AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00DKS88XA
Éditeur : Gallimard Jeunesse (24/06/2013)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Toutes les histoires ont un côté obscur. Toutes les légendes renferment une vérité cachée. Découvrez le récit passionnant de Tambours dans la nuit, prélude au nouveau roman de Victor Dixen à paraître le 22 août 2013 :ANIMALE - La malédiction de Boucle d'or. Et si le conte le plus innocent dissimulait l'histoire d'amour la plus terrifiante ?
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  04 novembre 2014
Animale est un livre qui a fait parler de lui ces derniers temps et les critiques sont plutôt favorables, je me suis donc lancée tout d'abord dans le Prélude, une courte nouvelle de 67 pages qui m'a donné encore plus envie de découvrir la suite.
Victor Dixen nous plonge directement en plein bataille Napoléonienne ce qui est plutôt peu commun pour un roman jeunesse. le jeune garçon qui est narrateur nous livre son combat pour survivre : "Que dire des heures qui suivirent ? Je n'en garde qu'un souvenir confus, un maelström de hurlements sans signification, de fumées sans formes. de bousculade en bousculade, je me sentis transporté a travers des lieux que je ne voyais pas, le crépuscule ajoutant ses voiles aux nuées des explosions. A tout moment, le sifflement des boulets me rappelait que la mort était prête a me cueillir. Je ne percevais rien autour de moi, et pourtant, pour la première fois, je regardais la guerre en face."
Le narrateur nous conte les terribles conditions qu'on subit les soldats en Russie : le froid, la pluie, la mort mais aussi les horreurs de la guerre : "Cependant il y avait pire que la faim, pire que le froid, pire que la maladie : il y avait la peur."
C'est un récit très court mais très instance, la plume de l'auteur est vraiment magnifique et bien sur c'est une réussite complète puisque maintenant j'ai envie de découvrir le livre.
En tout cas je ne peux finir cette critique sans soulever un point qui revient fréquemment dans de nombreuses critiques, c'est que ce prélude n'est pas assez jeunesse. Pour ma part, je trouve que c'est plutôt un compliment. C'est très diffèrent de ce que l'on peut lire en ce moment, l'écriture est travaillée, le style recherché et c'est tant mieux !
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
ChiaraB
  28 septembre 2013
J'ai débuté ce roman les yeux bandés, sans trop savoir dans quel monde je m'embarquais... Simplement un univers issu du conte de Boucle d'Or, qui semblait pour le moins terrifiant. J'avoue avoir appréhendé le fait que cela soit justement issu d'un conte. de le voir se diversifier au fil des pages me semblait juste impossible et pourtant j'étais loin d'imaginer que Victor Dixen allait m'emporter dans sa bulle, chamboulant tout sur son passage. Des sensations extraordinaires que l'on ne peut trouver que dans cette merveille qui a su me faire vibrer et qui atteint des sommets bien plus que ce dont il ne laissait penser!
La France de 1832, peut s'avérer des plus étranges. Un secret bien enfoui couvrant une légende d'amants maudits, un mystère étouffé par des lunettes noires. Blonde sait qu'une terrible histoire plane sur elle, tissée par les années rester cloitrée dans ce couvent nommé Saint-Ursule. Elle cherche alors à fuir cet enfermement et se mettre en quête de réponses à ses tourments. Elle se découvrira alors sous un aspect qui peut bien lui coûter sa vie...
Victor Dixen a su magnifiquement bien revisiter le conte de Boucle d'Or... En restant totalement fidèle au récit des Frères Grimm, il a exploité des terres inconnues de tous, nous révélant une face obscure et dangereuse de ce conte si innocent. Il a su faire d'un conte pour enfants, un roman à la fois terrifiant et bouleversant pour les plus grands. Il sait simplement servi pour base de cette affabulation et à partir de cela en a fait quelque chose d'incroyable. Un univers foisonnant d'imagination, mais qui reste à l'esprit du lecteur une réalité. Car Victor Dixen a réussi à donner à son roman un réalisme incroyable, qui nous reste comme ancré dans la tête. C'est un fabuleux conteur, qui nous mène par l'intermédiaire de simples lettres dans un monde d'ours-hommes rejetés par la race humaine. A chaque pages tournée, je me remettais en question, ne sachant point si l'on me susurrait une face cachée et obscure de Boucle d'Or au creux de l'oreille ou que je ne faisais que lire un enchevêtrement intelligent de mots qui résonnaient comme des susurrations à l'oreille. Cela ne faisait aucune différence pour ma part. Tout cela pour vous dire à quel point l'auteur de cet ouvrage est exceptionnel! Je suis charmée par son travail, en admiration et extase totale! Qui plus est, son roman n'est qu'un pari réussi à propos de réinventer l'histoire qui s'avère terrifiante de Boucle d'Or. Un pari qui aurait très bien pu échouer, un pari risqué mais j'insiste: réussi à la perfection! La plupart des ingrédients de la recette sont là, bel et bien présents formant un amalgame remarquable!
Comme je vous l'ai déjà dit plus haut, nous suivons un monde renfermant à la fois ours-hommes et humains... Mais dont ces premiers sont rejetés par ces derniers. Je ne sais pas si tel était le but de l'auteur, mais il se trouve que son récit reflète parfaitement les rejetons de toutes sociétés, actuelle ou non. Il en profite donc pour nous montrer à quel point la race humaine peut être détestable et ignoble, montrer ses défauts qui ne persistent pas à ses yeux. Alors, on comprend rapidement que c'est un défaut qui ne dépend pas de l'époque, mais qui dure et perdure à travers le temps. Comme un combattant invincible et éternel. Un combattant qui trouve sa place principalement en temps de peur, profitant de cet instant pour s'insinuer dans l'espèce humaine et faire de cette peur une rage incontrôlée et inquiétante. C'est lorsque l'Homme se découvre impuissant face à quelque chose qui se doit inconnu, que le dit-combattant pousse les humains dans la crainte et l'angoisse, et pour donc finir dans l'acharnement. Tout ceci n'est qu'une interprétation parmi tant d'autres, et c'est ce qui, je crois est vraiment magnifique dans ce roman. le fait que chacun puisse s'y reconnaitre. Que chacun puisse faire sa propre interprétation du roman et y trouver sa place. D'où le fait que ce roman atteint bien des sommets... Derrière ce roman jeunesse se cache pleins d'aspects littéraires qui ne demandent qu'à être réfléchis. Ce n'est pas le genre de roman qui, une fois lu, prend la poussière sur la bibliothèque... C'est tout autre chose, bien plus qu'un simple roman jeunesse! le genre de bouquin qui a la fâcheuse tendance de rester sur le chevet un peu plus qui ne devrait l'être. Celui qui nous appelle et nous attire, nous incitant ou plutôt nous poussant à réfléchir sur sa physionomie interne... Et ce toujours et encore, pendant longtemps. C'est comme une plaie au coeur qui ne veut se résoudre à se refermer. Car je n'ose vous dire combien c'est difficile de fermer ce livre, de s'en détacher. Nous sommes la plaie, il est le scalpel. Et chaque fois que nos yeux se posent sur lui, il nous fractionne une énième fois notre organe le plus cher. Ainsi fonctionne Animale...
Je tenais également à parler du sentiment de la peur qui hante ce bouquin... Un élément auquel on ne peut passer à côté, un élément essentiel à l'histoire, car sans peur Animale ne serait pas Animale. Victor Dixen est un génie tout simplement! En plus de revisiter le conte des Frères Grimm, il revisite sous toutes les sauces ce sentiment haletant qu'est la peur. Je ne puis vous dire comment cela est possible, mais la peur est omniprésente dans ce roman sans pour autant sans lasser. On la voit se développer, se transformer au fil des pages. Elle ne reste jamais la même au cours de notre lecture, se présentant sous différents aspects à chaque fois. C'est très étonnant et ce n'est qu'en ayant fermé le livre que je m'en suis rendue compte. D'abord la peur de l'inconnu vient ensuite la peur de la perte, etc. Une sensation juste incroyable, et qui pour ma part est du jamais vu!
Alors, Victor Dixen si jamais vous lisez ces mots, sachez une chose je vous tire mon chapeau très très bas (même si bon, je vous avoue ne pas avoir de chapeau sur la tête). de vous lire n'a été que plaisir et découvertes stupéfiantes qui ne m'ont pas laissé indemne. Et j'en suis très reconnaissante. Je vous admire pour ce travail, où tout semble avoir une place dans ce destin des mots. Tout et dans la perfection. Pour moi, la perfection n'existe pas, et pourtant je vous offre une parenthèse et dépose votre nom dedans.
Durant notre lecture nous suivons donc Blonde, héroïne de l'histoire qui est pour le moins attachante. Elle m'a littéralement conquise. Pleine de bravoure, elle est surprenante même et surtout dans les instants les plus critiques de l'histoire. Elle semble être née pour cela, née pour être protagoniste d'un récit bouleversant. Là encore, ce n'était que plaisirs de la suivre, d'écouter nous narrer ses doutes, ses craintes et son ressenti face à telle ou telle chose. Nous sommes tellement plongés intensément dans ce conte revisité que nous avons l'impression d'être cette petite Blonde. Blonde, si fragile de l'extérieur, mais si courageuse mentalement parlant. C'en est tellement touchant. On la suit sous toutes ses facettes, cette jeune fille effarouché qui connaît pleinement la crise d'identité. Elle se découvre comme on la découvre au fil des pages. Partagée entre Ours et Homme. Elle ne sait plus qui elle est. Ce qu'elle est. On s'éprend à son égard, on voudrait la prendre dans nos bras, la réconforter et lui dire que tout va bien. Mais nous sommes confrontés nous-même dans ce désir de se connaître. Alors chacun affronte ses démons, ou plutôt les démons que l'on partage avec elle. On ressent chacun des mots laissés par Victor Dixen spur ces pages blanches. On les reçoit de plein fouet, en pleine face, et nous font l'effet d'une gifle amère. Des sentiments des plus contradictoires et des plus oppressants... Bienvenue dans le monde de Blonde. Monde indescriptible, mais en un mot abscons. Un monde qui cache bien des secrets...
Nous nous attachons également à Gaspard, jeune homme capable de tout pour plaire à Blonde. Il fait preuve lui aussi d'un courage remarquable, qui sait nous décontenancer. Mais l'amour n'est-il pas plus fort que tout le reste? Accompagné de Maître Gregorius, il découvrira alors la clef du secret, un indice des plus précieux qui pourrait bien sauver la peau de sa bien-aimée Blonde...
Les protagonistes principaux sont une bouffée d'oxygène dans ce monde obscur et terrifiant.
En résumé, je suis sincèrement tombée de haut, dans le sens positif du terme. C'est un roman surprenant, qui a chaque tournant de pages, nous révèle bien des surprises! Des surprises hétéroclites, qui peuvent s'avérer des plus pragmatiques dans le récit, bref à partir de ce moment-là, vous pouvez être sûr d'avoir plongé dans les ténèbres d'Animale! Je pense bien que c'est un roman qui ne sera pas au goût de tous, mais par ces diverses interprétations possibles, il sera capable d'amener à lui des heureux! Je conseille donc vivement ce roman pour tous les grands amateurs de Fantasy, mais également à ceux qui sont curieux de découvrir le conte de Boucle d'Or revisité par Victor Dixen de façon absolument incroyable! Alors n'ayez crainte et plongez dans cet irrésistible roman dont vous ne saurez lâcher qu'une fois abreuvés de son âme...
Un immense merci à Charlotte ainsi qu'à toute l'équipe On lit plus fort et sans oublier bien sûr le merveilleux Victor Dixen pour ce partenariat! ♥
Lien : http://bookattitudesworld.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Kenehan
  11 août 2013
Prélude d'un roman qui a attiré mon attention sur Babelio, "Tambours dans la nuit" est un court texte qui remplit à merveille son rôle. L'histoire est narrée par Pierre Valandrin, un jeune tambour de 18 ans engagé dans un des régiments de l'armée napoléonienne durant la campagne de Russie.
J'ai bien aimé la structure du texte, décomposée en "mouvement" pour rester toujours dans cette ambiance musicale. de même, en quelques pages seulement, Victor Dixen nous fait vivre le sort de ces soldats dont l'enthousiasme décline au fur et à mesure que Moscou approche avant de ne devenir qu'une peur.
Le texte est bien écrit, les phrases élégamment tournées, le tout est très imagés au point que l'imagination n'a que peu d'efforts à fournir. Pour un prélude, l'histoire soulève bon nom nombre de questions et donne envie de découvrir le roman "Animale".
Je n'avais encore jamais lu de roman, voire de livres tout simplement, ayant pour contexte les conquêtes de Napoléon 1er ou plus généralement cette époque-là. Je n'en ai jamais eu l'envie ou la curiosité et je dois dire qu'ici je ne me suis pas ennuyé. Probablement aussi parce que c'est un récit bref et surtout parce que c'est une fiction glissant vers le fantastique.
J'attends donc de voir ce que le roman aura à offrir. Mais qu'il soit la réécriture d'un conte lui fait déjà gagner pas mal de point d'avance ! Et l'extrait du premier chapitre ne fait que m'encourager un peu plus à lire cet ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Phooka
  02 juillet 2013
Ce prélude à Animale, le prochain roman de Victor Dixen, me rend encore plus impatiente de découvrir le roman. Quel rapport entre la campagne de Russie et Boucle d'or., je dois reconnaître que je me pose la question !! Les "bêtes" à peine entre aperçues dans ce prélude (de quelques 60 pages) me donnent froid dans le dos et je suppose que nous allons les recroiser à un moment ou à un autre d'Animale. J'en frémis déjà.
Dans ce prélude, on suit donc la grande armée dans sa conquête de la Russie. Grande armée d'abord victorieuse, puis en débâcle. Mais surtout on suit son tambour Pierre Valandrin, devenu Piotr, qui de part sa fonction est de toutes les batailles. Et comme Pierre, n'a pas les yeux dans les poches, il y voit des choses bien étranges ...
En quelques lignes Victor Dixen plante le décor. On y est, on y croit, on se bat contre la famine, la neige, la fatigue et contre l'ennemi bien sûr. Reste à savoir qui est le véritable ennemi. Ce prélude, superbement écrit par l'auteur, nous entraîne bien loin et en ce qui me concerne, il n'a fait qu'attiser encore plus mon envie de découvrir Animale. A des coudées de Jack Spark, dans un monde totalement différent, on retrouve vraiment tout le style et le génie de Victor Dixen avec juste un goût de trop peu. Vivement Animale ...
Lien : http://bookenstock.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
harmo20
  07 août 2013
Ce livre, Tambours dans la nuit est le prélude de Animale : La malédiction de Boucle d'Or de Victor Dixen. Sa sortie est prévue le 22 Août 2013.
Tout d'abord, j'ai été étonné de voir qu'on avait le point de vue d'un homme dans ce prélude car dans le tome un, en lisant le résumé, on constate qu'on va avoir le point de vue d'une jeune femme.
On accompagne Pierre Valendrin en route pour la Russie, c'est un soldat de la Grande Armée mené par Napoléon pour conquérir la Russie. Napoléon a conquit de nombreux pays et ne compte pas s'arrêter là. Pierre est français et il est tambourin dans l'armée. L'armée conquit la Russie petit à petit, mais des choses se cachent derrière tout ça...
En tout cas, ça se lit bien et vite. J'imagine déjà le style de l'auteur pour ma future lecture d'Animale. Il y a beaucoup de descriptions et peu de dialogue, j'espère que dans le tome un, il y aura un peu plus de dialogue… Sinon l'écriture est agréable à lire et petit à petit on voit le mystère autour du régiment anonyme se former. le lecteur ne souhaite qu'une chose, découvrir ce qu'ils cachent.
En conclusion, une lecture agréable et sympathique. Je me langui vraiment de lire Animale pour pouvoir découvrir l'univers que l'auteur a créé.
Lien : http://livres-films-series.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Ivy-ReadIvy-Read   01 septembre 2013
 À chaque étape de sa progression, la Grande Armée se jetait sur les quelques ressources épargnées par l’armée russe avec l’avidité d’une nuée de criquets, plus destructrice que n’importe quel incendie. Les paysans hébétés regardaient disparaître leurs dernières réserves pour l’hiver, impuissants ; à leurs yeux, le visage de la « libération » annoncée par Grandgousier devait ressembler étrangement à celui de la famine... 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KenehanKenehan   11 août 2013
Je me rappelais aussi la jeune fille aux yeux d'azur, le demi-sourire qu'elle m'avait adressé dans la pénombre de la grange -- elle m'avait souri, n'est-ce pas, puisque ses dents éclatantes me tenaient à présent lieu d'étoiles ?
Commenter  J’apprécie          100
BouvyBouvy   27 février 2015
Ne sachant où trouver refuge, les soldats se serraient les uns contre les autres, maudissant le ciel russe, la terre russe, ce pays trop vaste pour les humains.
Commenter  J’apprécie          40
Ivy-ReadIvy-Read   01 septembre 2013
Lorsqu’un homme s’éteint, c’est l’humanité entière qui s’appauvrit — C’était maintenant seulement que je le comprenais.
Commenter  J’apprécie          40
LalitoteLalitote   14 avril 2015
Lorsque un homme s’éteint, c’est l’humanité entière qui s’appauvrit

— C’était maintenant seulement que je le comprenais"
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Victor Dixen (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Dixen
Vidéo de Victor Dixen
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox