AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234093942
320 pages
Stock (23/08/2023)
4.1/5   52 notes
Résumé :
" Le 8 janvier 2020, le vol 752 d'Ukraine International Airlines reliant Téhéran à Kiev s'écrase six minutes après le décollage entraînant la mort des 176 passagers et membres d'équipage. Ce crash survient dans un contexte de tensions extrêmes entre l'Iran et les Etats-Unis, cinq jours après de l'assassinat de Qassem Soleimani, chef de l'Unité Al Qods des Gardiens de la Révolution, par l'armée américaine.
A travers l'histoire de sa cousine Niloufar Sadr, prés... >Voir plus
Que lire après La dernière placeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 52 notes
5
9 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
°°° Rentrée littéraire 2023 # 22 °°°

La dernière place, c'est celle qu'a prise, en dernière minute, repoussant son départ initial, la cousine de l'autrice, Niloufar Sadr, sur le vol PS752 Téhéran – Kiev qui s'est écrasé six minutes après son décollage, le 8 janvier 2020. 176 passagers étaient à bord, aucun survivant. le tir de missile était iranien, la question lancinante de l'acte délibéré reste toujours en suspens.

A partir de ces faits irréfutables, Négar Djavadi propose une plongée lucide et saisissante dans la dictature iranienne, retraçant méticuleusement les événements. A commencer par le contexte de grande tension entre l'Iran et les Etats-Unis, les Etats-Unis de Trump ayant fait assassiné cinq jours plus tôt le général Qassem Souleimani ( numéro 3 du régime, commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique ) et les risques de représailles et donc d'escalade sont réels. Puis les mensonges du gouvernement pour tenter de dissimuler la responsabilité iranienne.

« C'est aussi là que naît l'écriture. Dans le désir de déceler la faille tapie sous l'opacité des mensonges. Essayer d'attraper le fil qui mène à cet instant qui dérange, où la décision est prise, où le crime s'est noué. »

Surtout, elle décortique les mécanismes de la colère du peuple qui explose à travers le cri « Khodeshoun kardan » ( Ils l'ont fait eux-mêmes ! ), mantra d'une société à la fois épuisée et éruptive qui sait que le gouvernement iranien est capable de toutes les supercheries, toutes les déformations, toutes les violences et toutes les manipulations, « une phrase qui finit toujours par s'avérer vraie ».

L'autrice analyse ainsi les manifestations qui éclatent dans les jours qui suivent le crash avec celles de novembre 2019 ( contre l'augmentation du prix des carburants ) et bien évidemment celles liées à la mort de Mahsa Amini depuis septembre 2022, comme si l'incendie de la contestation du régime ne s'était jamais éteint et repartait de plus belle à la moindre étincelle. C'est le traumatisme des révoltes écrasées précédemment, des crises qui se sont empilées, du désespoir grandissant d'un peuple réprimée qui s'exprime.

Mais le texte n'est pas qu'une analyse géopolitique, politique et sociétale. Négar Djavadi mêle brillamment deuil personnel et deuil collectif de tout le peuple iranien.

«  Les livres sont comme des cimetières où on rend visite aux morts ».

Elle redonne vie à l'individu, contrôlé, étouffé sous une dictature, ici sa cousine Niloufar dont on découvre le nom, le passé, les opinions, le ressenti. L'autrice évoque également la douleur de l'exilé, elle qui est arrivée en France en 1990 à onze ans.

Derrière la pudeur et la sobriété affichée par l'autrice, l'émotion est en embuscade, encore plus forte lorsqu'on se rappelle la citation de Milan Kundera qui ouvre le livre : «  la lutte de l'homme contre le pouvoir est la lutte de la mémoire contre l'oubli. » L'écrivaine est là pour protéger la mémoire collective niée par le régime iranien qui cherche autoritairement à imposer un récit officiel réécrivant L Histoire. Avec son livre où l'intimité devient collective, Négar Djavadi extrait la vérité et la remonte puissamment à la surface. Pour toujours.

Commenter  J’apprécie          1186
Le 8 Janvier 2020, un avion de ligne ukrainien est abattu au dessus de Téhéran. A l'intérieur, Niloufar, cousine de l'autrice . Celle ci revient sur l'accident mais aussi sur le contexte iranien et la souffrance de son peuple.

Livre très intéressant , nous plongeant dans le quotidien des Iraniens , asservis depuis des décennies par un pouvoir despotique , manipulateur, ayant fait main basse sur les richesses du pays pour mener une existence de nabab quand son peuple crève de faim et d'absence de liberté.

L'autrice a fui son pays très jeune pour la France où elle réside encore. Beaucoup de familles de ce livre sont exilées, contraintes de quitter un pays qu'elles aiment et regrettent.

Au delà de l'attentat contre le Boeing , ce livre nous éclaire sur le long passif entre l'occident , mais particulièrement les USA, et l'Iran, l'éviction de Mossadegh en 1953 marquant le tournant pour l'Iran. Cela est fait de façon très pédagogique , pas besoin d'être un expert en géopolitique , et éclaire, si besoin en était, sur le machiavélisme de nos dirigeants, tous . le profit, les intérêts, les mensonges , la trahison... Mais une seule victime , les peuples .

L'Iran a un rôle fondamental à jouer dans les conflits actuels mais son peuple , lui , n'aspire qu'à un peu plus de liberté. La révolution de 2022 , dont il est question ici, a été comme les précédentes écrasée manu militari .Mais jusqu'à quand un peuple pourra -t-il être asservi, brimé , enfermé dans une gigantesque prison ouverte dont les geôliers sont des voyous sous couvert de la foi ?
Un livre vraiment didactique sur le sujet, au delà de l'affaire du vol ukrainien , qui résume à lui seul des décennies de mensonges.
"Ils l'ont fait eux mêmes " est une phrase récurrente en Iran. On comprend pourquoi.
Commenter  J’apprécie          490
C'est un coup de gueule, un cri de révolte qui anime les pages de ce récit personnel. Souvenez-vous, en janvier 2020, avant que ne déferle la pandémie qui a relégué le reste de l'actualité au rang d'anecdotes : de Téhéran un avion décolle avec 176 personnes à son bord. Quelques minutes plus tard, il s'écrase. Aucun survivant. C'est cet avion que Niloufar, la cousine de Negar Djavadi, avait pris pour retourner au Canada où elle vivait. Disparue, alors qu'elle devait partir trois jours plus tôt. Un coup du sort ? Certes, mais pas uniquement, puisque l'enquête prouvera que ce crash n'était pas un accident.

Au delà du chagrin, la révolte est immense.Cet accident est pour l'autrice le signal déclencheur d'un ras-le-bol, d'une prise de conscience et d'une volonté de rébellion qui a amené, avec la mort de Mahsa Amini, le peuple à descendre dans les rues au péril de leur vie.

Ce récit nous plonge dans l'histoire récente de l'Iran, de la dictature du shah à celle des mollahs, avec pour corollaire un peuple pris en otage, et une totale négation de la valeur d'une vie.

Negar Djavadi dit aussi l'amour qu'elle éprouve pour ce pays qui représente ses racines et son désespoir de le voir considéré comme un enjeu politique entre els grandes puissances avides de profit et l'aveuglement des fous qui le gouvernent.

C'est parfois un peu complexe, mais la langue reflète bien la rancoeur éprouvée vis à vis de ceux qui ont détruit l'harmonie d'une famille à présent dispersée à la surface du globe.

320 pages Stock 23 août 2023

Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          551
Au petit matin du 8 janvier 2020, le vol PS752 reliant Téhéran à Kiev s'écrase quelques minutes après son décollage. Aucune des 176 personnes présentes à bord ne survit. Parmi les victimes, Niloufar Sadr, cousine de l'auteure. Installée depuis des années au Canada, Niloufar était venue passer quelques semaines de vacances dans son pays. In extremis, elle avait repoussé la date de son billet de retour pour Toronto et obtenu la dernière place sur ce fameux vol 752, grappillant ainsi quelques jours supplémentaires auprès de sa famille. Funeste décision...

A Paris, dévastée par la nouvelle, Négar Djavadi veut savoir, comprendre. Elle scrute pendant des heures les réseaux sociaux, à l'affût de la moindre info, de la moindre image de ce crash, qui a eu lieu dans un contexte d'extrême tension entre l'Iran et les Etats-Unis. Ceux-ci ont en effet assassiné quelques jours plus tôt le général Souleimani, ponte du régime des mollahs, et s'attendent donc à de violentes représailles contre leurs bases aériennes en Irak.

Il faudra trois jours pour que les autorités iraniennes reconnaissent que l'avion civil a été abattu par deux missiles sol-air iraniens. Un tir accidentel, disent-ils. Mais le doute subsiste encore.

Ce livre retrace non seulement le fil de ces trois jours dramatiques et traumatisants, mais aussi la vie de Niloufar et l'histoire iranienne récente, de la dictature du shah à celle des ayatollahs. Il raconte surtout le peuple iranien, otage dans son propre pays d'un totalitarisme religieux aux mains de fanatiques avides de pouvoir et d'argent, pour qui une vie humaine vaut infiniment moins qu'un baril de pétrole. Un peuple qui, en dépit de la répression féroce, est tellement à bout que sa colère explose de plus en plus souvent dans des manifestations monstres à travers le pays (contre le carburant trop cher en 2019, contre le scandale du crash aérien en janvier 2020, contre la mort de Mahsa Amini en 2022). Ce livre parle aussi de l'amour et de la nostalgie de l'auteure, exilée en France à 11 ans, pour l'Iran de son enfance. de sa rage contre les dictateurs cruels, de sa colère contre les gouvernements occidentaux qui ne voient l'Iran que comme un pion dans un jeu géopolitique macabre, de son impuissance à y changer quoi que ce soit. Que peuvent les livres ?

Entre deuil personnel et deuil collectif, Négar Djavadi veut faire affleurer la vérité, celle des Iraniens, pas celle de leurs dirigeants, et faire en sorte qu'on se souvienne de leurs destins tragiques. C'est cela que peuvent les livres.

En partenariat avec les Editions Stock via Netgalley.
#Ladernièreplace #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
Commenter  J’apprécie          502
Fan de Négar Djavadi, j'ai bien entendu lu avec grand intérêt son dernier livre. Ce n'est pas un roman, contrairement à ces 2 précédents écrits et c'est ce qui m'a surprise. C'est un récit de géopolitique et autobiographique relatant les événements suite au crash du vol 752 d'Ukraine international airline le 8 janvier 2020 où se trouvait sa cousine Niloufar Sadr.
J'ai eu du mal sur la 1ere partie, en effet, Négar Djavadi retrace l'histoire de l'Iran avant de rentrer sans le vif du sujet. Passé cette présentation, salutaire cependant pour comprendre les enjeux de la suite même si beaucoup d'éléments sont déjà donnés dans Desorientale si on l'a lu avant, la lecture devient plus aisée.
La dernière place ou plutôt "Crimes et mensonges", titre peut-être plus approprié. Negar Djavadi fait ainsi un état des lieux de ce qu'est devenu son pays natal aux mains de criminels, de menteurs, de tortionnaires, de la corruption sans oublier les états complices. Comment les civils sont utilisés pour satisfaire la jouissances du pouvoir de quelques hommes.
Ce récit, au moment où j'écris cette critique, ne fait que résonner avec les conflits actuels dans le monde où des milliers de civils qui veulent simplement vivre en toute liberté paient les délires de ces bourreaux.
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
LaLibreBelgique
28 décembre 2023
L'hommage de Négar Djavadi à sa cousine tragiquement décédée est aussi un portrait sans fard de l’Iran actuel.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Je me suis souvent demandé, sans doute avec beaucoup de naïveté, comment à l'heure du téléphone portable - tout à la fois caméra, projecteur et espace de diffusion - les politiques de là-bas comme ceux d'ici peuvent (osent?) encore mentir. Comment n'ont-ils pas davantage pris conscience de ce pouvoir phénoménal acquis par les citoyens, non pas grâce à des avancées sociales et aux lois, mais à la technologie et sa démocratisation? Comment, aveuglés par leur puissance, ou bien déconnectés du quotidien, ne réalisent-ils pas que les machines dont ils usent pour accroître la surveillance peuvent être utilisées contre eux avec la même efficacité? [...] Le régime iranien peut couper Internet pendant des jours ou en moduler le débit, cela ne change rien. Il n'agit que sur la diffusion et la propagation, pas sur l'enregistrement. La réalité a été captée, enregistrée, et peut circuler par n'importe quel autre moyen, n'importe quand. L'image existe. L'image comme pièce à conviction à partir de laquelle commence l'investigation.
Commenter  J’apprécie          71
Chaque Iranien, susceptible d'être un traite,un antirévolutionnaire, un blasphémateur,un espion,un concupiscent, un subversif. Les femmes surtout. Les femmes et leur corps, paravent de tentations dressé entre les hommes et Dieu, que même domptées et infériorisées il faut sans cesse tenir à l’œil tant leur pouvoir maléfique de détourner les hommes de la foi est puissant.
Commenter  J’apprécie          212
Lors d'un séjour en Turquie, Rajib, un jeune homme chez qui je prenais le thé tous les matins, finit par m'interpeller sur cette question et me fit part de son amertume. Il ne comprenait pas pourquoi moi ou n'importe quel Français pouvions entrer en Turquie avec une carte d'identité, alors que lui devait demander un visa et fournir toutes sortes de papiers pour voyager en Europe. Il n'acceptait pas cette injustice. Nous avons tort de négliger ces déséquilibres qui nous arrangent ou nous indiffèrent, ces inégalités qui hiérarchisent et traduisent un sentiment de supériorité dont nous n'avons pas forcément conscience. Tort de ne pas considérer nos privilèges et leurs privations comme une source d'humiliations et de ressentiments, un marchepied vers une radicalisation des esprits.
Commenter  J’apprécie          50
Gagnant à plusieurs niveaux, Khomeini joua l'enlisement [dans la guerre Iran-Irak], refusant toute offre de médiation et de cessez-le-feu. Il afficha sans vergogne le visage imperturbable du tyran qui regarde mourir les enfants de son pays du haut de son balcon. A quoi bon la paix quand il suffit de ramasser les gosses dans les écoles, de mettre la clé (en plastique) du paradis autour de leur cou et de les envoyer servir de chair à canon sur les champs de mines? Et d'ailleurs, qui a besoin du peuple quand le sol sur lequel il a cloué son pouvoir contient la quatrième réserve mondiale de pétrole et la seconde de gaz, générant tout l'argent nécessaire pour continuer? Ceux qui tiennent compte de leur peuple, de ses opinions, de ses aspirations, qui veillent sur sa sécurité et ses intérêts, sont ceux qui doivent tendre la main dans sa direction, récolter son argent pour payer leurs salaires et faire marcher le train de vie de l'Etat.
Commenter  J’apprécie          40
L'objectif d'un tel système, qui a pour nature la terreur et pour principe l’idéologie, et de donner l’impression aux individus d'être inutiles. De trop. Une simple variable d’ajustement.
Commenter  J’apprécie          171

Videos de Négar Djavadi (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Négar Djavadi
Negar Djavadi vous présente son ouvrage "La dernière place" aux éditions Stock. Rentrée littéraire automne 2023.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2885364/negar-djavadi-la-derniere-place
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : iranVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus



Lecteurs (160) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3167 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..