AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253007625
Éditeur : Le Livre de Poche (01/03/1986)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 162 notes)
Résumé :
Dick est invité par son ami Magnus Lane à passer ses vacances, en solitaire, dans le charmant petit village de Tywardreath en Cornouailles. Il en a bien besoin car il se sent harcelé par son épouse Vita qui le pousse à quitter la maison d'édition où il travaille pour aller vivre aux États-Unis. En fait, Magnus, professeur de biophysique à l'Université de Londres, a besoin de lui pour expérimenter une drogue qu'il a récemment mise au point. Quoique réticent, Dick ing... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Ode
  19 avril 2013
La Maison sur le rivage (The House on the Strand), c'est d'abord une atmosphère étrange et inquiétante. Kilmarth est une très vieille demeure sur la côte de Cornouailles, battue par les vents et construite près d'un ancien couvent, sur le domaine de Tywardreath.
C'est ce lieu chargé de réminiscences du passé que Dick Young choisit pour ses vacances, en attendant que sa famille le rejoigne. Il profite de son séjour solitaire pour jouer les cobayes en testant une nouvelle drogue élaborée par son vieil ami Magnus Lane, le scientifique à qui appartient Kilmarth.
Or cette potion modifie ses perceptions spatio-temporelles au point de le projeter dans ces mêmes lieux six siècles auparavant. Au cours d'éprouvantes aventures, il devient le témoin invisible des drames et des passions qui s'y déroulèrent au XIVe siècle. Sa curiosité l'emportant sur la raison, le voilà qui, tel Mr Hyde, abuse secrètement de la drogue pour arriver au bout de l'énigme... à ses risques et périls.
Dans ce roman datant de 1969, Daphné du Maurier nous entraîne dans une intrigue captivante sur le thème du voyage dans le temps. L'histoire est écrite avec tant de talent que je l'ai dévorée, arrivant presque à ressentir physiquement les émotions de Dick. La demeure de Kilmarth semble animée d'une vie propre qui n'est pas sans rappeler le domaine de Manderley dans "Rebecca". La tension psychologique y est aussi dense et j'ai adoré les incursions au Moyen Âge, auprès de Roger et de la mystérieuse Isolda.
De ce récit aussi addictif que la substance ingérée par le narrateur, je garde le souvenir d'une lecture forte et haletante qui résiste aux assauts du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
Gwen21
  14 septembre 2019
Issu de sa production littéraire tardive, "La maison sur le rivage" n'est pas, de mon point de vue, le roman le plus réussi de Daphné du Maurier. Sans doute est-ce dû en partie au fait que dans ses romans, je préfère les ambiances d'avant-guerre qu'aux années 60 décrites ici ? L'action se situe en Cornouailles, terre de coeur de l'auteure. Richard Young, la quarantaine, est gracieusement hébergé par son ami Magnus, un savant fou que ne supporte par Vita, l'épouse de Richard. Mais ce détail n'aurait pas d'importance puisque Magnus ne se propose pas de résider dans sa maison près du rivage en même temps que le couple et les fils de Vita si Magnus n'avait pas demandé à Richard le service de se prêter à une expérience de son cru consistant à boire une drogue maison afin de... voyager dans le passé !
Alors oui, dit comme cela, le synopsis peut faire peur et il m'aura fallu digérer les cinquante premières pages du roman avant que j'accepte d'aller là où Daphné voulait m'emmener. C'est par pure affection pour son oeuvre que j'ai persévéré et, au final, j'ai bien fait car le roman n'est pas une complète catastrophe, seulement une petite chose bancale qui finit par divertir à défaut de captiver.
Ses voyages opiacés dans le temps - six siècles quand même ! - ramènent donc Richard en plein Moyen Age où il découvre les faits et gestes des nobliaux de la localité dans leurs qualités respectives. Dommage que leurs existences ne présentent pas plus d'intérêt que la violence des mœurs, la fragilité de la justice et la rigueur de la survie, toutes choses déjà acquises par la plupart des lecteurs. De plus, on ne peut que tiquer devant l'usage de certaines expressions de l'auteure (ou plus sûrement du traducteur) telles que violon, coma ou encore chaussures. Au début du XIVème siècle, ça fait quelque peu tache.
Je ne sais pas trop où voulait en venir Daphné du Maurier avec ce roman mais son attachement profond à ce coin de lande justifie quelques fantaisies.

Challenge PLUMES FÉMININES 2019
Challenge MULTI-DEFIS 2019
Challenge XXème siècle - Edition 2019
Challenge ABC 2019 - 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
zaphod
  06 février 2014
Vous ne pouvez pas comprendre !
Si vous n'avez jamais passé des vacances à la côte belge (ce que je vous souhaite du fond du coeur), vous ne pouvez pas avoir idée de mon calvaire.
D'abord, à la côte belge, il ne fait pas bon. Il pleut, le vent est froid. C'est la Belgique, quoi, pas de surprise. Et si par hasard arrive un jour vraiment chaud, la plage est couverte de monde et ne vous offre pas le moindre coin d'ombre pour vous abriter.
Puis la côte belge, c'est laid. A l'exception de quelques privilégiés, pas question ici de "maison sur le rivage", non, les gens s'entassent dans des cages à poules, sur une ligne de buildings affreux qui parcourt tout le littoral le long d'une digue de béton.
Puis, c'est pas vraiment la côte belge, c'est la côte flamande. Les gens parlent une langue bizarre et vous lancent des regards méprisants si vous parlez pas comme eux.
Alors, imaginez-vous, adolescent, alors que vous n'avez rien demandé, devoir quitter votre chez-vous confortable, vos disques de Pink Floyd et vos copains pour aller passer des vacances à la côte belge avec vos parents !
Bien sûr, au début, j'ai râlé, mais ça ne servait à rien, j'ai bien du me résigner.
Heureusement, j'avais trouvé une librairie qui vendait des bouquins d'occase en français. Chaque matin, j'allais m'acheter un livre et je restais enfermé à lire toute la journée dans la cage à poules.
Je ne me souviens d'aucun de ces livres sauf d'un ; mais celui-là fut extrêmement important pour moi.
Croyez-le ou non, "La maison sur le rivage" est en effet le livre qui m'a fait découvrir la musique "classique", dans une famille où on n'en écoutait pas.
J'ai le souvenir très fort d'un héros qui trouvait du réconfort ou du ressourcement en écoutant « la Mer » de Debussy. Et l'auteur décrivait tellement bien l'ambiance créée par la musique et son effet sur le personnage qu'il m'avait fallu trouver ce disque d'urgence.
A cette époque, si je n'avais pas lu le bouquin en question, je crois que l'ado que j'étais serait resté totalement indifférent à ce genre de musique, mais en l'occurrence, ce fut un coup de foudre, et encore aujourd'hui, la Mer reste un de mes morceaux fétiches.
Du moins, ça, c'est l'impression que j'en gardais de nombreuses années après.
Ce que j'ai retrouvé dans le livre, avec beaucoup de plaisir, c'est l'histoire de Dick Young, qui accepte d'expérimenter sur lui-même une drogue mise au point par son ami le biochimiste Magnus Lane. L'effet de ce puissant hallucinogène est de plonger Dick dans les Cornouailles du XIV siècle, avec un réalisme sidérant... à moins qu'il ne s'agisse pas vraiment d'hallucinations, mais de quelque chose de plus réel.
Le thème de la fuite dans un monde parallèle est magnifique, et comme à son habitude, Du Maurier nous gratifie d'une superbe caractérisation des personnages, aussi bien ceux de notre époque que ceux surgis du passé.
D'ailleurs, à mon avis, les caractères crédibles, c'est bien souvent un des éléments centraux qui font qu'un récit extraordinaire passe ou pas.
Le récit suit une progression et un enchaînement rigoureux, sans aucune longueur, et la tension croissante est parfaitement gérée dans les deux histoires parallèles. Remarquable, donc !
Cependant, à ma grande surprise, alors que -selon mes souvenirs, je croyais retrouver la musiquie de Debussy imprégnant toutes ces pages, je n'y ai noté que quelques allusions. Trois phrases, tout au plus, concentrées sur la même page.
"... ce ne furent pas les accords mesurés de Bach que perçurent mes oreilles tandis que je m'étendais sur le canapé devant le feu de bois, mais l'insidieux et troublant murmure de 'la Mer' de Debussy. ... A moins que son incursion dans l'inconnu n'eut éveillé en lui le désir d'entendre cette harmonie mystique, cette magique incantation de la mer sur le rivage ? ... Tandis que le flux et le reflux de 'La Mer' persistaient dans ma tête, je traversai le hall et gagnai la bibliothèque pour regarder celle qu'on voyait par la large baie."
C'est peu, à moins que je n'aie fait moi aussi un voyage parallèle en lisant ce livre. En même temps, c'est beaucoup, car d'une manière imagée, c'est bien l'expérience de notre héros, qui quitte le monde "bien tempéré" de Bach pour s'immerger dans le monde plein de mystère de Debussy. Cette musique, qui c'est vrai, persiste en vous, comme les visions de Dick Young au retour de ses "voyages dans le temps".
Ce livre reste un coup de coeur, mais pour sa qualité littéraire, pas seulement pour ses influences musicales.
Toutefois, je vous conseille cette expérience, que j'ai faite, bien sûr, de relire ce livre en écoutant 'La Mer', ce chef d'oeuvre absolu de la musique, qui ne se laisse jamais totalement cerner. C'est un tout autre voyage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
Cath36
  16 mars 2014
Les interrogations de Daphne du Maurier concernant nos rapports avec le temps en particulier nos rapports avec le passé suscitent toujours des atmosphères envoûtantes, des plongées dans des univers devenus parallèles et qui relient le héros à sa propre histoire. Ce n'est sans doute pas son meilleur roman mais on retrouve, en plus d'une bonne histoire et d'un contexte historique intéressant, tous les éléments qui font de l'oeuvre de Daphné du Maurier une oeuvre à part, entre histoire, science-fiction et métaphysique. le voyage dans le temps, thème cher à Orwell et à tant d'autres à la même époque se colore ici d'une certaine forme de romantisme où, à travers le climat et la violence d'une époque assez barbare se posent l'eternelle question du rapport homme-femme. J'ai bien apprécié ce livre, quelquefois un peu long mais qui tient en haleine jusqu'à la fin.
Commenter  J’apprécie          250
BrunoA
  16 juin 2016
Une maison isolée en Cornouailles, un laboratoire tenu par un scientifique et trois flacons A, B et C constituent l'amorce d'un incroyable voyage dans un univers vieux de six siècles à travers lequel le narrateur, Richard Young, aidé du professeur Magnus Lane nous emportent dès les premières pages.
Avec le génie de la narration et du suspense qui la caractérise, Daphné du Maurier nous ouvre les portes d'un monde situé sur les lieux mêmes, mais au XIVème Siècle et nous permet de suivre l'histoire de deux familles qui s'affrontent dans des paysages à couper le souffle.
Un voyage incroyable qui donne envie de lire encore et encore les romans de cet auteur.
Commenter  J’apprécie          260
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   13 septembre 2019
La vérité est souvent ce dont on a le plus de peine à se convaincre ou convaincre les autres. J'aimais Vita pour tous les moments vécus en commun depuis des mois et des années, pour tous ces hauts et ces bas qui rendent la vie conjugale parfois exaspérante et monotone, mais en font quelque chose d'unique et d'incomparablement précieux. J'avais appris à m'accommoder de ses défauts et elle des miens. Nous nous disputions souvent sans penser un mot des mauvaises paroles que nous nous jetions à la figure et, habitués l'un à l'autre, nous ne nous disions que rarement toutes les choses gentilles que nous pensions l'un de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Gwen21Gwen21   12 septembre 2019
- Vous savez, qu'on soit historien, archéologue ou géographe, quand le passé vous tient, c'est comme une fièvre qu'on a dans le sang ; on ne connaît pas de répit tant que n'est pas résolu le problème qui se pose à vous.
Commenter  J’apprécie          100
Gwen21Gwen21   08 septembre 2019
Quand je mens, j'aime que mon mensonge repose sur quelque chose de vrai, car cela apaise ma conscience.
Commenter  J’apprécie          160
Gwen21Gwen21   07 septembre 2019
- Trois ans de mariage, remarqua-t-il, et le lave-vaisselle a plus d'importance dans votre vie conjugale que le grand lit mis par moi à votre disposition ! Je te l'avais dit, qu'il ne durerait pas. Je parle du mariage, bien sûr, pas du lit.
Commenter  J’apprécie          111
OdeOde   23 avril 2013
Isolda, la femme de Sir Oliver Carminowe, n'avait pas de guimpe encadrant son visage, mais elle portait sa blonde chevelure tressée en deux macarons, et une bande d'étoffe ornée de pierres précieuses maintenait un voile court sur sa tête. À la différence des autres femmes, elle n'avait pas non plus de manteau par-dessus sa robe, qui était plus ajustée et dont la jupe était moins ample que celles de ses compagnes, avec de longues manches collantes descendant jusqu'au-dessous du poignet. Comme elle devait avoir vingt-cinq ou vingt-six ans et être plus jeune que les autres dames présentes, peut-être suivait-elle la mode de plus près, mais elle le faisait sans ostentation, avec une grâce pleine de naturel.
[...]
Il est dans le destin de tout homme, je suppose, d'apercevoir un jour ou l'autre, parmi la foule, un visage qu'il ne peut plus oublier et qu'il aura peut-être la chance de retrouver dans un restaurant ou une réception. S'il le revoit trop souvent, l'enchantement sera brisé et engendrera la déception. Mais cela ne risquait pas de se produire en l'occurrence, car c'était par-delà les siècles que je contemplais ce que Shakespeare appelait « une beauté non pareille », laquelle, hélas, ne me verrait jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Daphné Du Maurier (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daphné Du Maurier
La chronique de Gérard Collard : "Le bouc émissaire" de Daphne Du Maurier
autres livres classés : voyage dans le tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Rebecca - Daphné du Maurier

Le récit est basé sur...

un journal intime
une narration à la première personne
un procès verbal de tribunal

10 questions
231 lecteurs ont répondu
Thème : Rebecca de Daphné Du MaurierCréer un quiz sur ce livre
.. ..