AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782080811813
222 pages
Flammarion (04/01/1999)
3.7/5   10 notes
Résumé :
Au XIIIe siècle, la chevalerie forme, dans l'ensemble de l'Occident, un corps bien délimité et qui s'établit véritablement au centre de l'édifice social. Il s'est approprié la supériorité et l'excellence qui s'attachaient naguère à la notion de noblesse. En lui s'incarnent les valeurs maîtresses d'une culture. Comment se sont forgés les modèles, les images, les représentations mentales qui donnèrent à ce corps son armature et qui l'installèrent dans cette position é... >Voir plus
Que lire après La société chevaleresqueVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Instructif

Ayant fait des études d'Histoire, j'ai trouvé cet ouvrage de Georges Duby fort instructif, un peu complexe par moment, mais intéressant tout de même.

D'un point de vue historique, bon nombre d'historien.ne.s ont travaillé sur ces sujets depuis et quelques interprétations de Georges Duby ont été révisé à l'aube de nouvelles découvertes et de nouvelles propositions d'interprétation mais c'est aussi ce qui fait la beauté de la science.

D'un point de vue historiographique, cet ouvrage est vraiment intéressant, car il témoigne de la manière dont l'histoire était écrite dans les années 1970 et quels étaient les axes de recherches.

Néanmoins, je pense qu'il faut déjà bien connaître l'Histoire de France pour le lire, car il n'est pas forcément accessible à tou.te.s.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Il conviendrait, en premier lieu, d'examiner attentivement la manière dont s'est transmise la qualité nobiliaire. [...] La noblesse médiévale est indépendante de la chevalerie et lui est antérieure ; c'est une qualité qui vient des ancêtres, une affaire de race. [...] On peut considérer maintenant établi que la noblesse carolingienne s'est transmise par le sang dans une abondante postérité féodale et, d'une façon plus générale, que tout noble se disait d'abord " de nobilibus ortus " ou " gentilhomme ", c'est-à-dire qu'il ne se référait pas, en premier lieu, à sa puissance ou à sa richesse, mais à ses aïeux.
Commenter  J’apprécie          230

Videos de Georges Duby (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Duby
A l'occasion de la publication de l'ouvrage : Martine Reid, Félicité de Genlis. La pédagogue des Lumières, Tallandier Avec Gilles HEURÉ, Michelle PERROT, Martine REID Michelle Perrot, historienne pionnière de l'histoire des femmes (Histoire des femmes en Occident, avec Georges Duby, 1991 ; Les Femmes ou les silences de l'histoire, 1998 ; George Sand à Nohant : une maison d'artiste, 2018) et Martine Reid, spécialiste de la littérature du XIXe siècle et notamment des femmes en littérature (George Sand, 2013 ; Félicité de Genlis. La pédagogue des Lumières, 2022), vont revenir sur ce champ de recherche qui ne cesse de s'enrichir et questionne de plus en plus la place des femmes dans la société d'aujourd'hui.
Gilles Heuré
+ Lire la suite
autres livres classés : chevalerieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (53) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3004 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}