AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bruno Granozio (Traducteur)Denis Bourgeois (Traducteur)
EAN : 9782246253938
672 pages
Éditeur : Grasset (17/03/2004)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Un homme, grec : Alekos Panagoulis, qui tenta de tuer en 1968 Papadopoulos, chef de la junte militaire au pouvoir depuis plus d'un an, et fut torturé, condamné à mort, puis gracié contre son gré après cinq ans de prison. Elu député après la chute des colonels, il s'acharnera à prouver les liens du ministre de la Défense avec les dictateurs. Mort en 1976, à trente-huit ans, dans un très mystérieux accident de voiture... Une femme, italienne : Oriana Fallaci, écrivain... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
aouatef79
  10 octobre 2017
Oriana Fallaci , journaliste italienne célèbre et connu pour ses interviews sans concessions et osés . La Grèce royaliste est secouée par un coup d" Etat fomenté par une junte militaire qui dépose le roi de l' époque . le pays vit sous les bottes des colonels putschistes . C' est le régime des colonels . le pays vit une période dure de dictature .
Au mois d' août 1968 , un Grec Alékos Panagoulis tenta d' abattre le chef de la junte . Ce dernier sortit indemne de l' attentat . L' exécutant est arrêté . Il a agit seul . Il fut emprisonné et torturé .
Après la chute des colonels , Alékos Panagoulis est élu député .Oriana Fallaci fascinée par le courage de cet homme , ses idées et son engagement total pour la liberté . Elle se maria avec lui et passa avec lui les trois dernières années de sa vie . La mort d' Alekos resta mystérieuse . Un
accident de voiture ? ?
Ce livre est un livre de témoignage sur ce que fut la vie de ce révolté et qui est mort pour la liberté tout court . Un bon et beau roman .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334
blandine5674
  01 février 2015
Vu une citation sur de Douniatad sur Babelio qui a ramené mon esprit dans un des livres qui m'a le plus marquée et qui a certainement dirigé mes lectures ensuite. J'avais 19 ans, je jonglais entre Frison-Roche et Cavanna, quant une amie me prête ce récit. Après sa lecture je m'aperçois qu'il y a, pour moi, un avant et un après ce livre.
Oriana Fallaci, écrivain, grand reporter, relate la vie de son mari,Aléxandros Panagoúlis depuis l'attentat raté du 13 août 1968 visant le chef de la junte militaire au pouvoir Geórgios Papadópoulos. Cet homme, combattant pour la liberté et la démocratie, se fera torturer. Il sera, tour à tour, acclamé comme un héros, puis bafoué comme un terroriste, pour être assassiné en 1976. Quant à Oriana Fallaci, elle est décédée en 2006.
Régulièrement, j'ai envie de le relire, j'hésite. Aura-t-il autant de force et d'impact qu'il a eu sur moi à sa sortie ?
Commenter  J’apprécie          226
frandj
  28 septembre 2015
Oriana Fallaci, journaliste italienne très connue, engagée à gauche, a écrit un livre remarquable sur un homme qu'elle a aimé, Alekos Panagoulis. Celui-ci, ennemi de la junte qui avait pris le pouvoir en 1967 dans son pays (la Grèce), avait tenté un attentat contre un colonel putschiste; il avait été arrêté, torturé et emprisonné, avant d'être finalement gracié. Plus tard, il fut tué dans un accident de voiture d'apparence très suspecte. Cet homme avait une personnalité passionnée et, pour tout dire, un esprit fanatique. L'auteure fut fascinée par le courage inflexible et le caractère intraitable d'Alekos. Elle peint un tableau à l'eau-forte de cet homme et des relations qu'elle a eues avec lui. Un livre prenant, et en même temps dur. J'en garde un souvenir fort mais mitigé.
Commenter  J’apprécie          110
Marialucas
  29 mars 2020
C'est plus qu'une biographie d'Aléxandros Panagoulis que nous offre O. Fallacci, c'est un livre qui parle des sentiments (de haine comme d'amour) et de l'engagement. Les pages qui décrivent les tortures subies par Alekos paraissent interminables tant la souffrance est grande et sa résistance inhumaine. Quant à la relation amoureuse entre Panagoulis et Fallacci, elle est à la fois belle et malsaine.
Un livre fort, qui ne laisse pas indifférent
Commenter  J’apprécie          50
michaudgilbert
  26 avril 2018
un grand bouquin
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MarialucasMarialucas   29 mars 2020
Si le tyrannicide est un devoir en temps de dictature, le pardon est une nécessité en temps de démocratie. En temps de démocratie, la justice ne se rend pas en creusant les tombes.
Commenter  J’apprécie          41
MarialucasMarialucas   29 mars 2020
Je ne t’ai jamais dit combien un homme est libre en prison ? L’oisiveté lui permet de réfléchir autant qu’il veut, l’isolement lui permet de pleurer ou de roter ou de se gratter comme il l’entend, à l’extérieur, par contre, on ne peut réfléchir que pendant les pauses que les autres nous accordent
Commenter  J’apprécie          10
DouniatadDouniatad   01 février 2015
Tout d'un coup, son regard est tombé sur un petit billet où tu avais écrit: Xn + Yn = Zn. "Et ça, c'est quoi? C'est un code salopard! - Mais non, ce n'est pas un code, Zakarakis. [...] - Qui sont X, Y, et Z, et qui sont les "n"? - Je te le dirai, Zakarakis. Les "n" sont des nombres, X, Y et Z sont des inconnues. - Salaud! Menteur! Tu crois te payer ma tête, hein? Je découvrirai qui sont ces inconnus moi! - Tu serais vraiment un génie, Zakarakis, car depuis trois cents ans personne n'y est parvenu! - trois cents ans? Tu te moques de moi? Gardes! Attachez-le! [...] - C'est une équation Zakarakis, une équation mathématique. Tu sais bien que j'étudiais les mathématiques à Polytechnique. Et si tu poses comme hypothèse que le calcul différentiel... - Assez!" Il est sorti presque en pleurant. Il tenait dans sa main le papier qui lui servirait à éventer le complot. Car il ne pouvait s'agir que de cela bien sûr, un complot pour t'évader à nouveau. [...] Et sans l'aide de quiconque il est arrivé aux conclusions suivantes: les trois "n", c'étaient trois soldats qui faisaient partie du complot et qui devaient t'aider à fuir; Monsieur X, Monsieur Y et Monsieur Z étaient trois civils qui agissaient de l'extérieur. X signifiait Xristos ou Xristopoulos ou Xarakalopoulos, a moins qu'au lieu de représenter des personnes, X, Y, Z n'indiquent des noms de villes ou de pays; dans ce cas, X pourrait avoir un rapport avec Xania la capitale de la Crète, Y avec le Yémen et Z avec Zurich. Ou bien encore, X voulait-il dire Xristougena, c'est à dire Noël? Oui, c'est cela, Noël! Voilà le sens du message: avec la complicité de trois soldats, le jour de Noël, tu t'enfuirais à Zurich via le Yémen. Il est revenu te voir. " Tu me prends pour un idiot, hein! Mais j'ai tout compris! J'ai trouvé la solution! - La solution? Incroyable Zakarakis! Mais non ce n'est pas possible, je te jure que ce n'est pas possible. - Bien sûr que si. Je sais qui sont X, Y et Z; Tu veux fuir à Zurich, hein, fumier? - Qu'est-ce que tu dis, Zakarakis? - Je sais très bien que Z veut dire Zurich! - Et si ça voulait dire Zakarakis?" Silence de mort, Zakarakis te regardait complètement hébété. Bon dieu, il n'y avait pas pensé! Si Z représentait son nom cela ne pouvait signifier qu'une seule chose: avec la complicité des trois soldats et d'un monsieur Y, tu voulais le tuer à Noël. "Tu veux me tuer, hein? J'aurai dû m'en douter! - Mais non Zakarakis, tu es tellement bête que te tuer serait une grosse erreur. Sans toi, je m'ennuierai à mort. Je te jure qu'il ne s'agit pas de cela. Il s'agit de Fermat. - Qui c'est? Je ne le connais pas! - C'est impossible, Zakarakis, il vivait il y a trois cents ans...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
aouatef79aouatef79   10 octobre 2017
Le peuple , en somme . Ce peuple qui jusqu' à hier t' avait écarté, abandonné comme un chien encombrant, ignoré quand tu disais ne vous laissez pas embobiner par ceux qui vous donnent des ordres,qui vous font des promesse
qui vous terrorisent, qui veulent remplacer un maître par un autre maître, ne soyez pas des moutons , nom de Dieu, ne vous abritez pas sous le parapluie de la faute des autres , luttez , pensez avec votre tête, rappelez-vous que chacun est quelq'un, un individu responsable, artisan de lui-même défendez-le votre moi, noyau de toute liberté, la liberté est un devoir, avant même d'êtreun droit elle est un devoir .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
DouniatadDouniatad   01 février 2015
L'habitude est la plus infâme des maladies en ce qu'elle nous fait accepter n'importe quel malheur, n'importe quelle douleur, n'importe quelle mort. Par habitude, on vit avec des personnes détestables, on apprend à supporter les chaînes, à subir les injustices, à souffrir, on se résigne à la douleur, à la solitude, à tout. L'habitude est le plus insidieux des poisons en ce qu'elle nous envahit lentement, en silence, qu'elle grandit peu à peu, se nourrissant de notre indifférence et quand on découvre qu'elle est là, que toutes les fibres de notre être en sont imprégnées, que chacun de nos gestes en est conditionné, il n'y a plus de remède possible pour en guérir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Video de Oriana Fallaci (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oriana Fallaci
Bande annonce du film Oriana Fallaci (2015), Biopic sur la célèbre reporter de guerre et essayiste italienne
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : grèceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
917 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre