AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290006313
206 pages
J'ai Lu (02/11/2007)
3.37/5   46 notes
Résumé :
Présentation de l'éditeur
" J’ai écrit ce qui m’avait touchée ou fait rire, ce qui avait ravagé ma conscience, des regrets de ne pas avoir su bien faire, des soulagements d’avoir été là à temps, des images qui sont imprimées dans ma mémoire et ne la quitteront plus... J’ai écrit ce que l’on hésite à dire. J’ai écrit parce que ce métier le mérite. J’ai écrit le meilleur des choix que j’ai fait de ma vie, celui d’être un flic. Et puis, j’ai écrit pour tenter de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,37

sur 46 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

gruz
  21 janvier 2013
Tranches de vies, étalées façon puzzle.
Un tout petit livre qui raconte la réalité du quotidien d'un flic. de courts chapitres, de courtes histoires, montrant la difficulté du métier.
Un style sec, sans langue de bois, parfois désabusé. Des histoires vécues dans la violence, mais où transparaît toujours une part d'humanité.
Commenter  J’apprécie          200
Malaura
  27 avril 2011
Bénédicte Desforges a été flic. de cette expérience, elle tire des nouvelles brèves qui sont autant de chroniques sur le métier qu'exercent les policiers de base, les gardiens de la paix, ces témoins involontaires de ce que la société produit de pire ou de meilleur. Flics largués, stupides ou suicidaires, hommes parmi les hommes mais avec ceci de différent qu'ils voient et subissent au quotidien la misère sociale, les violences urbaines, les douleurs et les maux d'une société qui va mal.
D'abord parues sur un blog, ces nouvelles se veulent un témoignage sans fard de la vie d'une brigade de quartier dans la capitale. L'auteur, dans une langue naturelle et spontanée, n'a pas peur de frapper sur la hiérarchie policière et ne prend pas de gants pour raconter ses expériences -connues ou vécues- qui sont le reflet de notre société.Cependant, malgré une vraie sensibilité, ces histoires courtes frôlent parfois la caricature, ce qui en freine l'ampleur émotionnelle.
Commenter  J’apprécie          80
david19721976
  02 février 2021
Un récit courageux où l'incursion de la femme policière parmi les hommes oeuvrant dans la sécurisation civile des zones urbaines, les quartiers sensibles de la population demeurent encore un sujet de plaisanteries concernant la présence féminine dans les milieux policiers. Les sous-entendus mysogines, parfois à caractères sexuels, des désagréments subis engendrant une gêne de ces dernières vis à vis de leurs collègues masculins. Certains hommes prennent pour des attaques personnelles la féminisation de la profession. Et pourtant, ce sont des réalités que personne ne peut ignorer, et le concours des femmes recluses au rang de secrétaires dans la bureaucratie à une certaine époque... de nos jours la femme s'avère efficace, voire complémentaire. La dualité homme-femme fonctionne sur le terrain, tous les terrains, car l'instrumentation sécuritaire se fait de plus en plus probante. le dialogue est difficile. La conciliation emploi famille créée beaucoup de problèmes. L'auteure Bénédicte Desforges a lâché parce-qu'elle n'y arrivait pas. Les jalousies, les promotions accentuées par un physique avantageux celui de l'auteure ont cédé à la mésentente, la crainte de se soumettre face aux rudes injonctions de ses supérieurs. Dans toutes les professions à caractères masculines, dîtes de " haute voltige " , où la représentation du mental, la force physique, les risques sur les violences de la rue n'incluaient certainement pas l'euphémisme visant l'adoucissement pourtant nécessaire à la profession. Les femmes ne faisant toujours pas parties des corps d'élites de la protection civile, des armées face aux grandes menaces politiques, visant les guerres, mais toujours en retraits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Yvan_T
  14 novembre 2020
Bénédicte Desforges est une lieutenante de police qui, en 2005, décide de partager les anecdotes de sa vie professionnelle sur un blog (www.police.etc.overblog.net). C'est le début d'une nouvelle aventure, qui résulte en l'écriture de deux romans (« Flic, chroniques de la police ordinaire » et « Police mon amour »), qui permettent de partager le quotidien d'un flic à Paris. Ce one-shot auto-biographique est l'adaptation en bande dessinée du premier livre.
Cet album n'est donc pas un polar, mais une BD reportage mise en images par le dessinateur Séra, qui permet de mieux comprendre le métier de policier. Au-delà des verbalisations et des arrestations, le port de l'uniforme donne également accès aux coulisses de la société, là où la marginalité côtoie la criminalité et où le policier doit surtout faire du travail social.
Si cet album plonge le lecteur dans la dure réalité de ce métier dont les acteurs ne ressortent pas toujours indemne, que ce soit au niveau physique ou psychologique, cette accumulation de moments forts issus de la carrière de l'auteure est malheureusement beaucoup trop décousue. Si la mise en images de Séra fait des merveilles au niveau de l'ambiance, de l'ancrage dans la réalité quotidienne du métier et du ressenti de Bénédicte Desforges, cette oeuvre est probablement plus à considérer comme un complément visuel au roman. En tant que tel, je trouve que cet album se lit beaucoup trop vite et que le contenu est trop fragmenté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Christelle83230
  09 juillet 2016
Des tranches de vie du quotidien de ces flics, souvent aux premières loges de la détresse sociale, de l'agressivité, des souffrances humaines...
Le tout présenté sur fond de brefs chapitres intenses et pourvoyeurs d'émotion.
Le ton est net, entraînant, parfois désenchanté.
Les chroniques de ces faits réels sont tour à tour attendrissantes, cocasses et anecdotiques. C'est souvent brutal mais terriblement humain.
Une sorte de carnet de bord qui laisse entrevoir une certaine plume. Dommage que parfois l'on ne parvient pas à oublier certains à priori.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
BDGest   10 septembre 2012
Véritable plongée à l’intérieur des états d’âme d’une femme, témoin d’une réalité pas toujours des plus reluisantes, Flic est un kaléidoscope de souvenirs entrechoqués prenant forme sous le trait de Séra qui sert un texte autant qu’il le porte et où l’important n’est pas dans la précision, mais dans l’impression.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   06 septembre 2012
Malgré le dessin de Séra et ses couleurs servant bien les ambiances, malgré le rythme imposé par la succession des différentes situations et judicieusement balisé de calmes portraits de celle dont l’histoire nous est contée, malgré l’intérêt et la diversité des épisodes, on traverse trop vite cette bande dessinée.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
david19721976david19721976   02 février 2021
GENTILS FLICS ET MÉCHANTS FLICS

À l'école, j'avais appris que mon futur métier serait une délicate alchimie de prévention et de répression. Les instructeurs, qui étaient des vieux de la vieille --- certains avaient connu les calvacades de Mai 68--, nous avaient intelligemment fait comprendre et accepter les faces d'ombre et de lumière des flics de base que nous étions appelés à devenir. Nous ne serions pas des codes de procédure pénale sur pattes, mais des citoyens à part entière n'oubliant jamais leur humanité et leur bon sens au vestiaire. On avait appris les lois à appliquer et la façon de le faire, et compris le pouvoir énorme que nous avions entre les mains, celui de priver autrui d'une liberté fondamentale, celle d'aller et venir. Autrement dit, et pour la faire courte, phase: menotter, phase deux: mettre quelqu'un au trou, ce ne serait pas anodin...Ils nous disaient qu'on avait le droit et le devoir de réfléchir avant d'agir, et même de s'autoriser quelques états d'âme.

Page 214
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DexteretteDexterette   01 juin 2012
Sur le trottoir, il y a des habitants hagards tirés de leur sommeil, grelottant en peignoir, dans des couvertures, des enfants qui pleurent, des gens qui se cherchent. Une foule muette, immobile, le regard fixe, fascinée par le feu.
Commenter  J’apprécie          40
Stephanie39Stephanie39   11 novembre 2019
Quand les pompiers arrivent quelque part, les gens disent "ouf"! Quand les flics débarquent, ils disent "merde".
Commenter  J’apprécie          30
Stephanie39Stephanie39   11 novembre 2019
Il suffit de sentir un cadavre une fois pour toujours reconnaître l'odeur, même derrière une porte fermée.
Commenter  J’apprécie          20

Dans la catégorie : PoliceVoir plus
>Problèmes et services sociaux. Associations>Autres problèmes et services sociaux>Police (38)
autres livres classés : policeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Bénédicte Desforges (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2364 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre