AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Chloé Billon (Traducteur)
EAN : 9782368125311
208 pages
Éditeur : Charleston (09/12/2020)
3.14/5   11 notes
Résumé :
« J’avais découvert posé sur le lit un petit dessin représentant une femme et un homme à tête de taureau. (...) Le dessin est brutal. Je le déteste. Je l’adore. Je ne m’en déferai jamais. (...) Sur ce dessin, c’était moi. Ni Olga, ni Marie-Thérèse, ni aucune autre de ses amantes de passage dont il ne se rappelait pas les noms. J’étais l’élue, j’étais la gagnante, j’étais marquée. J’étais à lui. »

Photographe renommée, figure prometteuse de l’avant-gar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Squirelito
  01 mars 2021
1935. Dora Maar est photographe pour le film de Jean Renoir « le crime de Monsieur Lange ». La jeune femme aux origines diverses se sent bien à Paris et semble s'épanouir avec les surréalistes qu'elle fréquente dont Paul Eluard qui lui présentera Pablo Picasso dans l'un des plus célèbres cafés germanopratins.
Un an plus tard, le couple est déjà sur les ailes de l'errance et Picasso peint « Dora et le Minotaure », tableau d'un érotisme cruel mais qui illustre à la perfection la relation entre le « Maître » et sa nouvelle muse, une relation perdue dans un labyrinthe de domination, de supériorité, de sexe. Un sexe proche du cannibalisme avec l'ogre Picasso.
Pour ce journal intime fictif, l'écrivaine Croate Slavenk Drakulic ne pouvait choisir meilleur titre que cette toile si représentative de l'histoire de ce couple et de la charge destructrice qui s'ensuivra. le récit commence lorsqu' Henriette Theodora Markovitch, son vrai nom, sort de l'hôpital Sainte-Anne après avoir subi de terribles électrochocs. Nul ne sait qui l'a fait interner mais c'est Jacques Lacan qui signera un bon de sortie et suivra sa patiente pour encore quelques années. Sa séparation avec Picasso ne passe pas, l'humiliation face à la nouvelle maîtresse est le coup de pinceau qui a fait dériver la désormais ex-muse.
Mais remontons au commencement, de cette enfance en Argentine, du rideau blanc qui séparait sa chambre à celle de ses parents et qui deviendra une obsession – une sorte d'Oeil – de sa mère pieuse et autoritaire, de son père séducteur et volage. La jeune Dora ne sait qui elle est, elle vit à Buenos Aires, ses gènes sont français et croate. Quand elle se met au tango, la mère décide de retourner à Paris et emmène sa fille par crainte qu'elle devienne une « francesa ». Mais Dora semble indomptable, prête à tout pour imposer sa liberté et assouvir sa passion de la photographie, elle se met en couple avec Georges Bataille, sa réputation ne sera alors plus à faire quant à sa sexualité. Puis, la rencontre avec Picasso. Malgré que l'artiste continue à fréquenter ces précédentes maîtresses, Dora accepte tout. Par amour. Un amour qui ira de Charybde en Scylla.
Un récit qui se lit comme un roman, captivant dès les premières pages et ce jusqu'aux dernières lignes. Un regard objectif sur cette femme affranchie mais qui finira par se replier sur elle-même pour terminer humblement, presque en ascète et terriblement aigrie. A partir des cahiers réels de la photographe, on réalise très bien les tourments de la jeune femme, elle qui a immortalisé par des clichés Pablo peignant Guernica, un Pablo d'ailleurs beaucoup moins engagé comme on a pu le faire croire et qui a traversé l'Occupation sans aucun souci. Intéressant également cette comparaison entre le Minotaure et l'Origine du Monde de Courbet. Deux tableaux provocateurs mais ô combien différents dans l'approche et la signification.
Un beau portait d'une femme victime de son propre destin. Un livre qui fait écho à celui de Marina Picasso « Grand-père ».
Lien : https://squirelito.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sophie_Bazar
  23 février 2021
Lorsqu'elle a rencontré Pablo Picasso en 1936, Dora Maar était déjà réputée pour son travail de photographe, occupant une place importante au sein de la famille artistique parisienne de l'entre-deux guerres aux côtés d'Éluard, Man Ray, Lee Miller ou André Breton. Fascinée malgré elle, elle finira par succomber au génie et aura dès lors le plus grand mal à exister en dehors de l'ombre du génie. Car Picasso et les femmes, ce sont autant d'histoires de tourments et de drames et pourtant lorsque l'on évoque Olga, Jacqueline, Marie-Thérèse ou Dora, c'est souvent le terme de "muse" qui vient en premier.
Dans ce texte présenté comme un journal intime imaginaire, la parole est donc à Dora, Dora la croate, Dora l'argentine, Dora qui avant même que Picasso ne la représente en "Femme qui pleure" s'empêchait de sourire, sur les injonctions de sa mère. Dora aux identités plurielles qui n'a attendu personne pour exister, mais sortira exsangue de leurs sept années de vie commune. Car elle est fière, et refuse de se soumettre ; alors il se vengera en la peignant des pires façons.
De plus en de récits concernant les femmes de son entourage témoignent d'un monstre égoïste et exclusif et celui-là n'est pas en reste, décrivant un comportement de gamin gâté. Son chef d'oeuvre "Guernica", témoignant de sa compassion pour le peuple espagnol ? Ce sont en réalité Dora et Paul Eluard qui l'ont poussé à enfin s'exprimer sur le sujet. le mot "humiliation" revient très souvent sous la plume de Slavenka Drakulic, incarnant une Dora très sévère avec les autres femmes de Picasso, décrites tantôt comme folles, tantôt comme arrivistes. Reste le portrait d'une artiste qui a osé tenir tête à un monstre sacré dans un récit qui ouvre grand la porte sur son oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FlofloEnael
  26 juillet 2021
Aujourd'hui, je viens vous parler du livre Dora Maar et le minotaure de Slavenka Drakulic qui fait partie de la collection des indomptées aux éditions Charleston.

J'aime beaucoup lire des biographies pour m'imprégner des vies de personnes qui ont marqué leur temps, comprendre certains de leurs choix, vivre certains épisodes de leurs vies grâce à ces écrits... Pour le coup, je ne connaissais pas Dora Maar et très peu la vie de Picasso. Je ne suis pas une grande adepte de peinture ce pourquoi je suis peut être passée à côté de certains passages.
Ce livre est plus ou moins coupé en trois parties. La jeunesse de Dora, sa rencontre et sa vie avec Picasso puis sa descente aux enfers.
La jeune femme de 25 ans la cadette de Picasso va petit à petit se rendre compte que la relation qu'elle entretient avec n'est pas celle qu'elle aurait voulu. Elle va devoir vivre dans l'ombre du peintre, auprès d'un homme sombre qui est plus intéressé par l'art et sa propre liberté. Cette relation toxique va petit à petit la transporter aux portes de la folie où elle va se retrouver seule.
C'est un texte assez sombre et j'avoue avoir ressenti de la compassion et parfois une certaine pitié pour Dora et d'autres femmes.
J'ai été intéressée par l'expliquation de la réalisation de Guernica. On en apprend un peu plus sur l'une des plus grandes oeuvres de Picasso et on s'imagine un peu plus les circonstances de sa réalisation.
Il s'agit du portrait d'une femme victime d'un homme égocentrique et misogyne qui me laisse triste et interrogative. Aurait-elle percé dans l'art et aurait-elle été plus heureuse si elle ne l'avait pas connu ?
Il vous tente ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LaureLiseuseHyperfertile
  14 mars 2021
Cette parution aux éditions Charleston ne m'attirait pas forcément de prime abord. Les thématiques sont assez éloignées de ce que j'ai l'habitude de lire. Mais parfois, sortir de sa zone de confort est intéressant et permet de belles découvertes alors j'ai débuté ce court roman en me disant « pourquoi pas ? ».
D'ailleurs, s'agit-il vraiment d'un roman ? L'auteure romance la vie de Dora Maar, imaginant un carnet qu'elle aurait écrit et dans lequel elle parlerait de sa relation avec Picasso. Dora Maar a déjà inspiré d'autres auteurs qui lui ont prêté leur voix. Ici Slavenka Drakulic débute lors de l'enfance d'Henriette Dora Markovitch, de son vrai nom. Une enfance que j'ai vraiment aimé découvrir pour suivre les événements qui ont fait d'elle la femme qu'elle est.
Avant sa rencontre avec Picasso, c'est une femme relativement libre pour son temps, passionnée par la photo. Et douée. Et puis, elle rencontre la bande qui suit Picasso puis le peintre lui même, de 25 ans son aîné. Un homme dont je ne connaissais rien et dont je découvre ici, l'image sombre. Jamais fidèle, se servant des gens pour ce qu'ils peuvent lui apporter, sans état d'âme.
A ce stade du récit, tout tourne alors en boucle sur la femme que Dora est et devient dans sa relation à Picasso. Elle perd son individualité, arrête la photo, consacrant son temps au peintre, posant pour lui, soutenant son oeuvre encore et toujours. Exit la femme libre et son talent. Bonjour la femme soumise, supportant tout même le pire. J'étais désolée de lire ça, ce n'est pas ce que j'aime lire dans les destinées de femmes. L'héroïne s'efface derrière l'homme.
Et puis cela va très loin, menant Dora jusqu'aux portes de la folie, elle ne sera plus jamais la même. Même si sa relation avec Picasso cesse, elle est détruite et ne reprendra jamais le cours de sa vie. Quelle tristesse !
Lien : https://liseusehyperfertile...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EKnostos
  01 septembre 2021
La vie toute entière de Dora Maar, photographe maudite et « muse-objet » de Pablo Picasso, semble avoir été une interminable mosaïque composée d'impertinents éclats, qui n'obéissent à aucune règle. Son environnement était sombre, les paysages qui la cernaient tumultueux et le prisme au travers duquel elle observait son existence, une surface fissurée, brisée par les douloureuses épreuves que lui infligeait la vie, mais, surtout, par sa rencontre avec le célèbre peintre. Dans cet écrit intitulé « Dora Maar et le minotaure », Slavenka Drakulic livre un récit absolument captivant et fascinant. Chaque détail dans son écriture et ses choix narratifs nous offre la vision tourmentée d'une femme dont on comprend l'inévitable souffrance, mais que l'on pressent par moment comme victime consentante, et celle d'un homme au pouvoir absolu et à la volonté souveraine auxquels rien ne résiste.
Le final est grand, beau, magistral. Cette façon qu'a l'auteure de maintenir une tension persistante malgré son apparente absence m'a procuré un véritable frisson. Picasso n'est plus, et la brume prégnante s'est substituée à une brise débarrassée de son influence néfaste, mais dont l'air restera à jamais chargé de sa présence spectrale.
Avez-vous succombé à la curiosité de découvrir cet ouvrage qui s'inscrit dans » Les indomptées « , une collection des éditions Charleston qui a vu le jour début 2021 ?
Qu'en avez-vous pensé ?

Lien : https://eknostos.com/2021/08..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
audeLOUISETROSSATaudeLOUISETROSSAT   15 mars 2021
"J'avais découvert posé sur le lit un petit dessin représentant une femme et un homme à tête de taureau. (...) Le dessin est brutal. Je le déteste. Je l'adore. Je ne m'en déferai jamais. (...) Sur ce dessin, c'était moi. Ni Olga, ni Marie-Thérèse, ni aucune autre de ses amantes de passage dont il ne se rappelait pas les noms. J'étais l'élue, j'étais la gagnante, j'étais marquée. J'étais à lui."
Commenter  J’apprécie          00
LaureLiseuseHyperfertileLaureLiseuseHyperfertile   14 mars 2021
Je l’aime autant que je le méprise. L’homme est pitoyable, immoral, avare, méchant. L’artiste est un génie que j’admire.
Commenter  J’apprécie          20
Sophie_BazarSophie_Bazar   23 février 2021
J'ai su tout de suite que ma rencontre avec Picasso serait fatale.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Slavenka Drakulic (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Slavenka Drakulic
hromadske
Slavenka Drakulić, née en Croatie (ex-Yougoslavie) en 1949, est une auteure dont les livres et les essais ont été traduits dans de nombreuses langues. Drakulić est un rédacteur en chef de The Nation (États-Unis) et un auteur indépendant dont les essais ont été publiés dans The New Republic, The New York Times Magazine et The New York Review Of Books. Elle contribue à Süddeutsche Zeitung (Allemagne), Internazionale (Italie), Dagens Nyheter (Suède), The Guardian (Royaume-Uni), Eurozine et d'autres journaux et magazines
autres livres classés : argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
356 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre