AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782207254127
304 pages
Denoël (01/02/2007)
3.75/5   10 notes
Résumé :

On a sacrifié les femmes au nom d'à peu près tout : morale, religion, politique, amour, maternité... Aujourd'hui encore, malgré les discours d'émancipation, persistent viols, harcèlements, sévices conjugaux, interdits et humiliations. Le destin de la féminité en Occident serait-il sacrificiel ? En témoignent ces grandes héroïnes qui foisonnent dans nos mythes, nos légendes d'amour, nos ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
cedratier
  16 octobre 2021
La femme et le sacrifice – d'Antigone à la femme d'à côté (Anne Dufourmantelle, Denoël, 295p)
Livre philosophique et psychanalytique à l'écriture très ardue, dont je n'ai sans doute compris que la moitié à peine. Et pourtant, je suis allé au bout, tant par moments des éléments m'ont paru d'une pertinence forte, voire fulgurante. Il m'est très difficile d'en faire une synthèse (hors pour moi-même un tri assez peu sélectif de citations.) D'abord je pourrais dire que trop souvent les références sont implicites, supposées connues et s'adressent donc à un public trié sur le volet, familier des concepts lacaniens (le grand Autre…) et que l'argumentaire manque vraiment d'illustrations concrètes, comme si une écriture philosophique devait s'interdire d'être incarnée. Il y a pourtant des passages très parlants, en particulier sur le monde contemporain, sur les violences faites aux femmes, le développement de la pornographie, la prostitution, l'accession dans des conditions très spécifiques à des postes de pouvoir par des femmes d'aujourd'hui…
S'attardant successivement sur les jeunes filles, les amantes et les mères, AD passe en revue un certain nombre de personnages féminins mythiques, littéraires ou historiques, d'Antigone aux femmes kamikazes des territoires palestiniens, essayant, me semble-t-il, de voir ce qui «structure» le sacrifice au féminin, dans la psyché des concernées comme dans le champ social. Elle s'intéresse à celles qui se sacrifient (héroïnes qui captent les regards ou femmes transparentes, blanches comme la neige qu'on croise sans les voir), ou aux femmes sacrifiantes, qui vont jusqu'au geste ultime de sacrifier leur enfant, dans un au-delà de l'imaginable et du langage.
Mettant en perspective virginité et accès possible à la maternité, effet d'aimant sur les hommes autant que la peur qu'éprouvent ceux-ci, elle explore plus particulièrement différentes postures féminines jusqu'à la femme créatrice (artiste). Elle rappelle combien la femme en situation de pouvoir doit prouver plus que les hommes («Dès qu'elles sont au pouvoir, tout le reste est de trop, on ne leur pardonnera rien…»).
A quelques pages de la fin, une impressionnante « adresse à une amie peintre », à destination d'Emmelene Landon. Celle-ci a écrit un livre hommage à une autre de ses amies, elle aussi peintre, Suzanne Hay, morte à 42 ans en 2004 noyée dans un lac au Portugal en cherchant à sauver de la noyade deux enfants !!! TERRIBLE passage, "prémonitoire", écrit en 2007 par Anne Dufourmantelle, quand on sait que cette dernière est elle-même morte noyée en 2017 en sauvant son fils et un ami de celui-ci de la noyade.
Un livre donc pour les mordus de psy, et de la cause des femmes, crayon à la main, qui nous plonge au coeur d'une certaine féminité, et de certains de ses ressorts sacrificiels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MuseaUranie
  03 janvier 2019
La femme et le sacrifice est une réédition de la version de 2007. Sorti de nouveau avec une nouvelle charte graphique, cet essai s'attarde sur la vision du sacrifice et le poids qu'il fait porter à la femme depuis l'aube des temps. Anne Dufourmantelle, autrice de plusieurs essais, est décédée en 2017.
IMG_20190102_110934

Pour cette première chronique de l'année, on va parler sérieusement puisqu'il est question aujourd'hui d'un essai féministe traitant du sacrifice dans ce qu'il a de plus large. Avec ce type d'essai, j'aime bien les intégrer dans une lecture diptyque afin d'alléger un peu la concentration que requiert un peu ce type d'ouvrage.
La femme et le Sacrifice est un essai qui met en parallèle la mythologie, l'Histoire, la littérature et notre société actuelle afin de voir les changements apportés et ce qu'implique d'être femme. L'essai, catégorisé en plusieurs parties allant des Amantes, en passant par les femmes Blanches (pas dans le sens de la couleur de peau, mais plus dans une forme d'invisibilité sociétale) est passionnant tout en étant assez difficile à lire. Prenant comme appuis certaines figures, comme Penthésilée ou encore Antigone (ma préférée), la femme est décortiquée dans un vocabulaire riche et soutenu. Il y a aussi tout un parallèle avec les Pères en tant que tel et la relation parfois difficile qu'il peut y avoir avec ses enfants de sexe féminin.
C'est un essai que j'ai beaucoup apprécié malgré une certaine difficulté de lecture. Je pense revenir souvent dessus afin de bien assimiler ce que Anne Dufourmantelle veut nous faire comprendre. La femme et le sacrifice est très souvent philosophique et peut donc avoir tendance à perdre son lecteur et c'est peut-être le seul défaut à soulever tant le travail de l'autrice est incroyable, puisque cette dernière s'appuie sur des textes et auteurs qu'elles citent souvent. J'aime d'ailleurs beaucoup le balayage historique qui est fait tout au long du livre puisque chaque type de femmes y trouve son compte.
Un ouvrage passionnant et pratique par son petit format assez particulier, à la frontière entre le GF et le poche qui devrait ravir toutes personnes, femme ou homme, qui serait intéressé par le sujet. Rare sont les essais ayant pris le parti-pris de traiter la femme en tant qu'objet sacrificiel alors que si on porte son regard en arrière, l'idée est finalement logique. Puisque de tout temps, la femme ne fut réduite qu'à l'utilisation qu'on pouvait tirer d'elle, quitte à passer par la mort si cette dernière se refuse.
En conclusion, La femme et le Sacrifice est un essai pertinent quoi qu'un peu difficile à lire sur la question féminine. Anne Dufourmantelle signe un essai philosophique, s'appuyant sur différents textes de la mythologie ou événements historiques qui demande un certain temps d'adaptation, mais reste passionnant. A relire de temps en temps et à mettre à côté des ouvrages féministes les plus importants.
Merci aux éditions Denoël pour la découverte de la femme et le Sacrifice. Si vous souhaitez l'acheter, le lien est directement insérer plus bas
Lien : https://museaurania.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
virgidoc2virgidoc2   30 avril 2013
L'adolescence est faite pour trouver le chemin d'une révolte qui brisera quelque peu les chaînes de cette fidélité pour entrer dans sa vie. Mais la plupart des êtres restent en deçà de l'adolescence, ligotés par des serments qu'ils ignorent avoir prononcés, par une fidélité qui leur fait recommencer toujours les mêmes liens, même s'ils se révèlent être faits de haine, d'abandon, de trahison. Ils veulent retrouver le goût de ce premier objet d'amour perdu, ce ravissement dans lequel ils ont été pris "avant". Il faut croire que la liberté est difficile quand elle signifie trahir celui ou celle qui nous a mis au monde. Je veux dire vraiment désobéir, pas se révolter dans la haine mais briser les désenvoûtements, affronter les spectres du passé et prendre la mesure de sa voix intime, celle qui vous convoque à enfreindre des lois séculaires pour aller à la rencontre, dans une grande solitude, de la dimension de l'inespéré. Or nous sommes des êtres d'obéissance et nous sommes accablés sous le poids de nos devoirs et de nos dettes. Comment ne pas le reconnaître devant la multitude de ces vies brisées, défaites sous le poids de ces deuils impossibles, de ces loyautés tenues jusqu'à la déchéance, de cette impossibilité que nous avons à forcer l'inéluctable pour trouver notre propre voie ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
virgidoc2virgidoc2   30 avril 2013
Quand le mot d'ordre d'une société devient "jouissance" ou (...) réalisez-vous, soyez bien dans votre peau, faites-vous plaisir...c'est le surmoi qui prend en charge l'impératif de jouissance qui, dès lors, ne peut plus être une conquête personnelle, une transgression voulue, exprimée, mais un devoir rendu, un service auquel il faut se plier pour être acceptable. Car ainsi fonctionnent les impératifs sociaux, ils tendent à éliminer de la scène sociale les individus qui leur résistent. Le danger de cet impératif de jouissance est de servir une guerre contre le désir ( le vrai, si l'on peut dire...) et d'autre part de favoriser l'éclosion de la chasteté ( ou du voile, autre possibilité dans une autre culture ) pour faire obstacle à ce surmoi tyrannique et chercher refuge dans un corps sanctuarisé. Car le surmoi de la jouissance tel que notre société l'encourage aujourd'hui est établi en réalité à des fins commerciales et non pas de bien-être (...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
virgidoc2virgidoc2   30 avril 2013
Etre mise au monde ce n'est pas encore naître. Pour cela, il faut apprendre à quitter le paradis, la terre promise de toutes les retrouvailles, toutes les reconnaissances, tout l'amour en une seule fois. Pour le retrouver autrement, singulièrement, à partir de soi. Mais si le père ou la mère n'ont pas fait de place à l'autre, si l'enfant vient combler toutes les attentes frustrées, s'il est le dépositaire de haines bien plus solides que lui, il vient au monde déjà enseveli. La drogue, l'alcool, la nourriture, la cigarette, un certain rapport au sexe et toutes les dépendances dans lesquelles on peut être pris " à son corps défendant" sont les échos étouffés de cet ensevelissement vivant. (...) on ne peut être sevré que si l'on a été nourri, si cela a manqué au départ, c'est cette sensation du manque que l'on cherchera à retrouver sans cesse dans la faim où vous laisse toute drogue qu'elle qu'elle soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sterster   14 juillet 2013
Bérénice, à première vue, ressemble à ces femmes altières, hautaines même, lisses, sur lesquelles les vicissitudes de la vie ne semblent pas avoir prise. Il y a des femmes qui traversent ainsi l'existence, elles répondent en tout point à l'idée que l'on se ferait d'une femme autonome, qui prend en main l'émancipation de son désir et son destin avec. Aujourd'hui, on dirait que rien ne leur fait peur : famille, travail, enfants, amants, elles ont du répondant et le font savoir. Pourtant une espèce particulière de douleur les mine, une sorte de solitude que rien ne rompt. Tous les discours de façade qu'elles prononcent ne font que mieux taire leur attente secrète, leur espace intérieur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sterster   14 juillet 2013
Aucune détermination, si tragique soit-elle, n'est définitive sauf à croire que l'on est devenu ce qu'on fait ou ce qu'on vous force à faire, même quand toute possibilité de secours et d'appel semble vaine. Mais d'où vient qu'on ait la force soudain d'appeler, de se retourner ?
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Anne Dufourmantelle (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Dufourmantelle
#JournéeDeLaPhilo2020 #Philosophie #LesRencontresPhilosophiquesdeMonaco #Philomonaco
Philosopher ensemble !
#Trailer de présentation des Rencontres Philosophiques de Monaco
Avec la participation de: Alain Fleischer, Anastasia Colosimo, Anne Dufourmantelle, Avital Ronell, Barbara Cassin, Bernard Harcourt, Bernard Stiegler, Boris Cyrulnik, Bruno Karsenti, Camille Riquier, Catherine Chalier, Catherine Millet, Charlotte Casiraghi, Christian Godin, Claire Chazal, Claire Marin, Claude Hagège, Cynthia Fleury , Davide Cerrato, Denis Kambouchner, Dominique Bourg, Donatien Grau, Edwige Chirouter, Elisabeth Quin, Emanuele Coccia, Éric Fiat, Étienne Bimbenet, Fabienne Brugère, François Dosse, Frédéric Gros, Frédéric Worms, Gary Gillet, Geneviève Delaisi de Parseval, Geneviève Fraisse, Georges Didi-Huberman, Georges Vigarello, Géraldine Muhlmann, Gérard Bensussan, Hakima Aït El Cadi, Jean-Luc Marion, Jean-Pierre Ganascia, Joseph Cohen , Judith Revel, Julia Kristeva, Laura Hugo, Laurence Devillairs, Laurent Joffrin, Luc Dardenne, Marc Crépon, Marie Garrau, Marie-Aude Baronian, Mark Alizart, Markus Gabriel, Marlène Zarader, Martine Brousse, Corine Pelluchon, Maurizio Ferraris, Mazarine Pingeot, Michael Foessel, Miguel de Beistegui, Monique Canto-Sperber, Nicolas Grimaldi, Olivier Mongin, Paul Audi, Perrine Simon-Nahum, Peter Szendy, Philippe Grosos, Pierre Guenancia, Pierre Macherey, Raphael Zagury-Orly, Renaud
+ Lire la suite
autres livres classés : nevroseVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
672 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre