AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Enrico Marini (Illustrateur)
ISBN : 2882570325
Éditeur : Dargaud (07/06/1996)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Tout débute en 1870 à Washington. Matt Montgomery occupe un poste important au ministère de l'intérieur: une petite vie routinière de haut fonctionnaire, sans éclat. Mais cet équilibre rassurant éclatera un soir où il rentre chez lui : sa femme gît sur les marches de leur maison, tuée de façon épouvantable. Comble de l'horreur, leur fille a subi le même sort. Qui a commis un tel crime et surtout , pourquoi ? Matt Montgomery se lance alors dans l'Ouest profond, à la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  19 mars 2016
Le duo formé par le Belge Stephen Desberg et l'Italien Enrico Marini nous offre un diptyque fort sympathique qui marche sur les traces des westerns spaghetti tardifs à la fois engagés et grimm & gritty…
Nous suivons la quête de vérité et de vengeance de Matthew Montgomery, huile de Washington qui s'aventure en terre sauvage pour découvrir qui a violé, tué et mutilé sa femme et sa fille. le contrôle des allées et venues le mène sur la piste d'un dénommé Jason Cauldray qui dirige le chantier de chemin de fer de Topeka au Kansas, sorte de poubelle renversée où les cendres de la racaille servent d'engrais au progrès de la civilisation…
La narration qui fait la part belle aux réflexions du héros qui ressemble à Sean Connery (en plus baraqué ^^) est soignée, et rend hommage à de grands récits du genre car elle relate la transfiguration du héros entre civilisation et barbarie. Après j'ai trouvé qu'on en faisait trop dans le grimm & gritty : OK pour l'histoire dure voire crue, l'encrage gras et les couleurs sombres mais stop à la fin avec les viols, le rough sex voyeuriste et les relations dominants/dominées qui n'en finissent plus… Et puis Stephen Desberg semble lui aussi atteint du Syndrome Dufaux car (to be continued)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
tchouk-tchouk-nougat
  19 décembre 2016
Pour la sortie d'un second cycle, Dargaud réédite son diptyque "L'étoile du désert" sortie en 1996.
Tout début à Washington en 1870, Matthew Montgomery est un homme respectable qui aime l'ordre et la civilisation. Hélas un soir il retrouve sa femme et sa fille assassinées à son domicile, et sa vie bien organisée vole en éclat. Il a besoin de savoir. Pourquoi lui, pourquoi cette étoile marquée à même la peau de sa fille? Puisque la police est incapable de lui donner des réponse, Matthew va remonter lui même la piste de ces assassins.
Une jolie série que voilà qui va nous emmener jusque dans le far west.
le héros est un homme intéressant. Il n'a rien du héros d'ailleurs. Un juge trop rigide qui va être confronter aux aléas de la vie. Cette confrontation de l'homme bien habillé au monde des saloons et des prostituées est d'ailleurs intéressante. Tout comme le sera l'évolution de ce personnage ainsi sorti de son petit monde bien rangé.
Le scénario est parfaitement porté par le trait de Marini que j'apprécie énormément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Cielvariable
  12 février 2019
Intérêt très moyen de ma part pour cette BD semi-Western (du moins pour le premier tome). Il y a des éléments positifs: les dessins sont très beaux (graphisme et couleurs), le personnage principal est une copie de Sean Connery (seul élément qui lui vaut ma sympathie malgré moi!), l'ambiance est lourde à souhait et on a l'impression d'être dans un film western américain classique.
Les éléments négatifs sont tout de même plus nombreux: un homme qui a l'air de n'avoir aucun sentiment pour sa femme et sa fille (sinon l'exaspération, l'ennui, la déception) a soudain un désir insatiable de vengeance quand il découvre que ces dernières ont été violées puis tuées au domicile familial (elles semblent avoir soudain plus d'intérêt mortes que vivantes pour lui!). Pour la crédibilité de la quête, c'est un peu raté... Sinon le début de l'enquête de cet homme pour retrouver l'assassin de sa famille est lente, elle démarre avec peu d'indices (trop peu pour avoir envie de poursuivre avec le tome 2), le lecteur manque d'éléments qui piqueraient sa curiosité. de surcroît, même s'il s'agit d'un western, c'est un tantinet trop vulgaire et violent pour rien (l'auteur fait plus dans le voyeurisme que dans la mise en place d'une trame narrative solide). Bref, le récit laisse plutôt de glace...
Je passe mon tour pour la suite!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
belette2911
  07 septembre 2017
1870, Washington. Sean Connery est un homme plus que respectable, adepte des règles et du fait que tout a une place, un ordre… Un gentleman qui occupe un poste important au ministère de la Défense.
J'ai dit "Sean Connery" ? Sorry, je voulais bien entendu dire : Matthew Montgomery !
Erreur due au fait que le personnage principal de ces albums a un air de ressemblance avec l'acteur Sean Connery… On dirait aussi un air de famille avec le Scorpion, vieillissant (normal, ce sont les mêmes auteurs).
Notre homme, habitué des salons, au confort, notre homme qui se dit que l'Amérique s'est bâtie grâce à des hommes tels que lui, respectueux des règles et de l'ordre, notre homme qui ne cause plus à sa fille, qui en a marre de sa femme, qui baise sa maîtresse en dehors des heures de travail, va voir son destin basculer, comme dans toute les bonnes histoires.
Il a la rage, il veut comprendre pourquoi on a tué sa femme et sa fille et pourquoi on leur a gravé une étoile à 8 branches sur les seins. Des désirs de vengeance sont tapis en lui, comme dans toutes les bonnes histoires.
Notre Sean Connery qui n'a rien d'un agent secret dans ce cas-ci va devoir se transformer en Sherlock Holmes avant l'heure et mener une enquête des plus poussées pour trouver les assassins de sa femme et de sa fille.
La vie est ironique : lui qui en avait marre de sa bonne femme et qui ne voulait plus voir sa fille, et bien, il a été servi !
Lui qui aimait et vivait dans le confort absolu, et bien, il va devoir voyager comme dans une diligence puante où tout le monde est serré comme des sardines dans sa boîte. Lui qui ne savait pas se battre, et bien, il va devoir apprendre !
Les dessins de Marini sont toujours aussi superbes, on reconnaît ceux de la série "Scorpion", les chevaux sont magnifiques, les couleurs aussi, dans des tons ocres ou gris, des images qu'on ne se lasse pas de regarder.
Si l'histoire est basique : la vie qui bascule et la vengeance, le reste l'est moins puisque notre Matthew Montgomery va connaître l'Ouest, le Vrai et se trouver non loin de la Frontière, là où l'ordre et la discipline ne règnent pas en maître.
Notre héros n'en est pas un, il ne connait rien de la vraie vie, celle qui est une chienne, celle qui fait de vous des tueurs, des bandits, des prostituées, des marginaux,…
Il n'a jamais mis les pieds dans des saloons enfumés et rempli de la lie de la société, il aimait les salons feutrés, il sera servi niveau saloons à éviter car sous la coupe du Méchant local qui n'a rien d'un pied-tendre. Un méchant réussi, avec juste les bonnes doses de sadisme qu'il fallait et des flash-back mystérieux sur sa jeunesse.
L'Amérique était en pleine évolution, il lui restait encore des coins dans loi et remplie de hors-la-loi, le changement était en marche et pour notre ami, le changement, il était pour maintenant !
Et il a brillamment réussi son changement car notre Matthew Montgomery a évolué, a changé sa manière de voir les choses, a été confronté à des choses peu reluisantes sur l'Homme et lui-même n'était guère reluisant.
Un excellent diptyque que je compte bien poursuivre avec le 3ème tome pour savoir ce qui va arriver à notre Matthew Montgomery-Sean Connery.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Chiwi
  11 décembre 2014
Desberg – Marini, voilà un duo efficace de la BD (Le Scorpion, Empire USA). L'étoile du désert est leur première collaboration. On suit un personnage avec le visage de Sean Connery dans sa quête de vérité. L'histoire envoie un homme de la capitale, qui a de belles conceptions sur la confrontation entre la civilisation et la sauvagerie, en plein Far-West où règne la loi du plus fort.
L'histoire reste assez classique mais est pleine d'ambiguïtés. La fin est plutôt surprenante, comme quoi les salauds peuvent avoir des sentiments. L'ensemble permet de réfléchir sur la notion de civilisation.
Le dessin de Marini nous donne des hommes taillés comme des brutes et des femmes au corps de bimbos, un dessin qui ne changera des séries qui vont suivre comme Gipsy, Les Rapaces ou le Scorpion.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   22 mars 2016
C’est vrai que je suis un homme organisé, respectueux des règles. C’est cela la civilisation, c’est comme ça que les Etats-Unis se sont construits. Avec des hommes comme moi, qui font ce que l’on attend d’eux. Je vais même jusqu’à prendre ma secrétaire comme maîtresse.
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   16 mars 2016
C’est important pour la sensualité, le rythme. C’est le désir qui doit aller plus vite, pas le corps.
Commenter  J’apprécie          150
AlfaricAlfaric   24 mars 2016
Tout, dans la vie, a toujours un sens, un ordre. C’est cela, la civilisation !
Commenter  J’apprécie          90
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   19 décembre 2016
Je regarde au delà du terminus. La plaine sauvage semble s'ouvrir sur une sorte de désert qui n'a pas envie de sa laisser apprivoiser. Au soleil couchant, les silhouettes des arbres s'allongent, comme pour faire comprendre que le temps s'écoule plus lentement là-bas. Que la moindre distance prend un autre sens, et que la plus longue partie de mon voyage va peut-être seulement commencer!
Commenter  J’apprécie          10
fannyvincentfannyvincent   11 août 2015
Maintenant, que j'en ai fini avec tout le reste, tout ce qui bouffait mon temps, ma vie, je crois que je passerais bien mes journées avec Wakita dans cette maison de bois.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Stephen Desberg (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Desberg
Trente ans après le chef d'oeuvre de Jean van Hamme, une nouvelle vision de ce que nos sociétés pourraient imaginer de pire. S.O.S. Bonheur - Saison 2 (volume 1) par Griffo & Desberg (Aire Libre) Disponible au rayon BD
Feuilleter la BD : http://bit.ly/2zN6a0P
autres livres classés : westernVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

6 questions pour voir si vous avez lu le Scorpion, tome 6:Le trésor du temple, moyen

comment s'appelle l'égyptienne, amoureuse de scorpion?

Réjaï
Méjaï
Thaï

6 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le Scorpion, tome 6 : Le Trésor du Temple de Stephen DesbergCréer un quiz sur ce livre