AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782916589763
200 pages
Éditeur : Cambourakis (28/09/2011)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 41 notes)
Résumé :

Nous n’irons pas voir Auschwitz est le premier roman graphique de Jérémie Dres. A la recherche de leurs origines, l’auteur et son frère partent en Pologne sur les traces de leur grand-mère décédée. Cette quête familale leur permettra de rencontrer la communauté juive polonaise d’aujourd’hui et de mesurer son renouveau. A travers une multitude de rencontres, avec la jeune génér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Belzaran
  27 février 2016
Prenez un peu de documentaire saupoudré d'autobiographie, un sujet grave, ajoutez le mot « Auschwitz » dans le titre, mélangez le tout et vous obtenez « Nous n'irons pas voir Auschwitz ». Première bande-dessinée de Jérémie Dres, elle est publiée chez Cambourakis pour plus de 200 pages sur la communauté juive de Pologne.
Jérémie Dres est petit fils d'une juive polonaise. À la mort de cette dernière, il décide de se rendre avec son frère en Pologne sur les pas de sa grand-mère. Mais pas question d'aller voir Auschwitz. le but est de… de quoi justement ? le livre mélange deux sujets : les recherches de ses racines par Jérémie et la communauté juive actuelle en Pologne.
« Nous n'irons pas voir Auschwitz » est rapidement gênant par sa structure mal définie. En oscillant en permanence entre autobiographie et documentaire, Jérémie Dres perd le lecteur. Rapidement, sa partie personnelle nous indiffère. Traitée sans aucune émotion, on se demande bien ce que va chercher l'auteur en Pologne. Indiquant que peu d'ouvrages traitent de la troisième génération (à l'inverse de « Maus » de Spiegelman qui traite des enfants des survivants), il se tire une balle dans le pied. Car justement, les petits-fils semblent bien indifférents à toute cette histoire et leur quête semble ne mener nulle part. Devant les tombes de leurs ancêtres, ils restent sans émotion aucune. Alors pourquoi en faire un livre ?
L'autre plan du bouquin est l'axe documentaire. Encore une fois, l'auteur se tire plusieurs balles dans le pied. Il montre bien qu'il n'a pas beaucoup préparé son voyage et il ne part qu'une petite semaine. Et à son retour en France, une spécialiste sous-entend qu'il n'a pas interrogé les personnes les plus fiables… Bref, on ne sait pas trop quoi penser de tout cela.
Ce qui m'a beaucoup gêné dans l'ouvrage est la part de paranoïa aigue du livre. Les deux frères et leurs familles semblent traiter les Polonais comme des gens dangereux et profondément antisémites. La parole ne leur est jamais donnée. du coup, les juifs polonais semblent n'être polonais que par le fait de vivre dans le pays. Cet aspect communautaire est profondément choquant, même s'il est une des données de l'équation.
Concernant le dessin, il est très inégal et frôle l'amateurisme. Les aplats noirs laissent paraître les traits du feutre, les textes sont assez désagréables à lire (même si on s'y habitue). Les pages paraissent souvent vides, l'absence totale de couleur, d'aplats (noirs ou gris) ou de hachures fait que le dessin manque d'épaisseur, de substance. Quant à la narration, elle se fait beaucoup par les dialogues et les entretiens faits avec les personnes qu'ils rencontrent. Mais l'ensemble manque d'inventivité.
« Nous n'irons pas voir Auschwitz » est un livre mal conçu à tous points de vue. Malgré l'intérêt documentaire indéniable de l'ensemble, on ne peut s'empêcher de remettre en cause ce que l'on nous raconte. La démarche de l'auteur est peu claire (pour lui aussi visiblement) et il accouche d'un ouvrage mal ficelé, au dessin trop léger. À lire si le sujet vous intéresse. Sinon, passez votre chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Malise
  24 novembre 2012
Alléchée par de bonnes critiques et adepte du genre BD autobiographique, j'ai entamé la lecture de cet ouvrage avec un à priori positif. Hélas, je le referme assez déçue. Pour faire court, je dirais que l'on flirte ici avec l'amateurisme. L'histoire est celle de deux frères qui partent en Pologne à la recherche de leurs origines. Malheureusement il ne suffit pas d'une bonne intention, à savoir retrouver la trace de ses ancêtres juifs polonais, pour faire une bonne histoire. Pas plus qu'il ne suffit d'un voyage de quelques semaines, ni pensé, ni préparé pour faire le tour de la question de la place des juifs dans la Pologne actuelle. Sans maîtriser un mot de polonais, se plaignant de la difficulté à déchiffrer cette langue, soulagés d'échapper à un rabbin jugé prosélyte ou à une rencontre avec les participants d'un festival local, les protagonistes font montre des mêmes préjugés que leur père - qui les met en garde à l'annonce de leur départ d'un "faites gaffe aux polacks"- lorsqu'ils se rendent dans le cimetière d'un petit village de campagne. le tout émaillé de "mec", "mecton", "putain" (pardon c'est "P'tain" qui est employé et qui, phonétiquement, donne "Pétain", drôle non ?). Et que dire de l'absence totale d'émotion qui aurait du parcourir ce récit ?
Finalement je me demande s'ils n'auraient pas du y aller à Auschwitz...
Mieux vaut lire ou relire Maus et MetaMaus d'Art Spiegelman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
clgw304
  09 mai 2013
Le titre laisse à penser que les personnages devraient aller à Auschwitz . Alors j'ai commencé cet ouvrage avec un priori positif . Mais hélas je le referme assez déçue avec un avis plutôt négatif . L'histoire est celle de deux frères qui partent en Pologne à la recherche de leurs origines. On peut voir que le titre a peu de rapport avec le livre à part à la fin lorsqu'ils sont au café et qu'un des frères demande s'il voulait aller à Auschwitz pour le dernier jour . Pour moi Auschwitz me paraît comme quelque chose de déplacé et d'effrayant . Nous n'irons pas voir Auschwitz nous entraîne dans la Pologne des années 2000 où être juif n'est toujours pas quelque chose d'évident . Dans ce livre j'ai pu voir qu'il n'était pas question d'antisémitisme mais plutôt un plaisir de retrouver son passé et ses traditions . Je trouve que ce livre est plutôt un documentaire , de plus la moitié des mots étant en polonais sont incompréhensibles . Alors j'incite les personnes voulant se documenter sur les juifs en Pologne à lire ce livre mais de ma part je ne l'ai pas trouvé si prenant .A toutes les personnes passionnées de littérature et d'actions , je vous le déconseille, vous risqueriez d'être déçues ! Malgré le fait que ce soit une bande dessinée, donc très rapide à lire , il est beaucoup trop explicatif...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sylvere
  23 janvier 2021
Je referme ce livre un peu déçu. Je partais avec de grandes attentes et puis je n'ai jamais été embarqué.
Je n'ai pas été pris par l'histoire, les textes (trop petit selon moi) était assez désagréable à lire. Reste le trait qui lui m'a plu, mais c'est un peu maigre pour un tel ouvrage.
Le titre était intriguant, le propos de base également même si l'histoire n'était pas très originale et puis plus rien ou presque pour moi.
Après la mort de leur grand-mère, qui était le trait d'union entre les racines de la famille en Pologne et la nouvelle génération parisienne et laïque, deux frères partent sur les traces de cette famille juive polonaise.
Bien sûr il y a des pages intéressantes sur le judaïsme et sa réimplantation en Pologne depuis l'après-guerre, sur comment le communisme et les soviétiques ont essayé de gommer le passé trouble d'une partie de la Pologne pendant la guerre pour en faire un peuple victime du nazisme pour des questions idéologiques.
Mais pour moi, il y a surtout beaucoup de vide avec ces deux frères qui semblent perdus dans cette grande histoire qui les dépasse.
Le fond m'a intrigué et m'a donné envie de trouver un véritable ouvrage sur le sujet, vraiment documenté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lilou789
  28 octobre 2014
Autant "Dispersées dans Babylone" m'avait un peu déroutée, autant "Nous n'irons pas voir Auschwitz" est pour moi une grande réussite.
Ce roman graphique est passionnant, intime et riche. Il parle de thèmes aussi fondamentaux que l'identité, les origines, la religion...
Portée par un dessin dynamique, clair et très fin dans l'intention, l'histoire de ces deux frères partis sur les traces de leurs ancêtres est particulièrement touchante.
Elle fait voir la Pologne autrement, hors des sentiers battus. Elle est très instructive et montre l'ambigüité du rapport des polonais avec leur passé, tout en apportant un éclairage intéressant, grâce à des témoignages retranscrits avec spontanéité.
Je recommande cette lecture passionnante.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (5)
Liberation   30 janvier 2012
Peut-on voyager en Pologne sans se rendre à Auschwitz ? C’est la question que pose le livre de Jérémie Dres, qui fait de cette esquive un «manifeste», le point de départ d’une réflexion sur l’héritage, le passé et le présent d’une famille, d’un pays et d’une culture.
Lire la critique sur le site : Liberation
BDSelection   24 janvier 2012
Nous n'irons pas voir Auschwitz touche ainsi grandement, ce d'autant plus que Jérémie Dres est toujours du côté de la vie, à l'image de son dessin, assez simple et expressif.
Lire la critique sur le site : BDSelection
BoDoi   26 octobre 2011
Nous n’irons pas voir Auschwitz se révèle à la fois bavard et enlevé, avec des traits d’humour et des tranches d’émotion. Un travail de mémoire fortement humanisé, réalisé avec humilité.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Du9   17 octobre 2011
Le fait est que Jérémie Dres témoigne par lui-même, se met en scène. Pas de reconstitution, pas de fiction, mais une interrogation sur les deux, à travers, par exemple, la reconstruction « à l’identique » du centre de Varsovie, ou bien des ces histoires sur l’antisémitisme soi-disant violammment persistant des polonais.
Lire la critique sur le site : Du9
ActuaBD   06 octobre 2011
Livre paradoxal, le roman graphique de Jérémie Dres, jeune Parisien juif parti à la recherche des mânes de sa grand-mère, parle de la Shoah sans entrer dans son sanctuaire le plus emblématique : Auschwitz. Il s’est davantage intéressé aux juifs vivants que morts.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
julienraynaudjulienraynaud   23 septembre 2017
Les douces impressions de tolérance et de renouveau éprouvées jusqu'alors disparaissent brusquement pour laisser place à l'absence et à l'indignation.
Commenter  J’apprécie          20
SylvereSylvere   23 janvier 2021
De nos jours, beaucoup de juifs ne sont pas religieux. Certains se sentent juifs uniquement parce que leurs parents sont sortis des camps.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jérémie Dres (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérémie Dres
Jean-François Corty est engagé depuis près de 20 ans au sein d'ONG humanitaires et médico-sociales en France et à l'international.
Dans "Profession solidaire", il livre son témoignage sur la question migratoire. Une parole libre qui déconstruit les clichés !
Ce récit graphique a été édité dans la collection "Témoins du monde", créée conjointement par les éditions Steinkis et les éditions Les Escales.
Scénario : Jérémie Dres Dessins : Marie-Ange Rousseau
En librairie depuis le 28 mai 2020
autres livres classés : pologneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Nous n'irons pas voir Auschwitz"

Dans ce livre, qui sont les personnages principaux ?

deux amis
l'auteur et son frère
deux Polonais

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Nous n'irons pas voir Auschwitz de Jérémie DresCréer un quiz sur ce livre

.. ..