AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081385016
372 pages
Flammarion (27/04/2016)
4.18/5   150 notes
Résumé :
À dix-huit ans, j'ai quitté mon Québec, ma famille, mes amis, pour m'évader vers l'Afrique, lieu d'origine de mon prince charmant. Cette idylle a dégénéré, influencée en partie par les traditions et les coutumes d'une petite ville perdue à deux heures du Sahara. Mais elle a surtout été marquée par M. M comme Monstre, M comme Malade, M comme Manipulateur, M comme la première lettre de son prénom. Le prince est devenu bourreau, le chevalier est devenu vautour.
... >Voir plus
Que lire après Le monstreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,18

sur 150 notes
5
6 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Dans ce livre témoignage, Ingrid revient sur son histoire avec M, son prince charmant qui va devenir son bourreau.
Elle a eu un véritable coup de foudre pour cet homme, mais très vite, il va montrer un autre visage. Il va l'humilier, l'insulter, la manipuler mais elle reste, elle encaisse, elle accepte tout car elle est folle amoureuse.
Même quand il est en Afrique, il arrive à lui mettre la pression, il la fait surveiller par ses amis, la fait culpabiliser. Elle va s'isoler, commencer à changer sa façon de s'habiller, tout quitter , amis, famille pour le rejoindre.
Des choses auraient pu l'indigner comme le fait qu'il lui garde son passeport dans un lieu où lui seul connait, voir la joie qu'il a eu en apprenant l'attentat du 11 septembre 2001... mais non elle est totalement sous emprise de ce gourou. Elle finit même par l'épouser. Une nouvelle étape est franchit, les violences physiques commencent. On va continuer à assister à sa descente aux enfers, au combat de son entourage qui connait maintenant la vérité sur sa vie et qui tente de la sortir de là. Mais son coeur balance entre sa famille et M.
Après de nombreuses fausses ruptures, elle finira par écouter la petite voix au fond d'elle et trouvera la force de quitter ce manipulateur. Elle est aujourd'hui porte parole de SOS violence conjugale
Son histoire est touchante, bouleversante et révoltante. Comment ne pas détester M. Son témoignage est important car de nombreuses femmes tombent sous l'emprise de manipulateurs, on voit qu'ils savent bien s'y prendre.
Je restais un peu sur ma faim car la partie reconstruction est très vite racontée à la fin. Après quelques recherches, j'ai appris qu'il y avait justement une suite (Le monstre la suite) pour évoquer cette partie de sa vie en détails
Commenter  J’apprécie          140
Comment une telle histoire peut etre possible ? C'est la question que l'on ne peut s'empecher de poser en lisant le témoignage d'Ingrid Falaise comédienne québécoise reconnue chez nos cousins québécois, et pourtant cela arrive tous les jours.

Ce n'est pas le premier témoignage de femme battue que l'on lit, mais celui-ci apparait particulièrement violent. le triste personnage qu'est ce manipulateur pervers n'est jamais présenté autrement que par une initiale M. Comment une femme peut retourner volontairement plusieurs fos vers celui qui la martyrise, en gardant toujours l'espoir qu'il changera.

Cette dépendance est bien démontrée dans ce témoignage qui nous révolte à chaque page.Ce genre de livres est nécessaire car les mises en garde doivent toujours être renouvelées.

L'auteure est d'ailleurs devenue orte parole de SOS Violence Conjugale, mais que de souffrance avant de d'en arriver la et que 'on voudrait que plus aucune femme n'est cela à subir..
Pas de la grande littérature assurément, mais un témoignage interessant..

Commenter  J’apprécie          150
Dès les premières lignes de "Le Monstre", je me suis retrouvé aspiré dans un tourbillon d'émotions brutales et de réflexions poignantes. Ingrid Falaise nous offre un récit à la fois poignant et terrifiant, décrivant avec une sincérité déchirante les méandres de l'enfer domestique.

À travers la voix de l'autobiographie, l'autrice nous plonge dans son propre cauchemar, nous invitant à ressentir la peur, l'angoisse, mais aussi l'espoir fragile qui l'a accompagnée tout au long de son parcours. Son écriture est à la fois crue et poétique, nous entraînant dans une spirale de violence insidieuse qui se dévoile petit à petit, comme une ombre grandissante dans l'obscurité.

Ce qui rend ce récit particulièrement poignant, c'est la manière dont Falaise met en lumière la subtilité de la violence conjugale. À travers son histoire, elle nous montre comment les premiers signes peuvent être presque imperceptibles, camouflés sous des gestes d'affection ou des excuses bien intentionnées. C'est cette insidiosité qui rend si difficile pour les victimes de reconnaître la dangerosité de leur situation et de s'en échapper. Falaise souligne avec justesse que la violence ne se limite pas aux coups physiques, mais qu'elle peut aussi se manifester à travers des mots blessants, des manipulations émotionnelles et des comportements coercitifs.

En explorant sa propre expérience, l'autrice nous confronte à la réalité déchirante de nombreuses personnes piégées dans des relations toxiques. Elle nous rappelle que personne n'est à l'abri et que la violence conjugale ne connaît pas de frontières sociales, économiques ou culturelles. C'est un rappel essentiel de l'importance de briser le silence et de tendre la main à ceux qui souffrent en silence.

"Le Monstre" est bien plus qu'un simple récit autobiographique, c'est un appel à l'action, un témoignage courageux qui nous pousse à réfléchir sur la nature même de la violence et sur la façon dont nous pouvons tous contribuer à mettre fin à ce cycle destructeur. En nous invitant dans les méandres sombres de son passé, Ingrid Falaise nous offre une lueur d'espoir, une promesse que même dans les moments les plus sombres, il y a toujours une possibilité de trouver la force de se relever et de reconstruire sa vie.

En conclusion, "Le Monstre" est un livre bouleversant et nécessaire qui mérite d'être lu par tous. Il nous rappelle que la violence conjugale ne se limite pas aux coups visibles, mais qu'elle peut commencer de façon subtile, se développant insidieusement jusqu'à devenir incontrôlable. Une lecture qui ne laisse pas indemne, mais qui ouvre les yeux sur une réalité trop souvent ignorée.
Commenter  J’apprécie          20
je suis tombé sur ce livre un peu par hasard dans ma librairie, habituellement je suis un peu frileuse au sujet des témoignages, j'en lis pas mal mais je passe souvent un moment laborieux a cause des passage-fleuves assez récurent dans ce type de livre. le monstre fait office de claque en pleine poire à ce niveau, mais a bien d'autres aussi.

déjà, composé de chapitre court, on ne s'appesantit pas sur des détails ou des descriptions a rallonge, Ingrid falaise plonge immédiatement dans le vif du sujet et savoir qu'on lit son histoire, quelque chose de réel, qui a existé et qu'elle a vécu donne une tension presque dérangeante a la lecture du livre. pour dire, je n'ai pas décroché du livre du début à sa fin, happé par l'histoire de cette grande adolescente presque adulte qui se retrouve sous la coupe d'un amour violent et dévastateur.

Ingrid réussi le brio de raconter avec justesse une histoire douloureuse, avec précision mais sans fioritures. l'histoire d'une femme amoureuse, dépendante d'un homme qui la manipule. Son histoire. et outre la violence physique et psychologique difficile de ce livre, c'est surtout de voir les réactions de cette femme rabaissé et perdue qui est le plus difficile a lire. evidemment, on voudrait pouvoir la sauver de sa situation, surtout quand "Sophie" quitte M pour mieux y revenir, coincé dans la nécessité de se sauver - le départ - et le besoin d'être aimé par lui - le retour -. des allers et venus, sortir du trou pour y replonger qui font mal au coeur chaque fois qu'on les lit même si on comprend sa psychologie parce que là encore, Ingrid les raconte avec justesse.

Le monstre nous montre tout le désarroi d'une femme amoureuse qui est tombé sous le joug d'un homme qui ne l'aimait pas comme elle aimait. qui la manipule pour en tirer les ficelles, dans un univers ou l'homme est tout (trop) puissant et ou les femmes de son entourage (de celui de M) accepte l'inacceptable.

Ce livre finalement s'adresse a toute les femmes battus, maltraité. mais aussi a toute les femmes, comme l'auteur le dit si bien ça pourrait être notre histoire, celle de notre soeur ou de notre amie, voisine. ca peut être l'histoire de n'importe qui et c'est cette vérité-là qui est aussi poignante qu'effrayante.

Le monstre est un livre que je conseille vraiment, si on a pas peur d'une vérité sans fioriture. ingrid Falaise est une femme revenue du fond du gouffre avec une force incommensurable.

j'ai hate de lire sa suite, parce que finalement son histoire touche, son parcours émeut et qu'on a envie de voir comment elle a remonté la pente après l'horreur.
Commenter  J’apprécie          20
Évalué seulement 3 étoiles : une tonalité trop romance à mon goût pour un sujet grave (récit autobiographique, témoignage)

Le Monstre d'Ingrid Falaise, lu par l'autrice, Vues et Voix 2020 (1ère édition : Libre Expression, 2015)

Dans son premier livre, Ingrid Falaise, raconte une partie particulièrement éprouvante de sa vie.
À 18 ans, elle est tombée follement amoureuse d'un étudiant étranger, a quitté le Québec et sa famille pour s'évader vers l'Afrique, lieu d'origine de son prince charmant, et s'installer avec lui dans une petite ville perdue à deux heures du Sahara. Hélas, cette idylle a dégénéré et son prince est devenu bourreau. de retour au Québec transformée, convertie à l'Islam, affaiblie, humiliée, battue et enfermée, ayant subi tous les sévices imaginables, de la séquestration aux blessures graves, elle échappe à la mort de justesse.

Une histoire d'emprise et de manipulation, de violences conjugales, dans laquelle je n'ai pas réussi à entrer vraiment. Je pense que cela vient surtout du style et des longueurs et répétitions du récit.
Sur le plan humain, s'agissant d'un témoignage, je ne peux qu'accorder du crédit à ce livre mais j'avoue avoir sauté des passages, pensant avoir bien cerné la situation décrite et pressée d'en connaître le dénouement.
La tonalité générale est vraiment trop celle d'une romance qui tourne mal et la romance n'est pas ma tasse de thé. Vite agacée, il m'a manqué l'illustration de la tonalité réellement tragique de ce parcours.
Pourtant, il s'agit bien ici du pouvoir cathartique de l'écriture comme moyen de sortir enfin d'une période traumatique, deux ans d'un mariage toxique à la merci d'un pervers narcissique…

Ingrid Falaise a trouvé la force de sortir de l'emprise de celui qu'elle surnomme M., M comme Monstre, comme Malade, comme Manipulateur… C'est le seul effet métaphorique du livre que je retiens, déshumanisant le personnage dont nous ne saurons jamais le nom. Il y a aussi les sentences qui apparaissent parfois dans la narration sur les techniques d'emprise qui peuvent apparaître comme des grosses ficelles mais que la victime prend au premier degré, sans voir ce que cela cache.

Dans la version audio, l'autrice lit elle-même son livre. Elle est comédienne et connaît son métier, elle ne surinterprète pas. Je n'ai pas vraiment de critiques à formuler sur sa prestation mais je m'interroge sur ce choix de narratrice car j'aurais préféré une prise de distance plutôt que cette implication.

Un ressenti en demi-teinte dont je ne suis pas très fière mais que je maintiens. Pour celles et ceux qui voudraient en savoir plus et se faire une meilleure idée du livre, je donne un lien vers une interview de l'autrice.

https://www.chudequebec.ca/a-propos-de-nous/publications/revues-en-ligne/spiritualite-sante/entrevues/entretien-avec-ingrid-falaise.aspx

#lesglosesdelapiratedespal

Lien : https://www.facebook.com/pir..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Nous espérons revivre les six premiers mois, le paradis et l’osmose de la chair. Nous sommes les adeptes d’un gourou de secte et, dans mon cas, le gourou est mon conjoint. C’est la meilleure définition que j’ai pu trouver pour décrire cet homme…Un gourou de secte qui enlise les adeptes un à un, jusqu’à ce qu’ils soient complètement dépendants de son affection. Jusqu’à ce qu’ils croient que seul le gourou a la capacité de les comprendre, de les aimer pour ce qu’ils sont et de les élever au-dessus de la race. Les gourous de secte éloignent peu à peu les adeptes de leur entourage et méprisent leur passé en renforçant la croyance qu’ils sont mieux que la populace. Nous, les adeptes, finissons par croire si fort en ce que le gourou nous dicte que ses paroles deviennent la seule vérité et nous oublions notre identité
Commenter  J’apprécie          50
Ce mot prononcé en arabe a une résonance encore plus dure et plus forte. Ce mot tout en k et en h est un crachat direct au visage. À ce jour, un crachat au visage est pire qu’une baffe en pleine gueule ou un coup de bâton sur les tibias.
Lors de cet appel, il m’a craché ce mot en le prononçant telle une vomissure: kahba. Pute. Sale pute. Putain. Kahba. Je suis une pute, une pétasse, une salope. Je ne suis pas à ses côtés, il se sent prisonnier et, moi, je gambade, je sors et je baise sûrement.
Commenter  J’apprécie          10
Après mon périple avec M, j'ai donné dans l'autodestruction et dans la violence envers moi-même en me laissant martyriser par des conquêtes. C'était l'unique moyen de ressentir quelque chose et la violence sexuelle était la seule voie que je connaissais: l'humiliation, l'abus, la soumission ainsi que la domination, autant par moi que par l'autre. J'espère avoir retrouvé mon équilibre et, patiemment, fait disparaître la balafrée.
Commenter  J’apprécie          10
J’ai cette envie de séduire et de jouer. J’ai soif d’être désirée et courtisée. J’ai faim d’amour et de passion. Mon air doux et angélique ainsi que mon côté naïf et candide sont des attraits pour ces jeunes hommes mystérieux et sombres, tout autant que le semblant d’estime que j’ai de moi-même et l’illusion de confiance que je dégage.
Commenter  J’apprécie          10
Il me traite de nullité, d’invalide, de bonne à rien. Mais le pire, ce sont les injures prononcées en arabe. Au Québec, nous blasphémons en utilisant des mots d’église, mais, dans le pays de M, ce sont des mots liés au sexe qui insultent la personne visée ainsi que toute sa famille.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Ingrid Falaise (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ingrid Falaise
Le Salon dans tes oreilles - S1E51 - Beau-père, belle-mère: mode d'emploi
Comment faire sa place dans un clan familial qui existe déjà? Lorsque Valérie Roberts est devenue belle-mère, elle aurait aimé pouvoir compter sur un mode d'emploi, un livre où d'autres femmes auraient relaté leur expérience. N'ayant rien trouvé, elle a décidé de l'écrire. Son livre retrace son expérience et celle de dix-neuf autres femmes.
Avec : Valérie Roberts, Auteurrice Ingrid Falaise, Auteurrice Valérie Roberts, Animateurrice Anne-Lovely Étienne, Invitée Magalie Joncas, Invitée
Livre : La blonde de papa : récits de belles-mères
Le Salon dans tes oreilles est un balado issu des entrevues, tables rondes, et cabarets enregistrés dans le cadre du Salon du livre de Montréal 2020. Écoutez des auteurs, autrices et personnalités parler de livre, de lecture et d'écriture et échanger autour des cinq thématiques suivantes: le Féminisme, la Pluralité des voix, 2020, et après?, Récit et inspiration et Famille et enfance. Bonne écoute!
Abonnez-vous: https://feeds.buzzsprout.com/1678609.rss
+ Lire la suite
autres livres classés : violences conjugalesVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Ingrid Falaise (1) Voir plus

Lecteurs (372) Voir plus



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..