AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070306985
288 pages
Éditeur : Gallimard (07/04/2005)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 67 notes)
Résumé :
En refusant de faire don à l’Empereur de sa concubine, la sublime Shirôzaemon Reiko, le seigneur Ichimonji Daigoro a signé l’arrêt de mort de son clan. Unique survivant de la terrible bataille qui a vu son nom définitivement rayé de la surface du Poisson-Chat Kyûshû, Daigoro ne doit sa vie qu’à l’intervention d’un démon : le feu primordial, désormais incarné dans celle qui fut son amour. Et maintenant il ne souhaite plus qu’une chose, tuer l’Empereur-Dragon à l’orig... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  02 avril 2013
Après « La voie du sabre » voilà que Thomas Day nous plonge à nouveau dans l'Empire des Quatre Poissons-Chats, univers inspiré d'un Japon du XVIIe siècle teinté de fantasy, avec le dernier volume de son plus célèbre diptyque. Attention toutefois, car si « L'homme qui voulait tuer l'empereur » est bien annoncé comme la suite du premier opus, les événements qui y sont relatés se déroulent en réalité plusieurs décennies après les aventures de Mikédi et du renommé Miyamoto Musashi, et se focalisent sur d'autres protagonistes. En dépit de quelques petites références (notamment en ce qui concerne la généalogie des personnages), le roman peut donc se lire de façon tout à fait indépendante sans que la compréhension générale n'en soit bouleversée. Nous voilà donc plongé dans une toute nouvelle histoire mettant cette fois en scène le jeune seigneur Ichimonji Daigoro qui, par amour pour sa concubine Reiko, va défier l'Empereur-Dragon et, accompagné d'un démon et d'un bretteur libertin français, partir en quête de vengeance.
Dans l'ensemble, on peut considérer le pari de Thomas Day comme réussi, l'auteur parvenant comme toujours à nous accrocher dès les premières pages grâce à un mélange de poésie et de crudité dont il a lui seul le secret. le roman n'est toutefois pas exempt de certains défauts qui le rendent malgré tout légèrement inférieur au premier volume qui bénéficiait d'une intrigue un peu plus étoffée et de personnages à la psychologie davantage détaillée. On sait au final très peu de chose sur le protagoniste, cet homme avide de tuer l'empereur afin de venger son amour perdu, si bien qu'il faut attendre plus de la moitié du roman pour qu'on se prenne enfin d'affection pour lui tandis que les personnages secondaires, pourtant très prometteurs, demeurent tout du long trop en retrait. L'histoire se suit cela dit sans ennui tandis que certaines idées de l'auteur font leur petit effet, tel que le majestueux Château-Céleste ou encore les hordes de damnés que recèlent les différents niveaux des Enfers enfouis sous le Mont Fuji.
Si on ne peut pas vraiment parler d'une suite à « La voie du sabre », ce second opus s'en tire cela-dit plutôt bien malgré certains petits défauts. C'est un plaisir de retrouver l'univers dépaysant élaboré par Thomas Day qui nous livre ainsi avec « L'homme qui voulait tuer l'empereur » un roman agréable malgré sa brièveté (le récit avait dans un premier temps été publié sous la forme d'une nouvelle parue dans la revue Bifrost...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
Lorraine47
  04 mai 2013
Pourquoi le seigneur Ichimonji Daigoro s'est-il opposé à la volonté de l'Empereur, mettant en péril la vie des siens et celle de sa concubine bienaimée Shirôzaemon Reiko?
Pourquoi ses yeux restent-ils secs quand on lui ramène le cadavre de son épouse et ceux de ses enfants sauvagement assassinés par les troupes impériales?
La réponse se trouve certainement dans les yeux noirs de sa concubine, celle pour laquelle il prendra tous les risques afin de garder l'exclusivité de son corps et de son âme.
Belle saga nippone où les trois SSS sont une fois de plus réunis: sexe, sang et samouraï!
Elle peut se lire indépendamment de "La voie du sabre".
J'ai particulièrement apprécié le tandem formé par Daigoro et son acolyte français Bertrand Merteuil de Courcelles espèce de comète perdue au pays des Shôgun et passablement porté sur la chose.
Le Merveilleux et le fantastique nous accompagnent avec le personnage fascinant qu'est le démon du feu. Ce dernier, qui prendra possession du corps de la belle Reiko mettra de l'huile sur le feu et pimentera ce récit captivant.
Thomas Day est un conteur hors pair, il me tarde de lire "L'intinct de l'équarisseur" dans un tout autre registre.
Wai, que rajouter de plus?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
cecileterrestria
  02 juillet 2020
Ce livre et moi, c'est l'histoire d'une rupture et d'un abandon, donc cette chronique sera courte… Attention spoil !
L'intrigue de ce roman se passe trente-trois ans après les événements du tome 1 jusque là tout va bien…
C'est l'histoire d'un seigneur japonais dont on vient de tuer femme et enfants – classique – parce que l'empereur veut sa maîtresse trop vachement belle – classique – le seigneur refuse et se tient prêt à la bataille tout en prenant le temps de passer son temps à forniquer avec elle – moi, perso, je me concentrerai plus sur la défense mais, soit, on n'a pas tous les mêmes priorités dans la vie…
L'ennemi attaque, le seigneur et ses gens sont confinés et commencent à mourir de soif – classique… et prévisible fallait p'tet moins forniquer – tout le monde est aux portes de la mort mais eux forniquent – peu classique mais admettons qu'à l'aube de sa mort on veuille s'abreuver au corps de l'autre de façon insatiable…
La maîtresse finie par sacrifier sa vie pour sauver son seigneur et maître – ah enfin de l'originalité ! non je rigole… tellement classique ! – son corps est investi par un démon qui va aider le seigneur a obtenir vengeance…
Sa maîtresse est morte mais il tant qu'il continu à b*****, non pardon à honorer quotidiennement ce corps vide de son âme – moralité mesdames ça sert à rien d'avoir de l'esprit du moment que vous faites le trou, comment ça je suis polémique ??? Voilà, ça dure des pages et des pages comme ça…
Donc, je vais encore passer pour l'emmerdeuse de service mais j'ai stoppé ma lecture à la page 116 sans retrouver la motivation de reprendre… pardon mais ce roman a été écrit en 2003, c'est trop récent pour que je lui trouve des excuses… Mais comme d'habitude, j'ai beau lire d'autres chroniques, a priori je suis une des rares à être choquée par ce genre de choses… c'est ça que je trouve le plus terrifiant…
En conclusion donc, je crois que Thomas Day et moi ne sommes pas fait pour nous entendre… On dira que c'est un rendez-vous raté avec cet écrivain mais je trouve ça regrettable, en deux romans, il m'a découragé de lire le reste de son oeuvre… ou dans très, très, très, très longtemps…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          89
meygisan
  15 décembre 2017
Le premier tome de la voie du sabre fut pour moi l'occasion de découvrir Thomas Day et ce fut une bien belle découverte au point de vouloir me procurer d'autres romans de son oeuvre. Celui ci en fait parti et après lecture, je dois reconnaitre qu'il m'a légèrement déçu par rapport au premier tome. Certes le monde imaginaire très fortement inspiré de la réalité reste cohérent et attractif, mais n'atteint jamais ni l'ampleur ni la portée du précédent tome. En effet, j'ai eu l'impression qu'il était beaucoup moins fouillé, moins abouti, et finalement moins crédible.
J'ai eu la même impression concernant les personnages que j'ai trouvé pratiquement fades. Sans doute est ce dû au fait que contrairement à Musashi ( du premier tome), l'auteur n'a pu s'appuyer sur un semblant de réalité qui donnait toute son "épaisseur" à celui ci.
L'histoire enfin est bien menée et suffisamment prenante pour qu'on s'y attarde jusqu'à la dernière page, mais elle n'atteint jamais la portée du premier tome. Je veux dire par portée que cette histoire essentiellement tournée vers la vengeance ne m'a touché plus que cela. À aucun moment, je ne me suis senti véritablement concerné par le sort du seigneur Ichimonji Daigoro, personnage principal. J'ai suivi ses aventures avec un certain recul, j'ai assisté à sa vengeance sans vraiment y prendre part. En fait, il n'y a pas eu de véritable accroche avec ce personnage qui manquait cruellement de profondeur.
Néanmoins Thomas Day est très doué pour décrire des scènes de batailles mais elles restent tout de même très rares, au risque de décevoir ou frustrer le lecteur avide de ce genre. Le personnage du "feu primordial" est une excellente trouvaille, même s'il est très largement sous exploité, et en incarnant l'aspect surnaturel du récit, il apporte une valeur ajoutée indéniable à l'histoire.
Mon expérience avec Thomas Day ne s'achèvera pas pour autant là. J'ai hâte de découvrir ses autres romans dans d'autres registres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
edwige31
  05 juillet 2013
Ce roman, bien qu'il soit annoncé comme un deuxième opus de la Voie du sabre, peut se lire de façon totalement indépendante. Les événements dans ce récit ont lieu des décennies après les aventures du celèbre Miyamoto Musashi.
En refusant de faire don à l'Empereur de sa concubine, le seigneur Ichimonji Daigoro a signé la destruction complète de son clan (dont sa femme et ses deux jeunes enfants). Unique survivant de la dernière bataille, Daigoro ne doit sa vie qu'à l'intervention d'un démon, apparu grâce aux incantations de sa concubine bien aimée: le feu primordial, désormais incarné dans celle qui fut son amour. Sa vie est désormais dirigée uniquement par la vengeance et la destruction de l'Empereur-Dragon. Accompagné de son étrange et dangereux allié et d'un infréquentable bretteur gaijin au passé trouble, Daigoro découvrira dans les entrailles du Mont Fuji le prix de ses funestes desseins. Il rencontrera beaucoup de démons et de dieux : il comprendra que sa vengeance est utilisée pour régler des conflits séculaires entre eux.
Si le roman est dans le pure style de la fantasy médiévale, j'ai moins aimé cet opus : c'est un plus ésotérique, car la magie et le rôle des dieux et des démons est très prégnant dans ce récit. de ce fait, je me suis un peu lassé de ses conflits immémoriaux où nos deux héros ne sont finalement que des jouets. La philosophie zen , représentée par la voie du Sabre, n'est que suggérée et elle empreigne moins le récit et les actes du héros. de ce fait, j'ai moins accroché à cette quête de vengeance, même si la fin est assez habile. On peut même dire que c'est presque un happy end puisque les héros et leur ennemi vont trouver au final une certaine sérénité, chacun à leur façon. le style est agréable à lire, c'est dynamique et très inventif. Une bonne lecture mais pas inoubliable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   19 avril 2013
Bientôt mon histoire sera connue de tous. On en fera des chansons, des pièces de théâtre, des estampes, des rouleaux qui se transmettront de génération en génération. Et toutes ces choses n'offriront au futur qu'un seul écho : souvenez-vous, souvenez-vous d'Ichimonji Daigoro, l'homme qui aima Reiko et qui, à cause de son amour pour elle, vit tous les siens mourir, sa forteresse brûler et son fief être jeté dans le puits du néant. Souvenez-vous de cet homme qui, pour se venger de l'Empereur, traversa le détroit de Bungo avec pour seul compagnon un démon, mangea la chair d'un dieu avant de descendre aux Enfers et de libérer des hordes de damnés qui ravagèrent l'Empire et provoquèrent la fin d'un règne. C'est l'amour qui fait de nous des dieux et non la haine. Et moins encore la vengeance. Je voulais me détruire en me vengeant ; je me suis construit en arpentant la voie de cette vengeance. Maintenant je sais qui je suis. Je suis l'homme qui voulait tuer l'Empereur. Rien de plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Lorraine47Lorraine47   04 mai 2013
Il est temps de pénétrer dans les profondeurs de la Mort, les failles de Mont Fuji.
Ici mon véritable voyage commence. Comme me l'a murmuré un ami enchâssé depuis l'aube des temps dans les rocs dorés qui veillent sur la cité de Shangri-La:"Il existe toujours, quelque part, une guerre à laquelle on se doit de participer."
Commenter  J’apprécie          330
boudiccaboudicca   03 avril 2013
Depuis des centaines d'années, la caste impériale utilise l'encre de Shô pour accroître la longévité de ses élus en quête d'immortalité, mais aussi comme poison ou comme encre pour la calligraphie. Si tu nourris un aigle avec de la viande trempée dans cette encre, il va se développer rapidement et devenir un dragon aérien, une créature gigantesque, puissante mais stupide. Si tu fais la même chose avec un chien de combat, celui-ci devient un loup des ténèbres, une créature dangereuse, si peu contrôlable que les empereurs ont cessé d'en créer il y a plus de deux cent ans. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
boudiccaboudicca   06 avril 2013
Au-delà de ces remparts, on aperçoit la silhouette tarabiscotée du Palais Impérial avec ses douves nombreuses et bifurquantes qui en font un véritable labyrinthe. Juste au dessus du dédale de fosse à crocodiles, de pagodes couvertes d'or et de ponts écarlates plane une grande construction.
-Quel est ce prodige ? demande Bertrand en désignant du doigt la forteresse volante.
-Le Château Céleste. L’Empereur s'y réfugie au moindre danger. Quatre paires de dragons maintiennent le bâtiment hors de portée de tout projectile. De puissantes chaînes lient la structure volante au Palais Impérial. En cas de besoin, le Château Céleste peut être désarrimé. Les dragons le posent alors quelque part dans la montagne, dans un lieu inaccessible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Lorraine47Lorraine47   03 mai 2013
Mais quand il m'a dévoré le bras, j'ai vu quelque chose, j'ai partagé ses pensées. C'était juste une vision. Celle d'un monde en flammes. Des villes qui brûlent, des forêts incendiées, une terre fumante, calcinée, hérissée d'arbres noirs comme la carapace du scarabée-rhinocéros. Une vision où l'humain n'a pas sa place. Un monde où nous sommes consumés avant de disparaître.
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Thomas Day (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Day
Peter A. Flannery, en compagnie de Gilles Dumay, répond à nos questions concernant Mage de bataille (éd. Albin Michel Imaginaire) durant le festival Trolls & Légendes 2019.
autres livres classés : japon medievalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1635 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre