AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782351191019
282 pages
Éditeur : Adam Biro (12/05/2011)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Un tueur en série égorge des magistrats, à Paris, puis en province. Même mode opératoire, même signature : des sachets de papier contenant des éclats de peinture. Aucun lien entre les victimes qui ne se sont jamais rencontrées. L'enquête piétine et l'hécatombe continue, provoquant les " coups de gueule " d'une hiérarchie aux prises avec les politiques, et le découragement des flics. Et l'ass... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
7878751021
  25 septembre 2014
Premier livre que je lis de cette collection et de cette auteure sur les conseils d'un club de lecture.
L'intrigue mélangeant crime et art a attiré mon attention.
Quand, en plus, il s'agit de meurtres visant des représentants de la justice (juges / procureurs / ...), le choix du thème interpelle.
Quand il apparait que l'auteure a travaillé au ministère de la Justice et enseigne le droit pénal, il y a de quoi susciter un intérêt amusé!
En final, cela donne, pour moi, un livre qui a du mal à démarrer ... peut-être le style (très descriptif et beaucoup de verbes à l'imparfait) qui donne une sensation de pesanteur ou quasi immobilisme.
Et puis, d'un coup, le style change un peu (+ de passé simple ?), et là, on entre dans l'action .... c'est plus en phase pour moi avec un "polar". On n'a plus envie de décrocher, jusqu'à la fin ... surprenante jusqu'aux dernières lignes.
L'auteure aurait-elle une expérience plutôt pessimiste de la machine judiciaire (et celles associées) française ?
En tout cas, après une intrigue finalement prenante quand le style la sert enfin, cette fin qui finit sans finir le livre tout en le finissant (et oui ! je vous laisse lire) est particulièrement bien vue !
Donc si, comme moi, les (environ 60) premières pages vous interrogent quant à la suite à donner à votre lecture, tenez bon !
Le livre est sympa, l'intrigue, un peu complexe et un brin technique, est vraiment intéressante à découvrir et la fin .... inattendue jusqu'aux dernières lignes : résistez à la tentation de les lire en cours d'ouvrage, ce serait dommage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
yv1
  12 juillet 2016
Je remonte dans la production de Marie Devois. après l'excellent Gauguin mort ou vif, publié dans la même très belle collection (Art noir) en 2016, nous voici deux ans plus tôt avec un roman qui tourne autour de la peinture de Vincent van Gogh. Pas une oeuvre en particulier, mais plutôt toutes ses toiles et leurs parcours depuis la mort du peintre, les spéculations, les faux, les escroqueries, ... Il n'y a pas vraiment de héros dans ce roman -même si Fred Andersen et Maëlle Aubier commissaire à l'Office Central de lutte contre le trafic de Biens Culturels sont un peu plus présents-, plutôt des hommes et des femmes qui travaillent dur, qui épluchent les pédigrées des gens qu'ils rencontrent même lorsqu'ils ne sont que simples et vagues témoins, chaque petite avancée est bonne à prendre lorsqu'il n'y a rien à se mettre sous la dent : "Le groupe d'Andersen avait punaisé sur toutes les surfaces disponibles les tirages obtenus et leur avait attribué un numéro. Des dizaines de clichés. Des centaines de visages, de silhouettes, que les hommes comparaient. S'ils repéraient le même visage, la même silhouette sur des photos de séries différentes, ils auraient enfin l'impression de faire un pas. Un grand pas." (p.59). On se demande pendant très longtemps quel indice, quel événement, quelle erreur du tueur, quelle illumination ou intuition d'un flic viendra tout déclencher, mais rien... Rien ne vient et même si nous, lecteur au bout d'un moment en savons plus que les flics, car le tueur de juges vient nous faire des confidences, eh bien on souffre pour eux et on se demande bien comment ils vont se dépatouiller de cette histoire.
Pas mal d'intervenants, d'entrées dans ce polar sans que jamais l'on ne soit perdu. L'intrigue est suffisamment tordue pour qu'on y croie, des circonvolutions autour des oeuvres de van Gogh, une incursion dans les méandres de la vente et de l'exposition des tableaux de maîtres que Marie Devois parvient sans peine à nous expliquer et à nous faire comprendre, et la tâche n'est pas aisée, car ce monde n'est pas toujours reluisant, certains aimeraient bien qu'il reste totalement abscons, ce qui leur permettrait de pérenniser leurs louches affaires. L'auteure maîtrise totalement son sujet et comme dans l'autre roman policer que j'ai lu d'elle, elle le construit de manière à nous apporter des informations en sus de son intrigue et à nous perdre pour mieux nous embobiner et nous suprprendre. Vraiment très bien fait.
Lien : http://www.lyvres.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraire
  21 octobre 2017
Des magistrats sont égorgés, une commissaire est enlevée, des sachets de papier contenant des éclats de peinture signent ces crimes. l'enquête piétine et le lecteur aussi. On est un peu frustré de ne pas avancer plus vite dans l'histoire. Mais on voit l'administration à l'oeuvre, une hiérarchie aux prises avec la politique. Nous suivons donc avec patience les recherches avant que cela s'emballe et que le dénouement ne nous fasse froid dans le dos surtout quand on sait que l'auteur connaît les dessous du milieu de la justice. La fin m'a surprise mais elle est très intelligente et terrifiante à la fois....
Le roman est bien écrit et on passe un bon moment en compagnie des personnages. de plus, j'ai particulièrement apprécié la réflexion de l'auteur sur la justice contemporaine.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   21 octobre 2017
la justice déconne Fred. Si c'est magistrats avaient effectué leur boulot, ils seraient toujours en vie? Mais je crois qu'ils ne l'ont pas fait parce ce que tout le système qui déconne.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   21 octobre 2017
Pendant qu'on s'amuse à faire des réformettes, les tribunaux deviennent des fabriques de monstres.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : magistratsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1822 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre