AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070375404
Éditeur : Gallimard (22/03/1984)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
À travers la quête de Jean Colligant, jeune ingénieur agronome, qui poursuit la mystérieuse Irène Morin, la perd, la retrouve, plusieurs personnages s'affrontent avec violence. Le tourment de toutes ces vies est tempéré par le bonheur inoubliable qu'apportent des paysages familiers, les senteurs de la terre et de la forêt, dans la Bourgogne et le Jura.

"Les chemins du long voyage", un roman d'André DHÔTEL, Gallimard, collection Blanche, 1949, 272 page... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
dourvach
  16 août 2017
Chronologiquement le 9ème des 49 "romans et récits" d'André DHÔTEL, publié en 1949, ce roman frappe immédiatement par la multiplicité - prodigalité donnant au récit des allures de "Comédie humaine" - des personnages peu à peu introduits : Jean Colligant le jeune ingénieur agronome, René Cervier le propriétaire du domaine de Champlevent (près Pondeuvre) qui accueille ce jeune homme, Mme Aline Cervier (mère), le neveu Daniel Cervier, Julienne (la servante du domaine), Pierre Cervier "l'aventurier de la famille" (frère de René et père de Daniel), Amélie Cravart (ancienne servante et future compagne de Pierre Cervier), Mme Choivant "aux trois rengaines", Marville ("l'entomologiste du département"), Giromandin (et sa fille Agnès), la demoiselle Edwige Chabet et ses parents (gros marchands de Chalon), Daniel Morin et sa fille : Irène... et encore nous n'en étions alors qu'au chapitre IV (sur les XX que compte le roman...). C'est dire que nous sommes plongés d'emblée dans l'univers réjouissant des "figures" peuplant les premiers chapitres d "Eugénie Grandet" (Saumur, début XIXème siècle) De Balzac, transposé dans l' "après-guerre" champenoise...
Le suspense est sentimental. Traversé de lumières du matin ou du soir, la pluie qui vient des cieux bas champenois, la vive lumière ou l'obscurité des sentiers du Jura ! La belle Irène aurait bien du souci à se faire avec pas moins de trois amoureux à ses trousses : (le jeune prétendant "héros") Jean Colligant... l'oncle René Cervier (qui en devient dingue au point de tuer, au chapitre XIX)... Grégoire, (le pauvre gars au "pied-bot") très jaloux...
Nous nous perdons parfois dans les péripéties des personnages (sans doute trop nombreux) mais les éclairs de poésie dominent : la jeune Amélie Cravart fauchant le briquet du soldat Pierre Cervier... le couple misérable des parents Cravart... le détail du saxo qui joue dans la cour de ferme... le pauvre bougre de Graiste qui a reçu une commande de 2.000 boîtes de fromage à assembler sur sa table de ferme dans son hameau perdu jurassien...
Mais c'est aussi - à 49 ans - une "oeuvre de jeunesse" ! En raison des 3 ou 4 derniers chapitres nous semblant quelque peu "bâclés" (J'ai imaginé que dans l'après-guerre et sous contrat chez Gallimard, il fallait AUSSI survivre...), avouons que nous ne sommes pas encore ou plus tout à fait dans l'inaltérable perfection des "Nulle Part" [1943], "Les Premiers Temps" [1953], "Le Pays où l'on n'arrive jamais"[1955], "L'île aux oiseaux de fer"[1956], "Les voyages fantastiques de Julien Grainebis" [1958], "Ma chère âme"[1961], "La tribu Bécaille"[1963], "Pays natal"[1966], "Un jour viendra" [1970], "La maison du bout du monde"[1970], "L'honorable Monsieur Jacques" [1972] et surtout de "ce chef d'oeuvre des chefs d'oeuvre tardifs" que restera dans nos mémoires le 100 % méconnu "Les Disparus" [1976] ...
Avançons encore qu'en 1949, expédiant sans doute un peu trop vite "Les chemins du long voyage", Dhôtel faisait encore ses gammes avant de remplir sa musette de cette flopée de chefs d'oeuvre qui resteront en lettres d'or dans une histoire sérieuse de la Littérature... chefs d'oeuvre cités, restant toujours inconnus de 99,5 % du "gros public francophone" actuel [qui a pour tropisme - hélas, à peu près indéboulonnable - de se précipiter "first" en foules rassurantes sur les habituels "sommets" artistiques que sont les ouvrages inoubliables de Nothomb, Foenkinos, Houllebecq, Musso, Levy, (etc.)... à digérer ensuite paisiblement... Burp !!] ... et alors ? Mais quelle injustice, bon sang ! Ah, si nous pouvions vous donner ici l'ENVIE de lire année après année L'INTEGRALITE de ces 49 "romans et récits" du petit père DHÔTEL (1900-1991) !!!! Près d'une trentaine sont disponibles car ENFIN réédités en éditions de poche depuis une bonne dizaine d'années : éd. Phébus coll. "Libretto", éd. HORAY (Sophie, fille de Pierre, ce très chanceux éditeur du distingué Prix Femina de 1955 "Le Pays où l'on n'arrive jamais"... ), éd. Grasset coll. "Les Cahiers Rouges", éd. "Gallimard coll. "Folio"... Thats All, Folks !
Lien : http://www.regardsfeeriques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
dourvachdourvach   21 août 2017
La forêt de la Frasse est limitée au sud par le chemin de Lamoura, mais, au-delà de ce chemin, une autre forêt recommence toute semblable qui descend jusqu'à Morez. Des fleurs éclatent par endroits dans les éclaircies de sapins, érines, roses, lourds adénostyles et mulgédies. Irène et Grégoire ignoraient les noms de ces fleurs qui leur servaient de points de repère dans la forêt sombre.
Ce fut l'hiver suivant, un jour de neige, qu'Amélie tomba morte sur un trottoir de Lons-le-Saunier, alors qu'elle allait voir Irène dans sa pension. Un effrayant malheur.

[André DHÔTEL, "Les chemins du long voyage", Gallimard, 1949 - réédition en collection "folio", 1984/2003 : page 183]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
dourvachdourvach   22 août 2017
La petite ferme des Cravart était bâtie sur un léger penchant, ua-dessus du ruisselet de la Valserine, à une petite distance de Mijoux. La maison s'ouvrait sur un terre-plein où l'on empilait le bois de hêtre pour l'hiver. Deux bouleaux s'y dressaient, et l'on venait s'asseoir sur les bancs, après le repas de midi, en attendant de reprendre le travail.

[André DHÔTEL, "Les chemins du long voyage", Gallimard, 1949 - réédition en collection "folio", 1984/2003 : page 182]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
jeronimusjeronimus   01 avril 2018
Mme Cravart faisait courir son aiguille avec une rapidité extraordinaire.
- Voilà: il nous dit toujours qu'il y a des contrées curieuses tout près de Paris, et que plus loin c'est des pays encore plus bizarres. Et puis il répète que partout, dans Paris même et dans les villes qui sont là-bas (mais loin de toute façon), il y a des hommes pas comme les autres, des gens savants par exemple qui ont des yeux très aigus, et qui sont habiles à faire des choses que nous n'avons même pas dans l'idée. Il faut que je vous pose la question, Monsieur Payardel: est-ce que cela est vrai?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de André Dhôtel (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Dhôtel
Vidéo de André Dhotel
autres livres classés : après-guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

le pays où l'on n'arrive jamais

Quel est le nom du personnage principal ?

Hèlene
Gaspard
Lou
Gérard

3 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays où l'on n'arrive jamais de André DhôtelCréer un quiz sur ce livre