AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749153972
Éditeur : Le Cherche midi (02/05/2019)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 30 notes)
Résumé :
L'amour à mort.
Caché dans l'obscurité, sous la pluie, Christian est assis au volant de sa camionnette. Il attend sa femme, Leonora. Tous deux sont mariés depuis vingt ans, ils ont un fils, tout semble leur réussir. Soudain, il voit la silhouette de Leonora qui court. Il serre le volant de toutes ses forces. Leur première rencontre, leur premier baiser, leur histoire d'amour... il essaie d'oublier. Il ne doit pas penser qu'elle est sa femme, ni même un être ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Melou13
  09 mai 2019
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les éditions «Cherche midi» pour la réception de ce livre dans le cadre d'une masse critique.
Soyons honnête, je n'aurais probablement jamais lu ce roman de moi-même pour deux raisons : la couverture qui n'est pas des plus séduisantes et le titre « Amour entre adultes » qui sonne plus comme un livre érotique d'un autre temps que comme un thriller alléchant.
Et pourtant…
L'histoire commence fort. Un homme est en chasse, tapi dans l'obscurité, il observe sa proie. Elle est là, à quelques pas, courant sous la pluie, seule dans la forêt. Elle approche, c'est le moment, le moment où tout va basculer car cette proie c'est sa femme et il va la tuer.
Dans cette famille, qui pourrait être la votre ou la mienne, la trahison, les mensonges accumulés et les non-dits vont provoquer une descente dans les abysses de l'âme humaine. La noirceur de l'âme va vouloir se venger et ne pourra s'arrêter que par un acte désespéré, un coup de folie.
Ce roman est avant tout un thriller psychologique qui décortique en profondeur les sentiments humains déclenchés par la peur de tout perdre.
Il apporte de nombreuses réflexions sur la passion amoureuse, la famille et tout ce que l'on est capable de faire pour sauvegarder ce cocon.
Les chapitres courts et percutants font monter le suspense crescendo pour nous tenir en haleine du début à la fin.
Le tout est sublimé par l'ambiance danoise et ses fjords, un livre parfait pour une bouffée d'air frais.
Une belle surprise à découvrir pour vous refroidir cet été.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
Ogrimoire
  23 mai 2019
Disons le d'abord : ce livre est écrit de façon très efficace. Les retournements de situation sont clairement préparés, et le but est, tout aussi évidemment, de placer le lecteur dans un état de sidération. Et ça marche bien ! Pourtant, ce roman me laisse un petit goût d'inachevé, assez difficile à expliquer… mais je vais tout de même essayer.
La construction de ce roman intercale, dans l'histoire originelle, celle de la discussion entre Holger, l'un des policiers qui a participé à toute l'enquête – et qui pense savoir ce qui s'est passé, mais n'a jamais pu le prouver – et sa fille. Il lui raconte toute l'histoire telle qu'il l'a comprise.
Cela pourrait couper le fil narratif, l'élan de l'histoire principale, mais cela ne m'a pas du tout dérangé. Au contraire, je trouve que cette façon d'intégrer l'oeil du policier, avec sa propre histoire, et à la fois sa frustration de ne jamais avoir réussir à prouver les choses, donne un contrepoint plutôt réussi.
En revanche, il y a un passage, juste avant la moitié du livre, dans lequel je trouve que l'on piétine un peu. Les versions de Christian et de Leonora, qui se succèdent, m'ont paru un peu répétitives, voire redondantes. Peut-être est-ce pour mieux préparer l'un des retournements de situation qui survient juste après dans le livre ? En tout cas, il y a une cinquantaine de pages dans lesquelles j'ai trouvé que ça moulinait un peu dans le vide.
Non, ce qui me semble le plus curieux, dans la dimension psychologique de Christian, en particulier, c'est qu'il semble être prêt à aller très loin, sauf que, après un point culminant que je ne préciserai pas pour ne pas spoiler, il retombe comme un soufflet. Et, pour des raisons que je ne saurais pas expliquer, autant sa montée en pression me semblait assez crédible, autant son attitude après me semble beaucoup moins réaliste. Mais, évidemment, c'est infiniment discutable : chacun pourra avoir un ressenti différent.
Il y a par contre un élément extrêmement intéressant dans ce livre : il nous parle du Danemark, et d'une période de l'histoire de ce pays. En effet, les deux adultes se rappellent de leur enfance et adolescence, à l'aventure de Christiana, quartier de Copenhague autoproclamé « ville libre de Christiana » et qui a fonctionné comme une communauté autogérée de 1971 à 2013. Et certains passages ne sont pas sans résonner avec notre actualité…
« Déjà à cette époque, on avait pu observer, à l'occasion de la manifestation contre la Banque mondiale devant l'hôtel d'Angleterre, que la violence était trop présente, que les jeunes étaient très en colère, et que l'abîme s'était creusé. le travail de policier ne consistait plus à arrêter les quelques personnes malveillantes envers la communauté, il consistait désormais à faire tampon, écran, entre différentes fractions de la société, entre ceux d'en haut et ceux d'en bas, entre le fond et le sommet. »
Toute ressemblance avec une situation récente n'est évidemment que pure coïncidence… Mais cela ne donne pas de solutions pour autant…
Lien : https://ogrimoire.com/2019/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
RLSblog
  29 mai 2019
Merci à Babelio et aux éditions Cherche Midi pour m'avoir fait découvrir Amour entre adultes d'Anna Ekberg qui se lit comme un thriller psychologique. Rapidement, on est plongé dans les méandres d'un mariage qui dure depuis plusieurs années. Ce couple, qui a pourtant été solidifié quand son enfant est tombé malade, se fissure du jour au lendemain quand Leonora comprend que Christian la trompe.
En ouverture, on lit la scène où Christian tue sa femme. La suite du roman est un retour en arrière entrecoupé de passages où le policier qui a été en charge de l'affaire, Holger, raconte le déroulé de l'enquête à sa fille. D'entrée de jeu, on se demande comment ce couple en vient à se détester de manière aussi violente. On comprend ensuite que c'est ainsi : certaines vies se déchirent alors que d'autres restent unies. Chose très intéressante, c'est Leonora qui devient violente une fois qu'elle apprend que son mari a une maitresse. C'est elle qui lui rend la vie impossible, le fait chanter et le suit partout. Pourtant, au début de l'histoire, c'est bien Christian qui la tue alors qu'il est décrit comme un mari gentil, presqu'inoffensif, qui ne cherche qu'à être heureux. Pendant de nombreuses pages, on se demande comment la situation a pu se retourner contre Leonora au point que son mari en vienne à la tuer...
Les passages où le policier Holger raconte l'enquête à sa fille m'ont laissée de marbre. Je trouve ces scènes inutiles et dérangeantes dans la mesure où elles ralentissent le roman qui, sans elles, a un excellent rythme !
Amour entre Adultes est plein de surprise et tient en haleine jusqu'à la dernière ligne. L'étude de la psychologie humaine en amour est un thème fort qui parle à tout le monde. Anna Ekberg a trouvé une manière poignante de l'aborder et dans laquelle elle distille des milliers de petites vérités qui nous permettent sinon de nous identifier, au moins de comprendre la facilité avec laquelle l'amour peut faire tomber dans l'excès. Excès de réaction et excès d'acte.
Plus de chroniques sur :
Lien : http://raisonlectureetsentim..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Verdure35
  03 juin 2019
Hormis le titre mal choisi, (dire qu'il y a tant de nuances dans la langue française), que voilà un bon thriller!J'en remercie Babelio et les Edts du Cherche Midi, il faut dire que je l'ai attendu 40 jours, donc heureuse de ne pas être déçue.
C'est un vieux flic qui raconte à sa fille une vieille enquête ratée selon lui .
Viennent donc s'imposer les personnages, tout part d'un adultère, dès le premier chapitre on pense que le crime déguisé est exposé et que le roman racontera l'enquête, mais que nenni!
Quand on croit tenir l'histoire, telle une hydre elle se recompose, et jusqu'au bout j'ai marché.Même si la fin est un peu capillo-tractée, c'est il me semble un honnête thriller que l'on a envie de lire d'une traite, ce que j'ai fait d'ailleurs avec beaucoup de plaisir.
L'accroche de la quatrième de couverture aurait certes mieux convenu que ce titre équivoque .
Commenter  J’apprécie          190
LesReveriesdIsis
  11 juin 2019
Quand on m'a proposé ce polar en masse critique privilégiée, j'ai eu un peu peur. La couverture a un petit côté années 60, photographie vieillie, et elle m'intriguait autant que le titre me faisait redouter un roman mièvre sur un amour malheureux ou sulfureux. Bref, je craignais une oeuvre de chick'litt (genre que je n'affectionne pas du tout). Un petit tour sur Babelio m'a appris que c'était un thriller, alors la curiosité a pris le pas sur les craintes, et j'ai eu la grande chance d'être retenue.
Amour entre adultes nous offre la promesse d'un polar bien sombre. Christian attend sa femme, Léonora. Il s'apprête à la tuer : oubliés les vingts ans d'amour et de vie commune! C'est désormais une ennemie à abattre. Tout l'enjeu est de savoir ce qui les a amenés à ce point de non retour, et ce qui arrivera après cette scène.
Pour commencer, j'ai été agréablement surprise parce que toutes mes craintes liées au titre ou à la couverture étaient infondées. Ne nous méprenons pas, la sexualité est présente dans le roman et n'est pas forcément cachée d'un voile pudique, mais c'est assez fréquent dans les polars pour ne pas être gênant. le récit, quant à lui, nous tient en haleine et mêle des éléments que j'aime : le thriller, l'enquête et le plaisir d'une cold case que l'on essaie d'élucider, à la manière d'un puzzle, en ré-assemblant les éléments que nous détenons déjà. La narration s'en trouve enrichie d'une dimension rétrospective : Holger, un vieux policier, raconte cette histoire à sa fille et nous plonge – par son récit- dans le quotidien de Léonora et de Christian. Étonnamment, j'ai lu peu de romans qui suivent cette structure et je trouve que cela lui confère un charme tout particulier. Nous savons que Christian veut tuer sa femme, qu'il essaie de l'écraser, nous savons que cela se finira de manière violente. Reste à comprendre le cheminement. Finalement, ce sont plus les méandres de l'esprit humain et ses réactions imprévisibles qui nous happent, que l'envie de savoir qui a tué, puisque nous le savons dès le début. A cela s'ajoute un vrai art du rebondissement : l'autrice arrive encore et toujours à nous surprendre et à nous retirer ce que nous tenions pour acquis. le roman nous entraîne donc sur des fausses pistes, négocie des virages à 90 degrés sous nos yeux incrédules.
le thème de fond m'a parlé. le couple et son évolution, l'amour et sa fuite, ce que l'être humain est prêt à faire par amour (ou désamour!). le maillage de ces éléments est complexe, précis et permet de mettre en place un filet cruel autour des personnages. Une fois le mécanisme enclenché, plus rien ne peut arrêter la tornade dévastatrice des sentiments. Au fil des pages, nous voyons la révolte sourdre, la folie s'emparer des esprits, ravager une famille, renverser morale et codes sociaux. Nous voyons les êtres s'avilir ou au contraire se dresser, drapés dans leur superbe pour affronter – avec l'orgueil et l'excès d'un personnage de tragédie – le destin qu'ils estiment injuste. Ce roman retrace avec une acuité étonnante la douleur incommensurable de la trahison, le monde qui s'écroule, la lutte pour rester soi, la capitulation aussi. Et au milieu d'un récit que l'on pourrait croire joué d'avance, l'autrice nous ménage une fin d'une cruauté sans borne, savoureuse par certains aspects, mais surtout glaçante et dérangeante. Cette chute, d'ailleurs, aurait normalement tout pour me déplaire et me laisser sur ma faim, or, de manière paradoxale, elle m'a stupéfaite et convaincue. Les personnages y sont pour beaucoup, à n'en pas douter.
le rythme enlevé du récit, l'implacable mécanique et l'issue sont donc sous-tendues par des personnages denses. Léonora est d'une grande complexité. Femme au foyer soumise, elle est aussi une redoutable adversaire, froide, implacable, calculatrice, et la lectrice que je suis a jubilé en lisant quelques unes de ses répliques bien senties. Elle est une femme forte, courageuse à l'excès, orgueilleuse aussi, de cet orgueil blessé de ceux qui ont déjà trop perdu et trop souffert. Un orgueil démesuré malgré tout qui la mène elle aussi sur des pentes dangereuses et peu morales. Son époux, Christian, est un contrepoint intéressant. Autant le dire tout de suite, sa lâcheté, sa fuite, sa bassesse, tout me l'a rendu haïssable ; mais je crois sincèrement qu'il fallait un tel mari pour que le personnage féminin puisse déployer tout son potentiel dramatique. L'opposition des deux, leur caractère entier, leurs atermoiements et leurs excès étaient nécessaires car cette relation constitue le noeud du récit. Un noyau si intense, si concentré que jamais le texte ne s'essouffle. Chapeau bas! Il y a ici une réelle originalité dans la manière de traiter l'éclatement du couple, la ruine de la vie commune, la reconstruction, le crime.
Que dire de la plume? Peu de choses, sinon qu'elle est très agréable. Les pages fondent comme neige au soleil. La lecture ne butte pas sur des formules, sur des longueurs. La langage cru – lorsqu'il est utilisé- s'explique par la situation, si bien que nous n'en sommes pas spécialement dérangés. Rien n'est édulcoré : fureur de la trahison, confusion des sentiments, acuité de la souffrance, cruauté de la vengeance. Tout est là, millimétré, attendant son heure pour surgir entre deux pages et nous assaillir, nous lecteur, comme les personnages sont assaillis.
Ainsi, ne vous laissez pas endormir par le titre ou la couverture, Amour entre adultes nous emporte dans un tourbillon : folie, amour, haine… et nous prouve que la frontière entre les trois est bien mince. le suspense ne faiblit pas un instant et nous refermons le livre effarés de ce récit et surpris d'être arrivés si tôt à la fin du voyage. En résumé : une jolie découverte aux saveurs éclatantes. J'ai adoré et ce ne sera pas mon seul livre de cette autrice.

Lien : https://lesreveriesdisis.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Steven_FoxSteven_Fox   12 juin 2019
Il y a quelques vérités désagréables concernant l’amour que nous préférons occulter. Non ? Que l’amour est soumis à des conditions. A beaucoup de conditions. Plus nous avançons dans la vie, plus ces conditions sont nombreuses. » …« Dans la guerre qui est la plus violente de toutes, la guerre de l’amour, Christian a frappé une innocente. C’est une guerre incroyable, qui se livre dans chaque café, à chaque coin de rue, des gens qui cherchent à voler mutuellement épouses et maris, à détruire les autres uniquement pour apparaître plus séduisants. La guerre de l’amour se tient sur des si nombreux fronts que l’on a renoncé à légiférer, sinon les tribunaux passeraient leur temps à juger des hommes et des femmes pour vol réciproque de petits amis, d’épouses et de maris. Mais on a renoncé, même si il n’y a plus cruel larcin que celui qui vous arrache la personne que vous aimez
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   12 mai 2019
Pourquoi adore- t-on répéter encore et encore ces anecdotes sans âge quand on est vieux ? C’est peut être comme pour la Bible. On écoute toujours les mêmes radotages parce que c’est un récit fondateur.Nous n’existons que si nous sommes racontés.Holger aimerait bien expliquer cette vérité à sa fille .Les jeunes ne la comprennent pas . Ils n’ont pas encore trouver leur place dans la tapisserie infinie des destins humains.qui se tissent les uns dans les autres.Chaque être doit trouver son fil et bien le tenir .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   02 juin 2019
Nous apportons tous les jours du bois à brûler au bûcher de l’amour. Une remarque odieuse de temps en temps, des rejets, on se dispute avec l’autre en société, on perd le désir, toute tendresse disparaît des regards. Pour finir il ne reste que des cendres de l’amour qu’on éprouvait autrefois.
Commenter  J’apprécie          20
Piuma_bookworldPiuma_bookworld   08 mai 2019
L’amour est comme un organisme vivant, avait-il pensé, comme des cellules de levure ou comme une bête- tout ce qui vit sur terre demande des conditions spéciales qui doivent être remplies pour qu’il germe et s’épanouisse. Tout comme la méduse ne peut pas vivre en eau trop froide ni le saumon en eau trop chaude, l’amour prospère mieux quand il n’y a pas trop de confort. Rien que deux individus, un bon feu et un tapis sur le sol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   29 mai 2019
L’amour est comme un organisme vivant, avait-il pensé, comme des cellules de levure ou comme une bête — tout ce qui vit sur terre demande des conditions spéciales qui doivent être remplies pour qu’il germe et s’épanouisse.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Anna Ekberg (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1648 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..