beauté, le character design est formidable, dans le sens où chaque personnage à son physique. On sent bien les liens de parenté concernant une poignée d'entre eux. La colorisation est faite avec la technique de l'aquarelle, cela se voit et j'apprécie ce rendu pastel, vif et fort, toutes ces couleurs donnent ce sentiment joyeux et coloré que seul le monde des fées peut inspirer. Même si maintenant, j'ai appris que les apparences sont trompeuses et derrière cette façade colorée cache un monde avec ses failles, ses terreurs et ses guerres.

Quant aux protagonistes, ils sont réussis. En un tome, on perçoit qu'ils ont vécu avant le début de cette histoire et qu'ils vivront encore de nouvelles péripéties. Ils sont diversifiés, je ne connais pas encore leurs histoires et leurs motivations, néanmoins, je me suis très vite attachée à Wika et sa famille. Wika est forte, elle possède cette petite touche sensible et drôle, elle semble indépendante et courageuse, pleine de colère aussi. Aussi étrange que cela puisse paraître, j'apprécie Obéron. C'est le méchant et il agit comme tel, pourtant, ses quelques failles le rendent intrigant et intéressant à comprendre. Je ne parlerais pas des autres personnages, ou alors très rapidement, Bran et Haggis m'ont beaucoup plût. Les petits nouveaux à la toute fin me rendent curieuse.

En conclusion... je suis trop longue sur cette bande dessinée. Retenez l'essentiel. Lisez-la ! En vrai, l'univers est riche et se montre dès les premières cases passionnant. Les personnages sont bien définis et promettent de belles histoires à l'avenir. Même s'il s'agit d'un premier tome, il n'est pas que centré sur l'aspect introductif, il sait dévoiler une intrigue propre, même simple, elle a son charme. Wika fait parti de ces univers soignés grâce à un texte de qualité et des illustrations somptueuses, et je vous confie qu'en ayant eu la chance de voir les planches du tome 2 (quelques-unes aux Utopiales 2015), ce tome à l'air d'être une tuerie lui aussi. Un très gros coup de foudre pour Wika.
Lien : http://la-citadelle-des-livr..
Commenter  J’apprécie          70
Nous retrouvons dans cette bande dessinée des personnages familiers aux amateurs de Shakespeare et de son Songe d'une Nuit d'Eté ... la fée Titania et son amant terrible Obéron.

Mais Titania est mariée désormais au duc Grimm, et mère d'une adorable petite fée, Wika, et Obéron, qui ne supporte pas la perte de son amour, lance ses troupes à l'assaut de la forteresse des Grimm pour les punir ... vengeance sanglante et sans merci, dont la seule rescapée sera la petite Wika, privée de ses ailes pour dissimuler sa nature féérique et la mettre à l'abri de futures représailles.

Des années plus tard, la jeune fille part tenter sa chance dans la capitale du Prince Obéron qui continue de traquer et d'éliminer méthodiquement fées et êtres féériques, leur préférant les prodiges de la mécanique ... et ses enfants, demi-loups, sont ses plus fidèles lieutenants dans cette extermination systématique ... la jeune Wika, qui a grandi insconsciente de son appartenance au monde féérique, a-t-elle la moindre chance contre eux ?

Dans un univers sombre et résolument steam-punk, sur fond d'illustrations magnifiques, foisonnantes et décadentes, les auteurs imaginent une histoire qui emprunte à l'imaginaire celtique et aux mythes nordiques et scandinaves, et les mêlent aux codes du steam-punk et de la bande dessinée héroïc fantasy pour créer une saga qui plaira immanquablement aux amateurs du genre.

Pour ma part, j'ai un peu regretté les dessins un peu trop "sexy" pour ne pas dire carrément sexistes des personnages féminins aux formes très rebondies ... et le sadisme ambiant ... mais cela reste quand même un moment de lecture agréable ...

Et précisons que Thomas Day, au scénario et aux dialogues, et un auteur de fantasy et autres littératures de l'imaginaire déjà réputé, et que l'on ne présente plus le travail d'illustrateur expert en féérie d'Olivier Ledroit.

Et l'éditeur joue cartes sur table (c'est assez rare pour être apprécié à sa juste valeur), et annonce une série complète en 4 tomes :

1/ Wika et la fureur d'Obéron

2/ Wika et les fées noires

3/ Wika et les Noces de givre

4/ Wika et la Dame aux corbeaux
Commenter  J’apprécie          81
Cette série me faisait de l'oeil depuis pas mal de temps, j'aime beaucoup les univers féériques et mythologiques et j'avais lu de bons avis sur cet ouvrage. Aussi quand le moment a été venu de faire une lettre pour le gentil monsieur barbu qui amène des cadeaux à la fin de l'année, j'ai sauté sur l'occasion de mentionner le premier tome de la série sur ma petite liste. Et je n'ai pas du tout été déçue au point que j'ai été commander le second tome dès la lecture du premier terminée!

Wika et la fureur d'Obéron est le premier tome d'une série prévue en quatre volumes dont pour le moment deux sont parus. Pour les dessins, on retrouve Olivier Ledroit, le dessinateur entre autre des Chroniques de la Lune Noire. Les dialogues sont signés Thomas Day, dont il s'agit de la première incursion en bande dessinée. le scénario a été écrit par les deux auteurs.

Le titre de ce premier tome évoque le personnage d'Obéron qui n'est pas un inconnu. En effet, Obéron est le roi des fées dans les légendes médiévales et surtout un personnage de le songe d'une nuit d'été de William Shakespeare. On retrouve cet aspect de tragédie cher à Shakespeare dès le début de Wika qui plante très vite le décor. Obéron, jaloux du fait que Titania, son ancienne compagne, l'ait quitté pour un autre, est prêt à tout pour se venger. Titania vient aussi de l'ouvrage de Shakespeare, c'est la reine des fées dans le Songe d'une nuit d'été. de sa nouvelle union, Titania a eu une fille Wika, un bébé, au moment où Obéron déchaine sa colère contre ses parents. Heureusement, Titania parvient à sauver sa fille grâce à l'aide de son maître d'armes qui va devoir lui couper les ailes pour mieux la cacher de ses poursuivants. Cela va fonctionner et on retrouve Wika des années plus tard, devenue une belle jeune fille. le coeur de l'histoire se situe d'ailleurs à cette période.
L'univers décrit dans ce premier tome est un mélange de féérie, de steampunk, de légendes nordiques, de fantasy, de tragédies et tout cela fonctionne à merveille même si on aurait pu en douter au tout premier abord. Les fées présentent dans ce monde ne sont pas celles des contes de fées, elles en sont bien éloignées. Les légendes nordiques sont présentes avec la compagne d'Obéron, une lycanthrope descendante de Fenrir le loup mais aussi dans le nom de certains lieux. le côté steampunk est présent dans la technologie, les décors et les vêtements. L'univers est très riche mais garde une part de mystères.

Les personnages sont principalement issus du monde féérique hormis Bran qui va aider Wika à son arrivée à Avalon, la capitale de la contrée. Les méchants sont très méchants mais on prend plaisir à les détester et ils sont tous des looks très travaillés et une personnalité différente. L'héroïne est attachante, elle évolue en prenant conscience de son passé et de ses pouvoirs. Elle est évidemment très belle avec un look sexy et pour ne rien gâcher a une superbe couleur de cheveux.

Le scénario commence par une vengeance mais semble prendre un tournant un peu différent. Les rebondissements sont présents et bien amenés suffisamment pour rendre l'intrigue intéressante et qu'on ait fortement envie de lire la suite. En espérant d'ailleurs que les tomes 3 et 4 ne se fassent pas trop attendre.
Quant est il maintenant du graphisme? On peut aimer ou non le style mais ce qu'on ne peut nier c'est à quel point les graphismes et le couleurs sont extrêmement soignés. Chaque page comporte une foultitude de détails plus hallucinants les uns que les autres, au point qu'on ne sait plus où donner de l'oeil pour ne rien rater. Les décors sont grandioses, foisonnants donnant une atmosphère très particulière au monde. Les tenues des personnages sont extrêmement travaillées, on a envie de porter des robes aussi sublimes qui mettent tellement en valeur. Il faut aussi dire que les femmes sont tellement parfaites qu'elles seraient belles même dans un sac poubelle et pareil pour les hommes d'ailleurs. On en prend vraiment plein les yeux et on redemande tellement les graphismes sont magnifiques. Olivier Ledroit utilise souvent des dessins sur des doubles pages qui les mettent encore plus en valeur ainsi qu'une mise en page originale qui rend le dessin vivant. On prend plaisir à retrouver ce qui faisait une des grandes qualités des Chroniques de la Lune Noire : la richesse et la qualité des dessins.

Ce premier tome est une grande réussite alliant un univers riche et original, une ambiance particulière provenant du mélange parfaitement dosé d'univers féérique, de steampunk et de tragédie. le tout parfaitement servi par des graphismes superbes, colorés et vivants. Si vous voulez jeter un oeil, le site de l'éditeur propose un visuel des premières pages.

Lien : https://aupaysdescavetrolls...
Commenter  J’apprécie          40
La Chronique Fourre-Tout D'YRADON #N16 sur "Wika T.1" de Thomas Day et Olivier Ledroit chez @GlenatBD

Etant un grand fan des "Chroniques de Lune Noire" et de "Requiem", bien avant la fameuse vidéo du youtubeur "Alt236", et donc du travail d'Olivier Ledroit, j'ai pris un énorme plaisir à découvrir l'univers qu'il a construit dans "Wika". On y retrouve une famille, aux prises avec un tyran qui veut les tuer, afin d'anéantir, l'espoir qu'ils représentent pour le peuple, mais également s'approprier leur puissance. Afin d'éviter le sort tragique qui les attend à leur fille. Ils prennent donc l'horrible décision de lui couper littéralement les ailes et la confient à des roturiers pour qu'elle reste en vie. On y découvre également ses premiers pas dans la capital du Tyran ayant assassiné ses parents et sa rencontre avec ses us et coutumes. Chose qui ne se fera pas sans bobos et péripéties. Wika essaye donc de vivre sa vie comme elle l'entend, mais c'est sans compter sur ses pouvoirs, qui tendent à se réveiller et se révéler au mauvais endroit et au mauvais moment. Que du bonheur donc.

C'est donc encore du très bon boulot que nous offre ici Olivier Ledroit, un mix entre contes de fée et steampunk. On y retrouve l'esprit des Chroniques, mais surtout celui de "Requiem" et c'est ce qui a d'autant plus ravi mon âme de fan. Autre point positif, le scénario de Thomas Day, auteur de SF que je connaissais déjà et dont la plume m'a déjà séduit, qui nous offre ici une très belle épopée à notre pauvre héroïne. Les personnages sont charismatiques et attachants, le monde dans lequel ils évoluent et riche et complexe à la fois. le tout est mis en lumière avec brio par le talent d'Olivier Ledroit, on y retrouve le trait qui le caractérise tant et qui a fait son succès et c'est vraiment bon. C'est donc un très bon tome 1 et je n'ai qu'une hâte, c'est de lire la suite.

Note tome 1 : 5/5.

Et vous, quelles sont vos dernières lectures du moment ?

Comme toujours, suivez-moi sur les réseaux sociaux ou directement sur ce blog, pour échanger avec votre serviteur et/ou être les premiers avertis lorsque paraît une nouvelle #chronique. Je viens également d'ouvrir un #insta, un compte @Babelio et je suis "Superlecteur" sur IZNEO, pour ce blog à retrouver sous les #nametag : yradon4774 (insta) et Yradon4774 (Babelio et IZNEO).

See you soon sur les ondes...
Lien : https://wordpress.com/post/y..
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (5)
Elbakin.net
18 août 2014
Nous avons [...] affaire aux débuts d’une série que l’on espère intéressante à suivre, en redoutant qu’elle dérive en devenant trop longue ou en risquant de se perdre dans des méandres scénaristiques inutiles qui nuiraient à l’ensemble.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
BoDoi
18 juillet 2014
Ce surdoué du dessin n’avait certainement pas besoin d’en faire des tonnes à ce point, si ce n’est pour camoufler une intrigue indigente et déjà vue.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest
10 juin 2014
Un très beau livre, conçu avec le classicisme et l’universalisme d’une tragédie shakespearienne.
Lire la critique sur le site : BDGest
Wika et La Fureur d'Obéron est une très bonne BD qui, pour ne rien gâcher, à été soignée : préfacée par l'elficologue Pierre Dubois, terminé par un carnet graphique dans lequel sont exposés la genèse de la BD et des personnages et avec une superbe carte pour page de garde. Et vue l'étendue de cette carte, qui va bien au-delà des frontières d'Avalon et de Castelgrimm, nul doute quand aux prochaines aventures de Wika.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Auracan
28 mai 2014
Bref, l'alchimie des auteurs a pris et on a hâte de poursuivre les aventures de la belle Wika.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Ni fée sans sorcière dans le monde de Pan.

Ledroit le sait...

Et Day n'est pas en reste, lui qui depuis longtemps hante et parcourt les détours de ces sombres coulisses. Il a, n'est-il pas, des sympathies pour le diable – un autre visage de Pan, d'ailleurs –, tracé sa voie au sabre en suivant un certain instinct d'équarisseur, pour un trône d'ébène dans une cité des crânes... lorsqu'on soulève des dunes on ne craint pas en retour quelques poussières dans l'œil.
Commenter  J’apprécie          210
- Je suis le cauchemar d’Oberon. Son pire ennemi. La sueur glacée qui, tel un orvet, lui descend les vertèbres les nuits où le sommeil se refuse à lui. Je suis la magie noire, la morbide volupté, le mauvais œil et les nuits agitées. Je réponds au nom de Ness.
- Je suis le poing, la lame, la couette et la chauve-souris. Pour toi et pour tous les autres, je m’appelle Mata.
- Je suis les poisons et les philtres, la gourmandise et les plaisirs interdits...mais si délicieux. Gwynette pour te servir, à table et où il te plaira…
- Ensemble, nous sommes les Fées noires. Alliées ou ennemies, ce choix t’appartient.
Commenter  J’apprécie          50
Gorm : Père a parlé de la fée, mais pas du gamin.
Evann : Oui, tu peux le bouffer, si c'est ça la question.
Commenter  J’apprécie          50
" Bien souvent les mauvaises plantes donnent de mauvaises graines et les mauvaises graines donnent rarement de bonnes plantes. "
Commenter  J’apprécie          30
Aucune créature surnaturelle, aucun elfe ne peut être pleinement satisfait.
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Thomas Day (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Day
Peter A. Flannery, en compagnie de Gilles Dumay, répond à nos questions concernant Mage de bataille (éd. Albin Michel Imaginaire) durant le festival Trolls & Légendes 2019.
autres livres classés : steampunkVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (232) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5164 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..