AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782505000181
46 pages
Dargaud (03/11/2006)
4.03/5   180 notes
Résumé :
Toujours résolu à prouver l’illégitimité du pontificat du cardinal Trebaldi, le Scorpion est de retour à Rome. Il découvre une ville terrorisée par la cruauté d’un pape plus que jamais pressé d’éliminer les témoins de son passé. Selon le cardinal de Curtis, dernier dignitaire rebelle à cette tyrannie, il obtiendra les preuves irréfutables qu’il lui faut en trouvant pourquoi et par qui sa mère fut condamnée au bûcher… Premier tome du second cycle.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 180 notes
5
8 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Dionysos89
  05 septembre 2013
« Au nom du père », du Desberg et du Marini, amen ! le Scorpion attaque, dans ce septième épisode, le dernier arc de sa série avec un retour à Rome tonitruant et, potentiellement, riche en révélations !
Si certains lecteurs ont pu se lasser des quatre tomes consacrés à l'arc en Cappadoce et en Palestine, de Constantinople à Jérusalem, ils vont pouvoir raccrocher les wagons en retrouvant la Ville éternelle et son cortège de bretteurs, de comploteurs et de cardinaux (certaines catégories pouvant allégrement s'entrecouper). La dimension de cape et d'épée est ainsi largement développée une nouvelle fois ici (duels à l'épée, courses-poursuites sur les toits ensoleillés), ce qui entérine mon impression de retrouver là l'ambiance des deux premiers épisodes de la série.
En allant dans cette direction, nous pourrions même aller jusqu'à dire que l'intrigue du premier tome est au même point une fois ce septième tome terminé ! Nous en voyons beaucoup, mais nous en savons finalement peu : commencer à ce tome-ci pourrait même être une option finalement ! Pour autant, ne négligeons pas les atouts de cet épisode. Même si on a parfois l'impression de suivre un schéma répétitif (flashback, combat, poursuite, dialogue, flashback, combat, poursuite, dialogue, etc.), le rythme est constant, les dessins toujours aussi dynamiques (chapeau, monsieur Marini) et l'ambiance encore bien enjouée.
Ce septième tome sonne donc le retour à Rome pour le Scorpion et toute sa clique. L'arc en Méditerranée orientale s'étant terminé de manière quelque peu abrupte, la réception est un peu maladroite ici, mais l'ambiance de la capitale vaticane fait toute la différence pour nous remettre sur pied de suite. Espérons maintenant que les trois derniers tomes tiennent le rythme et surtout les promesses lancées dès le tout premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Davalian
  29 septembre 2013
Les révélations de Rochnan incitent le Scorpion à revenir vers la ville éternelle, siège de la Papauté dorénavant dirigée d'une main de fer par Trebaldi. La délation, les bûchers, la nouvelle inquisition, l'omniprésence des moines guerriers, sont devenus le quotidien d'une population écrasée sous son joug. Les dessins de Marini sont comme toujours à la hauteur. Deux ambiances dominent l'ouvrage : bleu-vert pour le nocturne et le sombre qui prédominent, les couleurs du feu pour les autres. le retour à Rome s'accompagne de dessins encore plus détaillés que par le passé.
Le côté superficiel et bon enfant de la saga est définitivement oublié. La première de couverture est à cet égard un bon marqueur. Armando, en proie aux doutes (qu'il a su taire jusque-là sans doute préoccupé par la chasse au trésor des templiers), ne sourit guère, devient violent. Autant dire qu'il y a de quoi raccrocher rapidement tant l'évolution est prévisible et incohérente avec les tomes précédents. Qui plus est, les révélations relatives à la naissance du protagoniste n'étonneront personne. C'est plutôt un soulagement de les lire "enfin" tant celles-ci ont été retardées.
En revanche, les personnages qui portent le scénario vers le haut sont assurément... les méchants. Trebaldi est de plus complexe et se trouve lui-même confronté à un "ennemi" implacable. Certes, rien de nouveau car tout cela était déjà annoncé. Mais c'est une agréable surprise de voir le tyran confronté à des démons qui semblent le tourmenter et l'oppresser. Enfin, le décès d'un compagnon de la bande, l'apparition de Marie-Ange (source de révélations à venir ?) et l'évolution de Nelio apportent un vent de nouveauté.
Un sentiment mitigé donc, mais nécessaire pour purger le scénario de ses non-dits et explorer des pistes nouvelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ewylyn
  02 janvier 2016
Celui-ci entre directement dans mon top des tops, il est scotchant et renversant. J'aime que l'on se plonge dans l'obscurité pour résoudre une triste affaire, celle du passé du Scorpion, sur sa mère. C'est une histoire triste, sombre, aux révélations étourdissantes et fortes qui annoncent du grand changement pour la suite de la série. Je m'y attendais, et pourtant, j'aurais aimé une autre histoire concernant les origines du Scorpion.
On retrouve pour notre plus grand déplaisir Rome aux mains de Trebaldi. le pape nettoie la ville en y instaurant la peur, la délation, l'horreur ; le Scorpion agit dans l'ombre et interroge un à un les différents protagonistes importants dans cette vieille affaire de sorcellerie. Ce fut prenant à lire, mais ce qui l'est davantage, c'est l'ambiance.
Nous nageons en pleine crise, c'est sombre et angoissant, tendu et violent, il y a une grande part de tristesse et des révélations fortes. La politique et la religion se mêlent, on y voit le frère de Trebaldi obéir aux ordres de son père, mais ce qui se dit dans les dernières planches pourrait occasionner de plus grandes choses à l'avenir. J'adore l'ambiance et les personnages, le fait que les événements vécus impactent leur psychologie et j'ai d'ailleurs hâte de me plonger dans la suite rien que pour en voir plus.
Le scénario est grandiose, les dessins sont encore une fois magnifiques ; design des protagonistes, objets, action, émotions, les décors, c'est immersif et je reste admirative du travail fourni. Cette série est un classique qu'il faut découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
rulhe
  26 octobre 2017
la croix de saint pierre a été détruite,
et avec elle toute chance, pour le scorpion de prouver que le cardinal trebaldi a été élu par la grâce d'une supercherie. avant de disparaître au fond
d'un gouffre, rochnan ,le capitaine des
moines guerriers, lui a révélé qu'il restait
une dernière chance d, atteindre trebaldi
en cherchant du côté de sa mère.
le scorpion sait que sa mère a été brûlée,
accusée de sorcellerie, pour avoir séduit
un homme d, église avec l, aide du diable.
le scorpion va remonter dans son passé,
a la recherche des acteurs encore vivants
de se mystérieux procès.
mais la rome qu'il retrouve en rentrant de terre sainte a beaucoup changé.
pour devenir un peu plus la rome de
trebaldi.
une bonne intrigue, de magnifiques combats,le scorpion renouvelle complètement les aventures de capes et
d, epes.👍
Commenter  J’apprécie          80
Acerola13
  20 mai 2021
De retour à Rome pour ce septième tome, où l'on peine à reconnaître la ville et ses joyeuses drilles qui faisaient le plaisir du Scorpion. L'atmosphère y est bien triste et Trebaldi semble bien décidé à mettre un terme à toute dérive d'une application stricte et rigoriste de la religion catholique...Bien que lui-même ne soit pas insensible aux jolies femmes qui se présentent à la cour pour servir d'ambassadeurs des royaumes alentours.
Le Scorpion, plus décidé que jamais à venger mère et père, parcourt la ville pour retrouver les responsables de son statut d'orphelin...Découvrant une vérité bien différente que celle qu'il pensait détenir jusque-là...Mais qu'un lecteur averti aurait devinée dans les tomes précédents. Pas de réels rebondissements donc, même si Au nom du père renoue avec les escarmouches dans les rues de Rome et les fuites pour échapper aux cardinaux ou aux moines-guerriers.
A noter tout de même les curieuses tractations des autres membres de la famille Trebaldi, et en particulier de Nelio que l'on devine plein de ressources retorses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   21 août 2013
D’une certaine manière, j’ai plus de chance que toi. Je ne connaîtrai jamais mes parents. Je n’en ai jamais eu.

Commenter  J’apprécie          240
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   25 novembre 2014
-Par les temps qui courent, la vertu est devenue une necessité vitale. Vous connaissez les faiblesses de madame à votre endroit. Si je vous laissais rentrer, vous savez comment cela se terminerait...
-Les faiblesse de madame! Elles sont plus derrière qu'à l'endroit à mon avis!
Commenter  J’apprécie          50
goodgarngoodgarn   13 novembre 2012
- Tu as raison, Scorpion. Il faut toujours régler ses comptes, ça ne guérit pas les blessures...Mais ça les aide à ne plus s'infecter !
Commenter  J’apprécie          50
rulherulhe   26 octobre 2017
- jamais tu ne connaîtras la paix, trebaldi
je serai toujours là quelque part dans cette ville...a te guetter.

Commenter  J’apprécie          40
reve2003reve2003   27 mars 2018
Tu as raison, Scorpion. Il faut toujours régler ses comptes. Ça ne guérit pas les blessures... mais ça les aide à ne plus s'infecter !
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Stephen Desberg (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Desberg
Aimer pour deux
autres livres classés : de capes et d'épéesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

6 questions pour voir si vous avez lu le Scorpion, tome 6:Le trésor du temple, moyen

comment s'appelle l'égyptienne, amoureuse de scorpion?

Réjaï
Méjaï
Thaï

6 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le Scorpion, tome 6 : Le Trésor du Temple de Stephen DesbergCréer un quiz sur ce livre