AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207112411
Éditeur : Denoël (05/11/2015)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Le quotidien d’un morphinomane. Un alcoolique cherche à se faire emprisonner pour arriver enfin à se désintoxiquer. Une paysanne au mari jaloux perd son alliance pendant la récolte des pommes de terre. Un cambrioleur rêve de retourner en prison où la vie est, finalement, si tranquille. Un mendiant vend sa salive porte-bonheur.

Fallada nous offre une plongée passionnante dans son époque, qui tend un miroir singulier à la nôtre : c’est cet écho qui a gu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Corboland78
  04 novembre 2016
Hans Fallada est le pseudonyme de l'écrivain allemand Rudolf Ditzen (1893-1947). Rudolf Ditzen naît dans une famille aisée mais a des relations conflictuelles avec elle. En 1911 suite à une sombre affaire de suicide d'un de ses amis, maquillé en duel dans lequel il est gravement blessé, Fallada est inculpé de meurtre et interné dans une clinique psychiatrique à Iéna pour une courte durée. Il abandonne ses études secondaires sans diplôme et fait un apprentissage agricole. de 1913 à 1928, il occupe des emplois divers dans ce secteur, sans être requis plus de quelques jours pendant la Première Guerre mondiale. de 1917 à 1919, il suit plusieurs cures de désintoxication (alcool et morphine) et par la suite il est à plusieurs reprises mis en prison. En 1929, il se marie et aura trois enfants, époque à partir de laquelle il travaille dans les secteurs de l'édition et du journalisme, jusqu'à ce qu'il puisse vivre de ses droits d'auteur. Hospitalisé en raison de ses problèmes d'addiction, Hans Fallada meurt d'un arrêt cardiaque le 5 février 1947.
Du bonheur d'être morphinomane, recueil de nouvelles, vient d'être réédité en collection de poche. Des textes regroupés en six grands thèmes : Les addictions, Les garnements, A la campagne, Vie de couple, Avec le petit homme, Voyous truands et autres voleurs. le titre de l'ouvrage est à prendre comme un euphémisme, bien entendu, mais il traduit bien l'état d'esprit de l'écrivain, ironique et autocritique, car Fallada sait de quoi il parle, lui-même drogué et alcoolique, « Cela fait sept ans que je suis enchaîné à l'addiction, un jour à la morphine, un autre à la cocaïne, une fois à l'éther, une autre à l'alcool. »
Six thèmes, donc les addictions ne sont qu'une partie de ce recueil. L'ensemble par contre, ce sont beaucoup de faits tirés de sa propre vie faite de plus de bas que de hauts, l'écrivain n'hésitant pas parfois à se nommer dans ses écrits. Et quand il ne s'agit pas de Hans Fallada, les autres personnages sont tout aussi pittoresques, issus du petit peuple, rarement exemplaires mais toujours attachants néanmoins : un alcoolique cherche à se faire emprisonner pour arriver enfin à se désintoxiquer, une paysanne au mari jaloux perd son alliance pendant la récolte des pommes de terre, un cambrioleur rêve de retourner en prison où la vie est finalement si tranquille, un mendiant vend sa salive porte-bonheur...
Jamais l'écrivain ne cherche à se disculper ou cacher ses faiblesses (ou celles de ses personnages), jamais il ne cherche à vous tirer une larme de compassion, il dit ce qui est, clairement et lucidement, d'une écriture d'une grande limpidité et non sans humour ; des textes riches en informations sur la situation sociale de son époque et d'un point de vue scénaristique, ses nouvelles sont particulièrement bien torchées.
Si vous ne connaissez pas Hans Fallada, peut-être est-ce le bouquin qu'il vous faut pour l'aborder en douceur car tôt ou tard, il vous faudra lire cet écrivain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Apoapo
  12 février 2016
Je connaissais de Fallada son chef-d'oeuvre et dernier roman, Seul dans Berlin ; je sais aussi que mes nouvelles préférées sont réalistes et à caractère populaire (cf. Raymond Carver) ; j'ai une curiosité certaine et durable pour l'Allemagne pré-nazie et nazie, dont l'historiographie actuelle est en train de nous dévoiler des aspects insoupçonnés et, à mon sens, bien plus inquiétants que les lectures totalitaristes...
Et malgré la convergence de ces raisons, me voici ravi de cette lecture au-delà de mes espérances.
Laurence Courtois (dont la qualité de traduction est impeccable), a ici sélectionné 21 nouvelles tirées de deux ouvrages sans doute inédits en France. Elles les a classées par thèmes :
- Les addictions (2 nouvelles dont la première est l'éponyme)
- Les garnements (2 n.)
- A la campagne (3 n.)
- Vie de couple (3 n.)
- Avec le petit homme (6 n.)
- Voyous, truands et autres voleurs (5 n.).
Dans sa postface, tout en soulignant la variété stylistique de l'auteur, sa capacité à rendre différents parlers populaires et régionaux (un mérite qui lui revient aussi), et surtout son talent à se placer à la hauteur de petites gens qui constituent ses personnages, elle retrace une esquisse de biographie de Fallada selon laquelle la plupart des nouvelles s'avèrent être autobiographiques ou tirées d'expériences vécues in situ (en particulier en prison et dans le milieu rural). Si toute référence politique est absente de même que la guerre (ce qui laisse penser que toutes les nouvelles l'ont précédée), la cadre économique de la crise et en particulier le chômage sont dépeints avec une vivacité et une actualité à couper le souffle. Les six nouvelles regroupées sous la partie "Avec le petit homme" en témoignent entièrement. A noter que ce titre fait référence au tout premier roman de Fallada, Quoi de neuf, petit homme ?, vaste narration de la vie d'un couple ravagé par la précarité de l'emploi, l'humiliation, le manque d'argent, lequel, lorsqu'il parut en 1932, fut un immense succès.
Pour leur excellence technique et peut-être aussi selon mes propres goûts, je retiendrai en particulier deux nouvelles : "L'alliance" et "Cinquante marks et puis joyeuses fêtes de Noël".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
melicia
  02 octobre 2016

Folio nous propose de découvrir un recueil de nouvelles précédemment paru aux Éditions de Noël qui cherche à faire connaître un auteur allemand dans notre pays. Il s'agit d'Hans Fallada qui est né en 1893 et est mort en 1947, ce sont donc des écrits posthumes qui regroupent des nouvelles précédemment éditées dans 2 autres livres. On y aborde plusieurs thématiques avec les addictions, les garnements, la campagne, la vie de couple, les petits hommes et les voyeurs.
Dans ce recueil, les nouvelles se lisent dans l'ordre où au gré de ces envies, à chacun de choisir, il n'y a pas d'ordre, mais décrit toutes des situations extrêmes. j'ai été emmené par la catégorie addiction que j'ai beaucoup aimée, qui offre 2 textes très touchant et écrit de manière à ce que les lecteurs vivent la dépendance du personnage, on ressent presque le manque des personnages, on découvre d'abord l'effet de manque d'un toxicomane puis le déni d'un alcoolique, mais pour ce qui est des autres textes, j'ai eu plus de mal à y entrer, je trouvais ces histoires parfois inintéressantes, je n'arrivais simplement pas à entrer dedans, peut-être parce que je m'attendais à autre chose, je ne sais pas vraiment. Je salue toutefois la plume de l'auteur qui est très agréable à lire quand le contexte nous intéresse.
Si vous me suivez un peu, vous saurez que je ne suis pas particulièrement attiré par les nouvelles de manière générale mais ce thème de suivre les "problèmes" humains de ces personnages me tentais beaucoup, ça me parlait vraiment. Malheureusement à part les 2 premiers textes qui correspondait le plus au titre et à mes attentes, les autres histoires ne m'ont pas intéressé plus que ça. Je trouve que le titre de ce livre est assez mal choisi car il porte à confusion sur la lecture.
Lien : http://books-story.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jwann
  07 novembre 2016
J'ai beaucoup apprécié ce recueil qui nous fait découvrir de façon extraordinaire la vie de personnes tout à fait ordinaires. Les nouvelles qui m'ont le plus plu sont d'ailleurs celles de la partie Addictions où Fallada fait vraiment ressentir à son lecteur les effets du manque des personnages. Par contre, je trouve que certaines de ces nouvelles étaient moins agréables à lire que d'autres, ce qui est un problème que je rencontre malheureusement souvent quand je lis ce genre de recueil.

Lien : http://derrierelespages.blog..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Corboland78Corboland78   04 novembre 2016
Les choses sont comme ça : avant, quand Möcke avait encore du travail, il ouvrait souvent aux mendiants, et quand ceux-ci lui débitaient leur litanie sur le mode chômeur, Herr Möcke disait brièvement : « Désolé, je suis moi-même chômeur. » Lorsqu’il devint vraiment chômeur, il passa quelques nuits sans dormir, à ruminer : je n’aurais jamais dû dire ça. C’est moi qui ai provoqué le chômage. Ce salaud de Wrede n’est pas le seul responsable, j’ai provoqué tout ça à cause de mes bêtises. Depuis les Möcke n’ouvrent plus du tout aux mendiants. Ils regardent d’abord par le judas pour savoir qui sonne à leur porte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Hans Fallada (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hans Fallada
Bande annonce du film Seul dans Berlin, adaptation du roman de Hans Fallada
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Homophones en G.

Qui a ou qui inspire de la gaieté.

Gai
Gay
Guai
Gué
Guet

16 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : orthographe , Français (langue) , homonymeCréer un quiz sur ce livre