AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070443093
304 pages
Gallimard (29/03/2012)
3.22/5   115 notes
Résumé :
Saint-Malo, 1922. Sous la brume de guerre qui recouvre l’Europe depuis la fin de la Grande Guerre, Judicaël, seize ans, tente de gagner sa vie en vendant des illustrés. Mais, pour survivre et subvenir aux besoins de son grand-père, il lui arrive de franchir légèrement les bornes de la légalité. Jusqu’au jour où il rencontre la belle Mädchen. Et lorsque celle-ci disparaîtra, Judicaël fera tout pour la retrouver, en espérant qu’elle n’ait pas croisé la route d’un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,22

sur 115 notes
5
4 avis
4
10 avis
3
16 avis
2
1 avis
1
0 avis

boudicca
  02 juin 2013
Avec « Du sel sous les paupières », le moins que l'on puisse dire c'est que Thomas Day nous propose un roman bien éloigné de ceux auxquels il nous avait jusque là habitué, plein de fureur, de sexe et de sang. L'auteur semble en effet s'être assagi et nous offre une belle histoire pleine de romantisme et de féerie, récompensée il y a peu par le Grand Prix de l'Imaginaire 2013. de Saint-Malo à l'Irlande, en passant par Guernesey ou encore le barrage de la Rance, on y découvre un monde bien éprouvé au sortir de la Première Guerre Mondiale qui s'achève tout juste en l'année 1921, guerre qui a laissé sa marque sur la célèbre ville des corsaires sous la forme d'une oppressante brume accentuant la grisaille et la morosité du lieu. C'est dans ce triste paysage que deux destins vont se rencontrer, celui de Judicaël, orphelin plein de colère et livré à lui-même mais sacrément débrouillard, et Mädchen, tout aussi esseulée et déterminée que son jeune compagnon. Ensemble, les deux adolescents nous entraînent dans une succession d'aventures qui quittent peu à peu le « réel » pour basculer complètement dans le fantastique.
Thomas Day rend ici un bel hommage à la ville de Saint-Malo qu'il est agréable de redécouvrir sous sa plume mettant en avant avec subtilité le passé historique et l'importance de la mer pour la ville (guère surprenant que le roman ait séduit le jury du Grand Prix de l'Imaginaire qui, depuis quelques années, est justement décerné à Saint Malo, lors du festival des Étonnants Voyageurs). de même, les quelques passages en Irlande ou à Guernesey dans la seconde partie du roman se révèlent tout aussi réussis, donnant la part belle aux légendes celtiques les plus connues ici revisitées avec talent. Les personnages quant à eux sont parfaitement convaincants et très attachants, qu'il s'agisse de l'émouvant jeune couple, de l'automate Hans ou des elfes des bois dissidents. On peut également saluer un certain nombre d'idées intéressantes exploitées par l'auteur comme celle de la ville-bibliothèque de Guernesey gardée par un érudit devenu Ogre à force d'accumuler trop de savoirs, ou encore celle de mêler les passés mythologique et historique de l'Irlande en faisant intervenir l'IRA, le Dagda et toute les légendes et la magie que cela implique.
Au final, « Du sel sous les paupières » se révèle être un roman atypique dans lequel Thomas Day a pour une fois fait le choix de remplacer la violence par l'action et le sexe par l'amour et l'amitié. le résultat est fort louable, bien que ma préférence aille aux ouvrages plus incisifs et plus durs de l'auteur. Une jolie découverte, cela dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
ange77
  25 juin 2018
« (...)
- On raconte des choses...
- Quelles choses ?
- La routine bretonne : fantômes, lutins, ogres. Certains disent même que l'Ankou a quitté la basse Bretagne pour Guernesey. »

Du pur bonheur !
« Du sel sous les paupières »... c'est le titre qui m'a attirée en tout premier lieu.
Un livre dont le simple nom recèle tant de poésie en seulement cinq mots ne pouvait être que sublime, non ?
Hé bien, puisque mon coeur a manqué quelques battements et que ma vue s'est parfois brouillée sous mes larmes, salées évidemment... Oui, je pense que ce bouquin est un sublime chef-d'oeuvre à lire absolument !

Je dois dire que j'étais tout de même sceptique, d'autant que j'avais un peu de mal au début. Je ne comprenais pas vraiment à quel genre de récit je me confrontais...
Je sortais à peine du fabuleux monde du Paris de Merveilles de Pierre Pevel, les sens encore un peu engourdis - comme souvent quand une histoire me fait de l'effet - , et je ne pensais pas retrouver aussi rapidement une lecture qui me transporterait à nouveau, et surtout, à ce point là...
Et pourtant !
Car si j'éprouvais quelques « difficultés », j'étais cependant bien incapable de lâcher ce livre, et il ne m'a pas fallu atteindre la deuxième partie (même si j'avoue l'avoir préféré à la première) pour être complètement convaincue - voire vaincue... ? - que j'étais bel et bien face à un énorme coup de coeur, alors même que c'était déjà le cas avec le Pevel lu juste précédemment.
Comme quoi, les lectures se suivent, ne se ressemblent pas forcément (quoique...) mais peuvent engendrer deux coups de coeur à la suite (ça n'arrive pas si souvent ^^).

Saint-Malo, 1922.
Judicaël, seize ans, d'avantage connu sous le nom de l'Apache à cause de son bandeau, vit seul avec son papé, depuis que la guerre a emporté son père, et la maladie, sa mère, alors qu'il était encore tout jeune enfant.
Notre héros ne tarde pas à tomber amoureux de Mädchen ; un seul regard de la jolie vendeuse de fleurs en papier lui a suffit pour cela. Mais quel regard ; les yeux de Mädchen sont de la couleur oubliée... Oubliée, parce que depuis la fin de la Grande Guerre, une brume grisâtre et opaque plombe le ciel et rend au paysage des couleurs fades, tristes, sales...
Malheureusement la jeune fille disparaît, à l'instar d'autres gamins des environs. L'Apache, qui soupçonne celui que tous les Malouins nomment le Rémouleur, n'aura alors plus de cesse de vouloir retrouver celle qu'il aime déjà au-delà des mots. À tout prix.

Donc oui, j'ai adoré.
Riche d'un vocabulaire vraiment agréable et plaisant, le récit s'écoule naturellement, tel le temps, qu'on ne voit guère passer en revanche en lisant ces lignes. Le rythme est soutenu, sans temps morts.
Amour, Amitié, féerie, poésie, sont les maîtres mots de cette fantastique fable, mais pas uniquement. Les enjeux et les risques qu'encourent nos protégés ne sont pas feints et on se retrouve vite au coeur de l'action, se demandant à chaque page tournée comment tout cela va finir...
Les héros sont hyper attachants, et si ce n'est l'ensemble, au moins un ou deux d'entre eux devrait ne pas vous laisser indifférent...
Une uchronie charmante où se mêlent savamment steampunk, fantasy (... décidément ^^) et mythologies qui, bien que sombre de part le contexte même, et les péripéties qu'auront à vivre tout ce petit monde, reste terriblement colorée grâce à la marée de sentiments qui nous noie, imperceptiblement.

Je découvre l'auteur en même temps que l'oeuvre, et si je comprends avec d'autres chroniques que Thomas Day semble avoir ici quelque peu « allégé » sa plume, j'ai quand même très envie de lire d'autres textes du romancier, tant celle-ci m'a donné du plaisir et permis de rêver.
J'en redemande !
Et je recommande, bien sûr !

« (...)
« Et maintenant ? » demanda Mädchen.
- Ne m'abandonne pas, car moi je n'aurai pas besoin de me glisser du sel sous les paupières pour te pleurer. »

Excellente lecture à vous ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
AudreyT
  08 janvier 2016
Judicaël a 16 ans et il est seul. Il vient de perdre son papé, le dernier membre de sa famille. Vendeur des rues, des illustrés à quelques centimes, il tente de survivre à Saint Malo, que la brume de la Grande Guerre rend triste et froide. Suite à l'incendie du dépôt de son patron, il se voit contraint de fuir. Il va alors rencontrer plusieurs personnages, d'une jolie jeune fille à un automate, en passant par des elfes, qui le guideront dans de nouvelles aventures...
Je ne connais rien à la fantasy, la SF et tout ce qui s'y rapproche. Si ce roman de Thomas Day a atterri dans mes mains c'est grâce, on peut dire grâce parce que j'ai bien aimé, à Mladoria et son challenge Méli-mélo. le début de l'histoire est ancré dans le réel et j'ai pu m'y installer en confiance. On bascule ensuite dans le fantastique, et même si j'y étais un peu moins à l'aise, j'avais eu le temps de m'attacher au personnage principal. Une jolie découverte donc ;-)
Commenter  J’apprécie          350
basileusa
  28 février 2018
Je découvre cet auteur et honnêtement je ne sais pas quoi penser de ce roman. C'est un mélange de plusieurs styles et ça m'a un peu déconcerté...au début on se pense dans notre monde contemporain mais il y a un problème avec les dates de la 1ere guerre mondiale et puis c'est ensuite que je comprend que c'est une uchronie. Ensuite on est plutôt dans du steampunk avec le robot Hans, cette partie est pas mal mais je l'ai trouvé trop facile pour nos héros. Enfin on tombe dans de la fantasy, du folklore irlandais et si ça se lit bien, j'ai pas accroché pour autant...Sans doute tous ces mélanges et puis pas du tout attachée à l'Apache et MÄdchen, ce qui n'aide pas !
Donc en résumé il y a pas mal de bonnes choses mais mis de bout en bout l'histoire me semble assez décousue .
Commenter  J’apprécie          220
Meygisan
  16 mars 2018
Je poursuis ma découverte de l'oeuvre de cet auteur avec ce livre que j'ai apprécié dès les premières pages. Il m'a été étonnant de constater que les deux personnages principaux deviennent immédiatement attachants, que leur relation simple et nouvelle, à peine esquissée, mais déjà que l'on sent profonde et sincère, y soit pour beaucoup dans cet attachement. La sauce prend donc immédiatement; on se sent concerné par le destin de Judicaël.
Il faut reconnaître là tout le talent de l'auteur, que de mêler une histoire d'amour à un contexte fantastique et historique, en y apportant une couleur steampunk assez prononcée. Le personnage de Hans fonctionne à merveille dans cet univers et on se laisse happer par l'histoire sans se poser de questions. Elle coule de source.
J'ai été également séduit par la fluidité de l'écriture de Thomas Day, que je connaissais certes déjà par ailleurs, mais il me semble que le sujet de ce livre lui offre la possibilité de dévoiler une facette encore plus poétique de sa prose. Le contexte historique très largement renseigné apporte une valeur ajoutée indéniable au récit, et rappelle au lecteur la réalité de la guerre qui vient de s'achever, lui permet de garder un pied dans le réel ( de ne pas oublier, devoir de mémoire!?) alors que le récit verse progressivement et minutieusement dans le fantastique, dans les légendes celtiques. Cette réalité, qui a laissé le monde marqué à jamais, est encore plus soutenu par cette "brume de guerre" dont l'auteur se défend de la définir, mais qui ne laisse aucun doute sur sa signification.
Au final, c'est un roman qui se lit bien, vite, un peu trop vite, tellement les personnages et l'histoire sont prenants. J'ai pris un réel plaisir et vous le conseille si vous souhaitez découvrir Thomas Day.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (2)
Elbakin.net   29 avril 2016
Le récit oscille également entre roman jeunesse et adulte. Cette indécision a des résultats inattendus et ambivalents.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
SciFiUniverse   29 mars 2012
Thomas Day s'assagit. On connaît ses prouesses stylistiques et ses envolées poétiques qui sont parmi les plus belles pages de la fantasy française […]. On ne lui connaissait pas ce côté romantique.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   01 juin 2013
Saint-Malo restait une ville d’histoires, de rumeurs et de légendes. La guerre n'y avait rien changé. Et il était fort probable que la disparition de la brume de guerre et une paix durable n'y changerait rien. Avec ses remparts, ses bateaux et ses fameux corsaires, Saint-Malo faisait rêver depuis des siècles et attirait dans ses filets, avec une facilité déconcertante, les êtres d'exception.
Commenter  J’apprécie          180
SpilettSpilett   21 août 2014
Qu'on t'appelle pour les trois ans du service militaire obligatoire et que tu sois obligé d'y aller, au moins pour ta famille et son honneur, ça je peux comprendre... Mais qu'on choisisse d'être soldat de métier, de porter un uniforme, d'obéir à des ordres idiots toute la journée en espérant qu'une guerre va bientôt se déclarer, c'est pas humain pareille chose.
Commenter  J’apprécie          150
SpilettSpilett   19 août 2014
"Quand deux hommes boivent une bière ensemble, un coup de poteen, ou un whiskey, qu'ils font ça les yeux dans les yeux, il y a quelque chose de sacré dans cet acte." Patrick tiqua en entendant le mot sacré. " Je n'ai pas dit religieux, continua Collins, j'ai dit sacré. Ce n'est pas la même chose. Bois avec moi. On dit des alcools distillés qu'ils sont des spiritueux, esprit du vin ou du grain, qu'ils lient les esprits entre eux... ou à autre chose quand on boit seul. Les ténèbres très souvent. Un homme, un vrai, ne boit jamais seul."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ange77ange77   25 juin 2018
- Putain, qu’il est bon, ce picrate ! s’exclama Judicaël après l’avoir goûté.
Puis il se tourna vers Mädchen, et s’excusa pour son gros mot.
- Tu sais quoi : bougre de bordel à culs, j’en veux bien une tasse, moi aussi, de ton château-lafite, lui répondit-elle.
- Bigre. J’adore c’te fille. C’est une Apache. Une vraie.
Commenter  J’apprécie          120
SpilettSpilett   03 novembre 2016
... Dieu a inventé l'alcool pour que les Irlandais ne dominent pas le monde. Puis la nitroglycérine pour essayer de réparer son erreur.
Commenter  J’apprécie          250

Videos de Thomas Day (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Day
Peter A. Flannery, en compagnie de Gilles Dumay, répond à nos questions concernant Mage de bataille (éd. Albin Michel Imaginaire) durant le festival Trolls & Légendes 2019.
autres livres classés : uchronieVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4058 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre