AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.1/5 (sur 34 notes)

Nationalité : Australie
Né(e) à : Melbournehttp://www.leoscheer.com , 1963
Biographie :

Emmelene Landon est née à Melbourne, Australie, en 1963. En 1988, elle se rend en Chine par le Transsibérien, et expose pour la première fois à Pékin. Elle a vécu à Londres et New York avant de s’installer en France en 1979. Ancienne élève de l’École des Beaux-Arts de Paris, elle a exposé ses tableaux et ses photographies à Paris, Marseille, Le Havre, Dunkerque, Cherbourg, Rome, New York et Pékin. Elle a également réalisé des films (Australie, mère et fille, 2002, Le Fantastique Voyage du conteneur rouge, 2004) et produit des émissions de radio. Elle a publié deux livres : Le Tour du monde en porte-conteneurs, récit de voyage (Gallimard, 2003) et Susanne, récit (Éditions Léo Scheer, 2006). Le Voyage à Vladivostok est son premier roman.

Source : http://www.leoscheer.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Emmelene Landon   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Podcasts (1)


Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
Dans notre plus grosse valise, je range des carnets, l’ordinateur portable, des aquarelles, des pinceaux, du papier, l’enceinte, la caméra Sony, des habits d'été, des affaires de toilette, des photos de toi. Je pars pour observer les humains flotter sur l'océan. Dans ce monde sans repos, sans réplique, coupé de la vie sur terre, tu pars avec moi. Entourés par l'océan, tout ce manque est là en creux. L'océan rassemble, remet l'existence en scène dans le vide des rêves. Ce vide insaisissable est ce que nous avons de plus précieux. Les marins et les îliens le savent. Comme une expérience de mort imminente.
Commenter  J’apprécie          60
Le jour où les hommes comprendront que ce qu’il y a de plus sexy chez eux, c’est leur intelligence et pas la taille de leur sexe, le monde changera. Mais ce n’est peut-être pas cela qu’ils veulent.
Commenter  J’apprécie          70
Peindre un paysage, c’est évoquer une image mentale, un état possible, une suggestion de sensation, la lente conjuration d’une pensée sans mot. En revanche, la représentation du visage, de n’importe quel visage, nous happe immédiatement
Commenter  J’apprécie          50
Si vous ne trouvez pas l'homme qu'il vous faut, pourquoi ne pas en inventer un autre? Au moins jusqu'à l'arrivée de quelqu'un qui dépasse votre imagination, qui vous rend joyeux.
Commenter  J’apprécie          40
Il n'y a pas de récit de la sensation, seulement des réponses à la faim de jouer, de peindre. J'imagine aussi, la faim de quelqu'un, la faim d'être avec la personne qu'on aime et la faim de son corps. La faim est un autre fonctionnement du manque (...)Le manque est aussi un détonateur qui nous révèle notre désir.
Commenter  J’apprécie          30
Dans la peinture des corps, j’aime le détail incongru qui s’étale à travers toute l’image, la sensualité et le miroitement. J’ai une prédilection pour un certain piquant, le subtil, l’étrange, le trop tendu, l’abstrus et le stimulant le poignant – avec la force d’un défi.”
Commenter  J’apprécie          30
Ainsi l’idée de laisser quelque chose à l’imagination s’oppose à un principe certain et indispensable de l’art : savoir que tout doit être rendu distinctement et avec soin, comme si le peintre connaissait parfaitement la forme et le caractère de chaque objet qu’il représente. voilà ce qu’en peinture on appelle savoir, et qui ne doit pas être sacrifié à une beauté déterminée et douteuse.”
Commenter  J’apprécie          20
Ma nature joyeuse me joue des tours. La vie. Notre vie si amoureuse, stimulante, dans la plénitude. Paul aimait tellement la vie, il me le disait tout le temps. Tomber sur des documents : Paul Otchakovsky-Laurens est mort. Ça fait un document à ranger, une information. À force, je déteste les documents.
Commenter  J’apprécie          20
cf - 23 novembre 2018 - Les Inrockuptibles

PAR Nelly Kaprièlian

A partir des messages échangés avec Paul Otchakovsky-Laurens, elle signe un texte magnifique pour dire l’amour qui l’unit à l’éditeur mort en janvier 2018.
Le grand éditeur Paul Otchakovsky-Laurens (fondateur et directeur des éditions P.O.L.) est mort sur une route de Marie-Galante il y a moins d’un an, le 2 janvier 2018. A bord de sa voiture percutée par une autre, se trouvait sa compagne de longue date, l’auteure et artiste Emmelene Landon, qui fut grièvement blessée. Aujourd’hui elle signe un texte non pas de mort mais de vie, non pas de deuil mais d’amour, où elle reconstruit, mot après mot comme on dirait pierre après pierre, une cathédrale amoureuse, toute une vie commune, mais serrée en l’espace d’un an.
Commenter  J’apprécie          10
Perdre l’amour. Certainement pas dans mon cœur. J’aimerais peindre cet autre endroit où nous avons attendu le retour des pêcheurs, derrière le petit phare. Je m’obstine à peindre continuellement, comme si Paul était avec moi dans l’atelier. L’attente de la justice se prolonge, l’auteur de l’accident reste muet.   Je dîne avec Frédéric Boyer, notre ami Frédéric que Paul a désigné comme son successeur, écrivain brillant, poète, essayiste, romancier, traducteur de la Bible, du Kâmasûtra, de saint Augustin. Frédéric a toujours lu et aimé tout ce que publie Paul, il a cette ouverture d’esprit. Paul ne supporte pas qu’on critique ce qu’il publie.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Emmelene Landon (66)Voir plus

Quiz Voir plus

Hunger Games Tome 1

Qui est l'auteur de la trilogie Hunger Games ?

J.K.Rowling
Suzanne Collins
Stephen King
Stephenie Meyer

15 questions
2943 lecteurs ont répondu
Thème : Hunger Games, tome 1 de Suzanne CollinsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..