AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2859409211
Éditeur : Phébus (20/06/2003)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 13 notes)
Résumé :
A vingt-cinq ans, Félix fait partie de ces jeunes gens sérieux qui sont, paraît-il, l'honneur des familles (même si lui a oublié d'en avoir une) : son patron est fier de lui, les voisins en viennent à oublier de le regarder de travers, et on annonce son prochain mariage avec une beauté locale qui se trouve être une estimable héritière... Bref, le meilleur des mondes s'emble s'offrir à lui au prochain carrefour. A ceci près qu'un méchant destin a décidé que son chemi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Merik
  11 février 2018
C'est dans une sorte de bulle que l'on traverse ce roman de 1966, en flottant au dessus d'une réalité démodée, désuète, surannée. Quand Félix y rencontre une âme soeur, les familles de la belle s'en mêlent en évoquant au subjonctif la dot, ou la respectabilité des uns et des autres. Largement de quoi rebuter le lecteur avide de contemporain. Et pourtant il s'y passe une sorte de miracle d'alchimie narrative, difficilement explicable. le démodé devient merveilleusement démodé, le suranné délicieusement suranné, comme dans un conte qui élèverait un tableau kitch en belle oeuvre poétique. Un mystère, sûrement en rapport à une écriture limpide et aérienne, alliée à une romance que l'on visite en ouvrant son âme d'enfant face à un conteur talentueux. À moins qu'il n'y ait autre chose. Par exemple un auteur libéré des contingences d'une littérature moderne, qui écrirait son âme vagabonde au lieu d'une histoire ficelée et ancrée dans notre monde.
Parce qu'il y a une histoire bien sûr, même si l'intérêt de ce livre n'est pas là à mon avis. Il y a donc Félix, Tiburce son ami d'enfance, Angélique, une comtesse et un général, Célestin l'oncle référent, des villes comme Namur, Charleville ou Dinant. Félix a été un enfant abandonné, avant de construire sa vie d'honnête jeune homme méritoire, prêt à convoler avec Juliette grâce à un patron conquis. Mais son passé le rattrape avec le retour de Tiburce. Les deux seront aspirés en deux temps trois mouvements dans la spirale d'une déchéance sociale, aimantés par des chimères à peine conscientes.
de l'amitié, de l'amour, des rebondissements donc, agrémenté d'une sauce à l'eau de rose, au goût miraculeux de potion enchantée. Et même si la bulle a parfois éclaté au cours de ma lecture, dévoilant un arrière-goût de naphtaline, je n'en reste pas moins charmé, je crois même avoir mieux appréhendé cet auteur entrevu avec ses nouvelles d' « un soir », qui m'avaient laissé sur un entre-deux optimiste et curieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          558
HeloiseCombes
  20 février 2017
Je découvre André Dhôtel grâce à Christian Bobin qui parle souvent de cet auteur dans ses livres, et je me suis inscrite sur Babelio non pas pour promouvoir mes propres livres mais pour suivre de plus près l'oeuvre de cet écrivain.
J'ai lu Pays natal avec émerveillement, m'engageant dans la douce luminosité de ces pages, bercée au rythme des saisons par ces paysages, suivant ces personnages comme s'ils m'étaient familiers, enchantée par leur étrangeté finalement si "normale". le merveilleux côtoie ce qu'il y a de plus naturel, ou plutôt même le merveilleux et la vie simple sont-ils chez Dhôtel toujours confondus, indissociables. Ces pages sont d'une simplicité parfaite, tout y est fluide, précis, aérien, sans lourdeur aucune. Tout y est "bon comme du bon pain", vivant comme ces végétaux, fleurs et arbres, que Dhôtel affectionne et qu'il appelle par leurs noms, dansant comme la lumière. Dhôtel dispense une joie printanière. Il nous emmène sur ces chemins comme détaché de lui même, un peu à la manière d'un enfant, observateur confiant et réjoui de chaque instant.
Malgré cette simplicité d'écriture, je suis heureuse de découvrir ce grand auteur maintenant, à trente-cinq ans. Je crois qu'avant, je ne l'aurais pas compris, je serais sans doute passée à côté des mille subtilités dissimilées ici et là comme des trésors au fil des pages.
Je vais poursuivre mes lectures de ses livres, me sentant chez lui "comme chez moi", heureuse et libre sur ces sentiers de campagne, sous ces ciels purs, dans ces lieux parfois pauvres, presque désespérés mais où toujours, la magie d'une fleur ou d'un rayon de lumière nous rappelle le miracle de Vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
dourvach
  30 mars 2014
C'est un roman de l'adolescence, de la magie des saisons du coeur dans ce Continent imprévisible de l'adolescence ; c'est aventureux, fluide, changeant... exactement comme un long "merveilleux nuage" (baudelairien) qui prendrait possession du ciel de notre Imaginaire et s'y déploierait en beauté. Les deux personnages principaux se rejoignant sans cesse dans leurs pérégrinations venues du monde de l'Enfance : présences "vraies", émouvantes, comme nées du monde qu'ils traversent...
Publié pour la première fois en 1966, "Pays natal" est sans nul doute, l'un des plus beaux livres (roman ? récit ? conte ?) d'André DHÔTEL – que je placerai personnellement au même niveau de réussite artistique que "Le pays où l'on n'arrive jamais" (1955) et "Ma chère âme" (1962) ...
A la fin de son chapitre III (De très longs chapitres, car il n'y en a que 5 !), Felix cherche "Puceronne" (Angélique telle qu'on la surnommait étant gamine) dès qu'il sort de la gare de Charleville : la neige se met alors à tomber lentement – dans un silence ouaté – sur cette ville de l'Est français (se souvenant peut-être de l'envol d'Arthur Rimbaud ? Probable... ). Son "héros" y recherche obstinément sa dulcinée - et finissant bien sûr par la retrouver en chair et en os : beaucoup plus chanceux en cela que le pauvre Gérard Labrunie "de Nerval" quêtant inlassablement sa fantomatique "Aurélia" – préférant se pendre à une grille, plutôt que devoir poursuivre si triste errance dans les terribles nuits d'hiver parisien.
Retrouvailles "dhôtéliennes" – si chaleureuses – de Roméo & Juliette, imperturbables sous la blanche – et mortelle – caresse du ciel... La neige, rien que la neige... Si Dhôtel nous montre – tout au long du récit - toute la cruauté et les versatilités humaines, il n'aime guère donner à son Romanesque le "point d'orgue" d'un drame.
Conteur et magicien : tel est Dhôtel en cet opus qui est une petite merveille, capable de nous rendre incroyablement (et imprévisiblement) heureux...
NOTE SUBSIDIAIRE : Jugeant quasi-scandaleux que cette oeuvre n'ait pas encore eu l'honneur d'une seule critique sur ce merveilleux site partageur (communauté de nos rêves) qu'est "Babelio", j'ai eu à coeur d'initier "au moins quelque chose"... Sans doute, la postérité Les siècles suivants nous jugera – ou se moquera gentiment de nous – d'avoir accordé tant d'attention à autant de plates productions surfant sur "l'air du temps" (médiatique)... et d'avoir oublié si vite les étonnantes lumières du pur cristal de prose poétique que soufflait – inlassablement – notre cher Ardennais !
Lien : http://www.regardsfeeriques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          65
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
dourvachdourvach   27 juin 2015
" UNE DOUCE ET PURE LUMIERE "

[Une critique du roman d'André DHÔTEL, "Pays natal", 1966, signée du peintre Camille CLAUS et parue dans le quotidien "Dernières Nouvelles d'Alsace", 22 &23 mai 1966]

"Que la terre soit transformée, la société changée, rien n'empêchera qu'on boive du café..." dit un personnage du dernier roman d'André Dhôtel. Et, ajouterons-nous, rien n'empêchera que des hommes écrivent des histoires et que d'autres les lisent avec une joie étonnée.
On est littéralement ravi, envoûté, par la nouvelle aventure que décrit cet auteur fécond et dont l'inspiration ne faiblit pas puisqu'il en est à son 37ème livre. Dans un décor très humble que nous adopterons vite comme "pays natal", sur des routes qui traversent des petites villes et des forêts, l'amour naît et bouleverse des vies avec la simplicité d'un orage suivi d'un ciel serein.
Félix, jeune homme de 25 ans, poussé par une force irrésistible, perd une situation enviée et la promesse d'un riche mariage, et préfère vagabonder avec un ami aussi peu stable que lui. Qui les entraîne ? Sans doute cette "passion banale des découvertes et du voyage", cette soif de vivre non à la manière désordonnée et absurde de certains négateurs actuels, mais au contraire avec la volonté de reconnaître le monde tel qu'il est, c'est-à-dire "terrestre et céleste à la fois".
La toile des destins est tissée habilement et solidement. De rencontres en situations imprévues, les deux comparses qui vivent la poésie mieux qu'on ne saurait l'écrire, découvrent à travers bien des peines "... un espoir qui n'était pas l'espoir de ceci ou de cela, seulement l'espoir sans rien qu'on puisse attendre". C'est de cela que parle ce livre, d'une douce et pure lumière.
Angélique, amie et ennemie d'enfance ["Puceronne"], retrouve Félix pour leur malheur et leur bonheur. Attirés et déchirés l'un par l'autre et par les événements, ils sont entraînés dans un magnifique désordre. "Un désordre absolu. Qu'est-ce qu'ils étaient venus faire en ce lieu ? Mais cela valait la peine justement parce que c'était sans signification." Jamais André Dhôtel n'a raconté l'amour entre deux êtres avec autant de passion. Le lecteur est profondément ému, aussi bien que les jeunes héros.
Un recoin dans lequel tout est illuminé par la grâce : le paysage, les maisons, les enfants, les femmes, les hommes, est-il encore concevable aujourd'hui ? Par quel miracle cet écrivain fut-il préservé de l'asservissement et de l'assèchement des systèmes et des théories ? Que lui importe le problème du langage, il écrit, il raconte, aussi surpris, sans doute, que nous le sommes à la lecture de ces pages. Quelle est cette atmosphère à la fois étrange et familière qui se dégage de chacun de ses livres ? Elle est proprement celle de la poésie. Mais qu'est-ce que la poésie ? Quel charme émane soudain de la description d'un simple verre posé sur la table ou d'un profil de jeune fille qui se détache sur un ciel parfaitement bleu ? L'amour, un amour sensible, concret, cerne, s'empare, possède chaque image évoquée et presque chaque mot.
" C'est toujours la même histoire ! " Oui, mais comme celle des hommes, toujours renouvelée, autre, passionnante. Mais celle-ci nous rend particulièrement attentif, surtout lorsque Félix dit : "On ne démordra quand même pas qu'il ya une aventure entre nous et l'infini." C'est ce lien que l'univers d'André Dhôtel parvient à établir, et c'est pourquoi, malgré les modes et les sciences, son oeuvre ne cessera d'émerveiller tant qu'il y aura quelqu'un qui ouvrira un de ses livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AunryzAunryz   09 février 2016
Que la terre soit transformée, reprenait Beursaut, la société changée, rien n’empêchera qu’on boive du café et si personne ne se charge de choisir le café, le peuple en sera réduit à la chicorée...le peuple en sera réduit à la chicorée, et il se révoltera, malgré l’estime en laquelle nous devons tenir la chicorée. Cela vous explique, monsieur Marceau, quel rang vous occupez dans notre ville. Cependant, je ne m’attendais pas à une aventure aussi brillante.

Félix se mit à rouler une deuxième boulette de papier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
dourvachdourvach   22 mai 2016
Il se redressa pour la regarder. Le vent du matin rabattait le châle d'Angélique sur son visage. Félix se prit à imiter à mi-voix le cri d'un oiseau loin dans le ciel. Cela ressemblait à l'appel d'autrefois dans les rues de Namur mais c'était encore autre chose.
Elle le regarda. Alors il saisit son châle et l'arracha brusquement. Il dit : "Puceronne !"
La lumière de ses yeux de de son visage n'avait pas vieilli d'un jour, depuis ce temps... Depuis quel temps ? C'était étonnant comme le soir où elle l'avait délivré (on n'oublierait jamais), ou encore comme cette nuit sous le réverbère quand il l'avait reconnue (on n'oublierait jamais).
Ils entendirent le hennissement du cheval dans l'air du matin. Apolline était partie avant l'aube pour une chevauchée dans la forêt et elle redescendait la pente sur le verger. Quand mourrait-on ?

[André DHÔTEL, "Pays natal", Gallimard, 1966 - réédition Phébus "libretto", 2003, pages 257-258]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
dourvachdourvach   01 avril 2014
Félix était satisfait d'avoir évité tout discussion avec Madame Anselme. Il marcha dans les rues au hasard. La neige lui inspirait une sorte de passion. C'était merveilleux de voir dégouliner les flocons devant les magasins, et les trongues traînées de la neige sur les trottoirs déserts. Pour s'amuser, il monta jusqu'en haut de la ville. A ce moment, les nuages se déchirèrent et la lune apparut dans l'ouverture. [...]
La lune éclairait de nouveau avec vivacité la ville blanche en contrebas, mais surtout les arbustes qui étincelaient tout près de lui. Il ne voulait pas penser à Angélique. Il ne voulait plus jamais. La colline neigeuse était infiniment belle. Il aurait fallu se mettre à genoux dans la neige, se coucher dans la neige, dormir jusqu'à la mort et se réveiller dans l'oubli le plus total, avec une certitude totale et la vision définitive d'un être aimant et aimé.

[André DHÔTEL, "Pays natal", Gallimard, 1966 (réédition Phébus "libretto", 2003) -- fin du chapitre III, pages 154-155]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
dourvachdourvach   22 janvier 2017
La conversation en effet prit un tour superficiel comme lorsqu'on va assister à un lever de rideau.
On parla des journaux, et de ce qu'on devrait écrire dans les journaux et qu'on n'y lit jamais.

[André DHÔTEL, "Pays natal", 1966, chapitre III - réédition Phébus coll. "libretto", 2003, page 145]
Commenter  J’apprécie          110
Videos de André Dhôtel (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Dhôtel
Vidéo de André Dhotel
autres livres classés : merveilleuxVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

le pays où l'on n'arrive jamais

Quel est le nom du personnage principal ?

Hèlene
Gaspard
Lou
Gérard

3 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays où l'on n'arrive jamais de André DhôtelCréer un quiz sur ce livre