AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Claude Gauvard (Collaborateur)
EAN : 9782020061940
352 pages
Seuil (01/06/1982)
3.76/5   41 notes
Résumé :
Le Moyen Age est encore présent dans notre univers matériel et mental.
Mais, sur son immense héritage, les mages convenues cachent souvent les faits authentiques.
Ce livre ne se propose pas de raconter la suite des événements qui, des Mérovingiens à la Renaissance, ont créé l'Europe politique ; il s'adresse à ceux qui veulent découvrir et comprendre " l'homme médiéval " dans son environnement physique et psychologique, dans sa vie de tous les jours, d... >Voir plus
Que lire après La vie au Moyen AgeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Cet ouvrage grand public datant des années 70 demeure l'une des meilleures clés d'entrées, l'une des vues les plus panoramiques sur ces mille ans d'Histoire, et pourtant assez concis et simple.

Passionné de zoohistoire, Robert Delort étudie l'homme du moyen-âge dans son quotidien, dans ses rapports avec son milieu, son environnement.
Il nous montre un homme médiéval encore très dépendant de la nature, en lien permanent avec la faune et la flore, et par suite aux schémas mentaux très différents de ceux de l'homme moderne.

Cet homme du moyen-âge qui voyage peu, lentement, et meurt jeune est ancré dans son terroir. Il y puise ses certitudes, de même quand dans la religion, loi absolue compensant l'analphabétisme dominant par les rituels et symboles. La famille, la communauté, le métier définissent l'existence des êtres, non encore touchés par l'individualisme. Les rapports de couple et familiaux décrits par R. Delort , dans ce contexte, font figure d'exotisme aux yeux de l'homme contemporain.

Robert Delort, dans cette Vie au Moyen-Age, nous convie, par l'observation quotidienne du rapport au temps et à l'espace, à dégager une psychologie d'un temps, déclinée ensuite suivant les classes sociales. Moeurs et les valeurs de l'époque sont ainsi longuement déclinées suivant les trois grands ordres : paysans, nobles et religieux.Considérant les structures mentales comme la vie sociale, il dresse en quelque sorte une éthologie historique de la vie au moyen-âge. La Vie au Moyen-Age, adaptation grand public d'un dense travail d'étude, doit aussi beaucoup à Claude Gauvard.

Influencé par Dumézil et Duby, Robert Delort produit là un travail d'historien certes un peu daté, mais à la fois fluide et rigoureux. Il participe à resituer le Moyen-Age, au-delà des découpages, dans sa continuité par rapport aux époques mérovingienne et carolingienne, elles-mêmes prolongements de l'Antiquité romaine , insistant sur l'émergence au Bas Moyen-Âge des structures politiques et sociales qui domineront l'Occident jusqu'au milieu du XXème siècle, à savoir l'émergence de la bourgeoisie des villes, qui viendra radicalement rompre les structures mentales et sociales anciennes.

Bref, on a là une excellente synthèse, agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          472
J'ai trouvé ce livre dans une bourse aux livres, dans son édition de 1982. La première édition datant de 1971, je m'attendais à un essai historique parfois suranné, avec des concepts ou des idées un peu datées. Ce fut un peu le cas, car l'historiographie a évolué.

"La vie au Moyen Âge" est un ouvrage générique sur la longue période historique qu'elle représente. le titre nous indique déjà que l'approche chronologique sera laissée de côté au profit de l'approche thématique. Robert Delort commence par parler des hommes et du milieu et de comment ils se l'approprient. Il parle également des structures mentales et de la vie sociale, avant de prendre la découpe traditionnelle de ceux qui travaillent, combattent et prient. Un dernier élément est consacré à la ville avant une courte conclusion.

J'ai apprécié de lire cet ouvrage qui m'a rappelé mes cours de faculté sur certains points. de plus, le discours prononcé est "actuel" mais a sûrement du être révisé sur certains points dans les éditions suivantes. Les thématiques ne sont pas révolutionnaires mais elles ont le mérite d'être claires. Certains passages sont longs, trop longs, et les imageries et graphiques apportent peu. de plus, cet ouvrage n'est pas un ouvrage de vulgarisation historique. Il est plutôt réservé à des étudiants ou des passionnés d'histoire qui ont déjà une maîtrise du sujet.

En résumé, une lecture intéressante mais peu fluide qui nécessite des connaissances préalables pour l'apprécier à sa juste valeur. Certains passages pourraient être réduits et synthétisés pour favoriser une meilleure compréhension et donc ouvrir ce livre pour un plus large public.
Commenter  J’apprécie          00
Un livre très intéressant sur la vie quotidienne au moyen-âge : du serf au seigneur en passant par le clerc ou l'artisan. Sur les relations entre les diverses "communautés", leurs façons d'appréhender la vie, le quotidien, la religion, le labeur.
Ce n'est pas un livre toujours facile à lire avec beaucoup de statistiques qui ne sont peut-être pas toujours utiles, surtout quand elles s'étalent sur un long paragraphe, voire presque une page entière. Il m'est arrivée de sauter des passages.
J'aurai aimé que la dimension psychologique soit un peu plus poussée, parfois j'ai l'impression que c'est un peu inégal. Après, il est clair que certains aspects m'ont moins intéressés que d'autres.
J'ai beau avoir plus détaillé ce qui m'a déçue, mais je vous assure que c'est un livre à lire si on est intéressé par le monde médiéval.
Commenter  J’apprécie          30
Un ouvrage très intéressant qui étudie chaque classe de la société en décortiquant toute sa vie quotidienne : religion, nourriture, habits, relations, homme/femme/enfant, éducation, travail, etc. Les premiers chapitres nous offrent quelques trésors comme la symbolique des chiffres ou celles des couleurs.
Commenter  J’apprécie          60
robert Delort , va nous montrer toutes les facettes cachées que nous ne connaissons pas sur les paysans, les chevaliers, les clercs, les artisans ...leurs modes de vie, leurs croyances. Au bout du compte c'est bien une redécouverte de l'homme médiéval qui nous est dépeint dans cet ouvrage.
Lien : https://www.youtube.com/watc..
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Une très abondante littérature populaire nous campe le personnage de la femme mariée, vue par les maris ou les autres hommes; on a pu remarquer, au moins dans la littérature des XIIe et XIIIe siècles, que le nombre de maris réprimandés, battus, tyrannisés – et cocufiés – par leur femme-ogresse, forte en gueule et seule patronne à la maison, portant les braies, est très supérieur à celui des femmes « corrigés » par leur mari. Il faut certes interpréter ce fait avec prudence, se demander s'il ne s'agit pas là d'une caricature aux traits forcés : femme coquette s'enduisant de fiel de mouton, de graisse de chien, envoûteuse, empoisonneuse, menteuse et trompeuse; femme torturant son mari en lui faisant exprès répéter dix fois la même chose, l'assourdissant de son caquetage, le contredisant : veut-il du vin, il a de la cervoise; du pain, il a du gruau plein de levain; il dort, elle le réveille; il se tait, elle l'attrape; il parle, elle lui coupe la parole. La femme est rioteuse, querelleuse, papelarde (donnant ses rendez-vous à l'église), désobéissante, envieuse, superstitieuse, cruelle, luxurieuse, exigeante et insatisfaite, elle réclame le devoir conjugal avec emportement et « si le mari est trop fatigué pour s'exécuter, elle lui arrache les cheveux et le gifle »; un autre jour le mari en a-t-il envie? Elle le refuse. Les Lamentations de Mathieu, les satires contre les ivrognesses ou les maquerelles ne doivent pas trop nous retenir, mais tous ces ouvrages tendent à mettre en évidence la place exceptionnelle que la femme occupe dans la société médiévale et dans tous les milieux.
Commenter  J’apprécie          82
Au XIIe siècle, d'autres s'écrient : « Qu'importe la mort ! Prenons le bien qui nous vient à chaque jour. Après, advienne que pourra ! » La mort mettra fin à la bataille et, elle venue, il ne restera plus rien ni du corps ni de l'âme. D'autres disent qu'un Dieu bon ne saurait avoir créé un enfer, ou mis au monde un homme voué à la peine, au travail et au malheur. A la même époque, des clercs pauvres et facétieux, les goliards, courent les routes en chantant le jeu, le vin, l'amour, critiquant la société d'ordre, fondée sur l'argent, parodiant l'Évangile selon le (saint) marc d'argent.
Commenter  J’apprécie          80
Il est probable que, dans l'obscurité du Xème siècle, au cours d'une révolution qui a affecté les paysages, la production et les mœurs, le village est né
Commenter  J’apprécie          30

Video de Robert Delort (1) Voir plusAjouter une vidéo

Quand les héros sont des animaux
Au générique des photos de félins extraites de "L'Encyclopédie des chats". Bernard PIVOT a réuni six romanciers pour une émission consacrée aux "animaux héros de roman" : Robert DELORT dans "Les Animaux ont une histoire" retrace l'histoire des animaux, parle de la civilisation du hareng en Europe du Nord, de l'arrivée du rat gris en Europe... Il analyse les rapports de l'homme avec les...
>Histoire : généralités>Histoire générale du monde>De 500 à 1450. Histoire médiévale (40)
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (200) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3102 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}