AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226137531
300 pages
Éditeur : Albin Michel (09/04/2003)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Depuis la Description d'Égypte, les scientifiques français n'ont pas cessé de donner à l'égyptologie ses lettres de noblesse : Champollion, Denon, Mariette, Maspero ont retracé les riches heures de l'Égypte antique au cours du XIXe siècle. Christiane Desroche-Noblecourt s'inscrit dans cette lignée d'érudits dont elle est l'héritière directe. Femme de caractère, âgée aujourd'hui de quatre-vingt-dix ans, cette scientifique a consacré soixante-dix ans de sa vie à déchi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  18 juillet 2016
J'ai écrit par erreur ma critique dans la mauvaise case, celle des citations. Qu'on me pardonne. Cela me donnera l'occasion d'ajouter ici quelques remarques : ce livre m'a appris que le métier d'archéologue consiste autant en fouilles et recherches qu'en diplomatie subtile avec les vivants, en habileté manoeuvrière pour arriver à ses fins, qui sont toujours celles de l'accroissement du savoir malgré l'indifférence (parfois) des autorités locales. C'est un aspect du métier auquel je n'avais jamais pensé, mais qui semble évident quand on songe au rôle de Mme Desroches-Noblecourt dans le sauvetage des monuments de Nubie menacés par les eaux du barrage d'Assouan, pour ne prendre que cet exemple-là.
Commenter  J’apprécie          70
Aouan
  18 janvier 2020
Un livre d'entretien passionnant malgré l'aridité du sujet et la forme en questions un peu décousues. Pour les profanes en Égyptologie comme moi, une petite introduction historique avec les grands repères n'aurait pas été de trop.
Mais telle quelle la vie de chercheuse racontée par Christiane Desroches-Noblecourt est très instructive, on apprend des tas de chose sur le métier de conservateur et sur l'Egypte d'hier et d'aujourd'hui, on est admiratif devant son courage et sa ténacité, notamment durant la guerre, de son respect pour les autochtones et cela remet en cause bien des idées reçues.
Une grande dame au service d'une grande civilisation.
Commenter  J’apprécie          00
VivianeB
  09 décembre 2012
Un récit passionnant truffé d'anec-dotes mais surtout des réflexions hautement philosophie sur le peuple d'ancienne Egypte. Un discours qui tord le cou aux idées reçues et qui amène le lecteur à réfléchir.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   18 juillet 2016
Avez-vous, en tant qu'archéologue, des regrets ? Y a-t-il des fouilles que vous auriez voulu mener et que vous n'avez pas entreprises, faute de temps ?

Concernant les contrariétés immédiates que peut éprouver un archéologue tout au long de sa carrière, je regrette que mon âge ne me permette plus de continuer mes fouilles dans la Vallée des Reines. J'aurais aimé, non pas m'accrocher à la gloire minable d'une découverte sensationnelle, mais avoir l'occasion de poursuivre mes recherches sur l'existence, très vraisemblable dans cette nécropole, de la tombe de la reine Isisnofret, deuxième grande épouse royale de Ramsès II et mère de son treizième fils et successeur, Mérenptah.

p. 389
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   18 juillet 2016
Voilà un livre charmant d'entretiens accordés par la grande égyptologue Christiane Desroches-Noblecourt, dont l'action et l'énergie ont marqué l'histoire culturelle de notre pays et de l'Egypte. La personnalité qui se dégage est celle d'une femme d'action, qui sut s'imposer dans un milieu masculin peu ouvert aux innovations ; d'une résistante aux idées politiques arrêtées, et qui ne mâche pas ses mots, ni ne ménage ses éloges, par exemple à des figures aussi contestables que celles de Chirac ou de Nasser ; d'une grande savante enfin, qui sait exposer clairement les principaux traits de la mythologie et de la culture égyptiennes. Son langage et ses notions datent un peu parfois, et ne seraient plus acceptables dans des travaux égyptologiques contemporains, mais c'est inévitable dans un livre de vulgarisation. Sa passion pour l'Egypte ancienne la rend vivante, non sans risque d'anachronisme : mais c'est pardonnable, puisqu'il ne s'agit pas d'un ouvrage spécialisé. Il lui arrive d'expédier en une phrase des problématiques que des volumes ont peine à effleurer, comme celle du peuplement préhistorique de la vallée du Nil, et son admiration pour les anciens Egyptiens se traduit en termes scientifiquement discutables, marqués par des valeurs qui leur étaient étrangères. Malgré tout cela, le volume sera enthousiasmant pour le profane, et constitue le meilleur plaidoyer pour un pays et une civilisation qui ont tant à nous apporter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   17 juillet 2016
L'enfant sort du sein de la déesse, rouge comme les parois de la grotte peinte que j'ai explorée au fond de la Vallée des Reines (chp 39). De même qu'à l'arrivée de l'inondation les eaux sont rouges. Vous savez que les grottes préhistoriques, dans toute l'Europe, ont été peintes en ocre rouge, très probablement pour évoquer la naissance. (...) Il est évident que cette tradition s'est maintenue très longtemps, car les palais romains possédaient encore une salle des naissances, revêtue de dalles de porphyre rouge, pour accueillir l'enfant impérial, qu'on appelait le porphyrogénète.

pp. 237-236
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   17 juillet 2016
Le Nil bleu éthiopien, de son côté, complété par les eaux du Nil blanc qu'il rencontre à Khartoum, forme un grand fleuve alors, au niveau de la cinquième cataracte, nourri d'un affluent venu encore de l'Ethiopie : l'Atbara. D'un point de vue symbolique, c'est évidemment très spectaculaire. Tout se passe entre le mois de mai et le mois de juillet. L'arrivée du Nil blanc symbolise la perte des eaux de la mère, autrement dit les eaux primordiales que les têtes de papyrus annoncent. Viennent ensuite, quinze jours ou trois semaines plus tard, les eaux rouges de l'Atbara qui évoquent le sang de la mère mettant au monde l'enfant Horus le premier jour de l'année. Ce petit dieu solaire qui se manifeste, évoqué en Egypte par son image tenue dans les bras de sa mère Isis, ce sera bien entendu plus tard l'image de l'enfant Jésus.

p. 229
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   16 juillet 2016
(Sur la malédiction de Toutankhamon). Je vous ai raconté qu'à cette époque (1920) Carter n'avait pas trouvé ce qu'il cherchait, qu'il voulait tout abandonner, et que c'est Bernard Bruyère qui l'a convaincu de mener une dernière campagne de fouilles dans la vallée où il allait trouver la tombe de Toutankhamon. Le pharaon aurait dû se montrer sans pitié pour cet homme responsable de la découverte de sa tombe. Or il n'en fut rien ! Bruyère avait quatre-vingt-cinq ans lorsqu'il visita mon exposition consacrée au jeune roi, et affichait une santé insolente.

p. 52
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Christiane Desroches-Noblecourt (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christiane Desroches-Noblecourt
Ramsès II « le Grand » | 2000 ans d’histoire | France Inter
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie des écrivains (238)
autres livres classés : egyptologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
969 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre